Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 09:15

 

Date de sortie 18 novembre 2015

 

El Club


Réalisé par Pablo Larraín


Avec Alfredo Castro, Roberto Farías, Antonia Zegers,

Jaime Vadell, Alejandro Goic, Marcelo Alonso


Genre Drame


Production Chilienne

Pablo Larraín est né à Santiago du Chili en 1976. Il est le co-fondateur de Fabula, société qui se dédie à la production de cinéma, télévision et publicité.
- En 2005, il réalise son premier long-métrage, Fuga.

- En 2007, Pablo Larraín dirige son second film, Tony Manero qu’il coécrit avec Mateo Iribarren et Alfredo Castro. Le film est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes de 2008.
Santiago 73, Post Mortem, son troisième long-métrage, est sélectionné en compétition au Festival International de Venise en septembre 2010.

- En 2010, Pablo Larraín réalise Prófugos, la première série de télévision produite au Chili par HBO.
- En 2011, il réalise son quatrième long-métrage, No, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes de 2012, et nommé à l’Oscar du Meilleur Film Étranger.
- En juin 2012 débute le tournage de la deuxième saison de Prófugos, dont la diffusion commence en septembre 2013.


El Club, son cinquième film,

remporte l’Ours d’Argent du Festival International du Film de Berlin en 2015.

 

Synopsis
 

En Patagonie, au sein d’une maison, située  près d'un petit port de pêche du Chili, quatre prêtres, marginalisés par les autorités ecclésiastiques, vivent reclus dans une maison isolée et suivent des règles bien strictes.

 

Ils sont placés sous la direction d'une ancienne soeur, Mère Mónica (Antonia Zegers). Leur équilibre précaire est bientôt perturbé par l'arrivée d'un nouveau pensionnaire. À peine a-t-il été présenté à ses colocataires qu'à l'extérieur de la maison un vagabond l'accable avec véhémence de bien des exactions. Paniqué, le nouveau venu se suicide.

 

Le père Garcia (Marcelo Alonso), psychologue, est alors envoyé pour les aider à faire face au traumatisme et tenter de comprendre les raisons d'un tel acte...

 

El Club - Pablo Larrain -  Antonia Zegers

 

Antonia Zegers

Entretien avec le réalisateur relevé dans le dossier de prese.

 

Quel était votre d’état d’esprit après la trilogie consacrée au dictateur Pinochet (Tony Manero, Santiago 73, Post Mortem et No) ? De passer à autre chose ?


Effectivement, mais les films sont des accidents. J’ai eu envie de reprendre une idée très ancienne qui avait surgi il y a 6 ou 7 ans. J’étais alors tombé sur une photo, je ne sais plus si c’était dans un journal ou sur internet. Elle représentait un prêtre chilien accusé d’abus sexuels sur mineurs qui, avant que la justice ne le juge, avait été envoyé par l’Église dans une maison, en Allemagne, une très belle maison dans les alpages, tout droit sortie d’une publicité pour le lait, le chocolat. Cela m’avait indigné que cet homme ait pu ainsi fuir la justice et vivre dans un cadre idyllique. J’étais sidéré, scandalisé, et fasciné. Je me demandais ce qui se passait dans cette maison, comment ses pensionnaires occupaient leurs journées. Cette maison appartient au mouvement apostolique Schoenstatt, mais j’ai appris que ce type de maisons existait un peu partout dans le monde, et en particulier au Chili. L’Église ou toutes sortes de congrégations, d’ordres religieux, effectue ce type de pratiques qui consiste à envoyer ou abriter des hommes afin de les soustraire à la justice civile. La maison dont il est question dans le film dépend du Vatican.

 

Y‘a-t-il beaucoup de cas de pédophilie dans l’Église chilienne ?


Comme partout ailleurs. Cela a été révélé il y a peu de temps. Parce que les gens, les victimes et leurs familles, se sont mis à parler, à dénoncer des prêtres. Mon film évoque ces scandales mais la vérité reste méconnue. L’Église n’exerce pas seulement cette politique de mise à l’abri, de mise à l’écart, à l’égard de prêtres gênants à cause de leurs penchants sexuels, elle déporte aussi des religieux à cause d’une maladie physique ou mentale, de leur âge, et surtout ceux qui ont perdu la foi. La perte de foi des ministres du culte est sans doute le principal danger qui menace l’Église aujourd’hui. Elle a peur d’un autre danger, externe celui-là : la presse. L’Église a plus peur des médias que de l’enfer.

 

Avez-vous rencontré des prêtres ainsi "ostracisés" ?


Bien sûr. Certains n’ont rien voulu dire, d’autres m’ont parlé, surtout un, qui a quitté la prêtrise car il est tombé amoureux d’une femme. Il nous a fourni des éléments précieux.


Dans El Club, les prêtres en villégiature ont tous la conscience tranquille. Parmi ceux qui vous ont parlé, certains ont-ils fait amende honorable ?


