Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 22:25

 

Date de sortie 27 janvier 2016

 

45 ans (45 years)


Réalisé par Andrew Haigh


Avec Charlotte Rampling, Tom Courtenay,

Geraldine James, Dolly Wells, David Sibley, Sam Alexander, Richard Cunningham


Genre Drame


Nationalité Britannique

 

Double récompense à la Berlinale 2015

- Ours d'argent de la meilleure actrice pour Charlotte Rampling

- Ours d'argent du meilleur acteur  pour Tom Courtenay

 

 

Synopsis

 

Kate (Charlotte Rampling) et Geoff (Tom Courtenay) Mercer sont sur le point d’organiser une grande fête pour leur 45ème anniversaire de mariage.

 

Pendant ces préparatifs, Geoff reçoit une nouvelle : le corps de Katya, son premier grand amour, disparu 50 ans auparavant dans les glaces des Alpes, vient d’être retrouvé.

 

Cette nouvelle va alors bouleverser le couple et modifier doucement le regard que Kate porte sur son mari…

 

45 ans (45 years) - Tom Courtenay et Charlotte Rampling

 

Tom Courtenay et Charlotte Rampling

Andrew Haigh a travaillé comme assistant monteur sur des films comme Gladiator et La chute du faucon noir avant d’écrire et réaliser son premier court-métrage, Oil.

 

En 2009, il a réalisé son premier long-métrage, Greek Pete présenté au London Lesbian and Gay Film Festival et lauréat du Artistic Achievement Award au L.A. Outfest ainsi que le prix spécial du Jury à Atlanta.


En 2011, son film Week-end a été présenté au Festival South By Southwest où il a remporté le Emerging Visions Audience Award avant d’être distribué dans le monde entier. Il a remporté de nombreux prix dont deux British Independent Film Awards, un Evening Standard Award du Meilleur scénario et le London Film Critics Award du Meilleur nouveau réalisateur. Le film a figuré sur de nombreuses listes de "meilleurs films de l’année", notamment celle du New York Times.
 

Andrew Haigh est actuellement le producteur délégué de la série de HBO Looking dont il écrit et réalise également certains épisodes.

 

45 years

 

Entretien avec Andrew Haigh relevé dans le dossier de presse.


Qu’est-ce qui vous a attiré dans la nouvelle et comment l’avez-vous adaptée ?


La nouvelle de David Constantine, In Another Country, est magnifiquement claire et concise, mais pour l’adapter il a fallu la développer un peu. Mis à part l’ajout de la fête d’anniversaire de mariage, le plus grand changement a été l’âge des personnages, passé d’un peu plus de 80 ans à 70 ans. Dans le livre, l’histoire se passait dans les années 1990, ce qui signifiait que l’histoire en toile de fond se déroulait pendant la Seconde Guerre mondiale. Je voulais que l’histoire de Kate et Geoff soit très actuelle. Je ne voulais pas qu’il s’agisse des choix d’une génération plus âgée, disparue, mais de choix que nous sommes tous amenés à faire.

Il y avait quelque chose de déchirant dans cette relation chancelante devant son dernier obstacle. C’était comme si ce rappel du passé, ce corps conservé dans la glace, avait attendu son moment pour tout plonger dans le chaos, dans un chaos intérieur silencieux. Des fissures de la terre sortent tous ces doutes, toutes ces peurs, tous ces non-dits depuis des années, ces émotions réprimées et cachées. C’est comme si toute la relation de Kate et Geoff, jusqu’à ses fondements même, était soudain remise en question par une femme qui n’existe plus. J’ai également décidé de raconter l’histoire du point de vue de Kate, ce qui était différent dans la nouvelle. Beaucoup de films et de livres parlent de la crise existentielle masculine et je voulais présenter un regard différent.

 

Y a-t-il un lien entre votre film précédent Week-end et ce film ?


Il y a naturellement une corrélation entre les deux.
Les deux films traitent de la complexité de l’intimité entre deux personnes ; les risques qu’il y a à s’exposer émotionnellement à autrui ; la difficulté à être sincère au sujet de ses peurs. Je suis intéressé par la façon dont les histoires d’amour disent beaucoup de nous, de ce que l’on veut dans la vie et de la façon dont on veut être perçu.

 

L’incapacité à communiquer ses émotions est souvent considérée comme un trait typiquement
anglais, êtes-vous d’accord avec cela ?


