Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 22:35


 

Date de sortie 19 novembre 2014

 

In-The-Family---Affiche.gif


Réalisé par Patrick Wang


Avec Sebastian Banes, Patrick Wang, Trevor St. John,

Lisa Altomare, Susan Kellermann, Conan McCarty,

Harriett D. Foy, Georgie DeNoto, Juliette Angelo


Genre Drame


Production Américaine

 

C’est après sa rencontre avec Evan Wolfson, un avocat des droits civiques d'exception, que Patrick Wang a commencé la préparation de son film. L’avocat, ne comprenant pas pourquoi un mariage entre deux personnes du même sexe pouvait attirer autant de réfractaires, expliqua au réalisateur que ce malaise ne devait pas être imputable seulement à une regrettable étroitesse d'esprit : "Ces mêmes personnes qui ne sont pas à l'aise avec le sujet ont aussi en eux quelque chose qui sert ce pays depuis longtemps : le désir sincère d'être équitable, de se montrer juste. Si l'on raconte une histoire qui montre que les choses telles qu'elles sont aujourd'hui blessent des familles, éprouvent des gens qui s'efforcent de vivre dans la dignité, ce désir d'équité peut prendre le pas sur le malaise initial. C'est parfois par ce biais que les changements se font. Cet esprit d'optimisme et de générosité a été l'un des déclencheurs pour écrire le film", explique Patrick Wang, à la fois réalisateur, producteur, scénariste et acteur.

 

Un tout premier film qui arrive miraculeusement sur nos écrans.

Une bombe de douceur dans le cinéma d’auteur américain.

 

Terminé en 2011, In the Family aura mis trois ans à nous parvenir et, sans la curiosité de son distributeur français, il aurait pu rester sur les étagères d’un petit DVD store new-yorkais encore longtemps. Il n’est même pas officiellement sorti aux États-Unis, si ce n’est au coup par coup, dans quelques salles défricheuses des grandes métropoles.

Disons-le, In the Family est un coup de tonnerre dans le ciel un peu trop bleu du cinéma indépendant américain.

Extraits de propos relevés sur : http://www.lesinrocks.com. Pour lire l'article dans son intégralité, cliquez ICI !

 

In-the-Family---Patrick-Wang--Sebastian-Banes--Trevor-St.-J.gif

 

Patrick Wang, Sebastian Banes et Trevor St. John

 

Synopsis

 

À Martin, dans le Tennessee, Chip Hines (Sebastian Banes), un jeune garçon précoce de 6 ans, ne connaît que la vie avec ses deux papas, Cody (Trevor St. John) et Joey (Patrick Wang).

Et dans un quotidien à la fois tendre et complètement banal d’une famille homoparentale, c'est une belle vie !

Quand Cody, le père biologique, meurt brutalement dans un accident, c'est avec force que Chip et son père adoptif réagissent afin de surmonter cette perte et continuer la vie qu'ils avaient commencée à construire à trois.

Mais Eileen (Kelly McAndrew) la sœur de Cody révèle à Joey qu'un vieux testament établi à la naissance de Chip, peu avant qu'il ne fasse partie de la famille, la désigne comme tutrice de l'enfant. Au début, celle-ci promet que l'enfant sera toujours en contact avec Joey mais finit par changer d'avis.

Les années d'intégration de Joey dans la famille s'effritent peu à peu alors que Chip lui est enlevé. Joey, légalement, n'est rien pour l'enfant. Tous les avocats refusent donc de le défendre. Sauf un, qui se propose de porter un autre regard...

À l'incompréhension succède la colère et l'impossibilité pour Joey de trouver une solution.

La loi n'est pas de son côté. Il peut compter sur le soutien de ses amis, tous acquis à sa cause... Fort de leur soutien et des souvenirs avec Cody, il cherchera un chemin vers la paix avec cette famille qu'il considérait comme la sienne avant le drame, et essayera ainsi de se rapprocher de son fils.

