Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:30

 

Date de sortie  16 juillet 2014

 

L-Homme-qu-on-aimait-trop---Affiche.gif

 
Réalisé par  André Téchiné


Avec Catherine Deneuve, Adèle Haenel, Guillaume Canet,

Jean Corso, Judith Chemla

 
Genre  Drame


Production Française

 


L’Homme qu’on aimait trop est votre septième film avec Catherine Deneuve. En quoi ce rôle-ci est-il particulier ?


"C’est la première fois dans un de mes films que je la place à ce point sous le signe de la mascarade et de la sophistication. Nous nous en sommes donné à coeur joie sur les toilettes spectaculaires toujours différentes (never twice). Mme Le Roux, qui est un ancien mannequin de chez Balenciaga, était en effet en représentation permanente au Palais de la Méditerranée avant que sous l’influence d’Agnelet elle en prenne la direction. Ce déguisement est un rite social. Renée est un monstre sacré qui surveille son royaume. Mais en même temps Renée Le Roux est certainement le personnage le plus solide de tous ceux que Catherine Deneuve a joué dans un de mes films. Ce personnage à la fois dominateur et acharné, impitoyable, est aux antipodes de l’instabilité qui était notre registre de prédilection (capter l’insaisissable). Le seul précédent auquel j’ai pensé, parmi tous ses rôles ailleurs, est celui de Tristana dans la dernière partie du film de Buñuel, lorsqu’elle devient une femme âgée d’une terrible dureté. Dans L’Homme qu’on aimait trop, elle va jusqu’au bout. Elle est d’une détermination aveugle : elle réclame la tête d’Agnelet. Malgré le poids de l’âge, elle est invincible comme un roc." répond André Téchiné.

 

L-Homme-qu-on-aimait-trop---Catherine-Deneuve.gif


Catherine Deneuve

 

Synopsis

 

1976.

 

Après l’échec de son mariage, Agnès Le Roux (Adèle Haenel) rentre d’Afrique et retrouve sa mère, Renée (Catherine Deneuve), propriétaire du casino Le Palais de la Méditerranée à Nice. La jeune femme tombe amoureuse de l’homme de confiance de Renée, Maurice Agnelet (Guillaume Canet), un avocat de dix ans son aîné.

 

Maurice a d’autres liaisons.

 

Agnès l’aime à la folie. Actionnaire du Palais de la Méditerranée, Agnès veut vendre sa part de l’héritage familial pour voler de ses propres ailes.

 

L-Homme-qu-on-aimait-trop---Adele-Haenel-et-Guillaume-Cane.gif

 

Adèle Haenel et Guillaume Canet

 

Une partie truquée siphonne les caisses de la salle de jeux. On menace Renée. Derrière ces manœuvres guerrières plane l’ombre de la mafia et de Fratoni (Jean Corso) le patron du casino concurrent qui veut prendre le contrôle du Palais de la Méditerranée.

 

Tombé en disgrâce auprès de Renée, Maurice met en relation Agnès avec Fratoni qui lui offre trois millions de francs pour qu’elle vote contre sa mère. Agnès accepte le marché. Renée perd le contrôle du casino.

 

Agnès supporte mal sa propre trahison. Maurice s’éloigne.

 

Après une tentative de suicide, la jeune femme disparaît à la Toussaint 1977.

 

On ne retrouvera jamais son corps. Trente ans après, Maurice Agnelet demeure l’éternel suspect de ce crime sans preuve ni cadavre. Convaincue de sa culpabilité, Renée se bat pour qu’il soit condamné…

 

L'Homme qu'on aimait trop - Catherine Deneuve et Guillaume


Catherine Deneuve et Guillaume Canet


 

Extraits d'Entretien avec André Téchiné.
relevés sur http://medias.unifrance.org

 

 

À l’origine du film se trouve une commande. Que vous a-t-on proposé ?


À l’origine, il s’agissait d’une libre adaptation des mémoires de Renée Le Roux, écrites par son fils Jean-Charles, Une Femme face à la Mafia paru chez Albin Michel, avec dès le début l’idée que Catherine Deneuve interprèterait le rôle. Le livre raconte, du point de vue d’une de ses protagonistes, la "guerre des casinos" sur la Côte d’Azur dans les années 70-80 et la prise de contrôle du casino qui appartenait à Madame Le Roux, le Palais de la Méditerranée, par Jean-Dominique Fratoni, avec le soutien de Jacques Médecin alors maire de Nice.


