Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 04:00

 

  A-l-Est-d-Eden---Affiche.jpg


Réalisé par Elia Kazan


Avec James Dean, Julie Harris, Raymond Massey,

Burl Ives, Richard Davalos, Jo Van Fleet, Albert Dekker,

Lois Smith, Harold Gordon, Nick Dennis


Genre Drame


Production Américaine


Titre original East of Eden


Date de sortie 1er octobre 1955

 

À l'est d'Eden remporta plusieurs récompenses dont :

- le Prix du film dramatique au Festival de Cannes 1955 et

- l'Oscar du second rôle féminin pour la prestation de Jo Van Fleet 

- le Golden Globe du Meilleur film dramatique en 1956

 

À l'est d'Eden, premier film de James Dean, et La Fureur de vivre, de Nicholas Ray, ont bien plus en commun que la simple présence du comédien.

Ils sont avant tout le symbole de ces étonnantes années 1950, où l’Amérique triomphante commence à subir les contrecoups d’une contestation qui culminera au temps de la rébellion douce des hippies et des mouvements anti-Viêt-Nam à la fin des années 1960. On pense bien sûr aux balbutiements de la contre-culture littéraire, la "beat generation", dont le manifeste, Sur la route de Jack Kerouac, paraît en 1957.

 

Mais le cinéma se prépare lui aussi aux bouleversements à venir : Elia Kazan et Nicholas Ray, réalisateurs jeunes mais expérimentés, en seront les premiers hérauts.

 

Elia Kazan aborde des thématiques passionnantes: la famille brisée et décomposée, la jalousie, le pardon, la haine et une jeunesse désarçonnée.

 

Une génération entière d’adolescents s’est retrouvée dans le mal-être et le besoin d’amour des héros incarnés par James Dean.  Cinquante ans après la mort de "Jimmy", le mythe est pourtant attaqué de toutes parts. Peut-on considérer qu’un comédien a fait ses preuves en seulement trois films ?

Reste que James Dean est devenu l’incarnation idéale de son époque. Pas de quoi en faire un grand acteur, mais une légende, certainement.

 

A-l-Est-d-Eden.jpg

 

Synopsis 


Nous sommes en 1917. Aidé par ses deux fils, Cal (James Dean) et Aaron (Richard Davalos), Adam Trask (Raymond Massey) exploite ses terres à Salinas Valley. Les deux enfants croient que leur mère est morte, alors qu’elle a fui à la naissance des jumeaux. Cal, fils incompris, est convaincu que son père ne l’aime pas et qu’il n’est lui-même que l’incarnation du mal, qu’il voit en sa mère. Un jour, il apprend que sa génitrice vit dans la ville voisine, et qu’elle y tient un bar "louche", en fait une maison close. Parallèlement, Adam, le père, se ruine en faisant des affaires. Cal décide alors de faire fortune pour renflouer son père et gagner ainsi son amour. La fiancée d’Aaron, Abra (Julie Harris), va alors doucement tomber sous le charme du jeune Cal, alors que la tournure des événements est défavorable aux desseins du jeune homme…

 

A-l-est-d-Eden---Julie-Harris--James-Dean--Richard-Davalos.jpg

 

 Julie Harris, Richard Davalos et James Dean  

 

À l'est d'Eden est basé sur le roman éponyme de John Steinbeck, publié en 1952, et dont le titre est inspiré du verset biblique relatant la fuite de Caïn, après le meurtre d'Abel.

 

Les héros "rebelles sans cause" d’À l'est d'Eden ou de La Fureur de vivre deviennent des exclus parce que leur traumatisme est trop profond pour être compris de manière rationnelle. Au moment où l’on commence à expliquer certains comportements humains par leur étude psychiatrique, les problèmes œdipiens d’un Cal Trask, en perpétuelle quête d’affection et de reconnaissance paternelles, ont dépassé la simple question de survie matérielle. Quand Cal, dans  À l'est d'Eden s’engage dans une entreprise de spéculation, le profit ne représente rien pour lui, si ce n’est pour sauver son père de la faillite. Puisque celui-ci rejette l’argent "si   mal gagné" par son fils, il ne reste plus à Cal qu’à lui jeter les billets à la figure : ils ont perdu leur sens.

 

A-l-Est-d-Eden---James-Dean-et-Richard-Davalos.jpg Richard Davalos et James Dean

 

Le propos de Elia Kazan tient sa force d’une mise en scène résolument réaliste, à contre-courant du Technicolor flamboyant des péplums, des comédies musicales ou des mélos en vogue à l’époque. Le temps des studios n’est pas entièrement révolu, mais il faut reconstituer le plus fidèlement possible le décor prétendument paisible de la petite ville américaine des années 1910 dans À l’est d’Eden. 