 

 

Le réalisateur Patrick Wang n’avait, à l’origine, pas vraiment l’intention de jouer dans son film. Il précise : "C'est mon producteur qui m'a suggéré de jouer Joey. Il avait produit des courts métrages dans lesquels j'avais joué, et quand je lui ai parlé du projet, il a eu le sentiment que je pouvais jouer ce rôle, qu'au lieu de passer du temps à trouver un acteur et à lui expliquer le personnage, je devrais le faire. J'ai mis un moment à même accepter d'y songer puis, pendant plusieurs semaines, je me suis auditionné moi-même histoire de vérifier que je ne courais pas droit à la catastrophe."

In the Family est un drame sensible et subtil qui, après une tumultueuse carrière aux Etats-Unis, arrive à point nommé sur nos écrans pour redéfinir ce qui forme une famille.

 

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de raconter l’histoire d’In the Family ? Y a-t-il eu un point de départ particulier ?


Ce fut moins un unique point de départ qu’une série de plusieurs petites étincelles. Il y a quand même une image d'où tout est parti : deux pères qui jouent au football avec leur enfant. C’est une scène à laquelle je n’ai pas assisté mais qui m’est venue à l’esprit, et j’avais envie de savoir ce qu’il pouvait y avoir derrière, comme histoire. C’est ce qui m'intéresse le plus : susciter la curiosité et la satisfaire, partir d’une image pleine de potentiel et développer... C’est une origine très modeste ! Mais cette image très simple, je l’ai filmée telle qu’elle, on la voit au tout début du film.

Aux États-Unis, le film a eu du mal à trouver sa place dans les festivals et a finalement eu une carrière inattendue, puisque vous avez décidé de l’auto-distribuer, c’est bien cela ?

C’est vrai que beaucoup de festivals l’ont rejeté, aux États-Unis comme en Europe, y
compris à Cannes. La plupart des rejets sont d’ailleurs venus de festivals LGBT, et ça a presque fini par me convaincre que j’avais fait une terrible erreur. Parmi tous ceux qui le voyaient, personne ne l’aimait, et je me suis sérieusement demandé d’où venait le problème. Ça m’a presque rendu fou. J’ai donc décidé de le distribuer par moi-même : j’ai loué une salle à New York pendant une semaine, j’ai invité des critiques, mais je voulais surtout voir si le public, lui, allait venir. Il devait bien exister un public pour ce film ! Et effectivement, le phénomène s’est inversé. Le public est venu est c’est lui qui a lancé la carrière du film. Pourquoi cela s’est fait comme ça ? Je l’ignore. Peut-être que les professionnels ont eu peur que le film soit difficilement rentable ?

Par la suite, j’ai fait le tour des États-Unis avec mon film sous le bras, jusqu’au Canada, j’ai été dans des villes dont je ne savais rien, et où aujourd’hui j’ai des amis. J’ai beaucoup appris sur ces endroits, rien que par la manière dont les spectateurs ont réagi au film. Certains réalisateurs n’aiment par voir leurs propres films et assister à des projections publiques, moi j’adore ! J’aime l’expérience en salle, j’aime sentir les réactions du public en direct, qu’elles soient positives ou négatives. Et ce sont ces projections qui font qu’aujourd’hui le film sort de manière plus officielle. Si aujourd’hui Ed Distribution distribue mon film, c’est parce qu’à la base, quelqu’un l’a vu à l’une de ces projections, on n’est pas passé par un vendeur international ou un gros festival. Et quelque part, ça correspond bien au côté artisanal du film.

 

In-the-Family---Sebastian-Banes---Patrick-Wang-.gif

 

Patrick Wang et Sebastian Banes

 

On pourrait presque faire un parallèle entre le rôle actif que vous avez dû prendre pour faire circuler In the Family, et le fait que le film demande à son tour au spectateur un visionnage qui ne soit pas passif. Si le spectateur sait porter attention au détail et se fond dans le rythme du film, sa patience est récompensée.

