Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 21:23

 

Date de sortie 20 avril 2016

 

La Saison des Femmes


Réalisé par Leena Yadav


Avec Tannishtha Chatterjee, Radhika Apte, Surveen Chawla, Lehar Khan,

Riddhi Senn, Mahesh Balraj, Chandan Anand, Sumeet Vyas, Adil Hussain

 

Titre original Parched


Genre Drame


Production Indienne

 

Synopsis

 

Inde, Etat du Gujarat, de nos jours.

 

Dans un petit village, quatre femmes osent s'opposer aux hommes et aux traditions ancestrales qui les asservissent.

 

Bijli (Surveen Chawla), danseuse itinérante, considérée comme une prostituée est la seule à avoir osé quitter le village. Rani (Tannishtha Chatterjee), veuve à quinze ans après un mariage forcé, est condamnée à ne s’habiller que de noir et à élever seule son fils, devenu alcoolique, Gulab. (Riddhi Sen). La toute jeune Janaki (Lehar Khan), mariée de force avec Gulab. Lajjo (Radhika Apte), méprisée et battue par Manoj (Mahesh Balraj) son ivrogne d'époux, qui l'accuse d'être stérile.

 

Portées par leur amitié et leur désir de liberté, elles affrontent leurs démons, et rêvent d'amour et d'ailleurs.

 

La Saison des femmes

Née en 1971, Leena Yadav est la fille d’un ancien général de division de l’armée indienne qui changeait d’affectation tous les deux ans. Déménager constamment lui a conféré une grande capacité d’adaptation et cette expérience a eu un impact considérable sur la personne qu’elle est devenue aujourd’hui.
Leena Yadav a fait son entrée dans l’univers du cinéma en montant des publicités au début des années 1990. Elle a ensuite réalisé plus de 300 heures de programmes pour la télévision, notamment des séries à succès.
Shabd réalisé en 2005 est le premier film écrit, réalisé et monté par la réalisatrice. Sa distribution repose sur des stars comme Aishwarya Rai, Sanjay Dutt et Zayed Khan. Le film aborde les ressorts psychologiques de l’amour, du mariage, de la créativité et de la liberté. Pour le deuxième film écrit et réalisé par ses soins, Teen Patti en 2010, Leena Yadav fait appel à deux légendes du cinéma, Amitabh Bachchan et l’acteur oscarisé Sir Ben Kingsley. Il s’agit d’un thriller sur la cupidité, la tromperie et la théorie des jeux.

 

Après ces deux longs-métrages réalisés à Bollywood, Leena Yadav s'est tournée vers le film indépendant.

 

La Saison des Femmes est son troisième long-métrage.

 

Malgré une industrie florissante du cinéma en Inde, Leena Yadav n’a pas eu de financement pour l’aider à réaliser La Saison des Femmes; c’est son mari qui a joué les producteurs pour l’occasion.

Au discours social très progressiste, Leena Yadav a mêlé les traditions indiennes et bollywoodiennes de chant et de danse dans le film. "Je suis une cinéaste indienne et je n’aurais jamais pu faire un film sans ces éléments même si j’explore des réalités très violentes. Alors oui, arriver à cet équilibre, c’était simple et vital à la fois". "Je ne me suis forcée à rien et n’ai rien recherché qui n’était pas en accord naturel avec l’histoire de ces femmes.", confie-t-elle.

 

La Saison des Femmes

Entretien avec la réalisatrice Leena Yadav

 

Quelle est l’origine de La Saison des Femmes ?


Petite fille, mes parents m’ont appris à juger et traiter les autres comme des êtres humains avant tout, sans tenir compte de leur sexe, de leur religion ou de leur caste. Ce film est ma réaction à une société misogyne qui traite les femmes comme des objets sexuels, dont le rôle se limite à servir les hommes. Si j’ai choisi d’écrire l’histoire de ces femmes ordinaires au destin extraordinaire, c’est pour donner à mes personnages féminins une voix qui observe, comprend et réagit. Nous sommes tous parfois contraints par la structure sociale à nous conformer à certaines normes ou valeurs, sans nous interroger sur leur signification ou les remettre en cause. Si les remettre en question fait de nous des hors-la-loi, eh bien tant pis !
Durant l’hiver 2012, j’ai sillonné le désert aride du Kutch, dans l’État indien du Gujarat, en quête d’histoires à raconter. Situé au nord-ouest de l’Inde, ce territoire reculé aux paysages impressionnants abrite deux millions d’habitants, répartis en petites communautés. La population est régie par d’anciennes "normes" patriarcales décrétées par le conseil du village, composé en grande partie d’hommes. J’ai été captivée par les paysages du Kutch, par son sol desséché et craquelé, et par ses femmes aux tenues chamarrées.
Mon histoire se passe dans le village imaginaire d’Ujhaas. Pour le film, nous avons inventé une langue qui mélange l’hindi à un dialecte local, le kutchi.

