Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 10:50

Dans le cadre du Festival 2014 des films d'Amérique Latine !

 

au Le-Régentà Saint Gaudens !

 

 

Infancia-clandestina.gif

 

Réalisé par Benjamín Ávila

 


Avec Teo Gutiérrez Moreno, Ernesto Alterio, Natalia Oreiro, César Troncoso,

Christina Banegas, Paula Ransenberg, Elvira Onetto, Luciana Dulizky,

Violeta Palukas, Mayana Neiva, Sebastián Carballido, Pablo Cura, Pedro Onetto

 

Titre original Infancia clandestina


Genre  Drame


Production Argentine, Espagnole, Brésilienne

 

Le metteur en scène Benjamín Avila né en 1972 à Buenos Aires s’est inspiré de sa propre enfance pour raconter l’histoire d’Enfance clandestine. Pour autant, il ne voulait pas écrire son autobiographie. Il a plutôt souhaité revisiter le militantisme de la dernière dictature entre 1976 et 1983 en se centrant sur une histoire d’amour entre deux enfants.

 

Il faut savoir que sa mère a disparu dans le système de détentions et d'exécutions extrajudiciaires de la junte, terme utilisé pour désigner une dictature militaire gérée par un groupement de chefs des armées, Le réalisateur a été séparé très jeune de son frère.

 

Il l'a retrouvé cinq ans plus tard, grâce aux efforts des Mères de la place de Mai, celui-ci ayant été adopté par une famille proche du régime.

 

Selon les propos de Diana Quattrocchi-Woisson, recueillis sur Zérodeconduite.net :  Il s'agit de la dernière dictature militaire du XXème siècle, qui commence en 1976 et se termine en 1983. Elle ponctue une série de coups d'état et de mouvements de contestation violents. Il y a un crescendo dans l'histoire de la violence politique en Argentine et la période qui concerne le film est la plus aiguë. Et cela ne s'explique pas uniquement par l'apparition de la guérilla de gauche péroniste sur la scène politique. Cette radicalisation concerne l'ensemble de la société, aussi bien la classe moyenne que les syndicats enseignants ou les syndicats ouvriers. Pour lire la suite d el'interview cliquez ici !

 

Plus connu pour ses courts métrages et documentaires,  Benjamín Ávila réalise, ici, son premier long métrage dans lequel il joue également un petit rôle. Nommé à la quinzaine des réalisateurs lors de l’édition 2012 le film de Benjamín Avila a été encensé par le public. Devant tant d’engouement, le réalisateur n’a pu retenir ses larmes...

 

Olivier De Bruyn pour Positif présente le film ainsi : "dans Enfance clandestine le réalisateur qui s'est inspiré de souvenirs personnels pour écrire son scénario, échappe la plupart du temps aux pièges du pathos et de la démonstration éloquente. À la fois récit initiatique et chronique intimiste, le film fait preuve d'une maîtrise et d'une sensibilité également singulières.'

 

Aujourd’hui encore, plus de 300 enfants kidnappés

pendant la junte restent portés disparus.

 

  Infancia-clandestina---Teo-Gutierrez-Moreno.gif

 

Teo Gutiérrez Moreno

 

Synopsis

 

Argentine, 1979.

 

Juan (Teo Gutiérrez Moreno), 12 ans, et sa famille reviennent à Buenos Aires sous une fausse identité après des années d’exil.

 

Les parents de Juan, sa mère Charo (Natalia Oreiro) et son père Daniel (César Troncoso ) avec son oncle Beto (Ernesto Alterio) sont membres de l’organisation Montoneros, en lutte contre la junte militaire du général Videla qui les traque sans relâche.


La direction des Montoneros exilée à Cuba a décidé de lancer une contre-offensive contre le régime militaire, initiative qui s'avérera suicidaire.

 

En attendant, le jeune exilé apprend à redécouvrir son pays, son système scolaire militarisé et son apparente normalité.

 

Infancia-clandestina---Ernesto-Alterio-et-Teo-Gutierrez-Mo.gif


Ernesto Alterio et Teo Gutiérrez Moreno

 

Il ne doit pas l’oublier, le moindre écart peut être fatal à toute sa famille.

 

Malgré tout, Juan arrive au seuil de l'adolescence, cette saison de la vie qui rend parfois les choses plus difficiles, surtout quand on tombe amoureux d'une jolie camarade de classe, Maria (Violeta Palukas), et ce, malgré la proximité du danger qui rend ici toute vie aléatoire.

 

Alors qu'il s'est habitué à cette nouvelle existence, Juan apprend que sa famille doit à nouveau déménager ... 

 

C’est une histoire de militantisme, de clandestinité et d’amour.

 

L’histoire d’une enfance clandestine.

