Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 23:00

 

Date de sortie 24 avril 2013

 

Hannah-Arendt---Affiche.gif

 
Réalisé par Margarethe Von Trotta


Avec Barbara Sukowa, Axel Milberg, Janet McTeer,

Julia Jentsch, Michael Degen, Victoria Trauttmansdorff,

Klaus Pohl, Ulrich Noethen, Nicholas Woodeson, Harvey Friedman

 
Genre Biopic, Drame

 
Production Allemande, Française

 

"C'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal" - Hannah Arendt

 

Hannah-Arendt-.gifNée le 14 Octobre 1906 à Hanovre, Hannah Arendt grandit dans une famille juive laïque. Elle étudia la philosophie et eut notamment pour professeurs Karl Jaspers, Edmund Husserl et Martin Heidegger. Sa rencontre avec ce dernier sera un événement majeur de sa vie, tant sur le plan intellectuel que sentimental. Elle est très jeune et voue une grande admiration à son maître, de dix-sept ans son aîné. Celui-ci, pourtant habitué à conquérir ses étudiantes, tombe sous le charme. C'est le début d'une relation secrète, passionnée et irraisonnée, qui laissera des traces chez Hannah Arendt toute sa vie.

 

"Heidegger était le premier amour d’Hannah et elle est restée en contact avec lui malgré son adhésion au parti Nazi", raconte Margarethe Von Trotta. La cinéaste a décidé de faire allusion à cette histoire d'amour par le biais de flashbacks.


En 1933, après avoir été brièvement emprisonnée par la Gestapo, elle fuit à Paris où elle participe à l’accueil des réfugiés fuyant le nazisme. En 1937, elle rencontre Heinrich Blücher à Paris, un ancien communiste et philosophe autodidacte avec qui elle se maria en secondes noces en 1940. Après avoir été internée puis s’être échappée du camp de Gurs dans les Basses- Pyrennées, elle parvient à s'enfuir à Montauban, puis à gagner Marseille où elle obtient, grâce au Centre américain d'Urgence de Varian Fry, un visa pour le Portugal qu'elle rejoint en train. Elle vit alors quelque temps à Lisbonne dans l'espoir d'embarquer pour l'Amérique, ce qui sera rendu possible en mai 1941, par l'intervention d'un diplomate américain, qui lui délivre illégalement un visa d'entrée aux États-Unis, en même temps qu'à environ 2 500 autres réfugiés juifs.

 

Lors de sa fuite, elle ne pouvait chasser le souvenir amer de nombreux amis qui avaient décidé de rester pour soutenir les Nazis.

 

Pendant de nombreuses années, elle gagne sa vie en écrivant des articles et en travaillant dans la publication, jusqu’à ce qu’elle trouve finalement un travail comme secrétaire de direction de l’organisation de la Reconstruction Culturelle Juive.

 

Hannah-Arendt--copie-1.gifL’œuvre d’Hannah Arendt rayonne encore aujourd’hui. À une époque où la plupart des gens se sentaient obligés d’adhérer à une idéologie spécifique, Hannah Arendt est un brillant exemple de quelqu’un qui a toujours su rester fidèle à sa propre conception du monde. On commence seulement à s’intéresser et à comprendre l’étendue de sa sagesse. Lorsqu’elle a évoqué pour la première fois le concept de "banalité du mal",  concept qu’elle a créé dans son rapport sur le procès Eichmann, elle a essuyé de sévères critiques notamment en Israël. Aujourd’hui, ce concept est un élément essentiel de tout débat sur les crimes perpétrés par les Nazis. La réalisatrice du film voulait également essayer de découvrir la femme qui se cachait derrière cette grande philosophe indépendante. 

 

En 1960, elle était prête à affronter l’un des chapitres les plus tragiques du XXème siècle. Elle allait voir de ses propres yeux l’homme dont le nom était associé au meurtre de millions de Juifs : Adolf Eichmann.

 

Le procès, qui s'est déroulé en 1961, est par ailleurs le moment sur lequel se focalise le film : "Le film se concentre sur les quatre années tumultueuses pendant lesquelles les vies d’Hannah Arendt et d’Adolf Eichmann se sont croisées, l’impact historique et les répercussions émotionnelles de cette expérience. La confrontation de la philosophe inflexible et non conformiste au bureaucrate obéissant et soumis a changé Hannah Arendt et le discours sur la Shoah. Elle a vu en Eichmann un homme ordinaire qui a organisé le transport de millions de personnes jusqu’aux chambres à gaz, par obéissance aveugle et incapable de penser par lui-même."  précise la réalisatrice Margarethe Von Trotta.

