Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 18:33


Réalisé par Alexander Kott

 

Le Souffle


Avec Elena An, Karim Pakachakov,

Narinman Bekbulatov-Areshev, Danila Rassomakhin

 

Titre original Ispytanie


Genre Drame

 

Production  Russe

 

Date de sortie en salles le 10 juin 2015

 

Synopsis

 

Un homme, Tolga (Karim Pakachakov) et sa fille Dina (Elena An) vivent paisiblement dans une ferme isolée des steppes kazakhes.

 

Alors que deux garçons, un Moscovite (Danila Rassomakhin) et un Kazakh (Narinman Bekbulatov-Areshev), se disputent le cœur de la jeune fille, une menace sourde se fait sentir...


Né à Moscou en 1973, Alexander Kott s’est passionné très jeune pour la photographie.


Dans les années 1990, ses oeuvres ont été exposées dans les galeries d’art moscovites ainsi qu’au musée de l’Académie russe des arts du théâtre. À 21 ans, il se tourne vers le cinéma et obtient le diplôme de l’Institut national russe de la cinématographie. Il débute alors dans le métier avec une série de courts métrages, et notamment Le Photographe réalisé en 1998 et L’Épouvantail, tous deux sélectionnés et récompensés dans de nombreux festivals internationaux.


En 2002, il réalise son premier long métrage, Deux Chauffeurs roulaient, qui lui vaut le Prix du meilleur réalisateur au festival Kinoshock. Après des années de travail comme scénariste et réalisateur pour la télévision, il revient au cinéma en 2010, avec la très remarquée La Forteresse de Brest.


En 2014, Le Souffle, son troisième long métrage, vient couronner une oeuvre d’une esthétique exceptionnelle et porteuse d’un véritable message politique et social.

 

Le Souffle

Entretien avec Alexander Kott relevé dans le dossier de presse.

Propos recueillis et traduits du russe par Joël Chapron (Specialiste Du Cinema Russe) le 12 mars 2015


Vous avez commencé votre carrière de metteur en scène avec deux courts métrages très remarqués, tous deux présentés au Festival de Cannes : Le Photographe dans la section Cinéfondation en 1998, puis L’Épouvantail à la Quinzaine des réalisateurs en 2000. Mais Le Souffle n’est finalement que votre troisième long métrage en quinze ans. À quoi cela est-il dû ?


J’ai toujours souhaité tourner des films qui m’étaient proches et m’affranchir des exigences de production. Je les respecte lorsqu’il s’agit de films de commande (comme La Forteresse de Brest, mon deuxième film) ou de séries télé. J’ai, de fait, tourné de nombreuses séries, dont certaines ont été extrêmement populaires. Mais je veux, pour les projets qui me tiennent à coeur, garder ma liberté artistique. Et rares sont les producteurs qui me laissent carte blanche…

 

Comment est né ce projet ?


Ce projet est né avant que je ne sois sollicité, mais le premier tournage s’est arrêté à cause de problèmes financiers. Le producteur du film, Igor Tolstunov, a demandé une rallonge financière au Fonds du cinéma. Ce dernier, en contrepartie, a exigé d’avoir le film le plus rapidement possible. C’est à ce moment-là que je suis arrivé sur ce projet. Il ne reste finalement rien du scénario initial : j’ai dû tout changer pour rentrer dans l’enveloppe impartie (le film a dû coûter environ un million et demi de dollars). Je rêvais de faire un film muet depuis longtemps; j’ai donc posé cette condition à ma participation et le producteur m’a donné carte blanche. Je suis heureux de dire que j’ai tourné le film que je voulais.


Il y eut certes des contraintes : je devais me contenter de trente jours de tournage et on a dû se rabattre sur les paysages de la steppe de Crimée. On avait une coproduction avec les studios Kazakhfilm du Kazakhstan, mais les lieux qu’on avait repérés dans ce pays étaient trop compliqués pour qu’on puisse y tourner rapidement.


Faire un film muet induit un travail très particulier sur la musique, les bruits, le son…


Effectivement. Tous les bruits ont été extrêmement travaillés et postsynchronisés en studio. Le bruit du vent, par exemple, est compliqué à rendre artificiellement : nous avons enregistré quantité de vents durant le tournage et nous nous sommes servis dans les bandes au moment du montage. Je voulais que la musique du film naisse du vent pour s’y fondre à nouveau à la fin du morceau. J’ai fait appel à Alexeï Aïgui, violoniste et formidable compositeur, qui se produit et travaille en France. Il a réussi à composer une musique d’une grande qualité artistique malgré nos contraintes économiques.

Et vous avez aussi des trouvailles visuelles servies par un très bon chef opérateur.


Oui, Levan Kapanadze et moi avions déjà fait des publicités ensemble et travaillé sur La Face cachée de la lune, une série très populaire. Mais c’est notre première collaboration sur un film de long métrage. Nous avons procédé à un découpage minutieux en amont avec un story-board très dessiné qu’on a suivi à la lettre.

