Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 17:46

Date de sortie  19 mai 2015

 

La loi du marché


Réalisé par Stéphane Brizé


Avec Vincent Lindon, Yves Ory, Karine De Mirbeck, Xavier Mathieu


Genre Drame


Production Française

 

Festival de Cannes 2015

 

 

 

 

 

La loi du marché

est présenté en Compétition au Festival de Cannes 2015

 

Vincent Lindon reçoit le Prix d'interprétation masculine.

 

 

 

 

 

 

César 2016 - Vincent Lindon Meilleur acteur.

 

C'est la première sélection cannoise pour Stéphane Brizé,

avec ce sixième long métrage, après :

Le Bleu des villes Je en suis pas là pour être aimé Entre adultes Mademoiselle Chambon Quelques heures de printemps

 

 

 

Synopsis

 

À 51 ans, après 20 mois de chômage, Thierry commence un nouveau travail qui le met bientôt face à un dilemme moral. Pour garder son emploi, peut-il tout accepter ?

Entretien avec Stéphane Brizé relevé sur unifrance.org.

 

Parlez-nous de la naissance du projet.


Mes films ont toujours traité de l’intime mais sans mettre en écho l’homme et son environnement social. L’étape suivante était d’observer la brutalité des mécanismes et des échanges qui régissent notre monde en confrontant l’humanité d’un individu en situation de précarité à la violence de notre société. J’ai travaillé au scénario avec Olivier Gorce que je connais depuis longtemps mais avec lequel je n’avais jamais collaboré. Son analyse et son regard sur les thématiques sociales et politiques sont très pertinentes et il était le compagnon de route idéal pour ce projet.

 

À quel moment sa forme s’impose-t-elle ?


Très vite en fait. Dès le début de l’écriture, je sais qu’il s’agira d’un film tourné avec une équipe légère et des acteurs non professionnels en face de Vincent.

 

Je vais même plus loin et je dis à Christophe Rossignon et Vincent Lindon que je veux que nous coproduisions le projet en nous imposant un budget limité, en mettant la majeure partie de nos trois salaires en participation tout en payant l’équipe au tarif normal.

 

Tous les films ne peuvent pas se faire comme cela mais celui-ci le permettait. Fond, forme et cadre de financement se font écho et j’aime cette cohérence.

 

Il y a aussi l’affirmation qu’une autre manière de faire des films est possible à un moment où l’industrie du cinéma se questionne profondément sur ses mécanismes de financement. Il fallait aussi que je réinterroge mon dispositif, ma mise en scène, mes thématiques. Ce film est le fruit de cette nécessité.

 

La loi du marché - Vincent Lindon


C’est une étrange intuition que de confronter Vincent Lindon à tous ces acteurs non professionnels.


J’ai l’idée de cette confrontation depuis longtemps. J’avais déjà parfois fait tourner des comédiens non professionnels dans des petits rôles avec à chaque fois le sentiment de me rapprocher d’une vérité qui est la chose qui m’intéresse le plus dans mon travail. Il fallait que je pousse le système plus loin en confrontant un comédien ultra confirmé à une distribution entière de non professionnels. Avec l’idée d’emmener Vincent Lindon dans des zones de jeu pas encore explorées par lui.


Comment avez-vous trouvé ces gens ?


Il y a beaucoup de rôles qui correspondent à des fonctions précises ; les agents de sécurité, la banquière, les agents de Pôle-Emploi, les hôtesses de caisse, etc… Coralie Amédéo, la directrice de casting, a donc cherché en tout premier des personnes qui occupaient la fonction du film dans la vie. J’ai été bluffé par les gens que j’ai rencontrés. Je doute qu’ils sachent faire ce que des acteurs font mais ce qu’ils font, je pense qu’aucun acteur n’est capable de le faire. C’est fascinant de voir des personnes arriver devant un metteur en scène et une directrice de casting, dans un bureau qu’ils ne connaissent pas et imposer avec une autorité sidérante une vérité aussi brute et puissante. D’où leur vient cette capacité à être ce qu’ils sont devant une caméra ? C’est un mystère qui me fascine complètement.


Cela a-t-il modifié le jeu de Vincent Lindon ?


Oui, sans hésitation. Je le connais maintenant assez bien puisque ce film est le troisième que nous faisons ensemble. Je l’ai trouvé formidable dans Mademoiselle Chambon et Quelques heures de printemps mais là, il atteint je crois un niveau de jeu inouï.

 

Il fait là l’expérience – et je la fais en même temps que lui à mon poste – du lâcher prise.

 

C’est un travail quasiment sans filet.

 

La loi du Marché - Vincent Lindon

Pourquoi quasiment ?


Parce que je sais où j’emmène tout le monde. Je ne les pose pas au hasard dans un endroit en attendant que le miracle se produise. J’ai une carte routière avec les destinations et les endroits de passage.


Il y a dans le film, dans la scène avec ses anciens collègues, la présence de Xavier Mathieu qui était le leader CGT de l’entreprise Continental et que nous avions beaucoup vu dans les médias au moment de la fermeture de son usine.