 

Le film Hannah Arendt a été présenté parmi la sélection officielle du Festival International du Film de Toronto. De plus, le long métrage a remporté trois prix au Festival du Film d'Histoire de Pessac 2012, dans le sud-ouest de la France.

 

- Prix du jury officiel

- Prix du jury étudiant

- Prix du public

 

Hannah-Arendt---Barbara-Sukowa.gif

 

Barbara Sukowa

 

Synopsis

 

1961.


La philosophe juive allemande Hannah Arendt est envoyée à Jérusalem par le New Yorker pour couvrir le procès d’Adolf Eichmann, responsable de la déportation de millions de juifs.


Les articles qu’elle publie et sa théorie de “La banalité du mal” déclenchent une controverse sans précédent.


Son obstination et l’exigence de sa pensée se heurtent à l’incompréhension de ses proches et provoquent son isolement.

 

Hannah-Arendt---Barbara-Sukowa-copie-1.gif

 

Barbara Sukowa


Hannah Arendt publia L'Humaine Condition en 1958 et se rendit à Jérusalem en 1961 afin d’assister au procès d’Eichmann en tant qu’envoyée spéciale pour le magazine The New Yorker. Ses cinq articles sur le sujet sont publiés jusqu’en 1963, donnant lieu à une grande polémique médiatique. Mais finalement le livre tiré de ses articles, intitulé Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la Banalité du Mal, lui valut un grand respect, et bien que toujours controversé, il est l’un des livres de référence sur la Shoah. Aujourd’hui, ce livre est considéré comme l’un de ses plus importants.

 

La "banalité du mal" est un concept inventé et développé par Hannah Arendt dans le rapport qu'elle a réalisé à partir du procès Eichmann, auquel elle a assisté en 1961 à Jérusalem. Cette notion, à l'époque, a créé la polémique, certains analystes l'ayant interprétée comme une justification des atrocités commises par l'officier nazi. Or, ce que la philosophe a voulu exprimer par cette idée, c'est que Eichmann était un homme terriblement banal, qui a commis toutes ces atrocités par devoir et obéissance envers le régime nazi, sans se poser de questions. En rien, cette approche ne cherche à excuser l'abomination de ces actes : "chercher à comprendre ne signifie par pardonner"

 

 

L'un des enjeux notables du film Hannah Arendt tient du fait que sa protagoniste, la célèbre philosophe, se caractérise par quelque chose d'insaisissable à l'image : la pensée. "Je voulais me confronter aux problématiques liées à la réalisation d’un film sur une philosophe. Comment regarder, filmer une femme dont l’activité principale est la pensée ?", indique Margarethe Von Trotta.
 
Hannah-Arendt---Barbara-Sukowa-copie-2.gifAvec son film, Margarethe Von Trotta a cherché à s'intéresser à la personnalité d'Hannah Arendt en tant que philosophe en accord permanent avec ses opinions, mais pas seulement. Elle explique : "Je voulais également essayer de découvrir la femme qui se cachait derrière cette grande philosophe indépendante. En tant que juive, elle a dû quitter l’Allemagne, et c’est ainsi que son histoire rejoint un thème récurrent dans mes films: comment une personne réagit-elle face à des évènements historiques et sociaux sur lesquels elle n’a aucune influence ou maîtrise ?"
 
La réalisatrice, afin de s'immerger au mieux dans l'univers de la philosophe, a lu ses ouvrages et ses correspondances. Elle a également rencontré de nombreuses personnes l'ayant côtoyée, et recueilli leurs témoignages respectifs.

 

De l'avis de la réalisatrice, "on ne peut montrer la vraie "banalité du mal" qu’en observant le vrai Eichmann. Un acteur ne peut que déformer l’image". Aussi, cette dernière a-t-elle décidé d'utiliser les images d'archives, en noir et blanc, lorsqu'il s'agit de le représenter. Ces images proviennent du procès qui s'est déroulé à Jérusalem en 1961. A noter qu'après Nuremberg, en 1945-46, le procès d'Adolf Eichmann est le second grand procès au cours duquel la présence de caméras a été autorisée. Pour intégrer les images d'archives au récit, Margarethe Von Trotta a choisi de filmer les scènes de la salle d'audience depuis la salle de presse où elles étaient retransmises, et où il semblait crédible que se trouve Hannah Arendt, qui était une grande fumeuse. Pour l'unique séquence qui se déroule dans la salle d’audience, l'acteur qui incarne Eichmann n'est montré que de dos.

