Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 23:00

 

Jacques Becker en quelques mots.

 

C'est dans son entourage que Jacques Becker rencontre Jean Renoir.

Celui-ci l'engage en tant que second assistant sur le tournage de La chienne Réalisé en 1931.

Puis en tant que premier assistant pour les films ci-dessous :


 

Jacques Becker réalise avec Gaston Modot un épisode du film de propagande commandé par le parti communiste français, La vie est à nous en 1936. Il réalise également avec Pierre Prévert et Jean Castanier, Le commissaire est bon enfant, le gendarme est sans pitié. En 1939, Jacques Becker se lance dans la réalisation de son premier long métrage, L'or du Cristobal, mais il ne termine pas le film, faute d'argent. Le film sera achevé par Jean Stelli.

C'est en 1942 que Jacques Becker réalise son premier véritable film,

 

Dernier atout Dernier-atour.jpg une comédie policière tournée dans la pure tradition américaine, avec Raymond Rouleau, Mireille Balin, Georges Rollin

 

En 1943, il réalise Goupi-mains rouges Goupi-Mains-rouges.jpg une oeuvre sur la paysannerie adaptée du roman de Pierre Véry, avec Fernand Ledoux, Robert Le Vigan, Georges Rollin.

 

Humaniste, Jacques Becker s'attache à brosser des personnages proches du spectateur, en accordant une attention particulière aux détails : les costumes, les décors, les accessoires. Il n'y a pas de lien entre ses films, mais ils traduisent tous son goût pour l'échec, les aventures humaines et un certain réalisme.

 

Tout en passant d'un genre à l'autre,

il impose un style basé sur la simplicité, la clarté et la vérité.

 

De Falbalas  Falbalas.jpg Réalisé en 1945,

qui décrit le milieu parisien de la couture,  

avec Raymond Rouleau, Micheline Presle, Jean Chevrier 

 

au Trou Le-Trou.jpg en 1960,

l'histoire vraie d'un groupe de prisonniers solidaires dans leur projet d'évasion

Avec Raymond Meunier, Michel Constantin, Jean Keraudy

 

Touchez pas au grisbi Touchez-pas-au-grisbi.jpg en 1954

Avec Jean Gabin, René Dary, Lino Ventura 

 

Jacques Becker est le cinéaste français classique dont l'oeuvre constitue une charnière entre le cinéma des années cinquante et la Nouvelle Vague. Il porte son regard vers le monde des Apaches dans le Paris populaire du début du XXème siècle. Un regard tendre et déchirant sur une romance improbable au destin funeste. Ce sera bien évidemment...

 

 

Casque d'or

 

 Casque-d-or---Affiche.jpg


Avec Simone Signoret, Serge Reggiani, Claude Dauphin,

Raymond Bussières, William Sabatier, Suzanne Grey,

Roland Lesaffre, Dominique Davray, Loleh Bellon


Genre Comédie dramatique


Production Française

 
Date de sortie 1952

 

Casque-d-or---Simone-Signoret--Dominique-Davray.jpg

 

Casque d’Or demeure un film phare du cinéma français toutes époques confondues. C’est l’œuvre d’un artiste méticuleux et discrètement romantique, peintre impressionniste d’univers cloisonnés et gouvernés par des cérémonials dont la représentation à l’écran apparaît la plus naturelle qui soit. 

 

Synopsis

 

Casque-d-Or---Simone-Signoret.jpgLes Apaches fut le surnom donné aux voyous des grandes villes. Cette expression, lancée par deux journalistes en 1902, désigne surtout les voyous parisiens rassemblés en bandes.

Ils étaient différents de la pègre traditionnelle par leur us et coutumes, leur sectorisation et l’importance qu’ils donnèrent à leur apparence vestimentaire. Ils éprouvaient également un fort sentiment d’appartenance à leur clan, dirigé par un chef charismatique qui donnait souvent son nom au groupe. Les femmes également, bien qu’exploitées comme prostituées, affichaient cette fidélité au clan et choyaient leurs hommes. Les hommes comme les femmes ne dissimulaient en rien leur goût pour le plaisir et pour l’amour libre. Leurs lieux de prédilection furent évidemment les guinguettes et les "bals musette", où ils n’hésitaient pas à côtoyer des classes sociales supérieures devant lesquelles ils aimaient à s’afficher fièrement.

