Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 14:03

 

 

 

Pour découvrir Edmée de Xhavée, cliquez Ici.

 

 

 

Paru en janvier 2015. Aux Editions Chloé des Lys.

 

 

Les Promesses de demain

 

Les promesses de demain.

Une série de nouvelles signées par Edmée de Xhavée.

 

Tout en me délectant de l'écriture, de la richesse du vocabulaire de la précision des descriptions, des images sont venues pour accompagner tes mots. Mon cinéma, toujours. Alors, à tord ou à raison …

 

 

 

 

 

Dans "Les promesses de demain", le "duel" entre Agnès et Henriette m'a fait penser au film de Mankiewicz Soudain l'été dernier. Rien à voir pourtant. J'imaginais toutefois assez bien Agnès, incarnée par la sublime Elizabeth Taylor, pendant que Katharine Hepburn aurait fait une splendide, et horrible Henriette.

Après avoir terminé la lecture de "L'invitation chez le Marquis de Montbuzard" j'ai pensé à Vittorio De Sica avec ce chef d'œuvre, Umberto D. Pourquoi ? Mystère. Pour la solitude de cet homme sûrement.

Pour "Tchoupy et les Stiloboutchgo djies"  des souvenirs personnels reviennent. Meme vieux de plus de six ans, c'est comme si c'était hier

"Il neige sur le Lac Majeur" Un endroit du monde que je ne connais pas. Au travers des mots on sent la nostalgie d'une époque révolue. Des images que n'aurait pas reniées Douglas Sirk. Comme ces flocons de neige "qui ondoient au vent léger. Certains se collent aux fenêtres comme des pétales éphémères … " Toujours "mon cinéma". Cette nouvelle m'a rappelé le magnifique film de James Ivoiry. A Room With a View. Une fois encore, rien à voir, mais des images qui viennent accompagner les mots comme ces femmes qui "achètent des cartes postales et s'installent à une terrasse chauffée pour les écrire".

À la lecture de ce "Un grand pardon", je me trouvais dans un endroit de rêve. Au plus haut des montagnes, sirotant un vin chaud sur une terrasse panoramique inondée de soleil. Le ciel était magnifique. Le seul endroit où la montagne me semble supportable. Toujours besoin du grand large pour n'être prisonnier de rien.

"Asie et Marguerite" Deux femmes magnifiques. Je les aime pareillement. "Ce lui et cette elle jamais perdus mais retrouvés" … "Le présent capturerait le passé et le futur, les fondant ensemble". C'est court puissant, magique. Un magnifique cri d'amour. Point.

"Galeries Royales, Ostende". Être habité par l'absence. Toutes les couleurs de cet endroit sont dans chacun de tes mots. Un peu comme si ces personnages dataient du début des Galeries, pour contempler la vie qui est passée à côté d'eux.

"Les chinoiseries de Thérèse-Adèle Paulus". Faire barrage à l'amour, est à mon avis, lui donner toutes les chances pour qu'il éclate au grand jour.

"Un couvre-lit de vigogne" Paul et Madeleine, ou l'amour parfait. Et la sœur de la défunte qui trouve la vie étrange. Ce qui semble curieux c'est de passer à côté de ce merveilleux sentiment. Et ce "pauvre vieux" donne, par son geste, la plus belle des preuves. Rien de lâche, ni de glorieux, juste un magnifique moyen que l'on trouve quand on a plus la force de suivre sa route, privé ce celle que l'on aimée. "Ils avaient choisi leur bonheur" et la sagesse de le vivre caché.

"Lettre à une épouse" Le rêve de tout un chacun. Recevoir pareilles lettres. Quand on a ton talent pour traduire les sentiments tu donnes à l'amour les plus belles couleurs de la vie.

"Les yeux d'Isotta". Toutes les pages mettent en scène cette si belle vie italienne. Ses grandes tablées souvent joyeuses. Ses odeurs, ses couleurs aussi. Ces familles qui se retrouvent avec leurs bons et leurs mauvais pions mélangés.

