Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 18:00

 

Date de sortie 12 septembre 2012

 

Camille-redouble---Affiche.jpg


Réalisé par Noémie Lvovsky


Avec Noémie Lvovsky, Samir Guesmi, Judith Chemla,

India Hair, Julia Faure, Yolande Moreau, Michel Vuillermoz,

Denis Podalydès, Jean-Pierre Léaud, Vincent Lacoste, Anne Alvaro

Mathieu Amalric,  Riad Sattouf, Aurore Broutin


Genre Comédie dramatique


Production Française

 

Après sa participation à la 53ème édition du Festival de Cannes avec son film La Vie ne me fait pas peur, Noémie Lvovsky a regagné la Croisette en 2012 grâce à Camille redouble qui a été sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs et qui a été salué par le Prix SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques). Par ailleurs, le film a eu droit à plusieurs nominations notamment pour le Art Cinema Award ou encore pour le Prix Fipresci à Cannes.

 

Camille-redouble---Noemie-Lvovsky.jpg

 

Noémie Lvovsky

Synopsis

 

Camille (Noémie Lvovsky) a seize ans lorsqu’elle rencontre Eric (Samir Guesmi). Ils s’aiment passionnément et Camille donne naissance à une fille…
25 ans plus tard : Eric quitte Camille pour une femme plus jeune.
Le soir du 31 décembre, Camille se trouve soudain renvoyée dans son passé.
Elle a de nouveau seize ans. Elle retrouve ses parents, ses amies, son adolescence… et Eric.
Va-t-elle fuir et tenter de changer leur vie à tous deux ? Va-t-elle l’aimer à nouveau alors qu’elle connaît la fin de leur histoire ?

 

Camille-redouble---Noemie-Lvovsky-et-Samir-Guesmi.jpg

 

Noémie Lvovsky et Samir Guesmi

 
N'ayant pas tourné depuis 2007, Noémie Lvovsky a repris la caméra à l'occasion de son cinquième long métrage Camille redouble, dans lequel on retrouve ses talents d'actrice qu'elle n'a pas exploités dans ses films précédents : " (...) le gros changement par rapport aux autres films, c’est qu’elle joue dans le film. Cette double casquette était dure pour elle ! Déjà c’est difficile de réaliser, quand en plus il faut trouver l’énergie de passer devant la caméra…", affirme Jean-Marc Fabre, le directeur de la photographie. La réalisatrice  a commencé à travailler sur ce projet depuis 2008 : "j'ai commencé à prendre les premières notes, à noter les premières pensées, il y a quatre ans", confie-t-elle.
 
L'actrice-réalisatrice a interprété dans ce film le rôle de Camille qui a d'abord 40 ans puis qui retrouve son passé en ayant soudainement 16 ans. Jean-Marc Fabre n'a pas eu besoin de faire un travail supplémentaire pour rajeunir l'actrice : "Je me suis rendu compte que la jeunesse du personnage passe par des attitudes plus que par le maquillage ou même la lumière", explique-t-il.


Noémie Lvovsky Camille-redouble----Noemie-Lvovsky.jpg

 

C’est Jean-Louis Livi, le producteur, qui a voulu que Noémie Lvovsky  joue Camille. Il a insisté avec beaucoup de délicatesse et d’acharnement. "La grande nouveauté, la grande inconnue, c’était : "Pour qui je joue ? ". Quand je fais l’actrice, je joue pour un metteur en scène, je me fonds dans son monde, dans sa personnalité. Pour Camille, je ne pouvais pas jouer pour moi-même. Alors je m’en suis remise à mes partenaires, je jouais pour eux. Et pour Jean-Louis Livi, notre premier spectateur." ajoute Noémie Lvovsky.


Si les mêmes acteurs n’avaient pas joué les deux âges, Noémie Lvovsky n'aurait pas fait le film. Elle voulait raconter, entre autre, qu’à certains moments de notre vie, on a tous les âges à la fois. Seuls les mêmes acteurs jouant plusieurs âges pouvaient incarner cela. C’est le manque de vérité qui rend le ridicule insupportable. Les partenaires et la réalisatrice/actrice cherchent à être vrais et la question du ridicule était évacuée. Ils devaient jouer quelque chose de jamais approché : être à la fois dans l’instant et à distance, parce que Camille a déjà vécu. Il fallait trouver ce mouvement de balancier, parfois à l’intérieur d’un même plan.

 

Camille-redouble.jpg


Dans la scène d’ouverture où Camille peine sur le tournage d’un film gore et s’entend dire par le réalisateur : "Ce n’est pas la meilleure actrice du monde mais la pulsation est bonne" 
A cela, la réalisatrice explique qu'elle avait très envie que le personnage de Camille soit, ou plutôt essaie, d’être comédienne. Très jeune, elle aussi eu ce rêve de jouer de grands textes et elle se retrouve à quarante ans passés avec pour seul texte des râles d’agonie.
Noémie Lvovsky voulait qu’on la voie galérer. Elle qui a eu la chance de ne pas connaître son parcours, et n'a commencé à jouer que tardivement, à trente ans passés, et sans le chercher.

