Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 18:13

 

Date de sortie 13 janvier 2016

 

Arrête ton cinéma !


Réalisé par Diane Kurys


Avec Sylvie Testud, Josiane Balasko, Zabou Breitman,

Fred Testot, François-Xavier Demaison, Claire Keim,

Hélène de Fougerolles, Virginie Hocq, Florence Thomassin


Genre Comédie


Production Française

 

Arrête ton cinéma ! est tiré du roman C’est le métier qui rentre, écrit par Sylvie Testud et qui lui-même s'inspire de l'expérience de la comédienne. Cette dernière avait vainement tenté de monter un projet de long-métrage avant de renoncer devant toutes les difficultés inhérentes à sa production.

 

Extrait d'entretien avec Sylvie Testud.

Relevé dans le dossier de presse.

 

Qu’est-ce qui vous a poussée à écrire C’est le métier qui rentre ?


Au départ, je n’avais pas réussi à monter un projet de film très personnel, ce qui a été pour moi un véritable échec. Pendant la phase d’écriture du scénario, chacun donnait son avis sur ce que j’écrivais, et du coup, il s’est produit une vraie dichotomie entre ce que je désirais écrire et ce que les autres voulaient, et mon propos s’est retrouvé complètement dénaturé. On a toujours envie de suivre son instinct et ses propres idées, puis on est contraint de faire des concessions pour des raisons financières. Mais je me suis retrouvée tiraillée dans tous les sens car, encore une fois, tout le monde faisait des remarques et aucun avis n’allait dans la même direction. Bref, chacun voyait le film qu’il voulait voir : je devenais folle ! C’était intenable : il y avait toujours quelqu’un pour s’opposer au projet tel qu’il était. Mais je me suis entêtée en dépit des conseils de mes proches, persuadée que « quand on veut, on peut ! ». Quand j’ai réalisé que le film ne se ferait pas, j’ai raconté cette expérience à mon entourage, et plus j’en détaillais les péripéties, plus les gens étaient morts de rire. Comme j’écris et que j’aime bien me moquer de moi-même, je me suis dit qu’il y avait matière à écrire un livre avec une véritable autodérision. Cela m’a amusée et m’a permis de faire ce que je voulais en totale liberté.

 

Pour lire la suite de l'entretien, cliquez ICI !

 

 

Arrête ton cinéma !

Zabou Breitman, Sylvie Testud, Diane Kurys et Josiane Balasko

 

Synopsis

 

C’est dans l’enthousiasme que Sybille (Sylvie Testud), démarre l’écriture de son premier film.

Actrice reconnue, elle va passer pour la première fois de l’autre côté de la caméra. Tout semble lui sourire. Ses productrices Brigitte (Josiane Balasko) et Ingrid (Zabou Breitman) sont deux personnages loufoques mais attachants et Sybille se jette avec elles dans l’aventure, mettant de côté sa vie familiale.

Mais, du choix improbable des actrices, aux réécritures successives du scénario, en passant par les refus des financiers, le rêve merveilleux va se transformer en cauchemar. Incorrigible optimiste, Sybille réalisera trop tard que ses productrices fantasques et totalement déjantées vont l’entraîner dans leur folie…

 

 

Extrait d'entretien avec Diane Kurys.

Relevé dans le dossier de presse.

 

C’est la première fois que vous transposez un livre. Qu’est-ce qui vous a plu dans l’univers de Sylvie Testud ?


Je savais qu’on lui avait proposé d’écrire un scénario et qu’elle en avait même écrit plusieurs versions. Et puis, trois semaines avant le début du tournage, alors qu’elle était déjà en préparation, avec un casting et une équipe engagés, elle a appris que son film ne se ferait pas. C’est quand même le cauchemar de tous les metteurs en scène ! Je me souviens du moment où elle me l’a annoncé. Elle était effondrée et devant sa détresse je lui ai conseillé d’écrire un livre pour ne pas rester sur cet échec mais au contraire pour l’exorciser et essayer d’en faire quelque chose...


Vous avez été d’autant plus touchée par le livre que vous êtes très proches...