 

Quelles ont été vos sources d’inspirations pour créer vos héroïnes ?


Dans un village, j’ai rencontré une femme prénommée Rani. Elle nous a invités dans sa hutte et nous a raconté son histoire autour d’un repas préparé par ses soins. Devenue veuve à l’âge de quinze ans, elle a consacré sa vie à l’éducation de ses enfants. Son histoire était authentique, parfois même drôle. J’ai eu envie de la raconter quand Rani m’a pris la main et m’a confié : "On ne m’a pas touchée depuis dix-sept ans. J’ai enfoui tous mes besoins au fond de moi pour faire ce qui convient pour mes enfants." Ses mots m’ont choquée et bouleversée. Qu’est-ce qui «"convient" ? Est-il "convenable" d’ordonner à une enfant de quinze ans de passer le reste de son existence vêtue de noir, à élever seule les enfants qu’elle a eus très jeune suite à un mariage forcé ? Pourquoi lui a-t-on retiré le droit à la couleur et à tout contact physique ? Qui a décrété ces « normes » sociétales, et pourquoi Rani les a-t-elle acceptées ? J’ai gardé ce prénom pour mon personnage principal.


La Saison des Femmes

.

 

.

Un autre jour, une jeune femme s’est assise avec nous. Elle bavardait et riait en toute insouciance, mais son visage et ses bras étaient couverts de bleus.

 

 

 

 

Quand j’ai enfin osé lui demander si elle allait bien, elle a minimisé le problème : "Mon mari travaille beaucoup, parfois c’est frustrant pour lui. Sur qui d’autre pourrait-il se défouler ?". "C’est ma vie... parlons d’autre chose", a-t-elle conclu avec un grand sourire. C’est ce sourire qui m’a inspiré le personnage de Lajjo.

Dans ces régions rurales, en particulier, j’ai rencontré des femmes qui travaillent dur. Le jour, elles cuisinent, font le ménage, élèvent seules leurs enfants et effectuent des tâches agricoles éreintantes. Le soir, elles gagnent un peu d’argent supplémentaire en brodant à la lueur d’une lampe des étoffes artisanales, revendues à prix d’or dans les grandes villes. Ces femmes subissent un véritable lavage de cerveau. On leur fait croire que leurs efforts ne valent rien, que ce sont les hommes qui subviennent aux besoins de la famille. « Le pauvre, il travaille toute la journée et rentre fatigué le soir, c’est normal qu’il prenne un verre pour se détendre, » expliquent-elles pour excuser l’alcoolisme de leurs maris, souvent camionneurs saisonniers. Les femmes de La saison des Femmes sont le fruit de toutes ces rencontres.

Votre film pointe du doigt, entre autres, le cercle vicieux de la misogynie...


Lors de nos repérages pour les scènes en extérieur, nous avons visité une bonne trentaine de villages aux environs de Bhuj, du Gujarat et du Rajasthan. On nous a interdit d’y tourner, car les villageois n’approuvaient pas qu’une femme (moi, en l’occurrence) dirige une équipe, porte des pantalons, ne se couvre pas la tête et parle ouvertement aux hommes. Contre toute attente, ce sont les hommes de la jeune génération, ceux qui sont aux commandes aujourd’hui, qui ont eu le plus de mal à accepter une femme émancipée comme chef d’équipe.

 

La Saison des FemmesL’un d’eux m’a dit : "Si une femme comme vous pénètre dans notre village, nos femmes seront perverties." Cette expérience m’a inspiré le personnage de Gulab, le fils de Rani. Gulab a été élevé dans un univers patriarcal, où la misogynie constitue la "norme".

Il est tout autant le produit de cet univers que son propagateur. En ce sens, Gulab est lui aussi une victime.

 

 

Ses aînés lui ont transmis la colère et l’agressivité comme techniques de survie. On lui a inculqué que les femmes sont des objets sexuels, des possessions. Il se voit privé de douceur, de gentillesse et d’amour car il est "un homme".