 

Il y a onze ans, Yvan Attal préparait Ma femme est une actrice et lui a demandé de jouer sa soeur. C’était la première fois qu'elle jouait depuis les petits cours de théâtre de son adolescence. "Yvan m’a fait un cadeau magnifique. Aujourd’hui, je suis toujours surprise quand on me considère comme une comédienne. Je joue, j’adore ça, mais ça n’est pas mon métier… Contrairement à moi, Camille s’est accrochée à son rêve de jeunesse. J’ai eu envie de la voir au travail et d’ouvrir le film sur un dispositif de tournage. Il y avait aussi le bonheur de faire jouer les gens de mon équipe : hormis Riad Sattouf qui incarne le réalisateur, l’assistant du chef opérateur joue le rôle du chef opérateur, le chef électro, la première assistante, l’habilleuse etc… jouent leur propre rôle. J’avais envie de mettre en lumière des gens qui n’y sont pas habituellement et qui fabriquent le film." explique la réalisatrice.

 

Camille-redouble---Samir-Guesmi-et-Noemie-Lvovsky.jpg

 

Samir Guesmi et Noémie Lvovsky

 

Il y a pas de mélancolie, Camille redouble parle de la perte, mais pas de nostalgie. Pas davantage de regret mais des souvenirs extrêmement présents, vivaces. À l’adolescence, on est toutes antennes sorties, nerfs à vif, ultrasensibles. Et on reste toute sa vie imprégné de cette période, des musiques qu’on écoutait, des gens qui nous accompagnaient… En écrivant, en tournant, en jouant Camille,  Noémie Lvovsky reconnait revenir sans cesse à des questions que l'on se pose depuis l’enfance : est-ce que le temps nous change au point de devenir quelqu’un d’autre ou est-ce qu’il existe en nous une part d’irréductible ? Est-ce que cette part d’irréductible existe dans l’amitié, dans l’amour ?

 

"Est-ce que c’est la vie qui abîme l’amour ou est-ce que l’amour a forcément une fin ?",

demande Camille à Josépha qui joue sa psychanalyste jouée par Judith Chemla.

 

Après avoir tourné pendant deux jours dans Faut que ça danse ! réalisé en 2007, le précédent film de Noémie Lvovsky, la jeune Judith Chemla a retrouvé la réalisatrice dans Camille redouble, pour un rôle plus important, celui de Josepha la copine du lycée extravertie.

 

On se pose des questions très sombres à l’adolescence. Et puis le temps passe et ces questions restent. A quarante ans passés, Camille se les pose encore. Elle aurait voulu que l’amour dure toujours. Elle exigeait un absolu, comme la Camille de Musset dans "On ne badine pas avec l’amour". Mais à force de vouloir l’absolu et des garanties, la Camille de Musset finit par passer à côté de l’homme qu’elle aime et repart dans son couvent où elle ne risque rien. Elle finira sa vie dans la solitude,  le mensonge et le dessèchement.

 

Camille-redouble---Yolande-Moreau-et-Michel-Vuillermoz.jpg

 

Yolande Moreau et Michel Vuillermoz

 

"Je n’ai pris conscience qu’au montage du chemin de ma Camille. Je croyais avoir écrit une histoire de remariage et j’ai découvert avec le dernier plan du film que Camille reste seule. Seule mais apaisée par son voyage dans le temps qui lui aura appris que les choses de la vie, les gens, l’amour, l’amitié sont périssables et que ça n’est pas une mauvaise nouvelle." confie Noémie Lvovsky.

 

"J’ai énormément d’amour et d’admiration pour les acteurs : c’est une vocation et une aspiration magnifiques" avoue la réalisatrice.  "Yolande Moreau est l’une des plus grandes actrices du monde, je l’aime comme j’aime Anna Magnani, Gena Rowlands, Meryl Streep… J’ai beaucoup vu, aimé et admiré Michel Vuillermoz dans les films de Bruno Podalydès et au théâtre. Ils sont tous deux metteurs en scènes, comme Denis Podalydès, Mathieu Amalric, Samir Guesmi, Judith Chemla… J’ai l’impression que les acteurs qui se sont collés à la mise en scène ont une vision plus globale du film ; ils le pensent et l’accompagnent tout entier. C’est très précieux et porteur pour moi."

 

Noémie Lvovsky ajoute que quelque chose lui a échappé à l’écriture et au tournage, que Florence Seyvos et la réalisatrice ont découvert au montage : le présent du prologue ressemble à un cauchemar, celui de l’épilogue à un rêve. Le passé revisité est ce qu’il y a de plus réel. "Un ami m’a dit que pour lui, le film raconte l’histoire d’une psychanalyse. Je crois dur comme fer qu’un film est le scanner du cerveau de son réalisateur, une partie de son inconscient en images et sons. Lorsque je travaillais avec Arnaud Desplechin, on avait un petit jeu qui consistait à trouver la phrase de dialogue pour laquelle on faisait le film. Pour Camille, ce serait ce qu’elle dit à Alphonse, joué par Denis Podalydès : "Vous ne me croyez pas ? C’est normal que vous ne me croyiez pas, c’est impossible à croire. Mais je vous dis la vérité". Voilà, avec ce voyage dans le temps, je raconte des choses impossibles à croire alors qu’en écrivant, en réalisant, en jouant,j’essaie de dire la vérité."