Je crois qu’il y a quelque chose de culturellement et politiquement conservateur chez les Anglais qui encourage certains à enfouir leurs sentiments pour maintenir un statu quo. C’est surtout le cas dans la classe moyenne. Ceci étant dit, il est très difficile pour chacun de véritablement faire part de ses sentiments car la plupart du temps nous ne les comprenons pas nous-mêmes. Nous les ressentons mais nous avons du mal à les définir. C’est aussi risqué – partager ses sentiments les plus profonds sera toujours ressenti comme un risque.


Pourquoi 45 ans ?


45 Years - Charlotte Rampling

Je ne voulais pas que ce soit 50 ans.

Mais ces fêtes d’anniversaire de mariage sont l’occasion pour les gens de montrer au monde ce qu’ils ont fait de leur vie, de leur couple, et donc cela paraissait logique qu’un couple puisse s’effriter sous cette pression.

Qu’a apporté Charlotte Rampling au rôle ? Qu’a-t-elle de particulier en tant que femme et en tant qu’actrice ?


Charlotte est une actrice extrêmement intelligente. Elle sait ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Quand je la regarde sur un écran, je vois un ouragan d’émotions sous la surface, derrière ses yeux. On ressent sa douleur et on la comprend, mais on n’arrive pas vraiment à l’identifier. On est à la fois invité à observer et à garder ses distances. Cela me paraît incroyablement sincère et vrai. On ne comprendra jamais complètement l’autre et il y a des choses que nous devrions tous garder pour nous.

 

45 years - Tom Courtenay & Charlotte Rampling

 

Et Tom Courtenay ?


Il y a chez Tom et dans sa prestation une grande vulnérabilité. La dernière chose que je voulais pour ce film était un homme en colère en voulant à la terre entière. J’ai vu cela au cinéma trop souvent. Je voulais quelque chose de plus complexe, plus sensible. C’est un personnage qui lutte contre lui-même, pas le méchant de l’histoire. J’espère que dans 45 ans il n’y a pas de méchants, simplement des gens qui essaient de comprendre ce qui leur arrive et de s’en sortir.

 

Leur statut d’icônes des années 1960 habite leur prestation et les extraits de chansons de la même époque en sont de petits rappels. Vouliez-vous que les spectateurs le relèvent ?


J’ai toujours espéré que leurs histoires seraient ressenties par petites touches subtiles. Le film traite en partie de l’espoir du passé, de ce que nous aurions pu faire plus jeunes, et même si Charlotte Rampling et Tom Courtenay n’avaient jamais tourné ensemble, le fait qu’on les connaisse depuis tant de temps a énormément contribué à l’histoire. Cela apporte une certaine mélancolie, un sentiment qui m’intéresse beaucoup. Je pense souvent que la mélancolie que l’on ressent au sujet du passé a plus à voir avec les échecs et les déceptions du présent qu’avec le passé lui-même.

 

Leur relation à l’écran est à la fois totalement vraisemblable et assez peu conventionnelle dans la façon de montrer deux personnes d’un certain âge. Ils semblent être toujours en train d’évoluer. Était-ce déjà là dans le scénario ?


45 years - Tom Courtenay et Charlotte RamplingCela faisait partie de mon intention de départ. Je ne crois pas que les gens cessent de chercher des réponses à leurs questions en vieillissant.

On a de nos jours tendance à dire qu’on devrait avoir tout compris à 30 ans. Je suis persuadé que la vie ne se passe pas comme ça pour la plupart d’entre nous.

 

Nous changeons constamment, notre identité évolue et donc nous nous posons tout le temps des questions. Si ce n’est pas le cas, nous le devrions.

Quel est votre point de vue sur la rationalité des sentiments de jalousie et de rejet éprouvés par Kate ?


Ses sentiments sont irrationnels, ce dont elle se rend compte, mais en même temps ils parlent de quelque chose de plus profond et de plus troublant. C’est comme si le fait de se concentrer sur leur relation avait déclenché une nausée qu’elle n’arrive pas à vaincre. Cela a à voir avec son sentiment de jalousie et de rejet, mais aussi avec le sens de sa propre vie. C’est comme si, sous le poids de l’enquête qu’elle mène, tout ce qu’elle a construit au fil des ans perdait son sens. Tout s’est écroulé et elle ne sait pas comment recoller les morceaux.


Pouvez-vous revenir sur la scène d’amour ?


