Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 23:00

 

Brigadoon---Affiche.jpeg

 
Réalisé par Vincente Minnelli


Avec Gene Kelly, Van Johnson, Cyd Charisse,

Elaine Stewart, Barry Jones, Hugh Laing, Albert Sharpe,

Virginia Bosler, Jimmy Thompson, Tudor Owen, Owen McGiveney


Genre Comédie musicale


Production Américaine - 1954

 

 

Brigadoon est une adaptation de la pièce éponyme jouée trimphalement en 1947 pendant 581 représentations. La pièce était alors jouée par David Brooks, George Keane, James Mitchell, Virginia Bosler et Mario Bell, sur une mise en scène de Robert Lewis avec une chorégraphie signée par Agnes de Mille. Une version destinée à la télévision fut réalisée en 1966 par Fielder Cook, avec Robert Goulet, Peter Falk, Sally Ann Howes et Finlay Currie.

 

Considérée à juste titre comme l'une des plus grandes danseuses de l'histoire des films musicaux hollywoodiens, Cyd Charisse était presque toujours doublée en ce qui concerne le chant. Brigadoon ne déroge pas à la règle puisque l'actrice est doublée pour les chansons par Carol Richards.

 

Brigadoon---Gene-Kelly-et-Cyd-Charisse.jpeg.Brigadoon---Cyd-Charisse-et-Gene-Kelly.jpeg

    
Des six films que tourna Cyd Charisse avec Gene Kelly, Brigadoon était le préféré de l'actrice.

 

Brigadoon continue d’enchanter une grande partie des cinéphiles, certains l’adulant même sans retenue. Et pourtant, aujourd’hui encore, contrairement à d’autres films de Vincente Minnelli, ce magnifique diamant du genre est loin de faire l’unanimité, la critique et le public américain le boudant encore même assez souvent; outre-Atlantique, il est loin d’être considéré comme un classique.

 

Brigadoon---Gene-Kelly-et-Cyd-Charisse-1.jpeg

 

Gene Kelly et Cyd Charisse

Synopsis

 

Au cours d’un voyage dans les Highlands d’Ecosse, deux chasseurs américains, le doux rêveur Tommy Albright (Gene Kelly) et le plus matérialiste Jeff Douglas (Van Johnson), s’égarent en forêt. Ils découvrent pourtant, sorti de la brume matinale, Brigadoon, un village qui ne se trouve sur aucune carte. Brigadoon - Gene Kelly et Van JohnsonIls s’y rendent et y trouvent une foule en liesse ; ils apprennent qu’un mariage doit s’y dérouler le jour même, unissant Jean Campbell (Virginia Bosler) et Charlie Chisholm Dalrymple (Jimmy Thompson). Tommy fait la connaissance de la sœur de la mariée, Fiona (Cyd Charisse), dont il s’éprend aussitôt. La curiosité de nos deux touristes est cependant aiguisée par l’anachronisme des coutumes et costumes des habitants. Un étrange mystère semble entourer ce village qui parait vivre hors du temps et de l’espace, un mystère qui va leur être révélé par le maître d’école après que Tommy ait inopportunément découvert la date de naissance ahurissante de sa dulcinée. Un jour de 1754, il y a deux cents ans, le Pasteur, redoutant des actions néfastes des sorcières sur le village qu’il administrait, a conclu un pacte avec Dieu : pour échapper aux sortilèges de ces harpies, le village s’endormirait pour un siècle et ne se réveillerait, miraculeusement et comme si de rien n’était, qu’une journée tous les cent ans. Brigadoon - Van Johnson, Cyd Charisse et Gene kellyC’est lors de sa deuxième résurrection que nos deux amis sont tombés nez à nez avec Brigadoon. Une condition doit pourtant être respectée pour que le village ne retourne pas au néant définitif : aucun des habitants ne doit franchir les frontières qui ont été définies lors de ce pacte. Et pourtant ce jour là, en pleine cérémonie du mariage, le premier soupirant de Jean, Harry Beaton (Hugh Laing), malheureux et désespéré d’avoir été préféré par un rival, menace de franchir le pont qui marque l’une des limites de Brigadoon. Une chasse s’organise alors afin que tout ce petit monde ne disparaisse pas à jamais et que Tommy puisse continuer à convoler avec la douce Fiona.

