Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 11:03

 

Date de sortie 7 octobre 2015

 

Fatima


Réalisé par Philippe Faucon


Avec Soria Zeroual, Zita Hanrot, Kenza Noah Aïche


Genre Drame


Production Française

 

César 2016.

- Meilleur Film Philippe Faucon

- Meilleur espoir Féminin Zita Hanrot

- Meilleure adaptation

 


 

Synopsis

 

Fatima (Soria Zeroual), vit seule depuis son divorce avec ses deux filles : Souad (Kenza Noah Aïche), 15 ans, adolescente en révolte, et Nesrine (Zita Hanrot), 18 ans, qui commence des études de médecine.

 

Fatima maîtrise mal le français et le vit comme une frustration dans ses rapports quotidiens avec ses filles.

 

Toutes deux sont sa fierté, son moteur, son inquiétude aussi. Afin de leur offrir le meilleur avenir possible, Fatima travaille comme femme de ménage avec des horaires décalés.

Un jour, elle chute dans un escalier. En arrêt de travail,

 

Fatima se met à écrire en arabe ce qu'il ne lui a pas été possible de dire jusque-là en français à ses filles.

"Mes grands parents ne parlaient pas le français et ma mère ne le parlait pas dans son enfance. Ils étaient des ‘‘ invisibles ’’ de la société dans laquelle ils vivaient. Chez Fatima, j’ai retrouvé des attitudes que j’ai connues chez eux. Elle est à l’image de ces femmes, qui souvent n’ont eu accès qu’à des scolarités incomplètes, ont été amenées à émigrer par nécessité vitale, pour venir vivre dans un pays dont elles ne parlaient pas la langue et dont les codes leur étaient étrangers. En France, elles ont donné naissance à des enfants qu’elles ont élevés, parfois séparées d’eux par la langue et par des pratiques et des repères différents. Pour toutes ces raisons, ces femmes ont développé, malgré leurs ignorances et leurs handicaps, des ressources très importantes, allant puiser au fond d’un courage et d’une obstination farouches."


Philippe Faucon

 

Fatima

Entretien avec Philippe Faucon.

 

Comment avez-vous eu l’idée, et l’envie, d’adapter librement  Prière à la lune  de Fatima Elayoubi ?


Ce projet m’a été proposé par Fabienne Vonier, qui devait en être la productrice. Le livre Prière à la lune est un petit recueil de poèmes, de pensées, de fragments écrits divers, et lorsque je l’ai lu, je me suis demandé quel film on pouvait en tirer. J’ai mieux compris l’intuition qu’avait eue Fabienne quand j’ai rencontré Fatima Elayoubi, qui est une personnalité extraordinaire. Elle est venue en France en suivant son mari, sans savoir ni écrire, ni parler le français, et elle n’a donc eu accès qu’à des boulots peu considérés. Elle a fait des ménages toute sa vie et a commencé à parler et à écrire sur le tard, car ses horaires et ses difficultés de vie ne lui laissaient guère de temps pour apprendre. Elle a appris quasiment seule, en déchiffrant puis en lisant tout ce qui lui tombait sous la main. Aujourd’hui, son expression est riche et minutieuse, on sent un besoin de l’exactitude du mot qui exprimera sa pensée ou son ressenti. Je me suis beaucoup attaché à ce projet, qui n’était pas simple à écrire ni à financer : le sujet n’offrait pas la possibilité d’un casting porteur et le film était en partie sous‑titré. Pour des raisons de santé, Fabienne a dû renoncer à le produire et nous a proposé, à Yasmina Nini-Faucon et moi, de le reprendre en tant que producteurs.

 

Tout en faisant de Fatima le personnage principal, vous brossez le portrait de trois femmes de générations ‑ ou en tout cas d’âges ‑ différents et, à travers elles, vous abordez des problématiques qui leur sont propres.

 

Oui, car toutes trois vivent au sein d’une même cellule familiale, avec des affects forts, mais également dans des univers différents, qui établissent ou accentuent quelquefois des séparations entre elles, des ignorances l’une de l’autre, des incompréhensions. Il y a avant tout les barrières de la langue, qui sont révélatrices des différences entre les mondes dans lesquels elles évoluent séparément. Fatima ne comprend rien à la langue des études qu’a entreprises Nesrine, ni au langage de la rue qui est celui de Souad. De même, les deux jeunes filles ignorent tout de ce que leur mère écrit en arabe dans son cahier.

