Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 20:30

 

Date de sortie 23 juillet 2014

 

Au-premier-regard---Affiche.gif


Réalisé par Daniel Ribeiro


Avec Ghilherme Lobo, Fabio Audi, Tess Amorim,

Lúcia Romano, Eucir de Souza, Isabela Guasco


Titre orginal Hoje Eu Quero Voltar Sozinho


Genre Comédie dramatique


Production Brésilienne


Daniel Ribeiro est né en 1982 à São Paulo, il y fait ses études, dans l’école de cinéma de l’université. Il réalise ensuite deux courts-métrages, Cafe Com Leite (Café au lait) et Eu não quero voltar sozinho (Je ne veux pas rentrer tout seul), qui sont présentés dans plus de 180 festivals internationaux et reçoivent 115 prix, dont l’Ours de cristal au festival de Berlin.

 

Devant le succès récolté et le potentiel de l'histoire de Leonardo et Gabriel, le réalisateur a réécrit le scénario, tout en conservant la trame générale et quelques dialogues, pour le transformer en long métrage et le distribuer en salles.

 

Daniel Ribeiro est également le créateur d’un site internet musical, Musica de Bolso (Musique de poche) et d’un projet web anti-homophobie, Eu Sou Gay (Je suis gay).

 

Au premier regard, salué parle Prix de la critique internationale

au Festival de Berlin en 2014,  est le premier long-métrage de Daniel Ribeiro.

 

 

Au-premier-regard---Ghilherme-Lobo.gif

 

Ghilherme Lobo

 

Synopsis :

 

C’est la fin de l’été à São Paulo

 

Leonardo (Ghilherme Lobo) est un adolescent aveugle qui essaie d'échapper à une mère, (Lúcia Romano) surprotectrice et gagner son indépendance.

 

Soutenu par sa meilleure amie Giovana (Tess Amorim), il aimerait être plus indépendant, étudier à l’étranger, mais aussi tomber amoureux.

 

Au-premier-regard---Tess-Amorim-et-Ghilherme-Lobo-.gif Tess Amorim & Ghilherme Lobo

 

L'arrivée de Gabriel (Fabio Audi) dans leur classe et de nouveaux sentiments vont remettre ses plans en question, au grand dam de Giovana qui se sent exclue.


Progressivement, l’amitié que Leonardo ressent pour Gabriel semble évoluer vers autre chose.

 

Mais comment le séduire et savoir s’il lui plait puisqu’il ne peut pas le voir ?

 

 

Ghilherme Lobo & Fabio Audi Au premier regard - Ghilherme Lobo & Fabio Audi

 

 

Entretien avec Daniel Ribeiro

Leonardo, le protagoniste de votre film, est non-voyant et gay mais son histoire ressemble à celle d’un adolescent comme les autres...

 

Le film dresse le portrait d’un adolescent qui découvre sa sexualité et pas seulement son orientation sexuelle. Ce qui compte pour Léonardo n’est pas d’être gay, mais de faire l’expérience du premier amour, du premier désir et toutes les nouvelles expériences qu’on fait à l’adolescence. Je pense qu’on a tous vécu cela. C’est une histoire universelle et, gay ou pas, aveugle ou pas, tout le monde peut comprendre les sentiments de Leonardo.

 

Le fait que Leonardo est non-voyant ne change-t-il pas tout de même son rapport au monde en tant qu’adolescent et homosexuel ?

 
Evidemment. On pense toujours au regard comme élément primordial de la relation, surtout dans la communauté homosexuelle où le fait de regarder et d’être regardé est essentiel. Le film parle de l’importance du regard mais aussi du fait que l’attirance et la sensibilité peuvent également provenir des autres sens, du toucher, de l’odorat... Cela dit, je ne pense pas que le fait qu’il soit aveugle influence tant que cela Leonardo. Cela influence plus l’histoire que le personnage. Pour Leonardo, le fait d’être aveugle n’est pas vraiment un problème. Tout comme sa sexualité. C’était important pour moi de faire ressentir cette insouciance. Il est né non-voyant, il a l’habitude et ne s’apitoie pas sur son sort. Ce qui le désole, c’est la façon dont certaines personnes réagissent autour de lui.