 

Dans À l'est d'Eden , Cal dissimule dans le noir ses prétendus "méfaits" qui représentent en fait, sa quête éperdue d’une mère, et du paradis de l’enfance. De même, la réalisation est livrée au service exclusif de ses personnages : les brefs décadrages sont autant de preuves du conflit irrémédiable entre les générations, entre parents et enfants. Le passage brutal de scènes violentes, comme l'hystérie de la mère de Cal lorsqu’elle le découvre chez elle, au calme relatif et apaisant des amours débutantes en Cal et Abra, traduisent le trouble intérieur, l’inquiète recherche du soi fondamentale à la compréhension de cette jeunesse perdue.

 

Julie Harris et James Dean A l'Est d'Eden - Julie Harris et James Dean

 

A-l-Est-d-Eden---James-Dean.jpg

 

C'est le 8 février 1954, en assistant à Broadway à une représentation de L'Immoraliste, la pièce d'André Gide, qu'Elia Kazan découvrit les talents de comédien de James Dean.

 

À l'est d'Eden fait partie des trois films majeurs, avec  La Fureur de vivre et Géant, qui ont marqué la carrière de James Dean et en ont fait une légende. Symbole d'une jeunesse américaine révoltée, il trouvera la mort le 30 septembre 1955 à bord de sa Porsche en percutant un autre véhicule aux environs de Salinas.

 

Pour la scène se déroulant sur le toit et impliquant les personnages de Cal et Abra, Elia Kazan fit boire James Dean.

 

Hors caméra, les rapports entre James Dean et Raymond Massey furent si conflictuels qu'ils n'eurent pas de mal à incarner deux personnages hostiles à l'écran.

 

A-l-Est-d-Eden---James-Dean-et-Raymond-Massey.jpg

 

James Dean et Raymond Massey


Pour visualiser un extrait du film ... Cliquez ICI !

 

À l'origine, les acteurs prévus pour jouer Aron et Cal sont Marlon Brando et Montgomery Clift mais Brando n'est intéressé par aucun des deux rôles et Clift ne veut jouer que celui d'Aron. Elia Kazan décide de faire appel à des inconnus : jusqu'aux essais, le réalisateur hésite entre James Dean et Paul Newman pour incarner le personnage de Cal. Elia Kazan choisit James Dean au jeu plus entier et plus animal.

     
A l'est d'Eden est le premier film d'Elia Kazan réalisé en couleurs et en cinémascope, un procédé permettant aux personnages de rester en constante relation avec le décor.

 

A-l-Est-d-Eden---Jo-Van-Fleet-et-James-Dean.jpg

 

 Jo Van Fleet et James Dean
 

 

À l'est d'Eden  marque la première collaboration d'Elia Kazan avec l'actrice Jo Van Fleet. Tous deux se retrouveront en 1960 pour les besoins du Fleuve sauvage, où elle incarnera une grand-mère révoltée.

 

 

Pour visualiser un la bande-annonce  ... Cliquez ICI !

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org

http://navetoncinema.canalblog.com

http://www.critikat.com - Ophélie Wiel

http://www.allocine.fr

commentaires

S
<br /> James Dean dans toute sa splendeur !!! Ce film est un classique à découvrir de préférence sur grand écran !<br /> Je sais que l'Institut Lumière (à Lyon) le projete en ce moment (jusqu'au mardi 16 avril...)<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Tout à fait d'accord. Et merci pour l'info. Cordialement. Alain<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> Assez d'accord avec ce que tu dis de James Dean, plus un mythe qu'un véritable acteur. Avec le temps aurait-il atteint ''l'épaisseur'' d'un Brando ou la diversité des talents de Paul Newman. le<br /> moins qu'on puisse dire est qu'il surjoue un peu trop!!! Le seul film dans lequel il me touche aujourd'hui, c'est Geant. Et encore, dans la première partie, avant qu'il ne découvre du pétrole.<br /> Mais je dois reconnaître que je pensais un peu différemment quand j'ai vu la fureur de vivre pour la première fois!!!<br />
Répondre
M
<br /> Salut Alain, un film que j'adore ! Je l'ai vu la première fois ado et la relation père-fils m'avait bouleversé ... j'espère que tu vas bien. A bientôt. Marco.<br />
Répondre

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.