L-Homme-qu-on-aimait-trop---Catherine-Deneuve-copie-1.gifQu’est-ce qui vous a particulièrement intéressé ?


Je me suis concentré sur Renée Le Roux, sa fille Agnès et Maurice Agnelet. La mère femme à poigne, l’insoumission de la fille, le désir de reconnaissance sociale d’Agnelet. C’est peut-être plus que tout Agnès qui m’a intéressé. J’ai voulu faire son portrait. J’ai donné mon accord définitif après avoir lu les lettres qu’elle écrivait à Agnelet, parce que contre toute attente j’y ai retrouvé des échos troublants avec un personnage que j’ai longtemps rêvé de porter à l’écran, Julie de Lespinasse. Il y a des ressemblances étonnantes entre la correspondance amoureuse, passionnée, de la femme de lettres du 18ème siècle et ce qu’écrit l’héritière du Palais de la Méditerranée. Exemple : "Je vous aime comme il faut aimer, avec excès, avec folie, transport et désespoir."

 


Vous avez donc déplacé le récit de la guerre des casinos vers l’histoire d’un affrontement à la fois psychologique et mythologique.


C’est un film de guerre. Mais il reste à hauteur humaine. Je ne voulais pas du tout éliminer les aspects matériels qui actionnent les ressorts de l’intrigue. Je voulais montrer le processus de prise de pouvoir, les méthodes utilisées pour couler un casino, le fonctionnement de l’entreprise dans ce contexte particulier avec sa part de brutalité et de servilité. Il fallait accompagner sans ellipse toutes les étapes factuelles, jusqu’à la chute, jusqu’à la défaite. Cet aspect guerrier, puisé dans la réalité, structure le récit.

 
Comment avez-vous écrit le scénario ?


Je l’ai écrit dans un premier temps avec Jean-Charles Le Roux qui possédait tous les éléments du dossier. Nous avons établi un séquencier, une chronologie des faits, une structure. Jean-Charles Le Roux est engagé aux côtés de sa mère dans son combat pour faire
condamner Agnelet, il est persuadé qu’il a tué Agnès, j’ai donc été très clair avec lui dès le début : je ne ferai pas un film à charge contre Agnelet. C’est forcément resté au cours du travail un point sensible. Ensuite j’ai travaillé avec le cinéaste Cédric Anger sur une deuxième version plus ancrée dans la chair des scènes.


L'Homme qu'on aimait trop - Adèle Haenel.Avez-vous été amené à modifier les faits pour renforcer la puissance dramatique du film ?


Nous avons épuré l’intrigue, notamment en supprimant les personnages du frère et des soeurs d’Agnès ainsi que les deux frères du fils Agnelet (pas assez d’espace pour les traiter) afin de renforcer le caractère central du triangle principal. Pour le déroulement des faits, nous nous sommes autorisé une seule modification dans la chronologie : la fermeture du casino et son occupation par le personnel ont lieu plus tard dans la réalité. Dramatiquement, il me semblait important de raconter la "chute" du Palais de la Méditerranée dans la même temporalité que la disparition d’Agnès.

 

Vous deviez également décider jusqu’où raconter l’histoire, au-delà de la disparition d’Agnès Le Roux en novembre 1977.


Pendant longtemps, mon idée était de ne pas montrer les procès. J’ai un mauvais souvenirs d’enfance lié aux films dans les tribunaux, la première fois que je me suis ennuyé au cinéma c’était en regardant Justice est faite de Cayatte – mais il y a de très bons films de procès aussi, surtout américains… En tout cas, il était impossible de faire abstraction de cette dimension judiciaire. Le comportement de Renée Le Roux acharnée à faire condamner Maurice Agnelet est une donnée essentielle. Pour elle c’est sacré. Et puis la justice et ses décisions contradictoires constituent le dénouement officiel de l’affaire.


La justice, c’est-à-dire aussi le fait de décider une fois pour toutes ce qui est vrai et ce qui est faux.