Depuis Sagan, nous sommes devenues amies. C’est le troisième film que nous faisons ensemble ! Quand j’ai su qu’elle s’était mise au travail, j’ai été très impatiente de lire le livre. Je savais qu’il serait drôle ! Sylvie écrit comme elle parle, comme elle vit, à cent à l’heure, avec humour... Je n’ai pas été déçue. Le roman est à son image – vivant, amusant et profond en même temps. J’ai beaucoup ri en le lisant et j’ai été émue aussi. Du coup, je lui ai proposé de l’adapter avec elle et d’en faire un film. Je l’ai sentie soulagée de ne pas avoir à s’attaquer elle-même au projet. Je pense qu’elle était heureuse de savoir que cette histoire serait finalement portée à l’écran et qu’on partagerait toutes les deux la responsabilité du projet.


Comment s’est passé le travail d’écriture ?


On a travaillé à quatre mains, même si Sylvie Verheyde a apporté un regard extérieur en se faisant l’avocat du diable et en nous poussant dans nos retranchements... On raconte l’histoire d’une femme sous pression du début à la fin. Il n’y a rien de tel comme arc de progression pour un personnage. Elle est persuadée qu’elle arrivera à le faire, son film. En dépit des incohérences de ses productrices, et malgré les concessions, elle s’accroche, elle est prête à avaler toutes les couleuvres. Son rêve de cinéma vire au cauchemar. C’est ce basculement qui est à la fois terrifiant et hilarant.


Est-ce que cette histoire ne pouvait se passer que dans le milieu du cinéma ?


La pression que subit Sybille est liée à son métier mais elle pourrait aussi bien travailler dans un autre domaine. Elle a quelque chose à accomplir et plus rien d’autre n’existe. Quand on réveille un désir, une ambition, chez quelqu’un, il est capable d’oublier tout le reste, sa vie personnelle, sa famille, ses enfants ! Sybille se laisse "envoûter" par ces deux productrices folles. Elle est complètement aveuglée par son projet et elle ne veut pas voir qu’elle fonce droit dans le mur.

 

Vous êtes-vous identifiée facilement au personnage ?


Bien évidemment, je me suis identifiée à Sybille/Sylvie parce que j’ai été actrice et que je suis aujourd’hui réalisatrice. Il y a une grande proximité entre nous, une grande complicité. Je pense que j’ai réussi à me mettre à sa place, tout en allant vers une histoire qui résonne avec mes propres obsessions : j’ai imaginé que si le matériau de départ était plus intime qu’il ne l’est dans le livre, le dévoiement serait plus fort et par conséquent la comédie d’autant plus drôle. Du coup, on a un peu entrecroisé nos parcours : le scénario que Sybille veut écrire est autobiographique, c’est quelque chose entre son premier livre Gamines et mes films...

 

Parlez-moi des deux productrices, sortes de harpies féroces et prédatrices campées par Josiane Balasko et Zabou Breitman...


L’idée de deux productrices m’est venue assez tard. Dans le roman, il s’agissait d’un tandem frère/soeur que j’avais du mal à me figurer. Et puis un matin, je me suis dit : " tiens, et si on en faisait un couple de femmes ? " J’ai téléphoné à Sylvie pour lui en parler et elle a tout de suite adhéré à l’idée. Ce qui me plaît, c’est qu’on ne se pose jamais la question de savoir si elles sont ensemble ou pas : il y a de la tendresse entre elles et elles se parlent avec des petits mots doux, tout en se traitant aussi de tous les noms d’oiseaux ! Josiane Balasko avait adoré le livre, elle l’avait dit à Sylvie et comme ça faisait longtemps qu’on avait envie de travailler ensemble, je lui ai proposé le rôle de Brigitte. Quant à Zabou, on s’est connues sur La Baule-les-Pins... Elle a lu le scénario dans un train. Elle m’envoyait des SMS toutes les trois minutes en me disant qu’elle était écroulée de rire...

Elles nous plongent par moment dans la farce burlesque la plus déjantée.


