Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 23:00

 

Affiche.jpeg.jpeg


Réalisé par Alfred Hitchcock


Avec Farley Granger, Ruth Roman, Robert Walker, Leo G. Carroll,

Patricia Hitchcock, Kasey Rogers, Marion Lorne,

Jonathan Hale, Howard St. John, John Brown


Genre Policier, Drame, Thriller


Titre original Strangers on a Train

 

Production Américaine

 

L'Inconnu du Nord-Express était présenté par Alfred Hitchcock

en ses termes : "Le point de départ, c'est que, si vous serrez la main d'un fou furieux, vous vendez peut-être votre âme au diable..."

 

L-inconnu-du-Nord-express-copie-2.jpg

 

Robert Walker, Ruth Roman et Farley Granger

Synopsis

 

Un champion de tennis Guy Haines (Farley Granger) est abordé dans un train par un inconnu, Bruno Anthony (Robert Walker). Bruno Anthony sait tout de Guy Haines et lui propose un étrange marché : il supprime sa femme encombrante si celui-ci se charge d'éliminer son propre père.

 

  Farley Granger et Robert Walker-copie-1 

 

Farley Granger et Robert Walker

 

Croyant avoir à faire à un fou, le jeune tennisman ne prend pas cet inconnu au sérieux et le quitte comme si de rien était … 

 

   Farley Granger et Robert Walker

 

Farley Granger et Robert Walker


Peu de temps après, sa femme est assassinée...

   
Publié en 1950, Strangers on a train est le premier livre de Patricia Highsmith, et le film d'Alfred Hitchcock la première adaptation d'un de ses romans à suspense. Par la suite, d'autres oeuvres de l'auteur connaîtront un destin cinématographique.


Pour faire face à une situation difficile, Alfred Hitchcock se tourne vers la littérature policière et choisit lui même l’ouvrage qu’il va adapter. Le réalisateur y trouve le matériau idéal à la construction d’un suspense à la fois simple et efficace.

 

L'Inconnu du Nord-Express - Farley Granger

 

Pour se faire, il décide de confier l’écriture du scénario à Raymond Chandler. Mais l’entente entre les deux hommes n’est pas très bonne et mécontent du travail et du caractère de l’écrivain,  Alfred Hitchcock décide de s’en séparer. Il se tourne alors vers Ben Hecht avec qui il a déjà collaboré sur Spellbound. Le scénariste à succès est surchargé par des projets en tous genre, il conseille à son ami anglais de contacter Czenzi Ormonde qui l’assiste depuis quelques années. Le réalisateur accepte et leur collaboration fonctionne à merveille. Czenzi Ormonde rédige un scénario d’une redoutable efficacité, dont elle est l’auteur au côté d’Alfred Hitchcock. Il faut donc admettre que même si le nom de Raymond Chandler donne un certain cachet au générique, son rôle est insignifiant dans cette œuvre !

 

L'Inconnu du Nord-Express marque les débuts d'une longue collaboration entre Alfred Hitchcock et le chef-opérateur Robert Burks. Celui-ci travaillera en effet sur tous les longs-métrages du réalisateur jusqu'à Pas de printemps pour Marnie en 1964, à l'exception notable de Psychose, dont le directeur de la photographie sera John L. Russell.

 

Le travail de Robert Burks sur L'Inconnu du Nord-Express lui vaudra en 1952 une nomination à l'Oscar.

 

