Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 22:00

 

Quelques-unes de mes comédies musicales sur scène.

 

Evita---Affiche.gif

 

 

 

Inspirée de la vie d'Eva Perón,  

 

Evita est, entre autres, une comédie musicale

coproduite par Tim Rice et Andrew Lloyd Webber.

 

María Eva Duarte de Perón, plus connue sous son diminutif Evita, née le 7 mai 1919 à Los Toldos en Argentine est décédée 26 juillet 1952 à Buenos Aires.

 

Seconde épouse du président Juan Perón, elle est devenue un mythe et une icône de l'Argentine du XXème siècle.

 

Maria Eva Duarte est une des cinq filles illégitimes mais reconnues qu'une humble cuisinière, Juana Ibarguren (1894-1971) a eu d'un riche éleveur, Juan Duarte (1872-1926). Elle grandit dans les environs de Junín dans un milieu social défavorisé.

 

À 15 ans, elle part pour Buenos Aires afin d'y trouver du travail.

 

Elle y devient une actrice de cinéma dans des mélodrames de série B et de radio dans des feuilletons sur radio El Mundo.

 

Elle apparaît régulièrement dans un programme dramatico-historique, Les Grandes femmes de l'Histoire dans laquelle elle joue Élisabeth 1ère d'Angleterre, Sarah Bernhardt et Alexandra Fedorovna, dernière tsarine de Russie.

 

Elle rencontre le colonel Juan Perón lors d'une vente de charité organisée afin de récolter des fonds en faveur des victimes du tremblement de terre qui avait secoué la région de San Juan. Après avoir été pendant un temps sa maîtresse, elle l'épouse le 21 octobre 1945.

Ses racines humbles l'ont tout naturellement destinée à assurer la liaison entre son mari et les travailleurs, ceux qu'elle appelle, los descamisados, fondement du soutien politique à son mari.

Elle a fortement contribué à la campagne de son mari pour l'élection présidentielle de 1946. Utilisant son émission de radio hebdomadaire, elle se lance dans de grands discours appelant les pauvres à se relever. Elle met en avant ses racines modestes afin de montrer sa solidarité avec les classes les plus défavorisées.


Après l'élection de son mari, Evita prit immédiatement un rôle considérable dans son entourage. Elle crée la Fondation Eva Perón dont le rôle est d'assister les pauvres.

Elle devient rapidement très populaire et a laissé au pays des contributions non négligeables : nombre d'hôpitaux ou d'orphelinats créés par la Fondation qui ont survécu à la mort prématurée d'Evita. La Fondation a également augmenté considérablement son pouvoir.

 

 

En 1947, elle se lance dans une Gira del Arco Iris, "tournée arc-en-ciel" hautement médiatisée en Europe, rencontrant de nombreux chefs d'États dont Francisco Franco. Bien reçue en Espagne, elle y visite les tombes des premiers monarques absolus espagnols Ferdinand V et Isabelle de Castille et remet un billet de 100 pesetas à chaque enfant pauvre qu'elle croise sur sa route. Le but était de redorer le blason et les relations diplomatiques du régime de Perón qui dans l'après Seconde Guerre mondiale était de plus en plus perçu comme fasciste.

 

Eva-Peron-copie-1.gifÀ ce propos, la polémique au sujet du fameux trésor nazi dont Martin Bormann "aurait" organisé le transfert en Argentine à la fin de la guerre, permet à Glenn B. Infield dans son livre sur Otto Skorzeny d'affirmer que le trésor avait été subtilisé aux Allemands par le couple Perón, qui avait accueilli à bras ouverts de nombreux criminels de guerre.

 

Lors cette visite en Europe,  Evita a également rendu visite au pape et fait un détour par Paris.

 

En 1949, Evita, comme on la surnomme à présent, est une des figures les plus influentes d'Argentine. Elle devient le centre d'un culte de la personnalité, son nom et son image apparaissant partout. En privé, la vie de couple est extrêmement tendue. Le couple n'a d'ailleurs jamais eu d'enfants, ce qui a donné lieu à quelques controverses sur la pauvreté, voire l'absence de vie sexuelle, dans le couple présidentiel.

Alors qu'Evita est quasi-vénérée par la classe des travailleurs, elle est profondément détestée par les classes riches qui la méprisent à cause de ses origines sociales, ses histoires sulfureuses et de son activité dans le domaine politique, un peu trop importante à leur goût. Ainsi a-t-elle pris l'habitude de les nommer les Oligarques.