  
Arthur Freed, producteur du film, et Gene Kelly désiraient tourner le film dans des extérieurs authentiques. Ils effectuèrent des repérages en Écosse et trouvèrent près d'Inverness les paysages qui leur plaisaient. Mais le temps, déplorable, les obligea à finalement mettre en scène le film aux États-Unis. De nouveaux repérages furent effectués près de Carmel dans les environs de région de San Francisco, mais la MGM décida finalement, au grand désespoir de Gene Kelly, de tout réaliser aux studios de Culver City, en Californie. Contrairement à l'acteur, Vincente Minnelli sembla ravi de ce choix, lui permettant de construire mieux qu'il n'aurait pu le faire en extérieur un village tel qu'il le souhaitait. "Puisque le film ne pouvait se tourner en extérieur" déclara-t-il dans ses mémoires en 1974, "le studio réalisa un énorme cyclorama et fit construire les collines autour du village de Brigadoon. E. Preston Ames créa un immense décor qui pouvait restituer le moindre aspect du paysage, selon chaque angle de caméra. Les caméras pouvaient avoir un champ de 360°.

 

Brigadoon---Cyd-Charisse--Gene-Kelly--Van-Johnson.jpg

 

Cyd Charisse, Gene Kelly, Barry Jones et Van Johnson

 

Joe Ruttenberg, ce vieux pro, était notre caméraman. l'éclairage des intérieurs suggérait des peintures flamandes, tandis qu'une brume romantique enveloppait l'extérieur".  Pour obtenir l'effet de Brigadoon émergeant peu à peu de la brume, Vincente Minnelli eut l'astucieuse idée de filmer le décor alors que de la fumée était envoyée, puis monta le plan à l'envers de sorte que la brume donne l'impression de se dissiper. Parmi les décors du film, que les studios voulaient comme les plus réalistes possible, figurent les Highlands, ces étendues montagneuses qui font parti du paysage de l'Écosse. A lui seul, ce décor gigantesque mesurait 182 m de long sur 18 m de haut, et coûta la bagatelle de 382.280 dollars, une véritable fortune à l'époque.

 

Vincente Minnelli dut ainsi se plier aux volontés des producteurs et supporter la mauvaise humeur de Gene Kelly et subir les jérémiades de Van Johnson qui lui reprochait sans cesse sa lenteur perfectionniste.

 

Vingt ans après, une grande amertume s’exprimait toujours dans les propos de Gene Kelly : "Ma voix n’était pas assez bonne pour interpréter les numéros de Lerner et Loewe. Le film ne s’est jamais fait comme il aurait dû se faire. Il fut d’abord question de réaliser le tournage en Ecosse, où Arthur Freed et moi devions effectuer les repérages. Mais le temps était si désastreux que nous avions dû nous ranger à l’idée du studio. Revenus aux USA, nous avons trouvé dans le Monterey, des hautes terres pouvant évoquer l’Ecosse. Mais le studio pratiquait une politique d’économie et ne donna pas suite à cette idée. Tout le plaisir du tournage avait disparu. "

 

Brigadoon.jpgTout ces soucis eurent-ils un impact sur le résultat final ? Beaucoup le pensent et lui reprochent un manque de rythme, des séquences très statiques et des numéros musicaux assez figés. Tout ceci n’est pas faux mais participe majestueusement de l’ensemble. Il est vrai que, s’il l’avait voulu, Vincente Minnelli aurait pu faire de cette histoire un monument de flamboiement baroque et lyrique. On sait très bien qu’il en était capable puisqu’il nous l’avait prouvé avec Les Ensorcelés et récidivera avec Celui par qui le scandale arrive. Mais non ! Dans la filmographie de Vincente Minnelli, Brigadoon se situe au milieu des oeuvres à la mise en scène plus discrète, moins voyante, et pas moins réussie pour autant. Et ce rythme lent épouse le rythme de la vie de ce village hors du temps où le modernisme et sa suractivité n’ont pas encore fait leur apparition. Beaucoup de séquences techniquement sages, par contraste, rendent d’autant plus fortes les envolées lyriques qui parsèment le film avec parcimonie : celles conjuguées de la caméra et de la musique au milieu de la chanson The Heather on the Hill, ou la fabuleuse scène de chasse à l’homme, The Chase, d’une fluidité et d’une virtuosité qui laissent pantois !


Brigadoon dévoile un rythme volontairement lent, une ambiance ouatée. Brigadoon, c’est la féerie passionnée de la comédie musicale, un hymne fantasmé à l’Amour.