J’avais vu La saga des Conti, le magnifique film documentaire de Jérôme Palteau qui raconte toute la lutte syndicale au moment de la décision de la direction de Continental de fermer l’usine de Clairoix pour aller en ouvrir une autre en Roumanie. Xavier est le personnage principal de cette lutte. Il m’a impressionné et ému. Alors lorsque j’ai imaginé la scène entre Thierry et ses anciens collègues, j’avais naturellement la personnalité de Xavier en tête. Puis j’ai parlé de lui à Coralie Amédéo, la directrice de casting, non pas pour qu’elle le contacte mais pour lui dessiner le portrait de la personne que je cherchais. Et qui je vois arriver aux essais ? Xavier Mathieu en personne. Coralie l’avait appelé. Il a fait les essais, il était formidable, il a fait le film. La droiture de cet homme est impressionnante. Il est sans concession, je trouve cela extraordinaire dans le monde dans lequel nous vivons. Dans la scène dans laquelle il joue, il est celui qui ne veut pas lâcher la lutte, celui qui veut aller jusqu’au bout du combat longtemps après la fermeture de l’usine.

 

Thierry/Vincent, lui, veut tourner la page. Pas par lâcheté mais parce qu’il n’a plus l’énergie, parce qu’il sent que pour avoir une chance de rebondir, il faut lâcher le passé. Mais les deux arguments s’opposent et s’entendent.


Comment la technique et notamment l’image trouve-t-elle sa place dans un tel dispositif ?


D’abord j’ai fait le choix de prendre un chef opérateur qui ne fait que du documentaire. Je voulais qu’il ait l’habitude d’être totalement autonome avec le cadre, la mise au point et l’ouverture du diaphragme. J’ai travaillé avec Eric Dumont, un jeune chef opérateur d’à peine plus de 30 ans qui n’avait jamais fait de fiction. Je lui parlais précisément du point de vue de la scène et charge à lui de le traduire en cadres. Il devenait alors complètement acteur de la séquence. Car en fonction de ce qu’il cadrait, il lui imposait un sens ou un autre. Ce qui m’intéressait c’était le point de vue de Thierry/ Vincent. C’est lui qui est au centre du récit. C’est ce qu’il reçoit qui m’intéresse. C’est pour cela que je le filme parfois longuement alors qu’il n’est pas forcément celui qui anime la scène. Je le filme comme un boxeur qui reçoit des coups sans forcément m’attarder sur celui qui les donne. Le choix du cinémascope est d’ailleurs complètement lié à cela car j’avais besoin de parfois faire entrer dans le cadre plus ou moins nettement ce qui se déroule en face ou à côté de Thierry.


Diriez-vous qu’il s’agit d’un film politique ?


La loi du amrché - Vincent Lindon"Politique" dans le sens "organisation de la cité", oui. Je regarde la vie d’un homme qui a donné son corps, son temps et son énergie, pendant 25 ans a une entreprise avant d’être mis sur la touche parce que des patrons ont décidé d’aller fabriquer le même produit dans un autre pays à la main d’oeuvre moins chère

 

Cet homme n’est pas mis dehors parce qu’il fait mal son travail, il est mis dehors parce que des gens veulent gagner plus d’argent. Thierry est la conséquence mécanique de l’enrichissement de quelques actionnaires invisibles. Il est un visage sur les chiffres du chômage que l’on entend tous les jours aux informations. C’est parfois juste une brève de deux lignes mais cela cache des drames absolus. Il ne s’agissait pas par contre de s’égarer dans le misérabilisme. Thierry est un homme normal (même si depuis quelques années, la notion de l’homme normal a été un peu esquintée) dans une situation brutale : Le chômage durant plus de 20 mois après la fermeture de son usine et l’obligation d’accepter à peu près n’importe quel travail. Et quand ce travail place l’individu face à une situation moralement ingérable, que peut-il faire ? Rester et devenir le complice d’un système inique ou partir et retrouver la précarité ? C’est la question du film. La place d’un homme dans un système.

 Interview de Stéphane Brizé et Vincent Lindon
 

Vous suivez Thierry très longtemps avant de lui faire trouver son travail.


Oui, c’était une idée importante pour moi que de longuement montrer Thierry dans la réalité de son humiliation sociale liée au chômage. Les rendez-vous à Pôle-emploi, les stages qui ne débouchent sur rien, la banque qui fait la morale, l’entretien d’embauche par Skype, etc… Personne n’est vraiment méchant mais chacun à sa place, sans vraiment le vouloir (ou sans trop oser le voir), participe à la violence du monde.


Ce monde c’est le nôtre. Et la durée de cette observation nous permet de comprendre que Thierry n’a absolument plus le choix lorsqu’il accepte son nouveau travail.


Vous ne faites d’ailleurs pas un portrait au vitriol de cette profession souvent caricaturée.


Mais parce que les personnes que j’ai rencontrées ne sont pas du tout caricaturales. Je n’ai pas rencontré de cow-boys qui abusent de leur petit pouvoir. J’ai rencontré des hommes et des femmes tout à fait sympathiques dont le métier est d’éviter le vol dans leur magasin. J’y ai ajouté quelque chose qui n’existe pas dans l’hypermarché dans lequel j’ai tourné qui est que le directeur vire des employés à la moindre petite faute pour ne pas les remplacer et augmenter son chiffre d’affaire.