 

C’est précisément là que commence Casque d’or.

Jolie séquence bucolique le long de la Marne sur laquelle ils font du canot, comme de vrais bourgeois désœuvrés dont ils singent le comportement. 

 

Casque-d-or.jpg

 

La bande de Félix Leca (Claude Dauphin), voyous qui hantent le quartier de Belleville, ont investi avec leurs femmes une guinguette du bord de Marne, à Joinville-le-Pont.

 

Casque-d-or---Simone-Signoret.jpg Simone Signoret 

 

Marie (Simone Signoret), une prostituée surnommée Casque d'Or en raison de son étincelante chevelure, s'est fâchée avec son amant du moment, le distingué Roland Dupuis (William Sabatier).

 

Casque-d-or---.jpg


William Sabatier, Raymond Bussières, Serge Reggiani,  

Simone Signoret et Dominique Davray 

 

Dans la guinguette animée, arrive Raymond (Raymond Bussières) accompagné par le menuisier Georges Manda (Serge Reggiani), ancien voyou, de la bande des apaches, des faubourgs populaires. Il fait la connaissance de Marie, membre de la bande à Leca.

 

 

Entre la belle et le charpentier, le coup de foudre est immédiat. Georges Manda est à la fois d'une droiture, d'une sévérité et d'une retenue pafaites. La tendresse dont il est capable de faire preuve est bien plus poignante lorsqu’elle s’exprime.

 

Une passion destructrice, sur fond de rivalité au sein du gang, unit les deux amants…

 

Casque-d-or---Simone-Signoret-et-Serge-Reggiani.jpg

 

Simone Signoret et Serge Reggiani

 

Le compagnon de Marie ne l’entend pas ainsi. Un duel à mort sera nécessaire pour que les deux amants vivent leur passion. Cependant Félix Leca, qui a des vues sur Casque d’or, manigance un stratagème pour récupérer la belle et se débarrasser de Georges Manda.

 

Les ressorts de la tragédie sont réunis.

 

Casque-d-or---Serge-Reggiani--Raymond-Bussieres--William-S.jpg

 

Raymond Bussières, Serge Reggiani et  William Sabatier


Le personnage de Marie,

surnommée Casque d'or à cause de son imposante chevelure

blonde ramassée sur le devant, est directement inspiré

de Amélie Élie, véritable prostituée appartenant au monde des Apaches

dans les années 1900.

 

Casque-d-or---Serge-Reggiani-et-Simone-Signoret.jpg.Casque-d-or---Serge-Reggiani-et-Simone-Signoret-1.jpg

Casque-d-or---Simone-Signoret-et-Serge-Reggiani-copie-1.jpg.Casque-d-or---Simone-Signoret-et-Serge-Reggiani.png

 

Mais Jacques Becker. prend vite ses distances avec la réalité des faits car ce qui l’intéresse avant toute chose reste l’histoire d’amour, pure et évidemment tragique, entre Marie et Georges Manda, ancien malfrat devenu menuisier dans la fiction.

 

Jacques Becker a su prendre le temps de mettre en images, avec justesse, les lieux et les personnages du récit pour se laisser aller ensuite à plus de romantisme. Il filme délicatement les amours de Marie et Manda au sein d’une nature harmonieuse, loin de la ville, loin du danger. Les amants arpentent les bois, se couchent sur l’herbe. Les bruits de la forêt sont amplifiés derrière une musique discrète.

 

Casque-d-Or---Simone-Signoret-et-Serge-Reggiani.jpg

 

Simone Signoret et Serge Reggiani

 

Marie/Casque d’or est une jeune femme resplendissante qui attire à elle tous les hommes. Simone Signoret, mutine et radieuse, trouve là le rôle de sa vie. Sa voix délicieusement éraillée, son accent titi et sa gouaille font merveille. Il ne lui est point nécessaire d’avoir beaucoup de dialogues pour exister. Sa présence, sa gestuelle et la mise en valeur de son visage lors des gros plans se chargent de la rendre incontournable. Dans le premier tiers du film, Jacques Becker la place régulièrement au centre de l’image : elle est soit accompagnée en retrait par ses deux suivantes, soit le centre de gravité de la caméra qui tourne autour d’elle en suivant les membres de la bande à Leca.

