Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 23:00

Delivrance---Affiche-copie-1.jpg

 
Réalisé par John Boorman


Avec Jon Voight, Burt Reynolds, Ned Beatty, Ronny Cox,

Ed Ramey, Billy Redden, Seamon Glass, Randall Deal,

Bill McKinney, Herbert 'Cowboy' Coward, Lewis Crone


Genre Aventure, Drame, Thriller


Titre original Deliverance

 

Production Américaine

 

Date de sortie 1er octobre 1972

 

Délivrance est basé sur le roman éponyme écrit en 1970 par l'auteur et poète américain James Dickey. Une première œuvre qui fut sacrée comme étant l’un des 100 meilleurs romans du XXème siècle par le New York Times

 

Delivrance---Jon-Voight--Burt-Reynolds--Ned-Beatty--Ronny-.jpg

 

Jon Voight, Burt Reynolds, Ned Beatty, Ronny Cox

 

Synopsis

 

La Géorgie, état du sud-est des États-Unis, comprenant la chaîne des Appalaches, recèle encore quelques territoires vierges de toute intervention urbaine. Du moins provisoirement… Une compagnie industrielle commence en effet les travaux de construction d’un barrage destiné à alimenter Atlanta en électricité, modification qui doit transformer la Cahulawassee River en un gigantesque lac recouvrant les environs.

 

Ils sont quatre jeunes américains de classe moyenne. Ed Gentry (Jon Voight) un homme timide, pensif et raisonnable. Lewis Mediock (Burt Reynolds), le seul à manifester une certaine brusquerie dans son amour de la nature sauvage sans famille ni travail stable, c’est lui qui entraîne ses camarades dans l’équipée. Bobby Trippe (Ned Beatty) un bon vivant insoucieux, jovial, et qui aime son confort. Drew Ballinger (Ronny Cox), est un doux intellectuel, guitariste à ses heures, et attaché aux valeurs pacificatrices de la civilisation.

 

Ensemble, ils décident de consacrer leur week-end à descendre en canoë l'impétueuse rivière du nord de l'état. Ils envisagent cette véritable expédition comme un ultime hommage à une nature sauvage et indomptée se retrouvant menacée par les progrès de la civilisation . En amont de la périlleuse rivière, ils comptent descendre en canoë jusqu’à Aintry. Selon Lewis Mediock, épris de communion virile avec la nature, il s’agit là d’une expérience à vivre avant que le site ne disparaisse.

 

Le premier contact avec les rares habitants du cru s’avère étrange et fruste mais, passant outre leurs avertissements de mauvaise augure, le quatuor d’amis parvient tout de même à louer leurs services pour conduire leurs deux voitures jusqu’à Aintry.

Les canoës sont mis à l’eau, embarquement immédiat pour un cauchemar inoubliable.

 

Delivrance.jpg


La première journée se passe bien mais, le second jour, Ed et Bobby sont attaqués par deux montagnards et l'un d'eux viole Bobby avant d'être tué par Lewis. Malgré l'opposition de Drew qui tient à respecter la loi, les jeunes gens décident de faire disparaître le corps afin d'éviter à Bobby une enquête pénible. Ils reprennent leur route après avoir enterré le corps mais Drew tombe à l'eau et se noie. Les canoës se renversent Lewis lui-même est handicapé par une jambe brisée.

 

Burt Reynolds et Ronny Cox Delivrance----Burt-Reynolds-et-Ronny-Cox.jpg


Le lendemain, Ed tue un homme qui semblait les surveiller et les menacer, supposant qu'il s'agissait du second montagnard, celui qui avait pris la fuite. Ed, Bobby et Lewis parviennent finalement à échapper à ce cauchemar et à retrouver la civilisation. Le shérif n'est guère convaincu par leur histoire mais il les laisse néanmoins repartir Lewis est hospitalisé et Ed demeurera longtemps hanté par cette aventure...

 

Delivrance---John-Voight.jpg Jon Voight

  
Tourné en décors naturels en Géorgie et en Caroline du Sud, Délivrance a posé de nombreux problèmes de logistiques. Afin de ne pas déflorer les décors, les équipes techniques et artistiques du film ont ainsi souvent utilisé des jeeps et des canoës pour se rendre sur les lieux de tournage.

