Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 20:15

 

Date de sortie 25 mars 2015

 

Voyage en Chine - Affiche


Réalisé par Zoltán Mayer


Avec Yolande Moreau, Qu Jing Jing, Ling Dong Fu,

André Wilms, Genevieve Casile, Liu Ling Zi, Dong Qing, Yilin Yang


Genre Drame


Production Française

 

Synopsis

 

Liliane (Yolande Moreau) part en Chine pour la première fois de sa vie afin de rapatrier le corps de son fils, mort dans un accident. Plongée dans cette culture si lointaine, ce voyage marqué par le deuil devient un véritable voyage initiatique.

Voyage en Chine


Zoltán Mayer est le scénariste et monteur du documentaire Le Sens de l’âge, sorti en salles en 2012. Zoltán Mayer est également photographe. Ses photographies sont publiées dans le New York Times et ont été vendues aux enchères à Drouot.

 

Pour en savoir un peu plus sur Zoltán Mayer, cliquez ICI !

 

Voyage en Chine est son premier long métrage.

 

 

Entretien  avec Zoltán Mayer


D’où est venu ce désir de tourner en Chine?


Je suis né dans une famille très métissée où se mêlent les origines hongroise, sénégalaise, chilienne, grecque ou italienne. Je me suis senti dès l’enfance attiré par les cultures extrême-orientales et plus particulièrement par la culture chinoise, le peuple chinois, son écriture et sa littérature. Il y a dix ans, j’ai commencé à apprendre le chinois et six mois plus tard j’ai fait mon premier voyage en Chine. Je suis particulièrement sensible au charme de cette langue monosyllabique, si différente des langues européennes.


Le choix de la Chine est donc apparu comme une évidence dans mon désir de réaliser un film un peu animiste : je voulais faire le récit d’un apprentissage où une femme française, Liliane (interprétée par Yolande Moreau), extraite de son univers athée et rationnel, rencontre au cours
d’un voyage a priori tragique, une forme de spiritualité et d’apaisement.

 

Pourquoi avoir tourné dans la région du Sichuan ?


Voyage en Chine

La région du Sichuan s’est imposée parce que le taoïsme y est prégnant. Par ailleurs son fort syncrétisme religieux m’intéressait. Au village, le temple où se déroule la cérémonie taoïste est en réalité un temple bouddhiste chargé de représentations taoïstes.

 

 

 

Cet entremêlement des religions va de soi, il nous suggère une autre façon de voir le monde et d’appréhender la mort.


La végétation si particulière du Sichuan, notamment sa luxuriance, était aussi une manière de suggérer l’omniprésence du fils de Liliane dans la nature. C’est par certains détails végétaux et animaux (par exemple un gecko dans le cadre d’une fenêtre) que le film raconte le cheminement de Liliane. Comme si, après la perte de son fils, elle était conduite par une force qui la dépasse et va peu à peu l’entraîner dans la vie.

 

Comment s’est fait le choix de votre actrice principale ?


Voyage en Chine - Yolande MoreauYolande Moreau était, avec la Chine, la seconde évidence de mon film. J’étais depuis longtemps touché par son travail. Je l’ai rencontrée par un ami commun et cette rencontre m’a donné l’impulsion du scénario. L’idée du film m’était venue à l’occasion d’un voyage en Chine avec ma mère, mais c’est avec Yolande que tout s’est mis en place.

 

Sa présence m’a accompagné tout au long de l’écriture, avant même d’avoir son accord. Et le film ne se serait pas fait si elle avait dit non.

 

Et pour les acteurs chinois ?


Le choix des acteurs chinois a été assez évident. Qu Jing Jing (Danjie, l’amie du fils) est solaire,
magnétique. Son jeu est précis, subtil. Elle ne surjoue pas le drame et est capable d’exprimer des
sensations opposées, passant aisément du rire aux larmes.
Liu Ling Zi, (la logeuse de Liliane), vient du théâtre, j’ai été immédiatement touché par son côté mutin, l’évidence de son jeu dénué d’artifice. Par sa force de caractère, son humour, une trace de l’enfance toujours présente en elle, et qui caractérise aussi la personnalité de Yolande.


J’ai tenu à ce que le film se prépare en amont avec tous les acteurs, à la table, comme je peux le faire dans ma pratique de coach. Nous avons travaillé sur les sensations, les appuis, pour ouvrir le jeu, en faire un matériau ou une pâte avec laquelle nous pourrions travailler ensuite au tournage.

La composition des plans est frappante dans Voyage en Chine. Vient-elle de votre formation de photographe ?


Ce serait plutôt l’inverse. Je crois que je suis devenu photographe parce que, pendant des années, je ne m’autorisais pas à devenir cinéaste, mais en réalité le désir du cinéma avait toujours été là. J’accorde, bien sûr, une attention à la composition des plans, à l’appréhension de la lumière mais surtout au découpage.


