Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 17:50

Martres-Tolosane

 

  Martres-Tolosane

  est une commune située dans le Comminges.

  À quelques soixantes kilomètres au sud-ouest de Toulouse. 

  La ville a su préserver, à travers les âges, ses traditions,

  ses légendes et son patrimoine.

 

 

 

 

 

Un haut-lieu de l’empire romain : la villa de Chiragan à Martres-Tolosane.

 

 

 

À peine installés sur la côte méditerranéenne et après avoir fondé Narbonne, les Romains se tournent vers la vallée de la Garonne. Imposant leur alliance aux Tectosages, ils implantent une garnison à Toulouse et ne tardent pas à remonter le cours du fleuve en direction des Pyrénées. La fondation de Lugdunum Convenarum, actuelle Saint Bertrand de Comminges, capitale romaine, née du désir de Pompée, répond à un objectif stratégique : il faut surveiller les peuples pyrénéens et ibères...


Proximité de la Garonne, sol fécond, richesses forestières et pastorales, carrières de marbre, eaux thermales, le site est doté de formidables atouts.

 

Sous le règne d’Auguste, il devient l’un des plus importants de la Gaule romaine.

 

La romanisation profite également à de nombreuses cités de la vallée, reliées par la voie romaine de Toulouse à Dax. Parmi elles, Martres-Tolosane, qui voit, au 1er siècle de notre ère, l’édification de l’immense villa de Chiragan, dont le luxe n’a rien à envier à celle d’Hadrien à Tivoli, dans la région de Rome...


Il semblerait que la villa de Chiragan ait été occupée durant plus de quatre siècles. De la fin du Ier siècle avant notre ère, jusqu'au début du Vème siècle. Seize hectares de bâtiments ont été repérés. Il reste possible d'imaginer que le domaine pouvait atteindre mille hectares. Parmi l’ensemble des bâtiments, on peut distinguer deux types d’affectation. Ceux liés à l’exploitation agricole et ceux, véritables palais, destinés au maître des lieux : portique monumental, nombreux jardins, petites cours intérieures, ensemble thermal...

 

Les travaux d’Hercule - Villa de ChiraganLe caractère exceptionnel de la villa Chiragan est lié aux riches marbres exhumés.

 

Connue dès le XVIème siècle, le site fera l'objet de fouilles à la fin du XIXème, sous la direction de Léon Joulin, secondé avec efficacité et passion par le martrais Abel Ferré.

 

Aux XVIIème et XVIIIème siècles, un torse de Vénus, devenu célèbre, est exhumé, ainsi qu’une grande statue d’empereur assis, deux œuvres aujourd’hui disparues.

 

Mais il faut attendre l’été 1826, au cours duquel des pluies diluviennes s’abattent sur la région, pour que surgisse du sol un incroyable enchevêtrement de sculptures antiques...

 

Des dizaines de portraits romains en marbre sont mis au jour. Ils forment aujourd’hui l’une des plus importantes collections d’Europe et la deuxième en France après celle du Louvre. La villa de Chiragan a ainsi accueilli, pendant plus de quatre siècles, les portraits des empereurs romains successifs et deux de leurs épouses.

 

À côté des portraits impériaux, de nombreux autres bustes sont des représentations de personnes qui pour nous sont inconnues : des hommes proches du pouvoir, très certainement.

 

Les fouilles pratiquées sur ce site ont livré des sculptures en marbre tout à fait exceptionnelles qui font la fierté du Musée Saint-Raymond de Toulouse. Ces sculptures datant de la fin du IIIème siècle représentent l’un des ensembles majeurs du musée. Il faut probablement les imaginer intégrées au niveau supérieur des murs d’une très grande salle ou d’un long portique de la villa de Chiragan. On ne doit pas non plus oublier que les œuvres étaient rendues très expressives grâce aux couleurs vives, aujourd’hui disparues, qui recouvraient en grande partie la sculpture.

 

 

 

Le mystère demeure encore autour des propriétaires de ces lieux hors du commun. Angonia, nom qui désignait au Moyen-Âge une partie du territoire de Martres-Tolosane, est peut-être un de leur héritage.

 

Les vestiges de cette villa exceptionnelle sont enfouis dans les quartiers de Martres Tolosane dénommés Saint-Nicolas, Chiragan et Le Moulin. Depuis le Moyen-Âge, les habitants sont familiers de la villa dont des traces, des blocs de marbre et des objets inconnus apparaissent, révélés par les labours et les ruissellements provoqués par les orages.

Sources :

http://www.villa.culture.fr

http://www.tourisme-martres-tolosane.fr

Martres-Tolosane a pour patron Saint Vidian, un saint absolument inconnu des grands calendriers et dont l'autorité toute locale a quelque peine à arriver même jusqu'à Toulouse.

 

C'est au pied d‘Angonia que se déroula, selon la légende, la bataille de Saint-Vidian où s'affrontèrent chrétiens et sarrasins.