Le plus tragique, c’est que très probablement, en grandissant, Gulab deviendra comme Manoj, le mari maltraitant de Lajjo. Je connais des hommes qui battent leurs femmes comme le fait Manoj dans mon film, et des épouses qui supportent sans broncher leurs mauvais traitements, pour des raisons qui m’échappent. Ces hommes ne sont pas toujours des villageois illettrés, certains portent un costume, dirigent des entreprises et peuvent être de fins connaisseurs de vin. La relation entre Manoj et Lajjo s’inspire de ces relations fondées sur le sentiment d’impuissance du mari, qui l’extériorise en maltraitant la personne la plus proche de lui.

 

La musique tient une place très importante dans votre film…


Le travail avec Hitesh Sonik sur la musique du film a été une sacrée aventure ! Tout d’abord, nous avons déniché la voix brute mais bouleversante de Gaazi Khan au Rajasthan. Nous l’avons enregistrée dans un studio délabré de Jodhpur. C’est là qu’est née la chanson "Baaisa". Cette chanson est une ode aux filles, mais paradoxalement, nous l’avons utilisée dans la scène où la toute jeune épouse est expédiée vers son nouveau domicile conjugal. Hitesh a ensuite composé "Maa" ("mère "), sur des paroles de Swanand Kirkire. Quand Hitesh a joué les premières notes de "Maai", j’ai tout de suite su que La Saison des Femmes était entre de bonnes mains. Des chansons grivoises sur lesquelles danse Bijli, la prostituée, à la mélodie très émouvante de "Maai", Hitesh est toujours resté en communion avec l’âme du film à travers sa musique. Créer la bande originale dans sa totalité fut le fruit de longues discussions entre lui et moi. Il y a eu des désaccords, de la colère, du rire et parfois même quelques larmes... Mais nous avons toujours su que nous finirions par trouver le bon ton pour le film.

 

La Saison des femmes

Comment avez-vous recréé l’ambiance électrisante de ces scènes de danse ?


Il était important pour moi qu’il y ait ce pendant festif au discours social que j’ai voulu faire passer dans mon film, sur la condition de la femme dans mon pays. Plus précisément, dans les scènes avec Bijli, la compagnie de danse que l’on voit dans le film reproduit une pratique très commune au nord de l’Inde, où des femmes montent sur scène pour émoustiller les spectateurs. Les paroles et les mouvements de leurs numéros sont à forte connotation sexuelle. Beaucoup de ces femmes sont aussi des prostituées. J’ai toujours été fascinée par ces danseuses itinérantes, qui sont paradoxalement bien implantées dans la tradition indienne. Le personnage de Bijli m’a permis d’explorer un aspect très intéressant de la sexualité. J’ai presque fait d’elle la voix de l’émancipation, puisque c’est la seule femme du trio à s’être aventurée hors du village, à connaître le monde extérieur. Elle m’a aussi permis de mieux comprendre Rani et Lajjo à travers son regard, puisque moi aussi je viens de l’extérieur.

 

Votre film mêle une analyse frontale de la société indienne avec la tradition du cinéma bollywoodien. Etait-ce important pour vous que ces deux pans coexistent ?


En Inde, nous aimons les films et le cricket. C’est presque une obsession. Bollyood fait partie intégrante de nos vies et s’inspire de nos de vies, lorsque nous dansons et chantons à de multiples occasions. Nous nous exprimons quotidiennement grâce à la danse et à la musique.

 

Comment produit-on un tel film en Inde aujourd’hui ?


C’est extrêmement difficile de trouver du financement pour un film comme La Saison des Femmes en Inde aujourd’hui. J’aurais aimé que les choses soient différentes, que de tels films puissent trouver leur place dans l’immense industrie du cinéma indien et coexistent à côté du cinéma bollywoodien. Nous avons tous, moi en premier, pulvérisé bien des barrières pour faire exister La Saison des Femmes. J’ai été soutenue par mon mari qui a endossé le rôle de producteur. J’espère juste que je pourrai montrer le film sans aucune censure en Inde.

 

Justement, quand le film sera-t-il distribué en Inde et comment pensez-vous qu’il sera reçu par les spectateurs ?


Nous devons encore soumettre La Saison des Femmes au comité de censure. Nous construirons la stratégie de sortie lorsque nous aurons leurs retours. Les quelques personnes qui ont découvert le film en projections privées ont magnifiquement réagi. Alors… j’espère une réaction positive de la part de la censure.

 

Pensez-vous que le film créera des débats dans votre pays ?