 

Je pense que beaucoup d’handicapés ressentent la même chose : ils ne veulent pas être traités différemment, ils veulent juste sembler à la fois normaux et singuliers comme tout un chacun.


Curieusement, le fait que Leonardo veuille être indépendant semble être une source de drame plus importante que son coming-out...


Au-Premier-regard---Ghilherme-Lobo---Fabio-Audi.gifIl y a déjà eu beaucoup de films sur le coming-out, certains sont formidables, mais aujourd’hui je pense qu’on a dépassé ce stade et qu’on doit avancer. Le film montre que le "drame" du coming-out peut être surmonté même au Brésil ! Dans mon film, le problème réside dans le "qui m’aime en retour ? " et non pas dans le "qui j’aime et pourquoi je l’aime ?". Je voulais un personnage qui cherche juste à être heureux, qui a découvert à l’adolescence qu’il est gay mais pour qui cette découverte fait naturellement partie de celles qu’on fait à cet âge, comme le changement des corps et des sentiments. Alors oui, du coup, c’est son désir d’indépendance qui prend le dessus et qui est source de conflit pour son entourage : son père, sa mère mais aussi sa meilleure amie Giovanna qui craint de le perdre...

 

Leonardo ne pouvant pas voir, vous ne pouviez pas filmer son “point de vue”. Vous êtes-vous senti limité par son handicap en tant que réalisateur ?


Non, j’ai plutôt eu envie de jouer avec ce handicap, par le biais des images, comme dans cette scène où Leonardo, assis sur l’herbe, la nuit, demande à Giovanna si elle a vu Gabriel et qu’elle lui répond "non" simplement parce qu’elle veut rester seule avec lui alors que Gabriel est dans son champ de vision. Du coup, j’ai beaucoup travaillé sur les sons qui proviennent à Leonardo de son point de vue, par exemple dans la scène où il veut quitter l’école tout seul et que ses camarades jouent autour de lui. Au Premier regard - Ghilherme Lobo & Fabio Audi-copie-1C’est intéressant esthétiquement pour un réalisateur de pouvoir jouer avec ces éléments. Le son n’est pas toujours apprécié à sa juste valeur, alors c’était très excitant de le mettre en avant dans mon film. Le fait que Leonardo soit aveugle m’a obligé à être plus attentif à tout cela, j’en suis très heureux. Et peut-être serai-je plus attentif dans le futur, lorsque je ferai des films avec des "voyants", à tout ce qui fait partie du cinéma et n’est pas purement visuel.


La production a choisi la chanson Modern Love de David Bowie et There's too Much Love du groupe Belle & Sébastian. Ces deux chansons illustrent l'amour naissant entre les deux adolescents.


Parlez-nous de vos comédiens.


Avant de réaliser Au premier regard, j’avais déjà il y a trois ans réalisé un court métrage sur le même sujet,
Eu nao quero voltar sozinho. J’avais choisi mes comédiens pour le court métrage, et j’ai à nouveau fait appel à eux pour le long métrage : il y avait tellement d’alchimie entre eux que c’était évident pour moi. Entre temps, ils avaient vieilli de trois ans, il y a donc un traitement très différent de celui du court métrage, avec des problématiques de sexualité plus frontalement abordées, des corps plus exposés à l’écran, le thème de l’indépendance plus central. Avec les acteurs, nous avons beaucoup parlé, échangé nos idées. Parfois, ils avaient plus pensé à leurs personnages que je ne l’avais fait moi-même... Certains moments du scénario n’étaient pas très bien définis, je pouvais leur dire "ils marchent dans la rue en parlant", et c’était à eux de trouver ce qu’ils devaient se dire. J’aime bien procéder ainsi, attraper au vol tout ce que chacun peut apporter au film. Avec le chef opérateur ou l’équipe technique, c’était pareil, aux postes où ils étaient, ils voyaient parfois des choses que je ne remarquais pas.

