Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 19:43

 

Date de sortie 13 janvier 2016

 

Carol


Réalisé par Todd Haynes


Avec Cate Blanchett, Rooney Mara,

Sarah Paulson, Kyle Chandler, Jake Lacy


Genres Comédie Dramatique


Production Britannique, Américaine

 

Carol est présenté en Compétition au Festival de Cannes 2015

 

Rooney Mara reçoit le Prix d'interprétation féminine

ex æquo avec

Emmanuelle Bercot dans Mon Roi réalisé par Maïwenn

Synopsis

 

New York, en 1952, quelques jours avant Noël. C'est l'effervescence au rayon jouets où travaille la timide Therese (Rooney Mara). Une de ses passions réside à s’exercer à la photographie sans oser rêver à s’en faire une vocation.

 

Carol Aird (Cate Blanchett) est une femme séduisante. Une cliente distinguée, grande bourgeoise et plus âgée d'une vingtaine d'années, elle achète un train électrique pour sa fille et laisse ses gants sur le comptoir.

 

Carol est en instance de divorce  avec un homme fortuné (Kyle Chandler) qui l’aime mal et sans retour.  Son mari veut lui enlever la garde de sa fille..


À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond et les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.

Carol - Cate Blanchett

 

À propos du film.

 

L'Histoire de Carol.


Carol décrit avec force la période de transition que furent les années 50 au sortir de la Seconde Guerre Mondiale. L’Amérique était marquée à la fois par un sentiment de paranoïa et par un certain optimisme. Tandis que ces années d’après-guerre préparent le terrain de bien des changements, Patricia Highsmith écrit son deuxième roman, Carol publié en 1952 sous le pseudonyme de Claire Morgan, sur la liaison entretenue par deux femmes vivant à New York.


La scénariste Phyllis Nagy a adapté le roman original afin que le réalisateur Todd Haynes puisse faire découvrir l’histoire de Carol au public d’aujourd’hui. Le cinéaste mourait d’envie de raconter la relation taboue de Therese et Carol avec un film qui capturerait le climat social des années 1950.


Carol - Rooney Mara"Carol, c’est une histoire d’amour inattendue entre deux femmes d’âges et de milieux différents" explique Todd Haynes. "Therese, une jeune femme, la vingtaine, découvre la vie quand elle fait la rencontre de Carol, une femme plus âgée, de belle allure, mère d’une petite fille et en instance de divorce.

 

 

 

 

Après leur coup de foudre, les deux femmes se retrouvent rapidement confrontées aux conventions et aux interdits de l’époque."


Le film montre une période durant laquelle la société se devait absolument de "suivre un modèle unique", souligne Todd Haynes. Carol comprend combien son mariage avec Harge, riche banquier d’affaires, est source de frustrations. À l’image des doutes vécus par Carol, Therese paraît tout aussi perdue face aux sentiments de son petit ami, Richard, qui lui est entièrement dévoué.


Carol - Cate Blanchett"Carol est une histoire d’amour qui dépeint la vérité comme l’ultime recours. Rester fidèle à qui vous êtes ne changera peut-être pas votre vie", confie Phyllis Nagy. Carol et Therese se sont toutes deux construites selon la norme : c’est ce qui va provoquer le tourbillon émotionnel qu’elles vont traverser.

 

 


La productrice Elizabeth Karlsen a trouvé l’adaptation du roman par Phyllis Nagy très belle, "un vrai bijou de scénario". Les nombreux états amoureux émergent dans la souffrance de ces deux femmes qui trouvent le courage d’être elles-mêmes en avançant dans des territoires inconnus.


Todd Haynes propose un film sur une période particulière au cours de laquelle la société va, lentement mais sûrement, s’ouvrir à l’acceptation du désir homosexuel.

La loi du désir.


Cate Blanchett a d’abord été séduite par la puissance émotionnelle de l’histoire et par son audace puisqu’elle a été écrite dans les années 50. Elle avait déjà accepté de jouer le rôle de Carol Aird lorsque Todd Haynes s’est vu proposer de réaliser le film. L’actrice et le cinéaste avaient déjà travaillé ensemble sur le film inspiré de la vie de Bob Dylan, I’m not there, aussi est-ce sans difficulté que Todd Haynes a imaginé l’actrice dans la peau d’une femme mûre et vulnérable, en instance de divorce, face à un changement majeur dans sa vie.