C’est la première fois que je fais un film aussi fou, aussi délirant et j’ai adoré ! On raconte quand même l’histoire d’un échec et c’était un drôle de pari que de faire rire avec un tel sujet. C’est pour ça que j’ai voulu grossir le trait et aller dans la démesure. Si les deux productrices paraissent parfois caricaturales c’est une volonté de ma part. Quand on connaît le talent d’actrice de Josiane Balasko on comprend la façon dont elle a construit son personnage et je trouve ça jubilatoire de la voir verser dans l’hystérie tout en restant profondément sincère ! C’est le principe même de ce style de comédie. Personnellement, j’adore les films sur le cinéma et c’est vrai qu’ils s’inscrivent souvent dans la parodie : Panique à Hollywood, Ça tourne à Manhattan, The Player, Tonnerre sous les tropiques, Maps to the Stars, etc. Et quand on repense aux films de Mel Brooks, de Robert Altman, de Lubitsch ou de Billy Wilder, on s’aperçoit qu’aucun de ces cinéastes n’avait peur de l’exagération. Pendant toute la phase d’écriture, j’étais attentive à la tonalité : je voulais, en dépit de la folie, conserver la vérité et l’émotion. Car évidemment, c’est l’humanité des personnages qui nous fait rire et qui nous touche. Même si on ne comprend pas toujours ces deux femmes, elles restent vraisemblables jusqu’au bout. Josiane et Zabou ont une grande force comique et elles campent à merveille ces deux folles, perverses et hystériques, tout en restant humaines. Je trouve qu’elles forment un duo désopilant.

 

Les avez-vous laissées s’emparer des personnages et les imprégner de leur folie ?


Le scénario était très écrit mais elles se sont senties libres de suggérer ce qui leur semblait juste et elles ont fait beaucoup de propositions. Par exemple, la coke n’était ni dans le scénario, ni dans le livre. C’est une idée de Zabou et on l’a suivie. Je trouvais ça très cocasse. Josiane a proposé pas mal de dialogues. C’est une vraie collaboration.

 

.

Elles se sont approprié les rôles, Josiane s’est fait la tête de Catherine Lara, Zabou est partie dans le côté rockeuse avec fourrures et pantalon de cuir... Elles ont joué le jeu à fond ! Par moments, elles avaient peur d’aller trop loin. Mon rôle était de les rassurer et de les encourager.

 

Quels ont été vos rapports avec elles sur le tournage ?


Qu’est-ce qu’on s’est amusées ! Il faut dire que nous sommes toutes les quatre réalisatrices, si bien qu’il y avait beaucoup de complicité entre nous et aucun problème d’ego. C’est très agréable de travailler dans ces conditions. Je crois que Josiane, Zabou et Sylvie se sont régalées. Incarner des femmes aussi drôles, emportées par leur passion et leurs certitudes, cela doit être assez jouissif, à mon avis.


Était-il évident depuis le début que Sylvie Testud jouerait le rôle principal ?


Bien sûr. Et je dois dire que ça m’a beaucoup rassurée. Si on avait dû demander à une autre comédienne, j’aurais eu du mal. On avait une telle impression de vérité avec Sylvie et on s’entend tellement bien... C’est rare.

.

Dans le même temps, c’était aussi un pari pour elle de camper son propre rôle. Les comédiens aiment se cacher derrière un personnage et c’est toujours un défi de jouer sa propre histoire. Dans le film, elle a un côté "clown blanc", ce qui est très difficile à tenir sur la longueur. Il fallait qu’elle rende cette Sybille attachante car elle est sans cesse ridiculisée et ballotée, et cela risquait de lasser le spectateur ou bien de ne pas être crédible.

 

Parce qu’elle va loin tout de même dans ses renoncements successifs...

 

Comment avez-vous eu l’idée de Fred Testot qui campe le mari de Sybille ?


Le personnage est un homme rationnel qui aime sa femme et tente de la raisonner et de la guider. Il est tendre et rassurant mais on sent qu’il ne se laisse pas mener par le bout du nez. Il faut être très solide pour vivre avec une actrice !