Oui, alors que dans ce cas en particulier, on ne sait pas. Il n’y a pas de corps, pas de scènes du crime, pas d’élément incontestable. Beaucoup des preuves qui ont été utilisées dans les plaidoiries sont sujettes à caution, sinon réversibles. Par exemple les avocats ont dit que le fait qu’Agnelet n’ait pas laissé de message sur le répondeur d’Agnès pour s’inquiéter de son sort après sa disparition prouve sa culpabilité. Mais on peut facilement retourner l’argument : un assassin se serait peut-être empressé de laisser des messages pour se couvrir… Il y a beaucoup de choses fragiles comme ça…


Vous n’avez pas envisagé de changer les noms,

de déplacer l’histoire du côté de la fiction ?

 
L-Homme-qu-on-aimait-trop---Catherine-Deneuve-et-G-copie-2.gif

 

Non, il était important de garder l’inscription réelle. C’est une manière de dire que la tragédie, cela advient dans le monde tel qu’il est. Et d’ailleurs Guillaume Canet a été en contact avec Agnelet, qui lui a raconté des dialogues qu’il avait eus avec Agnès, après la vente des actions, lorsque les journaux accusent la jeune femme d’avoir trahi sa mère et qu’elle est désespérée. Ce sont des mots que je n’aurais jamais pu inventer, mais que du coup j’ai mis dans la bouche du personnage. Il aurait été absurde de changer le nom, de ne pas ancrer ce récit incroyable dans ce qui est sa véritable trame.

 

 

 

Votre film La Fille du RER était lui aussi né d’un fait divers célèbre. Y a-t-il des similitudes entre les deux processus de création ?


Le point commun tient à l’utilisation d’événements extrêmes, qui se sont produits dans la réalité. Le baroque dans la vie. Mais ensuite les histoires et les thèmes sont différents. La Fille du RER portait surtout sur le mensonge comme refuge d’une détresse, L’Homme qu’on aimait trop concerne les rapports de domination dans un trio…

 

Filmographie de Catherine Deneuve, Cliquez ICI.


Vous avez mis de côté la dimension plus directement politique de Une femme face à la Mafia, avec notamment Jacques Médecin en figure centrale.


Tout est mentionné dans le film, je n’ai rien esquivé y compris sur ce terrain, mais le coeur du film c’est la disparition d’Agnès Le Roux. Nous n’avons aucune preuve à ce jour que cette disparition soit liée à la Mafia. Et c’est sûr qu’il y a de la politique dans le film, mais pas à un niveau de politique politicienne locale. C’est la classe sociale que je montre dans sa violence, dans sa logique de guerre, de calcul et de prédation qui devient l’approche politique de cette affaire de parts d’héritage. Le film montre la manière dont les individus pris dans cet espace en sont tous affectés.

 

L-Homme-qu-on-aimait-trop---Guillaume-Canet-et-Adele-Haene.gif

 

 Guillaume Canet et Adèle Haenel


L’argent, et l’appétit de pouvoir sont clairement au centre de l’affaire, mais il y a quelque chose de plus, du côté de l’inconscient, de la pulsion, par exemple lorsqu’Agnès se lance dans une danse africaine qui devient une sorte de transe.


Ce moment met en évidence son insoumission. Son corps s’exprime ici plus librement que dans le carcan rigide de la danse classique liée à son éducation. C’est une affirmation d’autonomie et une évasion, un point de fuite. Ça dégage.

 

Comment avez-vous conçu l’univers visuel du film ?


Pour les scènes dans le casino, je voulais un univers très européen, un anti-Las Vegas. Le contraire du décor – admirablement filmé – du Casino de Scorsese. Avec Olivier Radot on a pensé à Klimt, à la femme joyau, à l’orientalisme. Pour les tenues de Catherine Deneuve avec Pascaline Chavanne on s’est inspirés de La Baie des Anges de Demy et de Shanghai Gesture de Sternberg. De même que les décors et les costumes sont des artifices, la lumière joue ici comme un masque.