Voyage en ChineComme les Chinois le disent : "il faut faire beaucoup avec peu" et pas l’inverse. Donc peu de plans, peu de mouvements de caméra et éviter les changements de points. Avec George Lechaptois, mon chef opérateur, nous partagions totalement cette vision des choses.

 

 

Nous étions également d’accord pour privilégier les lumières indirectes et les faibles éclairages. Pour revenir au découpage, je réfléchis autant à ce qu’il est important de filmer qu’à ce qu’il est important de ne pas filmer. Les personnages ne sont pas toujours dans le plan, ils le traversent, on devine parfois leur présence en hors champ.

Dans la première partie du film, qui se passe en France, nous avons travaillé sur les reflets pour évoquer la dualité du personnage de Liliane, étrangère à elle-même.
L’enjeu profond d’une scène, c’est moins l’évidence de la situation que ce qu’elle laisse deviner des arcanes du récit, comme un fil rouge de l’invisible et des liens entre les personnages.

 

La musique est peu présente dans le film mais elle intervient à des moments-clés.


Oui, le minimalisme de la mise en scène se retrouve dans la musique. Celle du percussionniste Steve Shehan m’a plu parce qu’elle faisait écho à la sensibilité du film. Par ailleurs, l’essentiel de la musique est "in". C’est grâce à Vesoul de Jacques Brel que Liliane rencontre les amis de son fils. J’aimais l’idée d’entendre tout à coup cette musique européenne dans cette atmosphère très chinoise.


Le travail sur le son est lui aussi épuré, narratif et non illustratif.

 

Il agit comme un sous-texte où chaque son est un personnage, pas un figurant. Nous avons construit des "familles de sons" : des sons liquides (pluie, rivière), des sons cristallins (cloches, verres, grelots), des cris d’enfants, des chants d’oiseau qui scandent l’arrière-plan du film. Les chants d’oiseau sont comme une manifestation de Christophe. C’est toute une dramaturgie sonore mais très discrète qui contribue à l’élan vital du film et à son paradoxal goût d’optimisme.

 

Parce que dans Voyage en Chine, l’épreuve du deuil conduit aussi à aller vers ses rêves et à aller vers la vie.

 

Voyage en Chine

Mon opinion

 

L'histoire de cette femme aurait de quoi bouleverser. Dès les premières images il est aisé de ressentir la banalité d'une vie sans relief. Une vie d'une grande morosité dans laquelle l'amour n'a plus de place. Cette mère, confrontée au plus horrible des deuils, celui d'un enfant mort dans un accident en Chine, va entreprendre avec l'administration française, quantités de démarches afin de pouvoir récupérer son corps et le rapatrier dans son pays.

 

Le chemin sera long, difficile, douloureux. Quasi impossible. C'est donc en Chine qu'elle se rendra, un pays dont elle ignore tout, de la géographie, aux us et coutumes, en passant par le taoïsme et bien entendu le langage.

 

"Cet entremêlement des religions va de soi, il nous suggère une autre façon de voir le monde et d’appréhender la mort." déclare le réalisateur. Effectivement c'est là qu'elle trouvera une aide salutaire et indispensable, une écoute attentive, une compréhension totale.

 

Le scénario manque de consistance et l'ensemble m'a davantage fait penser à un beau documentaire, qu'à un film qui aurait pu laisser l'émotion déborder. Il n'en est rien.

 

La photographie est magnifique de bout en bout. Les visages tout d'abord, l'ensemble des paysages de cette région de la Chine tout autant.

 

Pour son premier long-métrage, Zoltán Mayer favorise une mise en scène qui ne manque pas d'élégance, d'un esthétisme certain, au détriment d'une histoire qui reste trop satinée, sans toutefois tomber dans une banalité excessive.

 

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2015
commenter cet article

commentaires

Leslie 04/07/2015 11:21

bjr,
je ne suis pas d'accord avec votre avis sur Allo Ciné ; j'ai surtout compris que vous vous placiez en critique professionnel et non en spectateur et fan de cinéma comme chacun d'entre nous. L'émotion, vous savez, on ne peut la ressentir que si ça parle en nous. Nous ne sommes pas tous touchés par les mêmes choses. Un film ne doit pas toucher forcément.

Moi, j'ai trouvé avec le recul, donc après avoir vu tout le film jusqu'au bout, qu'il était vraiment magnifique ce film, malgré la lenteur, la lourdeur du début qu'il faut pouvoir supporter... La suite, les images, les échanges, la chaleur humaine si forte que j'ai ressenti parce qu'elle nous manque tant ici en Europe de l'ouest, bref tout me donne envie d'aller voir, de découvrir, de m'ouvrir encore vers l'ailleurs pour supporter la vie !

Tout est suggestif dans la vie, c'est très difficile d'afficher un avis objectif, dénoué de tout préjugé, dénoué de toute notre histoire.. ne trouvez-vous pas ?

Bonne journée,

roijoyeux 03/04/2015 13:17

pas pour moi, j'aime surtout le cinéma qui fait rêver merci Alain de ces infos !!

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.