Evita a même essayé de légitimer son pouvoir en briguant la vice-présidence en 1951. Cependant, ceci a vivement irrité certains militaires haut placés qui ne souhaitaient pas voir cette femme gagner de l'influence. Sous la pression, Juan a annulé la nomination d'Evita à ce poste.

Grande amatrice de course automobile, elle a acquis en novembre 1951 un modèle rare, la Maserati A6 G-1500 du coureur automobile suisse Ciro Basadonna qui venait fréquemment en Argentine pour ses affaires.

Eva Perón a été emportée par un cancer de l'utérus à l'âge de 33 ans.

 

Son corps embaumé, exposé dans un cerceuil transparent, déclenchera une hystérie populaire, avant de devenir un enjeu politique.

 

Eva-Peron.gif

 

Un coup d'État militaire chasse son mari du pouvoir en 1955.


Les coups d'état se succèdent. Certains dictateurs veulent détruire le souvenir d'Evita dans la mémoire populaire. Sa dépouille devient alors un enjeu permanent.

 

Le corps de la pasionaria a été transporté à Milan en Italie, puis enterré sous la fausse identité de Maria Maggi de Magestris au cimetière Maggiore, avec l'assistance du Vatican. Seize ans plus tard, en 1971, son cadavre a été exhumé et envoyé en Espagne.

 

Son mari, retournant en Argentine comme président après son exil, y meurt en 1974.

 

Le corps d'Evita est alors rapatrié en Argentine, brièvement exposé au public. Elle a été une nouvelle fois enterrée dans la tombe familiale du cimetière de la Recoleta de Buenos Aires.

 

Evita reste l'une des figures les plus populaires de l'Argentine. Elle a eu une très grande influence pour l'obtention de la plupart des acquis sociaux du pays, notamment le vote des femmes, la sécurité sociale, les congés payés et plus largement les droits des travailleurs et le rôle des syndicats.

 

Tombe Eva Peron

Cette femme, qui resta si peu de temps au sommet de l'Etat, jouit toujours d'une admiration quasi-divine. "C'est une personne qui vient de la pauvreté, des profondeurs du peuple,' rappelle Alfredo Arias. "Sa force, c'est de n'avoir jamais été déconnectée de la base". rajoute t-il. Avant de conclure : Elle profite de son statut de première dame pour impulser des politiques sociales en Argentine."Eva mariait des gens, leur offrait toutes sortes de choses comme des dentiers, des matelas, etc., se souvient Alfredo Arias. Quand des pauvres lui demandaient de l'argent, elle entrait dans la chambre des députés en tendant le chapeau... Elle était touchable et intouchable en même temps, incarnant une sorte de sainteté accessible par tous".

 

Dans Santa Evita le roman de Tomas Eloy Martinez le personnage reste très controversé, et divise les Argentins. Pour ses détracteurs, cette fille illégitime, starlette désinvolte et parvenue, incarne le ressentiment et le clientélisme, avec ses bonnes œuvres prodiguées au nom du général Perón. Pour ses fans, en revanche, elle symbolise l'esprit plébéien du péronisme et son engagement social. Bref, l'authenticité populaire, censée être le meilleur gage de pérennité.

 

Le dramaturge argentin Copi lui a consacré en 1970 sa pièce, Eva Perón. Première création parisienne réalisée par Alfredo Arias au Théâtre de l'Épée de Bois à Paris.

 

La pièce : Enfermés dans le palais des Perón, les personnages assistent aux dernières heures de l'épouse  vénérée du dictateur argentin des années 1940. Une farce du pouvoir en forme de cauchemar baroque, burlesque et grinçant, où tous les rôles - sauf un - sont joués par des hommes. Eva Perón, rongée par un cancer, vit ses derniers jours et entend bien le faire savoir.
À travers la mort d'Evita, Copi interroge le travestissement du réel, l'identité sexuelle, l'oppression universelle du pouvoir et la solitude existentielle sans oublier les grotesques et violentes dérives du mouvement péroniste argentin. C’est la dynamique du contraste, de la contradiction qui donne à cette œuvre toute sa vitalité originale et sa force de provocation toujours sensible aujourd’hui.
 

 

L’œuvre de Copi, c’est avant tout, rire à pleines dents du pouvoir, de la célébrité, de l’identité, de la filiation, de l’amour, de l’individualisme, de l’argent et de la mort.