 

Au-Premier-regard---Fabio-Audi--Tess-Amorim---Ghilherme-Lob.gif

 

Fabio Audi, Tess Amorim & Ghilherme Lobo


Comment avez-vous travaillé avec Ghilherme Lobo, qui interprète Leonardo dans le film ?


Dès l’écriture de mon court métrage il y a trois ans, ma principale préoccupation était de trouver le jeune acteur qui pourrait interpréter un personnage de non-voyant. J’ai alors rencontré Ghilherme, qui avait à peine 14 ans à l’époque, et dès la première session d’essais, il a trouvé une façon de jouer Leonardo, en cachant brillamment son regard Au Premier regard - Ghilherme Loboderrière ce regard lointain qu’on lui trouve dans le film. Ghilherme est très intuitif et très observateur. Après que je l’ai choisi, nous avons passé du temps dans des institutions de non-voyants, où il a appris comment être guidé, et où les autres acteurs ont appris comment le guider. Il a aussi appris comment utiliser la machine à écrire en braille, entre autres...

 

 

 

Mon opinion

 

 

Devant le succès international de son deuxième court-métrage, le jeune réalisateur, Daniel Ribeiro, réécrit le scénario, fait appel aux mêmes acteurs et réalise ainsi son premier long métrage. Au premier regard.
 
Le sujet aurait facilement pu basculer dans le larmoyant. Un jeune homme non voyant, étouffé par une famille trop protectrice, homosexuel de surcroît, cherche la liberté et l'amour. Tout était rassemblé pour plomber le film. C'est tout le contraire.

Le réalisateur évite tous les écueils et réalise ce premier long-métrage avec une grande pudeur, une infinie délicatesse. Beaucoup de tendresse aussi. Un joli conte dans notre actualité, assez rare pour le mentionner. À ne pas négliger non plus pour le message de tolérance délivré, et le droit à la différence, aussi.
 
Le scénario n'appuie pas lourdement sur le handicap physique du héros, pas davantage sur son orientation sexuelle. Il est juste question d'un jeune homme qui, comme les autres, vit avec ses besoins et surtout ses envies, comme tout un chacun. Sans aucun apitoiement. Là réside peut-être la plus belle réussite du film.
 
Un grand plus, et non des moindres, vient des trois principaux protagonistes. Parfaitement justes, attachants et charismatiques.
 
Nul doute que Daniel Ribeiro revienne nous surprendre. Outre ses nombreux engagements et projets divers, il offre avec ce premier film, simple et généreux, des portraits magnifiques d'une jeunesse, à qui on ne peut souhaiter que le meilleur.  


Au-premier-regard-.gif

 

 

Sources

http://distrib.pyramidefilms.com

http://vejasp.abril.com.

http://www.imdb.com

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2014
commenter cet article

commentaires

Guillome 19/08/2015 17:59

un film qui nous a beaucoup touché sur l'Avenue...

roijoyeux 04/08/2014 21:19


J'aime bien les films où la sexualité du héros est juste une caractéristique comme une autre ! En plus comédiens et réalisateur doués cela doit être génial merci pour cette découverte cher Alain
!!

Edmée De Xhavée 03/08/2014 10:33


Je suis tentée aussi. Je ne l'ai pas vu - ou remarqué - à l'affiche mais je vais ouvrir l'oeil. Je suis surtout rassurée par l'avis que tout est traité avec pudeur. Je n'aime pas l'agression du
"c'est comme ça, ouvrez les yeux"... Même la passion peut être vécue en discrétion, je pense!


Bon dimanche -

Johanne 31/07/2014 14:07


Bonjour Alain. Nous aurions bien aimé le voir. Manque de chance il n'est pas sorti par ici. Je pense que nous irons au Royal, il passe encore jusqu'à Mercredi prochain. Ta page a fini par nous
convaincre. On t'embrasse. Jo. 

armelle 31/07/2014 10:40


Je n'avais pas entendu parler de ce film. Une belle critique Alain.

Bruce 31/07/2014 08:36


Bonjour. Excellent film. J'y suis allé à reculons et ressorti enchanté. 

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.