 

Mille mercis pour ces Promesses de demain. J'ai aimé et le dis très sincèrement. Dans le cas contraire je me serais abstenu de tout commentaire.

 

 

Paru en février 2016. Aux Editions Chloé des Lys.

 

 

Villa Philadelphie

 

 

"De mornes repas, parfois suivis de promenades en calèche si silencieuses qu'elles enlevaient toute couleur au paysages"

 

peut-on lire dans la nouvelle publication d'Edmée de Xhavée, Villa Philadelphie.

 

Il n'en est rien pour le lecteur.

 

 

 

 

 

Tout n'est ici que saveurs quand il est question de nourriture.

Toute la beauté du décor s'impose naturellement au travers des mots.

 

Le lecteur se laisse emporter par l'histoire. Des personnages qui vont évoluer entre les années folles pour arriver aux années 60. Les phrases sont courtes. Les paragraphes tout autant. Une façon claire et percutante pour mettre, au cœur de l'intrigue, la vie de deux sœurs.

 

Un récit savamment mis en scène.

 

Des destinées quasi imposées et des non-dits viennent s'ajouter à des jalousies mesquines qui distillent un venin. Des alliances, en lieu et place de vrais sentiments.

 

Entre rancunes et jalousies, l'amour trouvera-t-il sa place ?

 

Le bonheur intervient rarement dans les apparences.

 

Fêtes somptueuses, vie mondaine, solitude implacable et décision radicale, la vie réservera bien des surprises.

Tout un monde d'hier au travers, essentiellement, de magnifiques portraits de femmes.

 

Qui est qui ?

L'une "qui n'avait pas le droit d'exister si l'autre n'existait pas davantage." Elle est celle "qui n'a pas envie de vivre en couleurs".

 

L'autre, dans les dernières pages, sera l' "Idole déchue affamée de psalmodies autour de son nom"... "L'âge avait prise d'assaut sans égards, déployant ses formes en dépassant dangereusement le stade su séduisant "rebondi". "

 

Et puis il y a Bertrande. Un second rôle, comme on les nomme au cinéma. Une personne magnifique qui ne fera qu'une brève apparition dans le roman.

Une de celles que j'affectionne particulièrement.

 

Entre être, paraître ou devenir, le chemin sera long. Savoureux, par les mots employés.

 

Une phrase du roman en conclusion.

 

"Tout un défilé d'images avait passé dans sa vie,  et il n'en avait remarqué ou retenu aucune. Le quotidien n'avait pas eu de saveur,  pas plus que sa jeunesse désormais passée."

 

Exactement ce que je ne souhaite à personne, mais qui, malgré tout, me fait penser à quelqu'un.

Published by Ciné Alain - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Chaqrles J. Tahan 04/04/2016 11:58

Voir sur FB il y a qq. minutes... j'ajouterais que des souvenirs forts aident à mieux supporter ''la douce monotonie des jours" l'insupportable marcel...

Armelle 26/03/2016 09:50

Une belle critique du dernier roman de notre chère Edmée. Oui, des sentiments trempés dans le vinaigre, vécus dans des décors déclinants qui ressemblent un peu aux décors et personnages de Visconti.

Edmée De Xhavée 25/03/2016 21:49

Merci cher Alain... tu comprends si exactement ce qui erre entre les lignes... Moi aussi je connais de ces gens pour qui le quotidien n'a eu aucune saveur. Bien entendu. Et aussi de ceux qui, comme Evelyne, semblent courber l'échine sous le joug dont on les charge et puis qui... chargent! En douceur mais sans hésitations. Et des Roselyne... si j'en connais!

Moi aussi j'ai bien de la tendresse pour Bertrande qui n'a pas une chanson dans le coeur et dont l'amour n'est jamais compris...

Merci pour si bien lire :)

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.