 

 

Eva Perón : des folies de son corps.

par Laurence Le Saux  pour http://www.telerama.fr

 

En janvier 2013 au  Festival Premiers Plans d'Angers, Jeanne Moreau lisait en public, comme elle le fait chaque année, le scénario d'un film. Son choix s'était porté sur Evita, futur long métrage de l'Argentin Pablo Agüero "J'ai eu un coup de foudre, explique la comédienne. Je connaissais évidemment la femme, son charisme, son statut de sainte, d'idole. Là, tout tourne autour de son corps, dont tous veulent s'emparer."

 

Pablo Agüero, ancien pensionnaire de la Cinefondation du Festival de Cannes, a choisi d'évoquer Evita après son décès en 1952.

 


 

 

Pablo Agüero, Evita - Prix Sopadin du scénario en 2012

Cela fait plus d’un quart de siècle que le Prix Sopadin aide certains films à se faire,

en attirant l’attention des décideurs sur des scénarios prometteurs.

 

S'attaquer à Eva Perón fut pour le scénariste et réalisateur une espèce d'évidence :

 

"Soixante-dix ans après sa mort, elle est toujours la plus importante figure du pays. En France, on a d'elle une vision très caricaturale. On oublie l'essentiel. Elle s'est battue férocement pour les droits des travailleurs, des femmes et des enfants, mobilisait des foules. [...] Elle était tellement dangereuse aux yeux des militaires, du clergé et des pays impérialistes, qu'ils ont caché son corps pendant vingt-cinq ans, dont dix-sept au Vatican. Comment un corps inerte peut-il être aussi influent ?"

 

"Le scénario de Pablo Aguero est exceptionnel, d'une construction et d'une écriture très particulières et étonnantes sur cette femme, Evita Peron, devenue un emblème. Le sujet est traité remarquablement avec, à la fois, un sens dramatique, cruel et humoristique", a estimé Jeanne Moreau, accompagné pour cette lecture par le comédien Denis Lavant.

 


 

Evita, scénario de Pablo Agüero

lu par Jeanne Moreau et Denis Lavant

musique originale Müller & Makaroff de Gotan Project

 

La vie d'Eva Perón et des mises en scène 

Comédie musicale, à la télévision, au cinéma aussi...

 

Evita est la dernière collaboration entre Tim Rice et Lloyd Webber.

 

Comme le précédent hit du duo, Jesus Christ Superstar, Evita a commencé par un album, sorti en 1976, avec Julie Covington chantant le rôle titre.

 

Les autres rôles ont été chantés par Paul Jones dans le rôle de Juan Perón, Barbara Dickson jourant celui de la la maîtresse et Colm Wilkinson interprétant le Che, le narrateur, et enfin Tony Christie interprétant Agustin Magaldi.

 

 

 

Don't Cry for Me, Argentina, est arrivé numéro 1 au Royaume-Uni, en février 1977. Le single a eu un succès semblable à l'international. Another Suitcase in Another Hall a aussi été un succès. En Grande-Bretagne, en Australie, en Afrique du Sud, en Amérique du Sud, et diverses parties de l'Europe, les ventes d'Evita ont surpassé celles de Jesus Christ Superstar.

L'album n'a jamais eu le même succès aux États-Unis, cependant.

 

Elaine-Page---Evita.gif Elaine Paige


La comédie musicale est arrivée sur scène dans le West End, au Prince Edward Theatre le 21 juin 1978, pour se terminer le 18 février 1986, après 3.176 représentations. Le rôle d'Evita était tenu à l'origine par Elaine Paige, qui avait été choisi parmi un grand nombre de candidates après que Julie Covington ne fut pas retenue pour reprendre le rôle.

 

Le rôle de Che était tenu par le chanteur pop David Essex et Peron par Joss Ackland.

 

La comédie musicale a ensuite été gagnée Broadway du 25 septembre 1979 au 26 juin 1983  avec en ouverture des représentations Patti LuPone dans le rôle d'Evita, Mandy Patinkin dans celui du Che, et Bob Gunton est Perón.

 

Patti Lupone Patti Lupone - Evita

 

 

Les productions de Londres et de New York ont été dirigées par Harold Prince.

 

.
Patti LuPone "A New Argentina"

 

Patti Lupone aurait déclaré pendant sa prestation dans Evita.


"Evita a été la pire expérience de ma vie. Je criais plus que je ne chantais une partition qui pouvait seulement avoir été écrite par un homme qui déteste les femmes. Et je n'avais aucune assistance de la part des producteurs, qui ont voulu une performance de star théâtrale, mais m'ont traitée comme une inconnue dans les coulisses."