 

Le buste de Saint Vivian à Martres-TolosaneEn souvenir des martyrs qui y perdirent la vie, le nom de Martres-Tolosane (martyrs toulousains) succéda à celui d'Angonia. Une légende qui prend vie tous les ans, depuis le XIIIème siècle. Elle avait déjà l'aspect d'une procession et les participants d'alors, membres de la confrérie de Saint-Vidian étaient simplement armés d'un bâton.

 

Au XVIIIème siècle apparaissent les armes à feu, anachroniques, ainsi que des uniformes militaires de l'époque. Enfin, la première représentation de cette reconstitution telle que l'on peut la voir aujourd'hui, s'est déroulée le dimanche de la trinité 1845.

 

 

 

Le dimanche de la Trinité, cette fête, moitié religieuse, moitié militaire,  est désormais très réputée. De nombreux spectateurs viennent assister à la reconstitution historique de cette glorieuse épopée.

 

Les historiens ne croient plus à une invasion arabe de la vallée de la Garonne, ni à l’existence d’un Vidian. Ce personnage mythique fait partie du groupe des "saints militaires de la région de Toulouse" tous nés de l’imagination et de la culture de certains clercs. Dans le cas de Vidian, il s’agit probablement des chanoines de Saint-Sernin, à Toulouse, dont dépendait le prieuré de Martres.

 

Son invention s’est faite dans un double contexte historique : la Reconquête de l’Espagne sur les Musulmans et la rédaction des Chansons de geste médiévales. Vidian ne serait autre que le double du neveu de Guillaume d’Orange ou saint Guilhem, appelé Vivien, lequel aurait eu maille à partir avec les Sarrazins, lui aussi…


En 1846, le curé de Martres redonna souffle à la légende

 

Sources

http://www.ladepeche.fr

Martres-Tolosane est réputée pour sa faïencerie depuis 1739.

 

Martres-Tolosane.

 

L’histoire de Martres-Tolosane est aussi celle d’un secret jalousement gardé. L’art de la faïence s’écrit depuis bientôt trois siècles, sans que jamais la production en fût interrompue. L'activité faïencière de Martres-Tolosane débute en 1739, date à laquelle Joseph Delondre, peintre faïencier venu de Bordeaux, signe une des toutes premières pièces de faïences fabriquées à martres-Tolosane : un plat à barbe en camaïeu de bleus sur fond blanc.

 

Chaque pièce, entièrement façonnée et peinte à la main, est unique mais les décors sont nombreux : motifs champêtres et floraux, l'ibis, les Grotesques...

 

Faïencerie Martres Tolosane - Pascale CabaréLe décor à l’ibis, un emblème pour la faïencerie martraise...


C’est au début du XIXème siècle que l’oiseau chimérique prend une place de choix dans l’imaginaire des peintres martrais. Dénommé ibis par les uns, comparé aux oiseaux des pyramides d’Égypte par les autres, il n’en demeure pas moins que l’ibis est devenu pour la faïence martraise un signe de reconnaissance, dont la forme ne cesse d’évoluer…

 

 

 

Faïencerie d'Art Pascale Cabaré : assiette décor ibis polychrome

 

Les faïenciers utilisent l'une des plus anciennes techniques de cuisson, le "Grand Feu" qui consiste à cuire la pièce de faïence à une température allant de 900 à 1000°C. Il est à noter que les décors sont toujours tracés et peints à la main.

 

Faïencerie Jodra Martres Tolosane -

 

 

Une visite de la cité artiste ne saurait se conclure sans une visite à l’un des artisans d’art faïencier, toujours heureux de faire partager leur passion et leur savoir-faire au public. Vous retrouverez dans chaque atelier une production originale à la qualité artisanale inégalée.

 

 

 

Faïencerie Jodra - Ibis Bleu

 

Les faïenceries de Martres-Tolosane ... Cliquez ICI !

Riche de son passé, Martres-Tolosane, enchante le présent,

grâce à un nouveau lieu d'exception.

 

Le Grand Presbytère à Martres Tolosane.Le Grand Presbytère à Martres Tolosane

 

Un endroit unique.

Un accueil chaleureux. Une infrastructure remarquable.

Pour une magnifique exposition.

 

Le Grand Presbytère

 

Le Grand Presbytère à Martres Tolosane.Le Grand Prebytère à Martres Tolosane

 

Le Grand Presbytère, est un lieu d’exposition dédié à l’Artisanat d’Art et à l’Art contemporain.

 

Du 23 mai au 11 novembre 2015, son espace est consacré

à l’Artiste céramiste Sylvian Meschia.

 

Dimanche 21 juin a eu lieu le vernissage de l'exposition de Sylvian Meschia au Grand presbytère de Martres-Tolosane en présence de Carole Delga, députée, de Gilbert Tarraube, maire, de Michel Pérez, conseiller régional.

 

Ce lieu culturel démontre "la vitalité de la commune, l'attachement à notre patrimoine" pour Gilbert Tarraube remerçiant l'architecte, tous les corps d'artisans, les employés municipaux; ils ont permis la mise en valeur de cette maison, le presbytère, qui a accueilli des générations de prêtres.