Il y a effectivement un parallèle à faire, ne serait-ce que parce que dans ce cas, c’est un procédé qui prend du temps ! Dans le film, Joey a des amis qui le supportent, mais ils ne lui apportent pas de réponse toute faite à ses problèmes. J’ai eu beaucoup de déceptions et désillusions dans le parcours de ce film, mais je me suis fait de nombreux amis qui, même s’ils n’ont pas résolu directement les problèmes, m’ont porté vers la situation où je suis aujourd’hui.


Était-ce votre intention dès le départ de délibérément éviter toute scène attendue et un peu cliché, telles que les crises de larmes ou les engueulades ?

Je pense notamment à la manière dont vous filmez la scène d’annonce du décès depuis une certaine distance, presque depuis une autre pièce, et on ne distingue plus les visages des personnages. Comment avez-vous travaillé cet équilibre entre ce que vous désiriez montrer et cacher ?

Oui, et je suis très content que vous employiez le terme d’équilibre, parce qu’il ne s’agit pas d’une règle absolue du style "il ne fait jamais filmer tel ou tel truc" mais il y a un mouvement de va et vient à trouver entre ces deux manières de faire : montrer ou ne pas montrer. Si, dans mon film, je ne vais pas vers les choses évidentes, c’est précisément parce qu’elles sont déjà évidentes ! Vous n’avez pas besoin de moi pour savoir que la mort c’est triste. On n’a pas besoin qu’on vienne nous dire ce que c’est que d’être humain, parce que nous le ressentons tous déjà. Ces choses-là, je préfère les sous-entendre que les montrer. Il faut aussi laisser de la place pour le spectateur : si je filme le visage d’un acteur en gros plan, cela limite ce que le spectateur va ressentir, imaginer et penser, cela le met sur une piste trop étroite. Pour la scène dont vous parlez, j’ai voulu filmer depuis l'extérieur de la pièce parce que je voulais nuancer, laisser entrer d’autres éléments et sentiments. Cela permettait de rendre tout son poids à cette terrible nouvelle, bien plus que si j’avais filmé des larmes. Aller directement à l’essentiel c’est aussi s’empêcher de regarder ailleurs, or c’est souvent en regardant ailleurs qu’on trouve les choses les plus intéressantes.

 

   In-the-Family---Sebastian-Banes---Patrick-Wang.gif

 

Sebastian Banes et Patrick Wang

C’est pour cela que vous n’utilisez ici presque jamais de gros plan ?

Exactement. On pourrait croire que le protagoniste aurait droit à plus de gros plans que les autres, mais son ressenti face à ce qu’il traverse est déjà clair. Les gros plans trouvent un usage plus intéressant vers la fin, lorsque ses sentiments deviennent beaucoup plus complexes.


L’une des singularités du film, c’est aussi la longueur de certaines scènes, qui continuent à vivre et surprendre au-delà de leurs simples enjeux informatifs et narratifs. Le fait que vous jouiez le rôle principal en même temps que vous assuriez la mise en scène a-t-il eu des conséquences sur la durée et le flux des scènes ?

On pense toujours qu’un réalisateur impose à son film un rythme ou une longueur. Pourtant, si j’avais suivi mon premier instinct, les scènes auraient été courtes, parce que Joey réagit le plus souvent de manière assez simple et directe, il réagit rapidement. Et les autres personnages, non. La longueur des scènes vient donc le plus souvent des autres personnages. Lors du tournage, je demandais à chaque fois à ma scripte la durée de la scène qu’on venait de terminer, et elle me donnait à chaque fois un chiffre bien supérieur à ce que j’imaginais, souvent deux fois plus long ! L’explication était simple : dans le scénario j’avais écrit des lignes de dialogues qui s’enchainent, mais au moment de les jouer, les acteurs ont à leur tour écrit des pensées intérieures entre ces lignes, et c’est très bien. Depuis, quand dans un film je vois une scène de dialogue qui a visiblement été remontée, je me demande ce que cela aurait donné si le réalisateur avait conservé les blancs inévitables entre les répliques…

 

In-the-Family---Susan-Kellermann---Zoe-Winters.gif

 

Susan Kellermann et Zoe Winters

 

J’ai cru comprendre que vous avez tourné beaucoup de scènes en prise unique ?