 

L'Homme qu'on aimait trop - Tournage Catherine Deneuve

 

Ce pourrait être la lumière d’une comédie sophistiquée sur la Côte d’Azur. L’esthétique luxueuse cache la violence de ce monde. C’est un cache-misère. Derrière ce masque c’est la tragédie. Je voulais aller à contre-courant du sentiment d’asphyxie d’une histoire aussi noire. Je voulais faire, malgré la fatalité de cette histoire vraie, un film lumineux, un film diurne où il n’y a pratiquement pas de scènes de nuit. Je voulais accentuer l’éclat des couleurs et la mobilité des cadrages. J’ai envisagé des ouvertures vers la mer et des envols dans les montagnes.


Une grande part de la complexité et de la séduction du film repose sur le personnage d’Agnès Le Roux. Comment avez-vous choisi son interprète ?


J’avais remarqué depuis longtemps Adèle Haenel, je savais qu’elle était une jeune actrice belle et puissante. Je l’avais vue jouer des filles de milieu populaire et ça me plaisait de lui proposer le rôle d’une riche héritière fille de Catherine Deneuve. Elle a une élégance folle. Et elle sait rester rude. Elle a le physique athlétique d’Agnès Le Roux avec un mélande de vitalité et de folie, un instinct du présent : c’est cash, c’est cru, un bloc d’enfance. Agnès Le Roux c’est le contraire d’une victime désignée : elle est active, sportive, elle veut travailler et ouvre une boutique. Ce n’est pas une petite chose fragile et on ne peut pas l’enfermer dans l’image d’une enfant gâtée. Et elle a quelque chose de très solaire, qui ressort encore mieux me semble-t-il avec ses cheveux teints en brun.

 

Et Guillaume Canet ?


D’abord j’avais envie de travailler avec lui depuis très longtemps. Pour Agnelet, il fallait un acteur sexy, avec un côté "gendre idéal". Il fallait traverser cette apparence et aller voir ce qui se passait derrière ce masque. L-Homme-qu-on-aimait-trop---Guillaume-Canet.gifJ’avais surtout vu Guillaume Canet dans des personnages positifs, mais je savais qu’il pouvait troubler, faire naître une opacité inquiétante, un peu à la Cary Grant dans Soupçons (qu’est-ce qu’il a dans la tête celui-là ?), c’est ce qui m’a intéressé pour le personnage d’Agnelet, un homme qui se protège de ses propres émotions, et qui a ce côté fermé, tout en étant charmant, et charmeur. Guillaume a réussi à faire coexister ces facettes. Il n’a pas eu peur d’être servile avec Renée Le Roux et Fratoni. Il n’a pas eu peur de se montrer sadique et odieux avec Agnès. Il a assumé la lâcheté et la méchanceté du personnage. Il n’a jamais cherché l’apitoiement ou l’attendrissement. Agnelet est un metteur en scène : il fait jouer les gens, il manipule, il enregistre. Mais il lui arrive de se prendre les pieds dans les ficelles qu’il a tissées et de tomber dans le piège de ses propres mensonges. Il est son pire ennemi. C’est sa dimension tragique. Au dernier procès c’est son propre fils (son soutien) qui l’a accusé. Derrière son sourire de Don Juan on songe à Pascal : "Cette duplicité de l’homme est si visible, qu’il y en a qui ont pensé que nous avions deux âmes."

 

L-Homme-qu-on-aimait-trop---Catherine-Deneuve-copie-2.gif


 

Mon opinion

 

La mise en scène très classique s'adapte parfaitement à ce triste et célèbre fait divers criminel. André Téchiné précise : "Nous adaptions le scénario au fur et à mesure des confidences, d'Agnelet, un homme fascinant qui s’emmêle les pinceaux dans ses propres mensonges".

 

Les décors d'Olivier Radot, les costumes de Pascaline Chavanne, et la photographie de Julien Hirsch sont une grande réussite pour ce retour dans les années 75, au milieu de ces tons mordorés et ce luxe clinquant d'une époque révolue.

 

Depuis des années, la justice est intervenue sur ce dossier en apportant des décisions divergentes, d'où l'impossibilité pour le réalisateur, de chercher une quelconque vérité sur la finalité de cette affaire. Il s'appuie sur un autre angle. Celui de la guerre des casinos et la violence qui va avec.