 

Le rapport de l’homme avec la nature et avec sa propre humanité est un thème récurrent dans la filmographie de John Boorman comme par exemple, sa fameuse Forêt d’Emeraude  réalisé en 1985, mais son traitement aura rarement été aussi pessimiste. Délivrance reste encore à ce jour l’un des films les plus réussis du cinéaste, et pose un jalon incontournable dans l’histoire du "survival".

 

Delivrance---Burt-Reynolds-et-Ned-Beatty.jpg.Delivrance---Burt-Reynolds-copie-1.jpg

Delivrance-copie-1.jpg.Delivrance-copie-2.jpg

 

Le mythe de la nature idyllique, accueillante, où l'on peut se ressourcer, est bien mis à mal. Les quatre hommes vont vivre un enfer, comparable à la sauvagerie que l'on pourrait endurer dans le monde dit civilisé. À ce sujet, il est impossible de parler de Délivrance sans mentionner la scène dont tous ceux qui ont vu le film se souviennent. Mise à part celle du duo hallucinant entre une guitare et un banjo, il s'agit du viol homosexuel commis par un homme des bois contre Bobby. Jusqu'à ce film, le cinéma ne montrait que des agressions sexuelles dirigées contre des femmes. Pour la première fois, on voit un homme se faire violer, et les images sont encore plus terribles que la description contenue dans le livre. Si la scène du viol de Ving Rhames est aussi puissante dans Pulp Fiction réalisé en 1994, Quentin Tarantino le doit principalement à l'oeuvre terrifiante de John Boorman. 

 

Mais délivrance de qui, et délivrance de quoi ? Même si beaucoup se soucient avant tout, de retourner à temps chez eux pour regarder le prochain match de football, ici, chacun se rejoint finalement dans un désir commun. Celui de se dépouiller un moment des artifices du mode de vie urbain, et de retrouver une communion saine et énergique avec la mère Nature.

 

Le célèbre Duelling Banjos, Grammy Award 1974 pour la meilleure performance musicale a été la première scène tournée.

 

 

Les autres scènes ont pratiquement toutes été tournées dans l'ordre. Le premier contact avecDelivrance---Billy-Redden.jpg les indigènes, révèle en effet une hostilité latente et des préjugés qui, de part et d’autre, ne pourront être vaincu que par l’argent. Là où il y a des hommes, il n’y a pas réellement de réconciliation possible, et le visage mutique, étrange de Lonnie interprété par Billy Redden, annonce assez que le pire est à venir. Et il viendra, dans une scène aussi éprouvante qu’inattendue. Toute émulation sportive, toute contemplation et toute joie s’effondrent alors. Il y a quelque chose de pourri dans le jardin d’Eden, et il va falloir en sortir. 

 
Avec un budget limité de 2 millions de dollars, la production de Délivrance a dû économiser dès qu'elle le pouvait. Les principaux acteurs n'étaient pas assurés alors que le tournage s'annonçait physique. Ainsi, Jon Voight escalade lui-même la falaise. Le groupe des quatre acteurs a réellement descendu les rapides et Burt Reynolds s'est cassé le coccyx lorsque le canot a chaviré. Mesure d'économie toujours, ce sont les habitants des environs et non des figurants recrutés à Hollywood qui ont été engagés pour incarner les habitants qui menacent le petit groupe d'hommes.

 

Le jeu d’acteur ne peut qu’éblouir. John Voight et Burt Reynolds brillent d’une conviction incontestable, tout comme les acteurs jouant les "rednecks", d’un incroyable réalisme. Une performance phénoménale aussi, la deuxième partie du film, consacrée à la survivance, se jouant avec un ennemi invisible, confondu avec les éléments, et d’autant plus angoissant. Là où un casting hasardeux et une direction d’acteurs chancelante auraient provoqué l’ennui le plus total, John Boorman nous fait partager toutes les tensions, tous les drames et tous les enjeux du quatuor, ne nous laissant souffler qu’au générique de fin.