Parfois. Il n’y a pas de récompense pour celui qui arrive à tourner la scène la plus longue, et il n’y a en n’a pas non plus pour celui qui arrive à faire le moins de prise, donc ce n’était pas un but. La scène où Joey et son fils reviennent chez eux après l’accident et que le fils offre une bière à son père, c’était la première prise, il n’y avait pas besoin de la retourner. Pour d’autres scènes, il a fallu faire vingt prises. Tout dépend de ce qui sied à la scène. C’est la même chose pour le style de mise en scène, des fois il est très conventionnel, et des fois beaucoup plus étrange.

Au moment de l’écriture, comment avez-vous appréhendé la scène-clé du film, celle de la déposition en groupe avec les avocats ? L’avez-vous tout de suite envisagée comme le cœur du film, la plus forte en terme de ressenti ?

Elle se détache des autres scènes parce qu’elle est filmée en temps réel. Quand j’ai commencé à imaginer cette histoire, une fois que l’image de la famille jouant au foot s’est transformée en récit, je me suis dit que ça allait forcément finir avec un procès et un jugement. On s’attend à ce que ça ne puise se régler qu’au tribunal. Mais je voulais éviter de faire intervenir quelqu’un d’extérieur à cette famille, et que cette personne endosse le rôle du méchant.

Si cette scène est puissante, c’est aussi parce qu’à mon sens, elle fonctionne comme une métaphore du coming-out. Pendant tout le film, Joey souffre en silence, on attend qu’il trouve la force de se battre, et enfin il finit par dire son histoire, sans violence ni agressivité. Il dit enfin qui il est.

Dans la vie il y a des gens que l’on connait très bien depuis longtemps, qui nous sont très proches, et on se rend compte qu’ils n’abordent jamais certains sujets, par exemple leurs parents ou leur absence… On n’a pas toujours l’occasion de parler des choses qui ont été si fondamentales dans notre construction, et on peut avoir peur de leur demander pourquoi. Tout ça pour dire que parler de soi, ce n’est pas toujours si commun qu’on ne le croit. Je crois que c’est pour ça que cette scène fonctionne.

Il y a en plusieurs scènes où les personnages discutent, parlent par dessus les autres à tel point qu’on ne distingue parfois pas forcément l’intégralité des dialogues. Ce qui arrive dans la vraie vie mais rarement au cinéma. D’une certaine mesure, on perd alors un peu du sens, mais le film y gagne beaucoup, jusqu’à atteindre un sentiment d’intimité rare. Dans quelle mesure ce sentiment est-il justement renforcé par votre travail autour du son ? C’est un aspect que vous avez particulièrement travaillé ?

Tout à fait. Ce à quoi l’on n’a pas accès, tout ce qu’on ne voit pas, c’est une part très importante de nos relations avec les gens. Tout ce qu’on ne connait pas sur le gens les rend plus intéressants. Si le son est toujours parfait, vous n’avez aucun boulot à faire en tant que spectateur. Je suis content que vous ayez remarqué que cela provenait aussi du son.

Un certain détail a beaucoup été remarqué à propos du film : les mots "gay", "homosexuel" ou"mariage" n’y sont jamais prononcés. C’était intentionnel dès le départ ?