 

Effectivement, l’absence de maîtrise de la langue française est une source d’enfermement et d’isolement pour Fatima, voire d’aliénation…

 

C’est un handicap quotidien, dans les rapports sociaux et aussi dans sa relation à ses filles, qui, elles, parlent le français depuis toujours. Chacune des trois possède un niveau de langage en rapport avec son histoire et son environnement culturel. Fatima apprend le français comme elle peut, en interrogeant Nesrine ou Souad, ou aux cours d’alphabétisation lorsqu’elle a le temps de s’y rendre entre ses heures de ménage. Elle éprouve une grande frustration en communiquant mal avec ses filles, et fait tout son possible pour suivre la scolarité de Souad, malgré ses carences et les railleries de cette dernière. Nesrine parle le français d’une jeune fille de deuxième génération, qui s’est emparée, grâce à ses lectures et aux études, de quelque chose que ses parents ne pouvaient lui transmettre. Si on l’écoute attentivement, elle commet quelques rares "fautes" qui continuent de la  "marquer" concernant ses origines sociales. Quant à Souad, elle parle le langage de ses 15 ans et des ados de son environnement social, à la fois restreint, inventif et provocateur, avec des expressions inattendues pour sa mère : "Arrête de dire que c’est un garçon pas assez bien pour moi ! Comme si j’étais sortie du cul d’une poule en or ! "

 

Fatima

Ce regard fait écho à celui des délatrices, sur le lieu de travail de Fatima.


On est ici dans un monde où le travail est déshumanisé, pénible et sans attrait. Et pour certaines collègues de Fatima, les faveurs de la chef sont une échappatoire.


Pour vous, qu’est-ce qu’exprime la chute de Fatima dans l’escalier ? Faut-il y voir un appel au secours ?


On sait que souvent, un accident au travail n’arrive pas par hasard. À ce moment du film, Fatima a sans doute atteint un point de rupture. Elle n’arrive plus à faire face à toutes les difficultés auxquelles elle est confrontée. Elle est gagnée par la crainte de l’échec de Nesrine, dans des études qui ont coûté tant d’efforts, à l’une comme à l’autre. Et elle est hantée par l’idée que Souad, sa plus jeune fille, ne puisse s’affranchir du parcours de relégation sociale qui a été le sien.


Qu’est-ce qui pousse Fatima à prendre la plume ?


Le besoin d’exprimer dans sa langue ce qu’elle ne peut dire dans celle de ses filles – et de la société dans laquelle toutes trois vivent.


Le film est une épure, dont l’émotion jaillit à certains moments sans jamais verser dans le sentimentalisme.


FatimaLe sentimentalisme, l’emphase, la surcharge sont des travestissements de la vérité. Et une émotion ne peut se rencontrer que si l’on accède réellement à une vérité du personnage ou de son interprétation. Il faut donc débarrasser l’écriture, la mise en scène et le jeu de ce qui détourne de l’essentiel, de ce qui n’a pas vraiment d’intérêt ou de sens – tout ce que Pialat appelait le "gras" d’une scène. Mais trop d’épure peut aussi amener à passer à côté de ce qui est important, ou à ne pas aller jusqu’à ce qui est important.

 

Vous adoptez un style naturaliste, sans être pour autant dans le documentaire. Quelles étaient vos priorités pour la mise en scène ?


Trouver les points de rencontre avec les interprètes : entre eux et leurs personnages, dans les différentes situations de jeu qui vont les confronter. C’est une aventure où il s’agit de mobiliser tous ses moyens, d’attention, d’intuition, d’échange, afin de parvenir à apporter dans l’incarnation des personnages à l’écran quelque chose d’unique. Si l’on parvient à ça, on n’est plus dans le documentaire. Ni dans le naturalisme au sens péjoratif du terme, c’est à dire la reproduction plate, désincarnée, de la réalité.


Comment avez-vous choisi vos trois interprètes principales ?


Concernant le rôle principal, nous avons été amenés à faire des recherches en direction de non-professionnelles, comme pour plusieurs de mes autres films – tout simplement parce qu’il n’existe pas en France de comédienne pour interpréter ce personnage, celui d’une femme d’origine maghrébine maîtrisant mal le français. Pour Fatima particulièrement, cette recherche n’était pas évidente, car il s’agissait d’un rôle complexe, présentant un certain nombre de difficultés techniques de jeu, pas forcément à la portée de quelqu’un de non expérimenté. Nous avons fait des recherches au Maroc, où j’ai rencontré des comédiennes marocaines que j’ai trouvé intéressantes, mais aucune n’avait l’âge exact du rôle. Je me suis donc décidé pour une non-professionnelle, Soria Zéroual, qui vit à Lyon, sans pouvoir me départir, comme elle, jusqu’au premier jour de tournage, d’un peu d’appréhension : si nous lui trouvions tous de belles qualités dans les essais, personne ne pouvait avoir la certitude qu’elle parviendrait à tenir le rôle jusqu’au bout, dans toutes ses difficultés.