 

Fred est un être délicieux, d’une grande humilité, et puis surtout, il est tellement drôle ! Il s’est créé une alchimie intéressante entre lui et Sylvie. Il incarne le regard du public : il peut être tendre mais pas dupe.

 

D’autres personnages sont très drôles, comme l’agent joué par François-Xavier Demaison...


Il s’est inspiré de deux ou trois personnes qu’il connaît dans ce métier et qu’on connaît tous. Et il s’est situé à mi-chemin entre un attaché de presse et un agent. Il a réussi à s’approprier son personnage chez qui on retrouve à la fois du cynisme et de la tendresse...


Vous épinglez aussi la fatuité et la vacuité de certaines comédiennes.


Ça vient du livre ! Sylvie aime bien égratigner - et s’égratigner elle-même. Il y avait notamment la scène de la comédienne qui se prend au sérieux et Claire Keim a pris du plaisir à jouer cette actrice capricieuse, tout comme Hélène de Fougerolles quand elle dit "J’ai toujours rêvé de jouer une pute... remarque, comédienne c’est un peu la même chose ! ". Ou Virginie Hocq qui déclare au serveur : "On signe le livre d’or mais vous nous offrez le champagne". J’ai adoré ces trois actrices qui ont accepté ces participations avec humour et qui s’en sont donné à coeur joie quand elles ont répété la danse autour de la moto...

Avec Kamel Ouali tout de même !

 

Pour lire la suite de l'entretien, cliquez ICI !

Mon opinion

 

Tiré du roman de Sylvie Testud, "C'est le métier qui rentre", ce film réalisé par Diane Kurys, bénéficie d'un grand plus. Des actrices, dont le seul talent arrive à les sauver de situations souvent très caricaturales.

 

Les excellentes Claire Keim, Virginie Hocq, Hélène de Fougerolles et Florence Thomassin sont parfaites dans de vrais rôles, même si secondaires. À leurs côtés, le duo composé par Josiane Balasko et Zabou Breitman, en fait trop. Elles paraissent s'amuser, mais leur folie respective, et trop excessive, peine à convaincre, à amuser. "Par moments, elles avaient peur d’aller trop loin. Mon rôle était de les rassurer et de les encourager" a déclaré la réalisatrice. Les actrices avaient raison de douter.

 

Sylvie Testud est de toutes les scènes. Tour à tour, paumée, maladroite, angoissée ou tyrannisée, elle est parfaite.

 

L'envers du décor pouvait laisser espérer une satire drôle et enlevée, voire féroce, de ce monde du cinéma. Il n'en est rien.

 

La fin est grotesque et plombe définitivement l'ensemble.

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2016
commenter cet article

commentaires

dasola 04/02/2016 08:25

Bonjour Alain, je suis désolée, on n'a pas dû voir le même film car je n'ai pas boudé mon plaisir. Je me suis beaucoup amusée (même à la fin). Bonne journée.

armelle 29/01/2016 10:31

Il passe près de chez moi mais à la lecture de votre critique, cher Alain, je vais économiser du temps et de l'argent. Bonne journée.

Michel Zorba 17/01/2016 12:13

Tout en aimant l'ensemble des actrices présentes au casting, je ne suis pas du tout tenté. La bande-annonce ne m'a pas encouragé et ta critique finit par me conforter d'aller voir n autre film. Bon Dimanche Alain. C'est toujours le grand beau temps chez toi ! Veinard. Je vois que tu te prépares pour Luchon. Très heureux pour toi. Rien que le site vaut le déplacement. Un festival en plus, son ambiance et sa parfaite organisation dont tu parlais l'an dernier, la neige peut-être, le grand air pour sûr. Bon festival !

Chris 16/01/2016 19:40

Salut Alain. Te connaissant j'imagine que le seul nom de Zabou Breitman a suffi par te convaincre. Comme moi, j'avoue. Je suis affreusement déçu. Quant à la fin c'est encore pire que grotesque. @+

Jacqueline Magne 16/01/2016 18:34

J'aime toutes les comédiennes qui sont dans le film. Mais compte tenu de tout ce que j'ai entendu, je m'abstiens. Bises à toi cher Alain

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.