Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 13:23

 

Chala - Une enfance Cubaine

 

Réalisé par Ernesto Daranas


Avec Alina Rodríguez, Armando Valdés Freire, Silvia Águila,
Yuliet Cruz, Armando Miguel Gómez, Amaly Junco, Miriel Cejas
Idalmis García, Tomás Cao, Héctor Noas

 

Titre original Conducta


Genre Comédie dramatique


Production Cubaine

 

Date de sortie 23 mars 2016

 

Synopsis

 

Chala (Armando Valdés Freire), jeune cubain, malin et débrouillard, est livré à lui-même. Élevé par une mère défaillante qui lui témoigne peu d’amour, il prend soin d’elle et assume le foyer.

Il rapporte de l’argent en élevant des chiens de combat.

Ce serait un voyou des rues sans la protection de Carmela (Alina Rodríguez), son institutrice, et ses sentiments naissants pour sa camarade Yeni (Amaly Junco)...

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)

Né en 1961 à la Havane, Ernesto Daranas termine des études de pédagogie et de géographie en 1983. Il commença tôt à écrire et travailler pour la radio puis la télévision.

En 2004, il écrit et réalise le documentaire Los últimos gaiteiros de La Habana avec lequel il obtint le prestigieux prix international du journalisme "Rey de Espana". La même année, il réalise ¿La vida en rosa? dont la critique sociale, incroyablement surréaliste se vit offrir de nombreuses récompenses dans les festivals. Ses thèmes majeurs sont toujours, sous une forme ou une autre, la misère ou encore l’absence du père, qui imprègnent la société cubaine.
En 2008, il réalise son premier-long métrage Los dioses rotos dans lequel il traitait de la prostitution et du proxénétisme dans le Cuba d’aujourd’hui.
En 2015, il réalise Chala, une enfance cubaine dans le monde complexe qu’est La Havane. Dans ce nouveau film, Cuba reste en toile de fond, mais cette fois c’est le problème de l’éducation qui intéresse
Ernesto Daranas vu à travers le regard d’un enfant, laissé pour compte du progrès social cubain.

Extrait de l’entretien entre Paquita Armas Fonseca et le réalisateur Ernesto Daranas

 

Comment avez-vous eu l'idée du scénario ?


Ce projet est né d’une collaboration avec un groupe d’étudiants de la Faculté des Médias de l’ISA de la Havane. Ils ont eu une part active dans le travail, le choix du thème, l’enquête parallèle pour le script, et la sélection des enfants du film. C’est le résultat d’un travail effectué, articulé sur un ensemble de préoccupations personnelles. Cela m’a étonné que, malgré notre diversité et la différence d’âge, nous soyons autant d’accord sur les questions de difficulté de la formation et de l’éducation, particulièrement dans les milieux marginalisés. L’éducation est d’une importance primordiale pour tous les pays. La société que nous aurons dans le futur se décide en fonction de la formation, comment elle est structurée et sur quels critères elle se base.

 

Quel genre de préoccupations ?


Après un quart de siècle de crise, les changements qui ont lieu finalement dans notre société et l’économie n’ont pas obtenu l’impact attendu dans nos secteurs les plus humbles. Ce que nous avons vu, c’est qu’à tous les niveaux, il est possible de parler d’une crise des valeurs, sans y remédier. Les graves problèmes qu’affrontent actuellement l’éducation à Cuba fait le portrait d’une société qui doit accélérer sa mutation si elle ne veut pas laisser de côté toute une frange de sa population.

 

Comment s'est accompagné le casting des enfants pour le film ?


Nous avons commencé par un casting important qui nous a amené des milliers d’enfants, la plupart accompagnés par leurs parents. Cela nous a servi à comprendre que les garçons que nous cherchions, nous n’allons pas les trouver par ce biais là.

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta) .

Nous avons parcourus une par une, les primaires et secondaires de Cerro, du Centre la Havane et de la Vieille Havane. Nous avons ainsi trouvés les enfants que nous souhaitons, certains avec des problématiques, un environnement familial très similaires à celles que nous voulions aborder, lesquels ont beaucoup apportées à l’histoire.

Comment avez-vous procédé ?