Fatima

 

Aujourd’hui, je sais que j’ai fait le bon choix : je la trouve très juste. Les deux filles de Fatima, âgées de 15 et 18 ans, sont jouées par de jeunes filles qui se destinent à être comédiennes, mais qui, en raison de leur âge, n’avaient pas non plus une filmographie très fournie. Zita Hanrot, qui joue l’aînée, sort du Conservatoire National de Paris et Kenza-Noah Aïche est apparue dans un court-métrage.

 

 

Je crois que toutes trois sont dans de vraies rencontres, avec les personnages qu’elles incarnent, mais aussi avec elles-mêmes – rencontres qui vont au-delà du "terrain connu", du "j’ai déjà fait ça". Pour ces raisons, elles apportent de vrais moments de grâce au film.

Pourquoi avez-vous choisi de tourner en région lyonnaise ?


Parce que la Région Rhône-Alpes s’est engagée dès le départ, d’une façon importante. J’ai donc situé l’histoire là-bas, ce qui ne posait pas de problème particulier, et nous avons aussi commencé des recherches de casting sur place. Une partie des intérieurs est par ailleurs tournée à Marseille, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur s’étant également engagée sur ce projet.


Parlez-nous de la musique qu’on entend aux génériques de début et de fin ?


Nous voulions éviter une bande-originale trop attendue. Le musicien m’a proposé plusieurs thèmes et nous nous sommes décidés pour un ensemble faisant se répondre des instruments comme le piano et le violoncelle avec un instrument à connotation moins "noble", l’accordéon, et un instrument oriental, le oud.


Le film a-t-il été difficile à financer ?


Oui, j’en ai un peu parlé au début. C’est un film, par son sujet même, sans possibilité de casting notoire (une non-professionnelle et deux jeunes comédiennes), en partie sous-titré, pas fortement dramatisé, dans lequel l’émotion ou la beauté d’un personnage n’apparaîtront (si on parvient à la faire apparaître au moment du tournage ou du montage) qu’au travers de petits évènements. C’est donc tout l’inverse des croyances qui prédominent aujourd’hui dans le financement des films : scénario "béton", casting "porteur", etc. Ici, le scénario n’est pas "bétonné", il est ouvert, c’est un point de départ à un travail ultérieur, en recherche de vie à l’écran. Et les choix de casting sont du même ordre : donner vie à des personnages, les plus authentiques possibles, avant de pouvoir "afficher des noms".

 

C’est le cinéma que j’aime faire.

 

Fatima

Mon opinion

 

Philippe Faucon adapte librement un recueil de poèmes et d'écrits signé Fatima Elayoubi. "Elle a appris quasiment seule, en déchiffrant puis en lisant tout ce qui lui tombait sous la main. Aujourd’hui, son expression est riche et minutieuse, on sent un besoin de l’exactitude du mot qui exprimera sa pensée ou son ressenti." précise le réalisateur.

 

Il démontre parfaitement le chemin solitaire, difficile et douloureux que l'héroïne de son film choisira pour exprimer ses pensées.

 

Non seulement pour sa propre vie, mais également pour trouver une crédibilité face à ses deux filles, dont la plus jeune est toujours dans le reproche et la honte de voir sa mère "nettoyer la merde des autres".

 

Le film est lumineux, d'une incroyable énergie, tout en délicatesse, non dépourvu d'humour et d'une grande profondeur. Une leçon de courage et d'optimisme mélangés.

 

Le rôle essentiel revient à Soria Zéroual, actrice non-professionnelle, qui vit à Lyon. Une mère magnifique dans un film tout en finesse, sans affect, sans grandiloquence et qui invite au respect. Soria Zeroual, Zita Hanrot et Kenza Noah Aïche, deux générations de femmes toutes trois magnifiques et tout simplement inoubliables.

 

Un grand coup au cœur.

 

Lire une autre critique. Celle de Dasola en cliquant ici.

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2015
commenter cet article

commentaires

Chris 31/10/2015 18:34

Court et efficace. Un film délicat et qui m'a profondément touché.

armelle 25/10/2015 10:20

La poésie est certainement le langage le plus pur pour toucher les coeurs. Poésie écrite, orale, gestuelle, vitale pour chacun de nous. Retour aux sources,à l'essence de l'esprit et du coeur. Les animaux ont une intense poésie du regard et des geste, une poésie interrogative, la nature aussi et beaucoup d'êtres simples. Une magnifique leçon de vie.

roijoyeux 23/10/2015 19:47

critique qui donne très envie de voir le film !!

dasola 22/10/2015 11:23

Bonjour Alain, merci pour le lien et je suis contente que le film t'ait plu. Bonne journée.

Michel Zorba 21/10/2015 11:27

Super papier pour ce très beau film. Une belle leçon d'humanité. Merci Alain

Jacqueline Magne 20/10/2015 17:08

Encore plus envie de le voir après ce que tu écris. Merci Alain. Bises

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.