L’histoire proprement dite et ses thèmes, sont à l’origine du plus "minnellien" des films du cinéaste, jouant constamment sur son sujet de prédilection : les rapports entre rêve et réalité. A l’intérieur même de ce monde de rêve, le cinéaste oppose le romantisme rêveur du couple Gene Kelly/Cyd Charisse à la trivialité terre à terre des rapports qui s’établissent entre le personnage de Van Johnson et une villageoise.

Le fait que Brigadoon ait entièrement été tourné en studio au milieu de toiles peintes et de décors en cartons-pâtes n’a pas nui au film, renforçant bien au contraire cette ambiance totalement irréaliste et onirique de conte de fée. Car c’en est bien un ! Brigadoon---Cyd-Charisse--Barry-Jones-et-Gene-Kelly.jpgDès les premières images, le village fantôme sort de la brume et de l’ombre, les premiers rayons du soleil viennent éclairer le pont et d’étranges bovins, et le spectateur est immédiatement plongé dans un univers de pure magie. Celle-ci est raffermie par la beauté des costumes de Irène Sharaff, par la délicate photographie de Joe Ruttenberg, le chef opérateur utilisant l’Anscolor, procédé beaucoup moins violent que le Technicolor, les couleurs étant dans l’ensemble beaucoup plus douces, plus pastels, et bien évidemment par la suave musique de Frederick Loewe. Peu facile d’accès, cette partition s’apprivoise et s’apprécie de plus en plus au fil des visions et s’avère même être l’un des travaux les plus remarquables du compositeur. Il disait s’être plus inspiré du maître du romantisme, Johannes Brahms, aux ascendances écossaises, que de la musique typiquement traditionnelle écossaise.


Le film peut paraître moins achevé techniquement et plastiquement, moins moderne et ambitieux que d’autres oeuvres de Vincente Minnelli, Brigadoon n’en demeure pas moins un film superbe, attachant et éminemment personnel. Gene Kelly, moins exubérant qu’à l’habitude, Van Johnson absolument parfait dans un rôle un peu ingrat, Cyd Charisse légère et somptueusement belle sont là pour nous faire participer à ce petit miracle cinématographique. Il ne vous reste plus qu’à faire de beaux rêves !

 

Filmographie de Cyd Charisse ... Cliquez ICI !

 

Pour le rôle de Fiona Campbell, la production envisagea successivement Moira Shearer, Judy Garland et Kathryn Grayson, avant de le confier à Cyd Charisse. Pour celui de Jeff Douglas, tenu par Van Johnson, les noms de Donald O'Connor, Steve Allen et Bill Hays circulèrent.

 

 
Parmi les danseurs du film se trouve un jeune inconnu promis à une belle carrière dans les films musicaux : George Chakiris, qui crèvera l'écran en 1961 avec le légendaire West Side Story. L'acteur débuta en effet sa carrière en multipliant les petits rôles dans les films musicaux, comme Song of Love en 1947, The Great Caruso en 1951 ou encore Les Hommes préfèrent les blondes en 1953.
 
Au début des années 1950, la télévision devient populaire aux États-Unis. L'industrie du cinéma, inquiète de ce succès et craignant une baisse de fréquentation des salles obscures décide de se démarquer du petit écran au format 1:33:1 en proposant aux spectateurs des films dans des formats d'images panoramiques. Les studios Fox furent les premiers à amorcer cette évolution en 1953 avec le cinémascope qui offrait à l'époque un ratio de 2.55:1. Comme de nombreux autres films, Brigadoon fut donc tourné dans deux formats : en cinémascope 2.55:1, et une autre au format 1.75:1, destinée aux salles qui n'étaient pas encore équipées pour projeter les films en cinémascope. Ces tournages en deux formats étaient très coûteux pour les studios, car ils devaient systématiquement prévoir et faire des prises séparées pour tout le film.
    
Quatre numéros musicaux tournés furent finalement écartés du montage final : Come to Me, Bend to Me, There But For You Go I, From This Day On et The Sword Dance. Sur le DVD zone 1 du film, trois de ces scènes sont proposées en bonus, à l'exception de There But For You Go I 
 

 

 

Sources :

http://www.allocine.fr

http://www.dvdclassik.com

http://www.cinemovies.fr

Published by Ciné Alain - dans Musicals
commenter cet article

commentaires

zorba 20/07/2012 17:35


bonjour Alain, nous sommes rentrés ce matin et nous découvrons toujours avec le même plaisir tes articles sur ton blog. On t'embrasse. Martin et Zorba PS n va t'envoyer les photos SOUS LA PLUIE
de notre périple en Normandie une galère quotidienne et un manque de chance évident

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.