C’est une invention ou vous aviez entendu cela quelque part ?


La loi du marché - Vincent LindonJe l’avais entendu il y a longtemps dans un documentaire et j’avais gardé cela en tête. Qu’une entreprise gagne de l’argent c’est une chose. Qu’une entreprise maltraite physiquement ou moralement ses employés pour gagner cet argent, c’en est une autre. Le travail devient une denrée rare. Comme l’eau.

 

 

Et les entreprises ont finalement un pouvoir colossal entre les mains. Si l’entreprise est saine, le troc entre elle et l’employé est équilibré. Mais si cette entreprise se comporte comme une dictature qui possède l’arme nucléaire, alors l’employé devient ni plus ni moins que de la chair à canon. Que lui reste-t-il alors de sa dignité ? C’est ce que j’avais ici envie de regarder.

Mon opinion

 

Immersion totale pour Vincent Lindon, seul comédien professionnel, dans le quotidien d'hommes et de femmes en emplois précaires ou carrément sans travail. Filmé d'une façon quasi documentaire, l'ensemble est implacable, glaçant, et d'un réalisme frappant.

 

Les longs plans séquences se succèdent et nous entraînent dans la spirale infernale des démarches à Pôle emploi. Pire encore, dans un entretien d'embauche via Skype, dans lequel  les qualifications et l'expérience professionnelle ne comptent plus. Déshumanisation à tous les niveaux, y compris pour des caissières d'une grande surface, épiées en permanence par des caméras de surveillance. Chercher la faute à tout prix, sans accorder la plus petite circonstance atténuante. L'horreur, aussi, lors des entretiens avec la conseillère financière de la banque plus à l'aise pour vendre des "produits" que rester à l'écoute de son interlocuteur.

 

Dépouillé à l'extrême, la réalisation de Stéphane Brizé est à la fois subtile et d'une incroyable réalité. Les silences sont oppressants. Certains mots adressés à ces êtres humains, résonnent d'une incroyable cruauté.

 

Le réalisateur n'hésite pas d'appuyer son propos à l'extrême au risque d'écarter certains spectateurs par ce fait de société 

 

Vincent Lindon est remarquable de bout en bout. Entouré par beaucoup d'amour, seul point positif, son talent suffit à rendre ce film passionnant. D'un cours de danse à la vente d'un mobil-home ou déambulant dans les allées de la grande surface, sa volonté est inébranlable. Rester debout en dépit de tout.

 

Un grand moment de cinéma qui secoue.

La loi du marché
La loi du marché
La loi du marché
Published by Ciné Alain - dans Des films en 2015
commenter cet article

commentaires

armelle 26/05/2015 11:44

Je ne doute pas un instant, à vous lire, des qualités de ce film et du témoignage qu'il représente sur un fait de société brûlant. Mais je redoute un sujet autant d'actualité qui enfonce un peu plus un clou déjà bien douloureux. Je vais voir si je me sens le moral pour l'affronter.

roijoyeux 24/05/2015 20:51

En tous cas bravo Vincent Lindon !!

Edmée De Xhavée 23/05/2015 09:44

Je me tâte... Ce ne serait sans doute pas mon premier choix, parce que ma démarche cinéma est toute autre. Mais aussi... pourquoi pas? J'aime parfois faire un pas "sur le côté" pour ne pas avoir la route trop familière, finalement. Je sens qu'il s'agit d'un film qui mériterait ce pas de côté :)

dasola 22/05/2015 17:18

Bonjour Alain, j'ai trouvé ce film remarquable de bout en bout. J'espère qu'il recevra un prix lors du palmarès cannois. Bonne après-midi.

Chris 22/05/2015 11:49

Rien à ajouter mon cher Alain "ton fan club" a déjà tout dit. Cet excellent film mériterait largement que tous les amateurs de cinéma s'y arrête. D'une réalité poignante, qui renvoie à l'essentiel. À voir

Corinne 21/05/2015 18:26

Bonjour, je viens d'aller voir le film et lire votre critique sur allocine. Celle-ci est si bien écrite que je ne peux rien ajouter, seulement un bonheur de vous lire..... Au revoir et merci

Michel Zorba 21/05/2015 14:05

Comme tu le dis, pour secouer, ce film ne peut pas laisser indifférent. Ça fait du bien d'appuyer là où certains préfèrent fermer les yeux. Le cinéma c'est ça aussi, donner des leçons. Et celle-ci est magistrale. Ciao bello. @+

Patrick 21/05/2015 12:33

Je sui abonné à vos critiques sur allociné, j'étais un peu récalcitrant et finalement je vais me laisser convaincre par votre critique

Jacqueline Magne 21/05/2015 12:25

Bonjour Alain. J'y suis allé avec mon gendre. Pas vraiment le genre de film qui m'attire mais là, je reconnais l'importance du sujet traité avec brio, l'interprétation magnifique de Vincent Lindon. Au finish ce film devrait devenir d'une importance capitale. Merci pour ton papier. Bises de nous tous.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.