Nous avons organisé un atelier où nous avons travaillé avec beaucoup d’improvisations et écrit des scènes qui ne sont pas dans le film, mais qui leur ont permis d’entrer dans le monde intérieur des personnages. Nous n’avons pas commencé à travailler avec le véritable scénario tant que ce que nous souhaitions ne fut pas obtenu. Tout en prenant toujours soin de ne pas contester les interprétations des enfants qui sont arrivés frais pour la prise de vue. Parallèlement à cela, et selon le caractère, ils ont reçu une formation de danse, de boxe, de natation et même d’élevage et dressage d’animaux. Nous avons pris soin que les acteurs ne participent pas aux essais, jusqu’à ce nous soyons très proches du tournage. Quand c’est arrivé, les enfants étaient déjà bien préparés, et l’impact s’est produit dans les deux sens.

 

Qu'est-ce qui a motivé l'approche constituante du film d'une famille dysfonctionnelle et de notre système déducation ?


En réalité, Chala, une enfance cubaine n’essaie pas de parler du système d’éducation à Cuba. Le regard se concentre beaucoup plus sur les risques auxquels sont exposés les enfants, notamment la manière dont les conditions sociales et économiques affectent la famille et l’école. Ces questions et d’autres sujets connexes nous sont assignés par la vie quotidienne. La maîtresse Carmela met de côté cette rhétorique dans son désir de faire de leur salle de classe un espace différent.

 

Comment est cette salle de classe ?


Un lieu dans lequel aucune différence n’est stigmatisée, où chaque enfant exprime ce qu’il pense. Les valeurs ne sont pas manipulées et nos essences assumées. Le visage est donné à la réalité où les choses s’appellent par leurs noms. Mais surtout, c’est un lieu où il y a amour et engagement avec ce qui est fait. Il y a beaucoup de gens qui vivent au bord de la subsistance, aux prises avec des problèmes de toutes sortes qui vont avec cette réalité. Les enfants de ces familles sont ceux qui ont le plus besoin d’une salle de classe comme celle-là. Bien sûr Carmela n’est pas parfaite, fait des erreurs comme tout le monde, mais elle sait demander pardon. Cette fragilité et cette transparence la rendent attachante aux enfants comme Chala.

Chala, une enfance cubaine (Conducta)

 

Carmela est-elle un personnage fictif ou un vrai professeur que tu as côtoyée ?


Il existe une maîtresse de la Vieille Havane se nommant Carmela qui a fait la classe à l’un de mes enfants. Elle a servi de référant à notre personnage. Elle m’a aidé pour une partie du scénario avec Clara et Eduardo, ainsi que deux autres maîtres chevronnés de Cerro. Carmela a également écrit les interventions orales existantes dans chacune des séquences du film et a choisi les phrases de Martí qui y apparaissent. Ses véritables cours commencent toujours ainsi.


As-tu pensé à Alina Rodríguez, dès le début ?


J’ai toujours voulu travailler avec Alina, mais en vérité lorsque j’ai écrit le script, celle que j’avais en tête pour la vraie Carmela, c’est une grande maîtresse que j’ai eue à l’école primaire, qui s’appelle Naomi Heredia. Maintenant, dès qu’Alina est arrivée pour le film, elle a commencé à occuper son lieu. La maîtresse que je cherchais était un peu plus âgée qu’elle, mais Alina a travaillé très fortement son personnage et a donné un sens à chaque détail de sa Carmela.

 

À propos de Chala.


Armando est arrivé le dernier jour de casting, de même pour Amaly, la petite fille qui joue Yeni. Cela m’était déjà arrivé pour Los dioses rotos avec Annia Bú, mais la grande différence c’était que sur le moment, rien n’indiquait à l’extérieur que cet enfant puisse incarner Chala. En fait, il a été rejeté lors de sa première audition et je ne sais toujours pas pourquoi je lui ai demandé de revenir.

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)

Il est vrai qu’il y avait d’autres enfants très talentueux qui semblaient plus logiquement correspondre au personnage, mais lui évoluait jour après jour. Cela a été une décision difficile à prendre parce que pour la plus grande partie de mon équipe, il n’était pas l’enfant que nous recherchions.

 

Mais pendant le tournage, j’ai compris que j’avais fait bon le choix.

 

Comment avez-vous choisi ces lieux ?

 

Ce sont les lieux de mon enfance, les rues et les toits où je vis encore. Aiguiser une fibule sur les rails des trains ou échouer dans la tentative de traverser la baie, par exemple, sont des expériences personnelles que les enfants du film ont été heureux de partager. Cela nous a aidés à nous rapprocher. Il ne s’agissait pas seulement de mettre en évidence ces espaces de l’environnement social mais d’exprimer certains dangers, la soif de liberté et la capacité de rêver des enfants, même dans les environnements les plus contradictoires. Nous avons pris soin que ces acteurs ne participent pas aux essais, jusqu’à ce nous soyons très proches du tournage. Quand c’est arrivé, les enfants étaient déjà bien préparés, et l’impact s’est produit dans les deux sens.