Je ne connais aucun cas dans le monde d’un prêtre qui aurait admis avoir péché... Si vous en connaissez un, montrez-le-moi. Nous sommes face à des individus qui ne savent pas admettre qu’ils ont fait telles ou telles choses, et face à une Église qui refuse que ses membres soient jugés par un tribunal civil, considérant que la seule justice est celle de Dieu.

Le personnage de Sandokan a été abusé dans son enfance. La manière dont il profère publiquement ses souvenirs de soumission est ambiguë. Réclame-t-il le châtiment de son prédateur ?


Il a été abusé mais ne se transforme pas en juge. Il a été tellement abusé qu’il finit par ne plus voir l’anormalité de ces abus. Il y a quelques années, alors que ce projet me trottait dans la tête, j’ai écrit une pièce de théâtre, un monologue où un homme raconte tous les abus qu’il a subis, lorsqu’il était enfant ou au cours de sa vie d’adulte. Le personnage de Sandokan est le prolongement de celui de la pièce, et il est interprété par Roberto Farías, l’acteur qui le jouait sur scène. Je l’ai intégré dans le film avec mes deux co-scénaristes, Guillermo Calderón et Daniel Villalobos.

 

El Club : Photo Roberto Farías

 

Roberto Farías

 

Lorsque j’ai écrit cette pièce, j’ai parlé avec nombre d’abusés. Ils n’ont aucune pudeur, ils décrivent ce qu’on leur a fait de façon précise, graphique, mécanique, comme s’ils détaillaient une recette de cuisine ou je ne sais quelle technique. Ces mots crus, dérangeants, il est indispensable de les entendre, il me semble plus important de les entendre que de voir l’acte, de le montrer… Au cinéma il faut dire certaines choses, il faut obliger le spectateur à entendre ça. Lui faire entendre autant de fois nécessaires pour qu’il comprenne ce qu’est cette vérité.
 

Le prêtre qu’il accuse est-il coupable, ou non ?


A votre avis ? Tout est possible. Peut-être a-t-il réellement abusé Sandokan, peut-être a-t-il été accusé à tort... Il y a un prêtre célèbre au Chili, un certain Silva. Un jour, quelqu’un l’alerte sur le fait qu’une émission de télévision est en train d’enquêter sur ses agissements. Il a eu très peur, a fait une tentative de suicide, et a survécu. A l’hôpital où il était en convalescence, il a soutenu qu’il n’avait rien à voir avec le prêtre visé par le reportage.

 

Le père Garcia, "technocrate du Vatican", a peur des médias lui aussi… alors qu’il n’a rien à se reprocher.


L’Église d’aujourd’hui est le cadre d’une lutte entre deux façons de voir. Il y a une Église conservatrice, secrète, arrogante, soucieuse de sa puissance, peu soucieuse des pauvres, et une Église nouvelle, celle du père Garcia, proche des gens, capable d’admettre sa douleur et ses doutes. Toutes les deux ont une peur commune : celle de la presse. Elles réagissent comme n’importe quelle entreprise qui redoute une chute de tweets et de followers. C’est le paradoxe : l’Église véhicule un idéal de paix, d’amour du prochain, un message d’humilité et de pardon, mais quand l’un des siens se comporte de manière répréhensible, ses messages sont reniés, inappropriés. Elle ne pense plus qu’à son image.

Croyez- vous que l’Église nouvelle du pape François aura raison de ces anciennes pratiques ?


Il doit lutter congre une Église qui fonctionne comme ça depuis 2000 ans et le changement demande du temps, c’est un processus très lent. Mon film n’est pas pessimiste mais réaliste. Il dépeint une distorsion spirituelle.


Vous n’indiquez pas clairement votre message. Au milieu du malaise dans lequel baigne le film, le père Garcia peut être perçu comme une menace, l’ennemi.


J’espère bien rester ambigu, sinon cela devient moraliste, démonstratif.

 

Quelle a été votre formation ? Etes-vous catholique ?


J’ai été élevé dans des écoles catholiques, mais je ne suis pas pratiquant. J’aime le Christ, pas les chrétiens. Mon film a un contenu spirituel, c’est un film sur la foi et la culpabilité. Il essaye de poser un problème théologique, d’où la citation du début.


Elle est tirée de la Genèse : "Dieu vit que la lumière était bonne, et Il sépara la lumière des ténèbres"…


Je crois aux choix responsables de chacun, que la lumière peut succéder aux ténèbres. C’est un film sur la liberté de conscience.

 

Pourquoi les prêtres du film se passionnent-ils pour les courses de lévriers ?