 

Infancia-clandestina---Teo-Gutierrez-Moreno-et-Violeta-Pal.gif


 

Avant de réaliser Enfance clandestine   Benjamín Ávila s’était déjà approché du thème propre à ce film.

 

En 2003, avec l’argent obtenu grâce à un prix, un court métrage a été monté. Celui-ci, intitulé Veo, Veo, a marqué les prémices d’Enfance clandestine.

 

Pour ces deux films, Marcelo Müller a co-écrit le scénario avec Benjamín Avila.

 


 

 

Natalia Oreiro, qui interprète la mère de Juan, est une actrice qui suscite beaucoup de ferveur en Argentine, grâce à des publicités à la télévision et des telenovelas à succès. Sa carrière en tant que chanteuse et actrice de telenovelas l'a rendue célèbre à travers le monde entier et plus spécialement en Europe de l'est. En 2002 elle s'est mariée avec Ricardo Mollo, meneur du groupe argentin de rock les Divididos.

 

Cette grande actrice est également présente dans le film de Le médecin de famille "Wakolda" réalisé par Lucia Puenzo.


Ajoutons à cela que la chanson de fin du film est chantée par le très populaire groupe de rock Dividios, et vous obtenez un public composé en grande partie d’adolescents.


 

 

Accompagnés de leurs parents, Enfance clandestine a provoqué, selon Benjamín Ávila, "des discussions générationnelles à l’intérieur des familles".

 

Dans Enfance clandestine, quelques séquences représentant la violence sont animées. Benjamín Ávila a eu cette idée en visionnant Kill Bill : Volume 1 de Quentin Tarantino, dans lequel une personne se fait assassiner sous les yeux d’un enfant caché sous un lit. Très ému par cette scène, le réalisateur a voulu utiliser la même technique pour son film.

 

Entre L'Histoire officielle, film de référence sur la période de la junte en Argentine, de Luis Puenzo et le film de Benjamín Avila, il y a des connexions. Ainsi, Luis Puenzo se retrouve producteur d'Enfance clandestine et le comédien Ernesto Alterio, qui joue l’oncle dans le film de Benjamín Ávila, n’est autre que le fils d’Hector Alterio, qui jouait dans L'Histoire officielle.

 

Infancia-clandestina-copie-1.gif

 


 

Mon opinion :

 

En réalisant ce premier long-métrage,  Benjamín Ávila déclare s'inspirer de sa propre enfance, les années de dictature en Argentine, sans en faire pour autant un récit autobiographique, il dévoilée une partie de l'histoire méconnue, ou presque, celle des Montoneros, en lutte permanente contre la junte militaire.

La grande réussite du film vient du fait de présenter le sujet au travers du parcours d'un jeune garçon, Juan, qui deviendra Ernesto par obligation. Un enfant perdu dans les aléas d'une vie familiale, en lutte contre la junte militaire, et violenté par le pouvoir en place.

Le tout jeune Teo Gutiérrez Moreno, endosse ce rôle. Il est à la fois touchant, rieur, heureux, profondément malheureux quand il se trouve séparé de sa petite amie et plus tard de sa sœur. Bouleversant de bout en bout, il émeut par son seul regard magnifique qui est d'une profonde humanité.

Le scénario s'appuie, entre autres, sur la première histoire d'amour de deux enfants qui voudraient vivre comme tous les jeunes. Le réalisateur filme avec une infinie tendresse ces instants magiques. Il y a aussi l'oncle Beto joué par le remarquable Ernesto Alterio, donneur de leçon quand il s'agit "d'amour", prêt à tout quand il doit défendre la cause. Natalia Oreiro, rayonnante, joue le rôle de la mère. Star en son pays, avec une renommée qui dépasse aujourd'hui toutes les frontières. Elle excelle.

Pour mieux atténuer la violence de faits bien réels, le réalisateur utile à bon escient des images d'animation  en s'inspirant, a t-il déclaré, de Kig Bill de Tarantino. La réussite est totale et ne minimise en rien la réalité. Elles rendent plus supportables, l'horreur de la situation.

Ce film est tout simplement remarquable, touchant, lumineux, violent et plein de douceur, aussi. Des instants rares et magiques. Le réalisateur sait mettre avec brio de la poésie au milieu de l'horreur de ces enfances sacrifiées. Un grand moment de cinéma.

 

Sources :

http://www.argentine-info.com

http://www.cinemas-utopia.org

http://www.zerodeconduite.net

http://www.allocine.fr

http://www.imdb.com

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2014
commenter cet article

commentaires

Michel Zorba 22/03/2014 22:09


Salut Alain, ce film nous a bouleversés. Je suis content que tu aies pu le voir. 

Jacqueline 22/03/2014 18:57


Bonsoir Alain, je l'ai raté et maintenant en lisant ta page je le regrette doublement. Bonne soirée et bon week-end. Bises

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.