 

Délivrance - Burt ReynoldsBurt Reynolds, dans le rôle de Lewis Medlock, a décroché ici l'un de ses meilleurs rôles. C'est à Délivrance qu'il doit sa notoriété et préfigure la suite de sa carrière. Dans le film, son charisme est exceptionnel, et l'on pense dès le début que c'est lui qui mènera la danse. Il se présente comme une sorte de Superman, un meneur hyper viril, qui croit en son corps et à sa parfaite harmonie avec la nature. Or, au beau milieu du récit, il se casse pitoyablement la jambe dans les rapides et, à partir de là, n'est plus qu'un poids mort pour ses amis. La nature le rejette ! Il ne reste plus à Ed, le bon père de famille, qu'à reprendre le flambeau et se dépasser pour que le groupe survive aux agressions des "rednecks", de la nature hostile. Délivrance - John VoightDans le livre, les rapports entre Ed et Bobby s'enveniment, le premier doutant de plus en plus de la loyauté du second, cette tension est moins rendue dans le film, les deux hommes semblent rester davantage soudés dans le marasme.

Des photos circulent, celles d'une scène où l'on voit les trois survivants de retour à la civilisation, Ed, Bobby, et Lewis. Ce dernier a deux béquilles sous les bras et porte une affreuse veste à carreaux. Au premier plan, le shérif, interprété par James Dickey, soulève un drap pour montrer un corps aux trois amis.

 

Peut-être s'agit-il du corps de Drew? En tout cas, la version européenne du film ne contient pas ce passage...

 

Ned Beatty, dont c'était le premier film, était le seul des quatre acteurs à avoir déjà pagayé avant le tournage, ce qui est plutôt ironique quand on voit à quel point son personnage est empoté.

 

Ned Beatty Delivrance---Ned-Beatty.png

 

John Boorman voulait d'abord Lee Marvin et Marlon Brando pour les deux rôles principaux, mais Lee Marvin l'a persuadé que lui et Brando étaient trop vieux pour jouer ce genre de scènes et lui a suggéré de prendre deux acteurs plus jeunes.


Le film offre plusieurs similitudes avec La Source d'Ingmar Bergman : nature envoûtante et finalement cruelle, hommes à-demi sauvages et scène de viol, enfant qui joue du banjo de manière inquiétante et qui refuse de communiquer. Le film de John Boorman servira d'inspiration à Michael Cimino pour son drame guerrier, Voyage au bout de l'enfer, réalisé en 1978, dont le directeur photo, Vilmos Zsigmond, fut aussi celui de Délivrance.

 

Delivrance---Burt-Reynolds.jpg

 

Burt Reynolds

  

James Dickey a collaboré à l'adaptation de son roman avec John Boorman. L'écrivain aurait même reconnu que le réalisateur avait fait preuve de plus d'audaces et d'originalité que lui-même, dans son roman. James Dickey interprète le rôle du shérif Bullard, grimaçant et suspicieux, alors que Charley Boorman, le fils du metteur en scène, incarne le fils d'Ed, le personnage de Jon Voight

 

Le film n'est pas l'exact reflet du roman. Toute la partie du roman dans laquelle Ed, parle de sa vie de citadin et de ses trois amis qu'il surnomme, Lewis le surhomme, Bobby le bon vivant et Drew l'intellectuel, n'est pas reprise dans le film. De même que la fin du roman quand Ed annonce à la femme de Drew que celui-ci est décédé.

 

Il ne reste que le périple en canoë, la confrontation avec la nature.

 

 

 

Sources :

http://www.allocine.fr

http://www.cineclubdecaen.com

http://www.imdb.com

http://mickeyandava.blogspot.fr

http://fr.wikipedia.org

Stephane Jolivet - http://www.horreur.com

Pascal Laffitte - http://archive.filmdeculte.com

http://www.cinemovies.fr

commentaires

zorba 20/07/2012 17:39


ce film est une absolue merveille !

Johane et Christophe 18/07/2012 23:09


bonsoir Alain, nous l'avons regardé sur Arte, ce film est magnifique les acteurs tous excelents et la mise en scène est criante de vérité, surtout quand on a connu en plus petit pareille
histoire. On t'embrasse

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.