 
Une partie de Camille redouble a été tournée au lycée Alfred Kastler pendant les vacances de la Toussaint 2011. Plusieurs élèves du lycée ont participé à la figuration en se prêtant au jeu du look 80's et en ravivant le lycée dans une ambiance à la Sauvés par le gong !

 

Camille-redouble---Noemie-Lvovsky-et-Denis-Podalydes.jpg

 

Noémie Lvovsky et Bruno Podalydès

 
Le film deux a été achevé deux ou trois jours avant la présentation à Cannes. Noémie Lvovsky n'a pas pu rester pour le voir avec les premiers spectateurs. Trop de trac. Quand elle est revenue pour le générique de fin, qu'elle a entendu les applaudissements chaleureux et vu le public debout : "j’étais émue, déroutée aussi parce qu’on sortait de mois dans la pénombre de la salle de montage et de l’auditorium." avoue-t'elle. Bruno Podalydès était présent et a donné son premier retour sur le film, en disant à Noémie Lvovsky qu’il s’était senti comme le héros d’un film de science fiction à qui on enfonce doucement une main dans le coeur, sans douleur. "Son avis compte pour moi, j’étais heureuse. J’aimerais que le film donne envie de regarder les gens en essayant d’éprouver leur existence et leur mortalité…" rajoute la réalisatrice.

 

Camille-redouble---Michel-Vuillermoz--Noemie-Lvovsky-et-Yo.jpg

 

Michel Vuillermoz, Noémie Lvovsky et Yolande Moreau

 

Il y a tellement de possibilités de chances nouvelles… Elles nous sont offertes. Ou pas. Noémie Lvovsky n'est pas certaine d’arriver à vivre pleinement l’instant présent, mais essaie seulement d’être présente aux gens, d’avoir une pensée d’eux et pour eux. Ces pensées concernent aussi le passé et le futur. C’est à la fois vertigineux, inquiétant et joyeux de voir à quel point l’existence est fluctuante. "Par exemple, je pensais travailler toujours avec Claude Berri dont j’étais très proche et qui a produit Les sentiments; il est tombé malade et puis il est mort. Après Les sentiments, qui a eu un succès critique et commercial, on m’avait dit : "Maintenant, tu passeras dix ans sans souci de financements". Eh bien, le film suivant, Faut que ça danse !, a été très long et compliqué à financer. Il n’a pas bien marché, je pensais qu’on allait ramer pour Camille redouble. Et j’ai rencontré Jean-Louis Livi qui a réussi à réunir les financements et à qui je dois le rôle de Camille. Les choses de la vie sont mouvantes, aléatoires… et périssables… et c’est une bonne nouvelle…" reconnait la réalisatrice

    
Camille redouble a bénéficié de l'avance sur recettes avant réalisation de la part du CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée).

 

 

 

  

Sources :

http://www.cinemovies.fr

http://www.unifrance.org

http://www.allocine.fr


Published by Ciné Alain - dans Des films en 2012
commenter cet article

commentaires

Armelle 25/09/2012 11:40


Vous avez vu beaucoup de films, cher Alain, dont certains français de qualité à l'instar de celui-ci. Je rentre d'une semaine en Alsace, d'où mon silence et reprends mes article ce
matin en espérant que les films recommandés vont passer non loin de chez moi. Mais aujourd'hui je me remets à l'ordinaire des choses à la suite d'une virée éblouissante, et sous le soleil,
d'une des régions les plus belles de France.

Chris 14/09/2012 18:43


je suis ok avec ta critique. ce film est une parfaite réussite. on en ressort heureux

armelle 14/09/2012 11:15


Ce film me tente et je compte bien le voir. Décidément les femmes réalisateurs ont du talent. Tant mieux. Nous avons grand besoin de talents neufs et de renouveau.

armelle 13/09/2012 11:55


Il parait que c'est un film très plaisant. Je le note et espère qu'il passera dans ma région. Ce soir sur la 3 à 23 heures "Coup de torchon" de Tavernier avec des acteurs formidables. Un peu
tard, dommage ! Mais on peut enrégistrer.Et ce soir également sur Arte, le début du 4ème volet des Tudor. Une série passionnante.
Bonne journée Alain.


 

Marcozeblog 12/09/2012 22:49


Hello, merci pour tous ces témoignages et détails de tournage. Film incontournable que je ne vais pas louper. Tu m'as dit que tu t'étais fais allumer sur allociné pour Chercher Hortense. Je n'ai
rien vu attaché à ta critique. Comment fais tu pour voir les commentaires ?

Ciné Alain 13/09/2012 13:52



Le commentaire venait d'allo ciné, où je mets en ligne mes critiques des films vus. Une râleuse née. Pourtant ma critique n'a rien de désobligeant, tu peux la lire dans le lien sous mes coups de
cœur 2012. J'ai parlé des ors des palais de la république et ça, ce n'est pas passé. Pour tout t'avouer, je m'en fous. Bonne journée Marco. À bientôt.



 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.