 

Mais la nature vous fait toujours des cadeaux que vous n’attendez pas : le soleil dans les cheveux de la fillette, la "pomme" de soleil que le père mange…

 

Le Souffle

 

On a même eu un nid d’oiseaux dans la maison qu’on a construite au milieu de la steppe et qu’à la fin on a fait exploser. La veille de l’explosion, on se demandait comment déplacer ce nid… et, en nous réveillant le lendemain, on a vu que les oiseaux s’étaient envolés !


Où avez-vous trouvé vos artistes ?


Je les ai longtemps cherchés en Russie et au Kazakhstan, et j’ai fini par m’arrêter, pour le rôle du jeune Russe, sur Danila Rassomakhin. Il faisait ses études au Gitis, le grand institut de théâtre et des arts de la scène. Il se destinait à être acrobate. Moi je cherchais une sorte de clown naïf. Il m’a convaincu. De plus, il a un frère jumeau… dont je me suis aussi servi dans le plan où ils se dédoublent !

 

Le jeune Kazakh à cheval tournait également dans un film pour la première fois.

 

Quant à la jeune Elena An, ce fut compliqué de trouver une jeune fille de quatorze ans en Asie centrale qui ne soit pas déjà une future femme prête à marier. On a longuement cherché. Je voulais une actrice qui soit dans la veine de Natalia Arynbassarova, l’extraordinaire interprète de Premier Maître d’Andreï Konchalovsky. Et j’ai fini par trouver Elena : c’est la fille d’un couple mixte. Son père, coréen, est attaché culturel à Moscou et sa mère est russe.

 

Pour eux trois, c’était leur premier tournage et je voulais justement capter cette appréhension de tourner, cette peur de la caméra.


Quels sont vos projets ?


Je suis en train de finir mon quatrième film, intitulé Insight, l’histoire d’un amour basé sur un mensonge, et je dois tourner l’an prochain un film de grande ampleur intitulé Spitak, du nom de la ville d’Arménie qui a subi un terrible tremblement de terre le 7 décembre 1988 dont le monde entier a entendu parler.

 

Ma productrice semble avoir trouvé des coproducteurs… français !

 

Le Souffle

Mon opinion

 

Toutes les émotions peuvent submerger devant ces images qui défilent sans le moindre dialogue. Un film à la fois muet et bruyant.

 

Le fracas du vent, celui de la pluie, ou encore une hélice d'avion, mais aussi le galop d'un cheval, le moteur d'un vieux camion, pour mieux revenir aux bourrasques de ce vent furieux.

 

À noter aussi, la très belle musique d'Alexeï Aïgui.

 

Un scénario minimal et le dépouillement extrême tirent le sectateur vers de grands moments de contemplation ou, peut-être, un ennui profond. Pour ma part je me suis laissé emporter par ces paysages du Kazakhstan, grandioses et désolés à la fois.

 

La photographie, admirable, procure un sentiment de dépaysement absolu avec une angoisse qui ne cesse de s'intensifier. Habilement, la mise en scène laisse monter cette tension qui ne faiblit pas malgré l'issue finale tout à fait prévisible.

 

Les dernières images sont spectaculaires et monstrueuses par ces ravages causés dans cette région du monde. C'était en 1949.

 

Le réalisateur Alexander Kott a déclaré : "Je rêvais de faire un film muet depuis longtemps; j’ai donc posé cette condition à ma participation et le producteur m’a donné carte blanche. Je suis heureux de dire que j’ai tourné le film que je voulais.".

 

Un réalisateur que je suis heureux d'avoir découvert au travers de ce film inhabituel et d'une grande force.

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2016
commenter cet article

commentaires

Michelle Alho 04/04/2016 19:11

Je n'ai pas entendu parler de ce film. En lisant ta page je le regrette

Michel Zorba 04/04/2016 14:47

Agnès a vu ce film. Elle a trouvé l'ensemble magnifique. Comme toi, d'ailleurs selon ta critique.

Armelle 02/04/2016 10:22

Voilà un film que j'aimerais voir car il est le 7e Art par excellence, c'est-à-dire que l'image est reine. Pas de bavardage. Comme en peinture, l'expression artistique ne passe que par l'expression visuelle. Cela est sûrement une expérience très intéressante. Vous nous faites découvrir des films rares. Merci cher Alain.

roijoyeux 01/04/2016 12:16

sans dialogue c'est du cinéma à l'état pur, curiosité à voir !

Chris 28/03/2016 11:13

Moi non plus je ne connais pas ce film. Visiblement beau et désespéré. Merci pour l'info. @+

Jacqueline Magne 27/03/2016 13:42

Voilà bien un film dont je n'avais pas entendu parler. Dommage le sujet a l'ai fort et bien traité comme tu le précises. Joyeuses Pâques cher Alain. Bises

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.