Je crois que cette scène était nécessaire. Le sexe est un élément très important du couple et fait partie de la vie des septuagénaires. La scène intervient à un moment du film où tout aurait pu s’arranger. Cela aurait pu être un magnifique moment pour tous les deux qui aurait pu leur rappeler combien ils s’aiment. Mais ça ne se passe pas comme ça. C’est un moment clé car à partir de là les choses empirent.

 

Les références à la nature ajoutent un aspect poétique – la terre cache des secrets, des choses devenues invisibles mais qui n’ont pas disparu…


Il me semble évident que ce qui nous est arrivé par le passé, ce qui est enfoui sous la surface, reste. Et je ne parle pas seulement des grands événements dramatiques de notre existence, je parle des détails banals qui font notre existence. Et souvent nous l’ignorons, nous essayons de vivre dans le présent, ce qui n’est pas facile ; le grenier se remplit de plus en plus et si nous ne faisons pas attention, les chevrons peuvent casser et laisser une sacrée pagaille dans la pièce en-dessous.

 

Le film est très calme malgré l’intensité des sentiments.


Il était très important pour moi que le film commence calmement et reste calme. Je suis intéressé par ces petits moments qui définissent une vie, une relation. Tout était déjà dans le scénario mais avec les acteurs nous avons travaillé à trouver les petits détails révélateurs d’une plus grande histoire - il ne s’agit pas d’un traumatisme pointant son nez mais de petites choses, des choix, des décisions, des sentiments et des émotions enfermés, de toutes ces choses qu’on ne peut pas exprimer. Toutes ces peurs et tous ces doutes qui vivent dans ces petites fissures, ces petites fentes. Je crois que parfois nous faisons tout pour ne pas mettre trop de pression sur ces failles - on espère que le sol ne s’ouvrira pas et ne nous engloutira pas.


La fin reste entièrement ouverte. Selon vous, que va faire Kate ?


Mon avis change perpétuellement selon mon humeur. Va-t-elle le quitter ? Va-t-elle rester ? C’est au public de décider. Je crois que si vous êtes le genre de personne qui pense que tout peut toujours s’arranger, ils resteront ensemble. Si vous êtes le genre de personne qui continue à "attaquer le monde", alors Kate va partir, peut-être rencontrer quelqu’un ou être parfaitement heureuse seule.

 

45 yeras - Charlotte Rampling

Mon opinion

 

Un film très pudique sur la vie d'un couple, à la veille de leur anniversaire de mariage, après quarante cinq années de vie commune.

 

Un élément inattendu viendra perturber cette relation bien installée dans un certain confort. Une vie routinière de retraités modestes dans laquelle se devine un certain ennui. Une lassitude, aussi. Les sentiments ne s'expriment pas vraiment. Il n'en reste pas moins qu'une pointe de jalousie, seul élément perturbateur, viendra s'installer entre ces deux êtres sans que rien n'éclate véritablement.

 

La photographie très monochrome n'embellit en rien la campagne anglaise. Le scénario est sans surprise. La réalisation sans être dénuée d'élégance manque d'une certaine assurance.

 

Les promenades avec Max, ne font en rien penser au film d'Oshima. C'est ici un superbe chien. Charlotte Rampling, récompensée lors de la dernière Berlinale, est superbe. Son talent, sa voix et son allure, donnent le coup de fouet nécessaire au film pour ne pas sombrer dans un certain ennui.

 

45 years - Charlotte Rampling

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2016
commenter cet article

commentaires

dasola 04/02/2016 08:28

Rebonjour Alain, oui, heureusement qu'il y a Charlotte Rampling et même Tom Courtenay. Personnellement, j'ai du mal à comprendre la réaction de Kate (au bout de 45 ans). Bonne journée.

Edmée De Xhavée 31/01/2016 09:29

Deux acteurs que j'aime beaucoup et un thème qui est souvent celui de mes textes. Aussi je ne résisterai pas s'il passe, malgré les lacunes que tu signales. Je suis trop intriguée :)

Bonne semaine, Alain :)

Jacqueline Magne 31/01/2016 09:16

Charlotte Rampling est magnifique en tout. Quelle actrice ! Quelle femme ! Pour le film je suis restée à côté. Pas assez fouillé, à mon avis en tout cas. Très belle semaine à toi, et même sans neige je sais d'avance que tu sauras profiter de l'ambiance particulière de ce festival que tu aimes tant. Bises

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.