 

Après un an de travaux, ce bâtiment devient Le Grand Presbytère avec une mise en valeur des façades, des colombages. Il constitue une fenêtre culturelle ouverte sur la cité artiste; il s'agit de mettre les arts à la portée de tous. Sylvian Meschia est un artiste, un poète qui a la précision du détail. Écrire le beau est l'essence même de Meschia. L'artiste a remercié l'équipe municipale et a rappelé que son histoire est liée au sacré avec les églises, les abbayes et à présent le presbytère.

 

Carole Delga, remerçiant toutes les personnes ayant participé à ce projet "ce lieu est une aventure collective, il était intéressant de donner 100 ans de plus à un bâtiment au cœur de Martres et de créer un lieu d'exposition autour de l'art contemporain, de la faïence. Sylvian Meschia, artiste impliqué au niveau de son territoire, nous montre que la différence est une richesse. La culture est une richesse."

 

Sources :

 

La Dépêche du Midi Grand Sud - Publié le 02/07/2015

 

Martres-Tolosane

 

Pour en savoir plus sur l'exposition, cliquez ICI !

 

Martres-Tolosane cultive bien d'autres secrets...


Depuis 1836, la Maison Vital Aîné est célèbre pour sa pâtisserie de qualité. Cette biscuiterie organise des visites au cours desquelles vous pourrez comprendre la fabrication et surtout déguster ces mets.


Le riche sous-sol de la région martraise a permis l'installation de plusieurs entreprises d'extraction de granulats et a surtout conditionné l'implantation de l'usine Lafarge Ciments.


Martres-Tolosane est aussi largement ouverte sur l'Europe.

 

Elle entretient des relations de partenariat et d'échanges avec Barbastro, en Espagne, de jumelage avec la commune de Naval en Espagne et de Modra, en Slovaquie, villes toutes deux connues pour leur activité céramique.


Soucieuse de promouvoir l'innovation et la création artistique, Martres-Tolosane a créé en 2001 le Salon des Arts et du Feu. Année après année, ce salon est devenu le rendez-vous incontournable pour les artisans-créateurs travaillant l'eau, la terre et le feu, mais aussi pour tous les amoureux du savoir-faire, les admirateurs de talents et les passionnés d'art.

 

Published by Ciné Alain - dans La magie du Comminges
commenter cet article

commentaires

chamayou 05/05/2016 10:41

Bel article en effet, il est bien dommage que vous n'ayez pas citer le Centre d'Interprétation du Patrimoine Martrais Angonia. Il est situé au centre du village, juste à côté du Grand Presbytère, ouvert toute l'année, entrée gratuite et où, sur 380m2 de salles d'expositions, vous pouvez découvrir l'histoire du village et de la faïence avec des supports vidéos!
Ce centre existe depuis 2006 et occupe un lieu exceptionnel aux murs à colombages et poutres apparentes qui appartenaient aux anciennes maisons situées à cet emplacement dans le passé.

armelle 25/07/2015 10:34

Quel bel et intéressant article, somptueusement illustré ! Je ne connaissais pas ce village si riche d'un passé qui n'a cessé de l'embellir. Une vraie petite merveille qui s'ajoute à toutes celles que vous nous avez fait visiter dans le Comminges, cher Alain. Un voyage s'impose un jour pour admirer de visu. Oui, la France garde l'empreinte d'un passé prestigieux sans compter les multiples cadeaux que lui a fait dame Nature.

Edmée De Xhavée 25/07/2015 08:34

Moi non plus je ne connaissais pas, et suis parfois étonnée que des lieux avec une histoire aussi insolite ou riche soient inconnus. Enfin dans un sens c'est sans doute "tant mieux" pour eux, une fois que l'attention des masses est attirée, on perd le recul et la quiétude....

Michel Zorba 24/07/2015 13:43

Je ne connaissais pas du tout. Maintenant que j'en sais un peu plus il y a dans cette lecture de quoi se laisser tenter. Merci à toi. Ciao bello

Chris 24/07/2015 08:43

Encore une belle découverte. Ce Comminges dont tu vantes les beautés au fil de tes découvertes devient de plus en plus attirant. Salut Alain @ +

Jacqueline Magne 23/07/2015 20:50

Bonsoir Alain. Je découvre ton article en rentrant. Depuis le temps que tu me tentes avec le Comminges, cette fois je suis convaincue. Je vais aller y faire un petit périple en prenant tes pages comme guide. Merci et biz.

henri 17/04/2016 20:40

cet article est réaliste et très bien argumenté toute fois il a été oublié de parler qu'au moyen âge c'était une ville fortifié et qu'il existe toujours les Ramparts autour du village son donjon et son église du 12em siècle édifiée sur une église plus ancienne qui celle-ci était édifié sur une villa romaine du début du siècle de notre ère. Cordialement.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.