Je le souhaite de tout coeur. J’espère que La Saison des Femmes suscitera des conversations, des polémiques qui me semblent essentielles pour notre monde et pour nos vies aujourd’hui. Tous ces sujets ont été trop longtemps relégués aux oubliettes, cachés sous le tapis. Et les débats sont un premier pas vers le changement…

 

La Saison des Femmes

Mon opinion

 

Outre les difficultés rencontrées pour le financement du film, la réalisatrice, Leena Yadav, a déclaré : "Lors de nos repérages pour les scènes en extérieur, nous avons visité une bonne trentaine de villages aux environs de Bhuj, du Gujarat et du Rajasthan. On nous a interdit d’y tourner, car les villageois n’approuvaient pas qu’une femme dirige une équipe, porte des pantalons, ne se couvre pas la tête et parle ouvertement aux hommes. Contre toute attente, ce sont les hommes de la jeune génération, ceux qui sont aux commandes aujourd’hui, qui ont eu le plus de mal à accepter une femme émancipée comme chef d’équipe."

 

Une déclaration qui met en avant la condition féminine dans cette contrée, ce pays, et qui mérite largement d'être soulignée pour le courage nécessaire à mener pareille entreprise.

 

Dénoncer l'intolérable et ancestral patriarcat, certes, mais sans cacher une autre réalité. Le scénario démontre parfaitement le cheminement de certaines femmes, perdues dans des rites d'un autre temps, qui vendues pour des mariages forcés dès leur plus jeune âge, deviendront, éventuellement, à leur tour des marâtres autoritaires et sans pitié.

 

Le film est éclatant de couleurs, enthousiaste et évite tout pathos.

 

La photographie magnifique, révèle toute la beauté de cette contrée et plus encore, celle des principales protagonistes. Quatre formidables actrices, qui, grâce à leur talent, imposent un dynamisme joyeux. Leur détermination résonne comme un grand cri d'espoir.

 

La caméra magnifie ces femmes dans leurs saris colorés. La réalisatrice les rend sublimes dans quelques scènes dénudées, dont une très belle scène d'amour.

 

L'ensemble du casting, l'habile construction du scénario, la formidable bande-son et la réalisation parfaite, font de La Saison des Femmes un très beau film.

 

Nécessaire aussi, pour saluer le courage de ces femmes qui doivent se battre contre une domination masculine qui les prive, aujourd'hui encore, de l'essentiel. Le libre choix et l'égalité.

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2016
commenter cet article

commentaires

RETOUR AFFECTIF DE VOTRE AMOUR 15/10/2017 12:36

PAPA ALI GRAND MARABOUT VOYANT OCCULTE D'AFRIQUE SPÉCIALISTE DES TRAVAUX OCCULTES RITUEL MAGIE BLANCHE D'AMOUR POUR FAIRE RETOURNER L’ETRE AIMÉ,BRISER LA SOLITUDE AMOUREUSE RÉSOUDRE LA CRISE CONJUGAL, RITUEL POUR ANNULER UN DIVORCE ET SAUVER SON COUPLE, MARIAGE OU UNION RAPIDE MÊME LES CAS DÉSESPÉRÉS, MAGIE NOIR POUR SÉPARER UN COUPLE EFFICACEMENT SANS DANGER, DÉBLOCAGE RAPIDE. CONFLITS AU TRAVAIL,RITUEL POUR SAUVER SA CARRIÈRE PROFESSIONNELLE LES AFFAIRES ET LES TRAVAUX,

JE VOUS DÉBARRASSE DES MAUVAIS SORTS LES MALÉDICTIONS, LES MAUVAIS ŒILS ET DE LA MALCHANCE QUI VOUS POURSUIT, PROTECTION PAR UN PUISSANT TALISMAN EFFICACE CONTRE TOUTES LES DANGERS DIABOLIQUES SORCELLERIE LA MALCHANCE DANS VOTRE MAISON COUPLE ET FAMILLE .

RITUEL POUR GARDER SON COUPLE
RITUEL AMOUR POUR DOMINER UN HOMME
RITUEL POUR ATTIRER UNE FEMME OU UN HOMME RITUEL POUR PROTÉGER SON FOYER
RITUEL POUR SÉPARER DEUX PERSONNE
RITUEL POUR DÉBLOQUER UNE SITUATION OU UNE AFFAIRES PERSONNEL
RITUEL POUR SE FAIRE AIMER DES AUTRES ETC…
RITUELS PUISSANTS EFFICACES ET DISCRETS
RITUELS POUR DEVENIR RICHE
RITUELS POUR GUÉRIR UN MALADIE
RITUELS POUR ATTIRE LA CLIENTÈLES
RITUELS POUR QUE TON BISNNESS MARCHE
RÉSULTATS SURPRENANTS