 

Hannah-Arendt---Barbara-Sukowa-copie-4.gif

 

Barbara Sukowa et Axel Milberg

 
Il n’y a que quelques flashbacks qui nous ramènent aux années 20 puis aux années 50, montrant la romance passionnée qu’elle a entretenue avec Martin Heidegger ainsi que leur rencontre, des années après la fin de la guerre. Elle n’est jamais parvenue à couper les ponts avec cet homme, même après son adhésion au parti National Socialiste en 1933. Ces flashbacks sont capitaux pour la compréhension du passé d’Hannah Arendt, mais le film porte principalement sur sa vie à New York, avec son mari Heinrich Blücher, rencontré pendant son exil à Paris, et avec ses amis Allemands et Nord-Américains, l’auteur Mary McCarthy et son plus vieil ami, le philosophe Juif-Allemand Hans Jonas.
 
Alors qu'elle était attaquée pour son rapport sur le procès Eichmann, Hannah Arendt a reçu un soutien très appuyé de la féministe et écrivaine américaine Mary McCarthy, interprétée par Janet McTeer.

 

Hannah-Arendt---Janet-McTeer.gif

 

Janet McTeer

 

Cette dernière était elle-même l'objet de beaucoup de jugements négatifs à propos de sa nouvelle Le Groupe paru en 1963. La correspondance entre les deux femmes a par ailleurs été publiée. A la mort d'Hannah Arendt, en 1975, c'est son amie qui a terminé son dernier ouvrage inachevé La vie de l’Esprit.


"Son postulat "Je veux comprendre" est la phrase qui la caractérise le mieux. Et c’est précisément sa quête de compréhension d’autrui et du monde qui m’a irrésistiblement attirée vers elle. Comme Hannah Arendt, je ne veux jamais juger, je cherche juste à comprendre. Dans ce film, par exemple, je veux comprendre ce que pensait Hannah Arendt du totalitarisme et du chaos moral du siècle dernier; de l’auto-détermination et du libre-arbitre ; et finalement ce qu’elle a réussi à révéler sur le mal et l’amour. Et j’espère que le public saura se souvenir de cette grande philosophe. Le souhait d’Hannah Arendt d’entretenir ce qu’elle appelait amor mundi, "l’amour du monde", est l’élément clé pour comprendre sa vie. Hannah Arendt - Barbara Sukowa-copie-3Son exil forcé l’a mise dans une situation de vulnérabilité et de terrible isolement, elle n’a pourtant pas cessé de croire au pouvoir de résistance de l’individu face à la cruauté de l’Histoire. Son refus de se laisser aller au désespoir et à l’anéantissement la rend, à mes yeux, extraordinaire en tant que femme dont l’aura demeure intacte. Une femme qui sait donner et recevoir de l’amour. Et une femme qui, comme elle le disait, peut "penser sans béquilles". C’est-à-dire être une philosophe indépendante." déclare la réalisatrice Margarethe Von Trotta.

 

Égérie du Nouveau cinéma allemand, Barbara Sukowa a également travaillé avec Rainer Werner Fassbinder et Volker Schlöndorff, deux chefs de file du courant.

 

Barbara Sukowa incarne aujourd’hui l’essence de l’histoire du cinéma allemand.

 

Née à Brême, elle commence sa carrière dans la célèbre école Max-Reinhardt de Vienne et fera ensuite de nombreuses interprétations sur la scène théâtrale. Elle a travaillé avec R.W. Fassbinder sur la mini-série Berlin Alexanderplatz et le film Lola réalisé en 1981. Hannah Arendt marque sa cinquième collaboration au cinéma avec la réalisatrice Margarethe Von Trotta.  Auparavant elle a joué dans Les Années de plomb en 1981, Rosa Luxemburg en 1986, film dans lequel où elle endosse le rôle de la militante socialiste assassinée en 1919. Cette performance lui vaut le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes 1986. Elle tourne encore L’Africana et  Vision – Aus dem Leben der Hildegard von Bingen en 2009.

 

Au début des années 90, Barbara Sukowa s’installe à New York et poursuit sa carrière en tant que chanteuse, en travaillant avec des orchestres mondialement reconnus.

 

Hannah-Arendt---Barbara-Sukowa-copie-5.gif

 

Sans être pour autant féministe, l'équipe du film est en majeure partie composée de femmes : la réalisatrice Margarethe Von Trotta, d'une part, mais aussi sa co-scénariste Pamela Katz, ainsi que la directrice de la photographie Caroline Champetier, la chef-monteuse Bettina Böhler et la productrice Bettina Brokemper.
   

 

 

Sources :

http://www.unifrance.org

http://www.arte.tv

http://www.imdb.com

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2013
commenter cet article

commentaires

dasola 24/04/2013 22:09


Bonsoir Alain, je compte à aller voir ce film demain soir parce que ce genre de sujet m'intéresse et pour le plaisir de revoir Barbara Sukowa. Bonne soirée.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.