Au début non. Je m’en suis rendu compte à mi-chemin de l’écriture du scénario, et j’ai trouvé ça intéressant, j’ai donc continué. Ces mot sont des mots très forts pour parler d’identité, et de par leur potentiel politique, ils peuvent faire peur à certains et les mettre directement sur la défensive. Or je voulais que le film soit accueillant, et parfois il faut savoir omettre certains termes sur lesquels les gens se focalisent, alors que si on montre un couple homo sans rien dire, la plupart du temps cela passe. Les personnages ne se présentent pas en disant "nous sommes gay", et par conséquent le spectateur a envie de leur demander "qui êtes vous ?" et s’intéresser à eux (rire).

Envisagez-vous In the Family comme un film potentiellement éducatif, dans le meilleur sens du terme ?

Oui, mais la question que je me suis posé n’est pas "qu’est ce que je pourrais enseigner aux gens" mais "qu’est ce que je peux personnellement retirer de ce film ?". Je connais dans ma vie des gens tels que Joey, et je les considère comme des héros. Avec ce film, j’ai essayé de me mettre à leur place, pour comprendre quelles étaient leurs vies. Et j’ai énormément appris, sur moi-même et les autres.

 

Entretien  réalisé par Gregory Coutaut le 4 novembre 2014 avec Patrick Wang

 Pour filmdeculte.com

 

In-the-Family---Sebastian-Banes.gif

 

Le père de Patrick Wang est décédé deux semaines après la fin du tournage. Le réalisateur a tenu à lui rendre hommage, et à lui donner une place dans son film : "Le personnage de Joey, même s'il n'est pas mon père à proprement parler, partage son état d'esprit. Mon père était un immigrant, j'ai pensé à lui pour les scènes où Joey se perd dans des méandres juridiques. Il est propulsé en territoire inconnu, dépendant de la bonté d'âme d'étrangers, mais avec un peu de chance et beaucoup de travail, il finit par trouver son chemin."

 

Sources:

http://www.allocine.fr

Mon opinion

 

Le cinéma indépendant américain nous offre avec ce film de Patrick Wang un grand coup en plein cœur. À la fois réalisateur, scénariste, coproducteur et acteur le tout jeune et inconnu Patrick Wang défie tous les paris.

Un premier long-métrage de presque trois heures, produit en 2011, et seulement sur nos écrans cette année grâce à la société ED Distribution.

Un film à nul autre pareil ! Si tout n'est pas parfait, l'ensemble ne manquera pas de marquer les esprits. De frapper au plus profond.

Une histoire qui aurait pu sombrer dans nombre de clichés. Il n'en est rien. Patrick Wang choisit le minimalisme en tout pour mieux amplifier son scénario, habilement construit. Les principaux protagonistes se trouvent hors champ, ou de dos, dans les scènes les plus sensibles. Le spectateur devient ainsi le témoin de cette histoire, à la fois belle et cruelle.

Un film qui n'impose rien, mais démontre avec puissance la valeur du dialogue, et la force des liens du cœur. Un casting excellent vient compléter la réussite de In the Family.

Estomaqué par cette immense et belle surprise, je suis encore, quelques heures après l'avoir vu, sous le choc d'un film à la fois inoubliable et magnifique.

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2014
commenter cet article

commentaires

roijoyeux 09/01/2015 17:54

un plaidoyer pour le mariage pour tous à voir merci Alain !!

dasolad 31/12/2014 10:13

Bonjour Alain, voilà un film que j'ai regretté de ne pas voir. Il est un peu et sorti dans très peu de salles à Paris et il a vraiment échappé à mon attention. J'espère le voir en DVD. A part çà, très bon réveillon.

armelle 27/12/2014 19:07

Puis-je vous assurer, cher Alain, que je ne vois aucun changement sur votre blog en le visitant à l'instant. Si vous venez de passer sur la nouvelle plateforme, comme vous me l'annoncez sur un commentaire récent, il semble que tout ait été respecté. Ouf !

Jacqueline 27/12/2014 13:59

Bonjour cher Alain, je n'avais pas entendu parler de ce film, mais à première vue, à te lire, il fat que je me débrouille pour le voir. Bisous

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.