Attirée par les personnages complexes, Cate Blanchett avoue volontiers qu’il s’agit, pour une actrice, "de rôles délicieux à interpréter". "C’est jouissif de travailler sur une adaptation d’un roman de Patricia Highsmith. La vie intérieure des personnages est d’une richesse extraordinaire et Highsmith a un talent fou pour démontrer que tout adulte porte en lui un secret qui lui est propre." L’actrice avait déjà évolué dans l’univers de la romancière dans Le talentueux Mr. Ripley et avait donc déjà une idée de la façon dont il lui faudrait aller à la rencontre de son personnage.


"Carol est une personne qui peut paraître distante, froide et introvertie, mais je crois qu’au moment de sa rencontre avec Therese, elle est en fait en train de s’écrouler. De son côté, Therese n’est à l’aise dans aucun des cercles qu’elle côtoie. Je crois donc qu’elles se retrouvent particulièrement troublées par l’intensité du lien qui très vite les unit."

 

Carol va s’avouer ses sentiments pour Therese et, comme Cate Blanchett aime à le souligner, éprouver la peur universelle qui va souvent de pair avec les débuts d’une relation amoureuse.

 

Carol - Cate Blanchett et Rooney Mara

 

"Si Therese n’est que le produit de son âge et de son milieu, Carol, son aînée, risque davantage. Si elle succombe vraiment à cette attirance, elle se met bien plus en danger que cette fille beaucoup plus jeune qu’elle" explique Cate Blanchett. « Il y a chez Carol, une mélancolie, une nostalgie et un sentiment d’appréhension étrangers à Therese. »

 

Le mari de Carol, Harge, interprété par Kyle Chandler, représente ce qui est en jeu, alors qu’il la menace de lui faire perdre la garde de son enfant. La perspective de perdre sa fille effraie Carol, même si son coeur bat pour Therese.

 

Harge considère que cette nouvelle liaison de son épouse détruit non seulement son mariage mais aussi sa famille : "Mon personnage souhaite sauver l’apparence d’une famille idéale à laquelle il s’accroche. " précise Kyle Chandler.

 

Sarah Paulson incarne le rôle de la meilleure amie de Carol, Abby : "Dans l’esprit de Harge, Abby est aussi dangereuse car il sait qu’elle et Carol ont entretenu une liaison. Abby a conservé des sentiments forts pour Carol et Harge croit dans un premier temps que c’est elle qui provoque la fin de son mariage avant de découvrir l’existence de Therese. Devenue une confidente attentive, Abby essaie de préserver son amie alors que l’amour de Carol pour Therese s’affirme."

 

La relation entre Carol et Therese est une véritable histoire d’amour. Au coeur des années 50, le fait d’être lesbienne, amoureuse et décidée à vivre ses sentiments sans se cacher n’est pas une option dans la société américaine. Pour Rooney Mara, "À l’inverse de Carol, Therese n’a pas d’attaches. Elle est en pleine crise d’identité et cherche à savoir ce qu’elle attend de la vie. Sa rencontre avec Carol lui ouvre un champ de possibilités qu’elle n’imaginait pas vraiment. Son monde et sa vie vont s’en trouver transformés."


C’est un sentiment de solitude qui se dégage de la vie de Therese, que même son petit ami, Richard Semco, interprété par Jake Lacy, n’est pas en mesure de combler. Jake Lacy a été attiré par l’étude de moeurs des années 50 : "Richard est a priori le compagnon idéal pour Therese. Un jeune homme du New York des années 50, en mesure de vivre pleinement le rêve américain. Prêt à gagner de l’argent, s’acheter une maison, avoir des enfants ; autant de projets qu’il souhaite réaliser avec Therese. S’il fait preuve d’un bel optimisme face à l’avenir, Richard va vite s’apercevoir que ce n’est pas lui mais Carol et elle seule qui peut combler le vide dans la vie de Therese."