The New York Times, 8 juin 2007.

 

Un projet de film a commencé à apparaitre. Le film devait être réalisé par Ken Russell, avec Barbra Streisand ou Liza Minnelli dans le rôle d'Evita et Barry Gibb ou Barry Manilow dans le rôle de Che.

 

Une version télévisée de la vie d'Evita a également été réalisée par Marvin J. Chomsky en 1981, avec Faye Dunaway et James Farentino.

 

 

Dans les années 1980, un projet avec Meryl Streep avait failli voir le jour.

 

Réalisé en 1996, inconnu en France,  Eva Perón, réalisé par Juan Carlos Desanzo, se déclare être un film basé sur la véritable histoire d'Evita. Pour en savoir plus, cliquez ICI !

 

Un autre projet d'adaptation de la comédie musicale Evita de Tim Rice et Andrew Lloyd Webber est développé par Oliver Stone. Alors que plusieurs actrices sont envisagées, le réalisateur poursuit son projet avec Michelle Pfeiffer.

 

Il quittera finalement la production et c'est Alan Parker qui reprend le poste de réalisateur. Par respect pour Oliver Stone, qui avait considérablement développé le projet, Alan Parker décide de le créditer comme coscénariste.

 

Ce projet ne s'est concrétisé qu'en 1996. Le film sort en salles le 10 janvier 1997.
Avec dans le rôles principaux Madonna, Antonio Banderas, Jonathan Pryce, Mark Ryan

 

.

Quelques dates encore concernant la vie d'Eva Perón

 

- En 2007, le film argentin La Señal raconte l'histoire des derniers jours d'Eva Perón, mettant en scène un duo de détectives de bas étages propulsés dans une histoire de corruption impliquant la Mafia.


- En 2008, une fiction du journaliste et écrivain français Jacques Kaufmann publiée aux éditions de l'Archipel sous le titre El lobo revient sur le fameux trésor nazi que Bormann aurait transféré en Argentine à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En effet, le mystère relatif à ces fonds n'a jamais été levé, certains historiens affirmant même que Perón s'en était emparé. Le romancier s'est engouffré dans la brèche et a imaginé que le trésor avait été placé dans le mausolée d'Evita pour financer le mouvement péroniste.


- En 2009, Alfredo Arias met en scène Eva Perón au théâtre du Rond-Point à Paris dans Tatouage. Il évoque la rencontre avec Miguel de Molina qui fut son protégé fuyant le régime de Francisco Franco.


- En 2012, la présidente argentine Cristina Kirchner dévoile le nouveau billet de 100 pesos, à l'effigie d'Eva Perón.

 

Billet-de-100-pesos--a-l-effigie-d--Eva-Peron-gif
.
Eva Perón n'est pas morte,
elle "est entrée dans l'immortalité",
selon les termes du communiqué officiel du 26 juillet 1952.
Sources :
http://www.nytimes.com
http://www.lemonde.fr
http://www.franceculture.fr
http://www.lexpress.fr
http://tempsreel.nouvelobs.com
http://www.prix-scenariste.org
http://www.allocine.fr
Published by Ciné Alain - dans Musicals
commenter cet article

commentaires

Joëlle Erchyray. 26/01/2014 17:24


Bonjour, quel plaisir de lire votre page. Je connais de nom Patti Lupone et Elaine Paige sans les avoir vue sur scène. Les extraits vidéo me le font regretter. Belle page sur Evita que mon mari
sera heureux de découvrir étant le fils d'un père Argentin. Et tout ce qui touche à ses racines, lui fait plaisir. Merci et bon Dimanche

Mitch 25/01/2014 12:11


Salut Alain. Tu vas bien ? Nous y sommes, tu complètes ces fameuses comédies musicales "live". Patti Lupone, Elaine Paige ... tous ces souvenirs magnifiques. Super sympa à lire et découvrir les
vidéos, celle d'Angers est super. Ciao bello

chris 24/01/2014 22:44


j'allais éteindre l'ordi et je découvre cette nouvelle page. Je n'ai entendu que Julie Covington dans le rôle et j'envie ta chance d'avoir vu Elaine Paige et la Patti Lupone sur scène. Sacré
veinard quand même. Concernant la vie d'Evita je n'en savais pas autant. Merci pour ça aussi. @ +

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.