 

Le film aborde également des problématiques comme l'émigration interne et l'expression de certaines formes de violence. Est-ce le résultat d'un travail préalable que vous commentez on l'intérêt de vous référer à ces questions ?

 

Nous n’avons jamais posé les questions à l’avance. Nous nous sommes concentrés sur la mise sur pied d’une histoire et dans l’élaboration de personnages qui s’y meuvent naturellement et efficacement. À partir de cela, Conducta est un film simple, formellement orthodoxe en dialogue avec la nature de cette histoire et ses personnages. Bien sûr, tout cela est immergé dans un groupe de problématiques humaines et sociales parmi lesquelles l’émigration interne domine, en partie parce que les mesures prises pour la contenir ont approfondi une crevasse sociale. En ce qui concerne la violence, elle est souvent l’expression de conflits et d’insatisfactions qui ne peuvent être résolues qu’en s’attaquant à leurs causes réelles. Tout cela a un impact inévitable sur l’enfance, la famille, l’école et la société. Carmela ne peut pas changer la réalité de Yeni, de la petite fille de Holguín qu’elle a dans sa classe, mais il est bien clair qu’elle ne peut pas non plus leur tourner le dos

 

Enfin, qu'est-ce que symbolise la Vierge de la Charité qui figure dans la fresque de la classe de Carmela ?

 


Il s’est trouvé que cette fresque fait partie de l’histoire, ce n’est pas un symbole préconçu. Comme beaucoup d’autres choses dans le film, une partie de la réalité des faits est ce qui est naturel [ce qui est là]. Chacun lui octroie sa propre signification…

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)

Mon opinion

 

Une chance inouïe d'avoir pu voir ce film. La réussite est totale.

 

En premier lieu grâce à un scénario solide. À une remarquable photographie, aussi. La mise en scène d' Ernesto Daranas est parfaite. L'authenticité qui se dégage du film est poignante.

 

Chala, un jeune garçon d'une incroyable vivacité, d'un exceptionnel charisme, d'une énergie communicative est quasi tous les plans. Autour de lui gravite tout un monde qui accompagne son enfance. Ou la détruit. Une mère ravagée par l'alcool, une institutrice rare de générosité et d'amour pour ses élèves, des amis de classe, un père qui sort de prison, un homme organisateur de féroces combats de chiens. Le réalisateur a déclaré : "Les graves problèmes qu’affrontent actuellement l’éducation à Cuba fait le portrait d’une société qui doit accélérer sa mutation si elle ne veut pas laisser de côté toute une frange de sa population."

 

Un film fort, rare et magnifique. Un de ceux que l'on n'oublie pas.

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2016
commenter cet article

commentaires

armelle 22/06/2016 10:45

J'ai peu de chance de le voir car il passe en circuit fermé et je ne pense pas que Deauville sera sur la liste. Dommage. Il m'aurait beaucoup intéressé. Ma belle-fille est espagno-cubaine et mon fils connaît bien Cuba. Vous avez cette chance, Alain, de voir des films peu diffusés dans les grands circuits et d'avoir ainsi une vision plus internationale et plus intime du cinéma d'aujourd'hui.

Josh 30/05/2016 12:39

J'ai trouvé ce film admirable et malgré quelques petits détails l'ensemble est prenant, voire bouleversant. Très beau moment au cinéma dommage qu'il soit sorti en petit circuit

Chris 26/05/2016 22:01

j'ai été pris aux tripes par ce film. tout m'a plu, passionné, ému, bouleversé même. Les acteurs sont remarquables, la réalisation et le scénario tout autant

Jacqueline Magne 23/05/2016 12:22

Encore un film de raté. Tu as plus de chance que nous. Ici, nous sommes passablement lésés.

Michelle Ahlo 21/05/2016 20:51

Bonsoir Alain, je suis d'accord avec le précédent commentaire. Les photos sont magnifiques et toute ta page donne des envies de découvrir ce film. Merci à toi. Bises

roijoyeux 21/05/2016 20:17

j'adore la dernière photo (Carmela et Chala) et l'affiche qui représente bien le film vu ton opinion à voir dommage qu'il n'est pas dans tous les cinémas !

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.