 

Concernant Maurice Agnelet le film démontre le vide total, intérieur et culturel, de ce séducteur, arriviste, sans scrupules, perdu derrière les faux-semblants au milieu desquels il tente d'imposer une image différente de l'être vil qu'il est profondément. Comme démontré par le décor, à la fois pathétique et prétentieux, de son cabinet d'avocat, sans clients, avec une bibliothèque et des rangées de livres de La Pléiade accumulés et visiblement posés là pour tenter de faire croire que .... Tout est faux chez cet homme, il incarne parfaitement la lâcheté caractérisée. C'est lui qui est au cœur du film. Franc maçon, tout comme Fratoni "Mais pas dans la même loge" précisera-t-il, comme pour renier cet engagement quand cette appartenance ne peut plus lui être d'aucune utilité. Il n'hésitera pas malgré tout de s'acoquiner avec le mafieux pour arriver à ses fins.

 

Guillaume Canet endosse le costume de cet homme avec un certain talent tout en s'appuyant sur les confidences reçues par Maurice Agnelet, lui même. Un salaud, certes, mais le type de héros parfait pour le grand écran. À ses côtés, la toujours excellente Judith Chemla et la jeune et déjà remarquée Adèle Haenel dans le rôle d'Agnès le Roux. Plusieurs passages appuient sur la grande faiblesse de cette jeune femme et son cruel besoin d'amour. À tout prix ! Une scène devrait rester dans les annales. Celle dans laquelle elle se livre à une incroyable danse africaine pour mieux tenter de séduire celui qui finira par la perdre.

 

Une mère trahie, dépossédée, perdue, rageuse et déterminée à la fois, offre à Catherine Deneuve un rôle dans lequel, une fois encore, elle excelle. On retiendra le passage dans lequel elle fredonne sur le Pregherò d’Adriano Celentano. Ou plus encore, son allure de femme vieillie à tout jamais blessée et ruinée, et son regard poignant pendant la scène du procès.

 

Sources :

http://www.unifrance.org

http://www.imdb.com/

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2014
commenter cet article

commentaires

Edmée De Xhavée 29/07/2014 20:48


J'en sors! Merci d'en avoir aussi bien parlé car je t'ai fait confiance, ne connaissant que Deneuve (pas oublier qu'en 15 ans d'USA la culture de chez nous s'estompe :) ) et elle m'avait souvent
déçue. Donc j'ai misé sur ce que tu en disais et n'ai pas du tout été déçue. Quel jeu. Vraiment, quel jeu!

Chris 21/07/2014 10:35


Salut Alain. Tu vas bien ? Nous l'avons vu et avons été enthousiastes. Je connais ton admiration pour C. Deneuve et c'est vrai que sa seule présence s'impose, naturellement. Je n'ai pas vu tous
ses films, mais il n'est pas trop tard. A. Haenel est bien, j'ai juste été gêné par son élocution. À bientôt ... Chris et Jo.

roijoyeux 19/07/2014 18:19


J'ai vu le vrai Agnelet au journal TV, intéressant de le faire jouer par G. Canet... j'aimerais le voir pour cela, et pour entendre Catherine Deneuve fredonner, je l'ai vu fredonner
(chanter) une seule fois dans "les parapluies..." très beau

Edmée De Xhavée 18/07/2014 18:45


Je sors du cinéma (Fading gigolo... j'ai beaucoup aimé!) et on montrait les lancements de ce film de Téchiné. Les lancements sont mal choisis je pense, on ne "sent" pas du tout ce que le film
peut être, sauf sans doute pour les aficionados de Téchiné ou qui connaissent ce fait divers, ce qui n'est pas mon cas. Deneuve, je la trouve excellente comme actrice mais parfois elle a été mal
conseillée (ou s'est mal conseillée elle-même ) et j'hésitais... 

Nicole 18/07/2014 18:34


J'étais étonnée de ne pas voir une page sur ce film dès sa sortie, surtout connaissant ton admiration pour Catherine Deneuve. Je me souviens de tes "urgences" pour aller voir ses films dès la
sortie. Voilà c'est fait. Pour moi aussi. Aujourd'hui. Et crois le si tu veux ... je pense comme toi. Sacrée femme que Deneuve quand même. Je reconnais. Biz ...

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.