Le lévrier est le seul chien qui est mentionné dans la Bible. Il a un caractère mystique. C’est un chien très beau, très étrange, et dans la région où on a tourné il y a beaucoup de courses de lévriers. Intéressant pour un groupe de prêtres désoeuvrés, ce passe-temps, ce culte de la vitesse, peut suggérer une métaphore dangereuse…

 

El Club

 

Une exaltation du "pas vu pas pris" ?


J’ai mon opinion, je ne veux pas changer la vôtre.


Quelle est votre opinion ?


Je trouve indécent que les cinéastes explicitent trop leur pensée. Un film doit garder ses secrets.


Comment avez-vous dirigé vos acteurs ?


En ne leur montrant pas le scénario. Ils ne connaissaient ni leurs personnages ni celui des autres, ni l’issue de l’histoire que je ne connaissais d’ailleurs pas moi-même car j’ai fini de l’écrire en cours de montage. Je ne voulais pas que les acteurs se préparent, qu’ils travaillent leurs biographies, mais qu’ils soient juste présents, de façon intense, au moment de la prise. Pour moi, l’essentiel est cette concentration devant la caméra, cette manière d’être soi qui fait qu’après plusieurs prises apparaissent des choses qui sonnent vraies. Le cinéma est une illusion, mais une organisation de mensonges bien orchestrés.

Quelle identité visuelle souhaitiez-vous ?


On cherche toujours à avoir une image qui donne sens au récit, à créer une synchronie entre l’état d’esprit et l’esthétique. On a tourné tôt le matin ou en fin de journée, au crépuscule, uniquement en lumières naturelles (sauf pour les plans de nuit), et avec des lentilles soviétiques des débuts des années 60, et des filtres, les mêmes qu’utilisait Tarkovski. Avec l’intention de lutter contre la haute définition qui est un virus : à cause d’elle tous les films se ressemblent.


Et pour la musique ?


Des musiques sacrées, de Bach ou de compositeurs contemporains comme Arvo Pärt.


Quelle est la place de l’humour chez vous ?


J’aime utiliser l’humour pour suggérer ou dire des choses qui, pour moi, sont impossibles à dire sérieusement, sous peine de devenir ridicules ou insistantes.


Pourquoi tous vos personnages sont-ils des antihéros ?


Parce que les héros sont à Hollywood.

 

El Club

Mon opinion

 

Un scénario parfaitement écrit et documenté met en avant l'hypocrisie des dignitaires de l'Église catholique face à ses représentants. Ici, au Chili.

 

Sous la surveillance d'une "religieuse" bienveillante, des anciens prêtres, coupables du pire, semblent se plier au règlement imposé, tout en se livrant à la lucrative course de lévriers.

 

La photographie est noyée dans une brume permanente. Elle n'en sert que mieux le propos. Il en va de même pour la bande son d'Arvo Pärt, associée aux musiques sacrées de Bach. Les silences sont pesants, les dialogues tout autant.

 

L'ensemble du casting est remarquable.

 

Pablo Larraín réussit, avec un incroyable brio de captiver l'attention en dépit de l'horreur du propos. Grand prix du Jury à la Berlinale 2015, le film est nommé pour les prochains Golden Globes. El Club serait en lice pour représenter le Chili aux Oscars 2016.

 

"Je crois aux choix responsables de chacun, que la lumière peut succéder aux ténèbres. C’est un film sur la liberté de conscience", a déclaré Pablo Larraín en réalisant ce long-métrage dérangeant, courageux et parfaitement réussi.

El Club
El Club
El Club
El Club
Published by Ciné Alain - dans Des films en 2015
commenter cet article

commentaires

armelle 21/12/2015 14:51

C'est un sujet très douloureux. On y touche du coeur et de l'esprit nos faiblesses humaines. Nous sommes loin des Evangiles. Mets les Evangiles dans ta vie. Cela suffit amplement. L'église est toujours celle des hommes et les hommes sont ce qu'ils sont... hélas !

Edmée De Xhavée 21/12/2015 09:17

J'ai très très envie de le voir! Le sujet m'attire beaucoup ainsi que la façon dont le réalisateur en parle... J'espère qu'on le verra ici...

Bonne semaine, Alain :)

roijoyeux 20/12/2015 15:18

un film pas pour le grand public mais vu ton article à regarder si l'occasion se présente !

Johanne 20/12/2015 12:05

Il n'est passé qu'une seule semaine. Nous y a avons été et reçu une sacrée leçon de cinéma. Quelle maîtrise. Du talent de bout en bout, de l'écriture à la réalisation, de la photographie aux acteurs c'est, pour ma part, un sans faute. Bon Dimanche cher Alain.

Michel Zorba 17/12/2015 06:47

Je l'ai vu et en suis sorti passablement perturbé, très interloqué. Un grand film qui ne peut laisser indifférent. @+

Jacqueline Magne 16/12/2015 13:34

Bonjour Alain. Il passait au Royal et je n'ai pas eu le déclic. Pour le coup je le regrette après avoir lu ta page. Bises

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.