 

Félix Leca, le chef du clan, est traité sur le même mode, mais en plus fourbe et cruel. Respecté de tous, il veille sur ses hommes comme un père, autoritaire mais bienveillant. Le génie de Becker est encore une fois d’accentuer son côté paternaliste,  il distribue l’argent et la nourriture, dans des scènes où le cinéaste prend son temps pour mettre en exergue ces rapports de domination, en s’arrêtant sur tous les petits gestes du quotidien.

 

Casque-d-or---Simone-Signoret--Claude-Dauphin-et-Dominique-.jpg

 

Jacques Becker, généralement, fait peu appel à la musique ou du moins avec parcimonie; il privilégie plutôt les silences. Les dialogues, pour leur part, vont à l’essentiel. Le réalisateur aime donner du temps à une séquence et joue de sa science des gros plans. Ceux-ci surgissent presque au milieu de la scène pour mettre en valeur les visages des amants et la violence des sentiments. Chez Jacques Becker, on ne s’attend pas un instant à entendre des phrases comme "T’as de beaux yeux, tu sais"; les regards intenses se suffisent à eux-mêmes. Ainsi dans la scène du petit matin : Marie et Manda, au sortir du lit, prennent leur déjeuner. Sans s’échanger un mot, ils se regardent. Marie boit son café et embrasse Manda. Jacques Becker , comme à son habitude, met en scène paisiblement tous les petits rites du quotidien pour donner à son histoire un cachet d’authenticité.

 

À ce sujet, il nous faut faire mention de ce raccord sublime : la séquence dans les bois s’achève par un gros plan lumineux de Simone Signoret en attente d’un baiser. 

Jacques Becker  enchaine alors en fondu sur un plan des deux amants dans leur lit, une fois l’acte d’amour accompli. Manda, nu, se lève et s’habille. Marie dort, sa chevelure d’ange cette fois largement déployée sur l’oreiller. Elle irradie comme un soleil incandescent dans une impression de plénitude. Le film n’a jamais aussi bien porté son titre.

 

Casque-d-or-copie-1.jpg

 

 

Il est impossible de ne pas évoquer les dernières séquences qui traduisent à merveille la simplicité et la beauté de l’art de Jacques Becker. Alors que Georges Manda doit être exécuté, Marie, en compagnie de l’un des hommes de la bande, entre dans un hôtel. Le réalisateur les filme montant les marches comme s’ils se rendaient dans un petit hôtel de passe, la tenancière du lieu leur accorde justement une durée limitée. On s’aperçoit en fait que l’endroit est situé en face de la prison. Cette dernière démarche de la part de Marie, celui d’assister à l’exécution de son amant, est donc en fait un dernier acte d’amour.

 

Casque-d-or---Serge-Reggiani.jpg

 

Serge Reggiani

 

À sa sortie en salles, Casque d’Or fut très mal accueilli par le public et la critique. Ce fut probablement l’échec le plus spectaculaire et douloureux de la carrière de Jacques Becker. Rétrospectivement, à la vision d’un tel chef-d’œuvre, on s’est beaucoup interrogé sur la nature d’un tel revers. La franchise du cinéaste vis-à-vis de ses personnages, la mise à l’écart de toute surcharge psychologique, son attention portée aux petits détails, ainsi que sa modernité en sont les explications les plus probantes.



 

 

Sources :

http://www.dvdclassik.com Ronny Chester

http://cinema.encyclopedie.personnalites.bifi.fr

http://www.cineclubdecaen.com

http://www.unifrance.org

http://fr.wikipedia.org

http://www.allocine.fr

commentaires

Martine Costantin 06/07/2012 21:06


vous semblez avoir une sacrée passion pour le cinéma. bravo. PS j'habite à Marciac

zorba 30/06/2012 19:05


bonsoir Alain, je n'ai qu'un lointain souvenir de ce film mais me souviens de l'émotion ressentie

jo & chris 30/06/2012 17:07


un must magnifique que tu as raison de remettre en mémoire avec ce bel hommage à ce grand réalisateur.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.