 

Carol - Cate Blanchett

Mon opinion

 

Le film est tourné en Super 16 pour capter et restituer religieusement la texture des films en 35 mm de l’époque. Edward Lachman, est un fidèle directeur de la photographie pour Todd Haynes. La photo n'est jamais "flamboyante" mais restitue parfaitement l'ambiance du cinéma de ces années-là.

 

Il en va de même pour les costumes de Sandy Powell, qui avait magnifiquement habillé Julianne Moore dans le chef d'œuvre du réalisateur, Loin du paradis.

 

L'ensemble n'a rien d'un mélodrame, mais explore davantage la profondeur des sentiments. Ceux des amours considérés comme interdites. Un passage souligne ce point quand l'un des protagonistes tente de déchiffrer les sentiments au travers d'un film censuré par le code Hays.

 

Il est facile de se laisser emporter par les regards, d'être fasciné ou étouffé par la précision de chaque élément et la reconstitution parfaite de cette époque. Tant au niveau des décors que des costumes. La mise en scène suit ce raffinement sans s'autoriser le moindre dérapage. Le scénario, très linéaire, ne s'accorde aucun débordement. Il faut attendre la toute fin du film pour être bouleversé par le lien fort et magnifique qui unit les deux principales protagonistes.

 

La jolie Rooney Mara est convaincante dans ce rôle de jeune femme "qui ne sait pas dire non".

 

Cate Blanchett, prisonnière de ce masque social imposé par une vie qui n'est pas la sienne est resplendissante. Quand il sera question de l'avenir de sa fille, au cours d'une très courte scène forte et douloureuse, elle explosera, enfin.

 

Un souffle de vie, de fièvre et d'émotions auraient permis une adhésion totale.

 

Carol reste un beau film, un questionnement aussi, pour toutes celles et de tous ceux qui n'ont pas pu pour certains, oser pour d'autres, choisir la liberté pour vivre pleinement leur propre vie.

 

Carol - Cate Blanchett

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2016
commenter cet article

commentaires

Armelle 26/01/2016 14:08

Pas très tentée bien que j'imagine Cate Blanchett ensorcelante. Alain, j'ai pensé à vous hier soir en regardant le documentaire sur Dalida. Elle était vraiment superbe et quelle belle voix.

roijoyeux 21/01/2016 19:39

A voir pour moi, sujet fort et j'adore l'ambiance années 1950 et pour les actrices

Chris 18/01/2016 21:13

Bonsoir Alain. Un beau film, tout est parfait, les actrices sont excellentes. Je ne suis pas non plus très emballé et reste sur Loin du paradis. Bonne soirée, à bientôt si tu passes par ici

Josh 18/01/2016 09:01

Slt Alain. Au final les longueurs qui m'ont paru excessives servent parfaitement le propos et rendent cette histoire plus douloureuse et difficile à vivre dans le contexte de l'époque. Est-ce plus facile aujourd'hui ? Avec cette triste actualité je ne n'en suis pas certain;

Edmée De Xhavée 17/01/2016 23:44

Je l'ai vu il y a deux jours. Je comprends maintenant pourquoi l'image avait cette qualité particulière. J'ai tout aimé de ce film, tout. Certaines façons de filmer une vue aussi, au travers des vitres d'une voiture etc... Quant aux sentiments... quelle histoire forte. Un regard, et voilà, le sort en est jeté. C'est vraiment ce "toi... c'est toi...". Et comme tu le dis, la fin, ah la la... j'ai eu du mal à avoir un air neutre en ressortant.

tinalakiller 17/01/2016 23:01

J'ai bien aimé ce film, très bien mis en scène (on sent effectivement que chaque détail compte), très touchant, j'ai vraiment ressenti le début d'une passion, de l'amour tout simplement et de tous les choix à faire à cause de cet amour. Et les actrices sont exceptionnelles !

Jacqueline Magne 17/01/2016 21:54

Bonsoir Alain j'ai trouvé ce film très long avec un manque de souffle. Mais les actrices sont géniales et la reconstitution de l'époque parfaite. (J'ai l'âge pour m'en souvenir). Bises

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.