JE VOUS AIDE ET VOUS CONSEILLE A RÉCUPÉRER VOTRE EX COPAIN OU EX COPINE MÊME EN COUPLE AVEC UNE AUTRE PERSONNE ENVOÛTEMENT D'AMOUR DURABLE, DES TRAVAUX OCCULTES PUISSANT POUR ÉLOIGNER UN RIVAL OU UNE MAUVAISE PERSONNE,RITUEL POUR IMPOSER LE MARIAGE, LA FIDÉLITÉ ET HARMONIE DE COUPLE,

GUÉRISSEUR TRADITIONNELLE NOUS CHERCHERONS ENSEMBLE DES SOLUTIONS CONTRE LES MALADIES INCONNUES, LES TIMIDITÉ, ETC..SUCCÈS AUX AFFAIRES, COMMERCES EXAMENS PERMIS DE CONDUIRE, PROTECTION INDIVIDUELLE, FAMILIALES OU HABITATION CONTRE TOUT LES DANGERS, TALISMANS ETC POUR TOUT AUTRES PROBLÈMES

N’HÉSITER PAR À ME CONTACTER

TRAVAIL SÉRIEUX, EFFICACE RAPIDE ET DISCRET VOYANT ALI VOUS REÇOIT 7/7 AU CABINET.

POUR UNE SOLUTION RAPIDE, ENVOYEZ PAR E-MAIL VOTRE NOM, PRÉNOM ET DATE DE NAISSANCE AVEC LE MOTIF DE VOTRE CONTACT ET JE VOUS CONTACTERAIS LE PLUS TÔT POSSIBLE.

DISCRÉTION 100% ASSURÉE.

CONTACT :

Email : ali.marabout@live.fr

Email D’urgence :alimarabout@live.fr

Email : alimarabout.traditionelle@gmail.com

Numéro whatsap : 00229 97 96 32 99

Téléphone : 00229 97 96 32 99

ALI MARABOUT PUISSANT

"Votre souffrance me touche...

Je mettrai tout mon coeur pour

vous aider à retrouver l'amour...

Les résultats peuvent varier d'une personne à une autre*

PARTAGER A VOS PROCHES

RETOUR AFFECTIF DE VOTRE AMOUR 15/10/2017 12:35

PAPA ALI GRAND MARABOUT VOYANT OCCULTE D'AFRIQUE SPÉCIALISTE DES TRAVAUX OCCULTES RITUEL MAGIE BLANCHE D'AMOUR POUR FAIRE RETOURNER L’ETRE AIMÉ,BRISER LA SOLITUDE AMOUREUSE RÉSOUDRE LA CRISE CONJUGAL, RITUEL POUR ANNULER UN DIVORCE ET SAUVER SON COUPLE, MARIAGE OU UNION RAPIDE MÊME LES CAS DÉSESPÉRÉS, MAGIE NOIR POUR SÉPARER UN COUPLE EFFICACEMENT SANS DANGER, DÉBLOCAGE RAPIDE. CONFLITS AU TRAVAIL,RITUEL POUR SAUVER SA CARRIÈRE PROFESSIONNELLE LES AFFAIRES ET LES TRAVAUX,

JE VOUS DÉBARRASSE DES MAUVAIS SORTS LES MALÉDICTIONS, LES MAUVAIS ŒILS ET DE LA MALCHANCE QUI VOUS POURSUIT, PROTECTION PAR UN PUISSANT TALISMAN EFFICACE CONTRE TOUTES LES DANGERS DIABOLIQUES SORCELLERIE LA MALCHANCE DANS VOTRE MAISON COUPLE ET FAMILLE .

RITUEL POUR GARDER SON COUPLE
RITUEL AMOUR POUR DOMINER UN HOMME
RITUEL POUR ATTIRER UNE FEMME OU UN HOMME RITUEL POUR PROTÉGER SON FOYER
RITUEL POUR SÉPARER DEUX PERSONNE
RITUEL POUR DÉBLOQUER UNE SITUATION OU UNE AFFAIRES PERSONNEL
RITUEL POUR SE FAIRE AIMER DES AUTRES ETC…
RITUELS PUISSANTS EFFICACES ET DISCRETS
RITUELS POUR DEVENIR RICHE
RITUELS POUR GUÉRIR UN MALADIE
RITUELS POUR ATTIRE LA CLIENTÈLES
RITUELS POUR QUE TON BISNNESS MARCHE
RÉSULTATS SURPRENANTS

JE VOUS AIDE ET VOUS CONSEILLE A RÉCUPÉRER VOTRE EX COPAIN OU EX COPINE MÊME EN COUPLE AVEC UNE AUTRE PERSONNE ENVOÛTEMENT D'AMOUR DURABLE, DES TRAVAUX OCCULTES PUISSANT POUR ÉLOIGNER UN RIVAL OU UNE MAUVAISE PERSONNE,RITUEL POUR IMPOSER LE MARIAGE, LA FIDÉLITÉ ET HARMONIE DE COUPLE,

GUÉRISSEUR TRADITIONNELLE NOUS CHERCHERONS ENSEMBLE DES SOLUTIONS CONTRE LES MALADIES INCONNUES, LES TIMIDITÉ, ETC..SUCCÈS AUX AFFAIRES, COMMERCES EXAMENS PERMIS DE CONDUIRE, PROTECTION INDIVIDUELLE, FAMILIALES OU HABITATION CONTRE TOUT LES DANGERS, TALISMANS ETC POUR TOUT AUTRES PROBLÈMES

N’HÉSITER PAR À ME CONTACTER

TRAVAIL SÉRIEUX, EFFICACE RAPIDE ET DISCRET VOYANT ALI VOUS REÇOIT 7/7 AU CABINET.

POUR UNE SOLUTION RAPIDE, ENVOYEZ PAR E-MAIL VOTRE NOM, PRÉNOM ET DATE DE NAISSANCE AVEC LE MOTIF DE VOTRE CONTACT ET JE VOUS CONTACTERAIS LE PLUS TÔT POSSIBLE.

DISCRÉTION 100% ASSURÉE.

CONTACT :

Email : ali.marabout@live.fr

Email D’urgence :alimarabout@live.fr

Email : alimarabout.traditionelle@gmail.com

Numéro whatsap : 00229 97 96 32 99

Téléphone : 00229 97 96 32 99

ALI MARABOUT PUISSANT

"Votre souffrance me touche...

Je mettrai tout mon coeur pour

vous aider à retrouver l'amour...

Les résultats peuvent varier d'une personne à une autre*

PARTAGER A VOS PROCHES

Rosa 14/10/2016 15:26

Ce film est excellent ! Il décrit avec subtilité, sans trop de mélodrame, l’oppression que subissent ces femmes. Les actrices sont à la fois formidables, touchantes et belles (naturelles).

roijoyeux 06/05/2016 20:53

j'ai lu aussi l'avis de dasola, tout cela donne très envie de le voir !!

armelle 28/04/2016 11:29

Encore un film que j'aimerais voir. Mais, actuellement, on ne nous passe que des navets dans les proches environs. Ceux qui plaisent le plus... au public, sans doute ! Vous lire me fait toujours plaisir et me tient au courant de la production. Voilà la raison pour laquelle je vois bien peu de films ces temps derniers. Bonne journée, Alain.

dasola 27/04/2016 00:06

Bonsoir Alain, j'ai vu ce film ce week-end et je l'ai beaucoup apprécié. Quand on pense que l'histoire se passe de nos jours, on se dit que les traditions ancestrales très machistes où les femmes ne sont pas grand-chose ont la vie dure. C'est terrible car les femmes elles-même sont en partie responsable de ce qui se passe. Les trois actrices principales sont vraiment bien. Bonne fin de soirée.

Josh 26/04/2016 18:45

Exact mon cher Alain. Un superbe scénario, une belle mise en scène et de très belles actrices "énergisantes".

Chris 25/04/2016 22:15

Salut Alain. J'ai d'abord lu ta page et vu le film aujourd'hui à la première séance du Sélect. Je sais que tout comme moi, tu es passionné de l'Inde et suis 100% ok avec ta critique. Une vraie claque pour un film magnifique. @+

Michel Zorba 25/04/2016 14:04

Le dossier de presse est très intéressant. Ta critique résume parfaitement notre ressenti. Nous l'avons vu Samedi au Sélect et avons apprécié de bout en bout. Des actrices magiques et un scénario sacrément gonflé. Bravo à Leena Yadav

Jacqueline Magne 25/04/2016 10:06

Bonjour Alain. Je venais pour te conseiller d'aller voir ce film. Je vois que c'est déjà fait et que ton opinion correspond à la nôtre. Nous y sommes allés Samedi, ma belle-fille et moi, et avons été enthousiastes. La salle était comble.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.