L’inconnu du nord express connut un grand succès. Le maître domine ici les rouages d’une intrigue sans faille. À ce titre, le premier plan du film peut être vu comme une allégorie de cette mécanique narrative parfaitement réglée : la caméra suit des rails disposés en parallèle qui finissent par se croiser et se rejoindre. L'inconnu du Nord ExpressCe plan qui sert de parabole à la rencontre des deux hommes nous expose des images symbolisant le transport ferroviaire : une mécanique complexe et efficace. Cet adjectif reste le maître mot du film : dès cette séquence d’introduction les scènes s’enchaînent sur un rythme qui ne cesse de s’accélérer jusqu’au fameux climax du manège. La maîtrise du temps, source de suspense, est admirable et dans ses entretiens avec Alfred Hitchcock, François Truffaut souligne ce point : "Un aspect remarquable de ce film est la manipulation du temps […] Ce jeu avec le temps est stupéfiant". Truffaut comme l’immense majorité des spectateurs reste béat devant la fameuse scène du match de tennis : L-inconnu-du-Nord-express.jpgGuy doit gagner rapidement pour empêcher Bruno de placer un indice qui prouvera sa culpabilité. Les deux hommes rencontrent des obstacles pour réaliser leur objectif et, chose étonnante, le spectateur vit un suspense pour les deux protagonistes : il souhaite que Guy gagne ses points, mais lorsque Bruno fait tomber le briquet qui doit accuser Guy dans une bouche d’égout, il ne peut s’empêcher d’être terrifié à l’idée qu’il ne le récupère pas. Logiquement, le public devrait être satisfait que ce personnage soit ralenti dans sa quête morbide, mais la mise en scène est d’une telle efficacité qu’il en vient à avoir de la compassion pour le "méchant" ! Qui a dit qu’Hitchcock aimait torturer son public ?

     
L'inquiétant Bruno Anthony est interprété par Robert Walker, dont ce fut l'avant-dernier rôle, son ultime film étant My Son John de McCarey.

Menant une carrière brillante à Hollywood, Robert Walker campe un psychopathe sordide, sadique et pugnace. Il est parfait dans ce rôle et son interprétation toute en nuance est géniale. On retrouve le tentateur dans le rôle du serpent, lorsque Bruno suit Miriam : c'est par le seul regard qu'il la fascine, jusqu'à ce qu'elle devienne sa proie. Malfaisant, séducteur, tentateur, il est aussi l'accusateur : il prouve à Guy que c'est ce dernier en fait qui a commis le meurtre, et il l'oblige à éviter la police, à se cacher, à adopter un comportement de coupable; et bien sûr tous ses efforts viseront à prouver qu'il l'est réellement. Enfin, dernier trait qui l'assimile au Malin : la perfection de son plan, sa supériorité intellectuelle.

 

Robert Walker - L'inconnu du Nord express 

 

Guy ne peut, à la fin du film, réprimer un sentiment d'admiration : "Un type très intelligent." Bref, les qualificatifs ne seront jamais assez nombreux pour décrire ce comédien. L'acteur est décédé, à 32 ans, le 28 août 1951, soit deux mois seulement après la sortie du film.  

 

Alfred Hitchcock disait que plus le méchant était réussi, plus le film l’était,  Robert Walker  l’a prouvé ici avec maestria !

 

William Holden avait été pressenti pour tenir le rôle de Guy Haines, finalement confié à Farley Granger, qui retrouvait Alfred Hitchcock trois ans après La Corde. Il paraît dans ce film bien froid en héros amoureux et traqué. Il ne paraît jmais avoir peur ou douter, cet état le rend peu sympathique.

 

L'Inconnu du Nord-Express - Ruth Roman, Farley Granger Farley Granger et Ruth Roman

 

C'est par ailleurs la Warner qui a imposé au réalisateur la brune Ruth Roman. Le peu d’importance que lui donne le metteur en scène réduit son rôle à une figuration très basique.

 

On retrouve également à l'affiche de L'Inconnu du Nord-Express un des comédiens-fétiches du cinéaste, Leo G. Carroll, vu notamment dans La Mort aux trousses.

  
C'est Patricia Hitchcock, la fille du réalisateur, qui joue le rôle de Barbara Morton. Elle apparaissait déjà dans Le Grand Alibi, et on la retrouvera en 1960 dans Psychose. Son interprétation pleine d’énergie la rend attachante. Elle joue un rôle comique et nécessaire à l’équilibre du film.

 

Patricia-Hitchcock--Farley-Granger--Ruth-Roman-et-Leo-G.-Ca.jpg

 

Patricia Hitchcock, Farley Granger, Ruth Roman et Leo G. Carroll

 

La visite de Guy chez le père de Bruno avec cette montée de l’escalier en haut duquel se dresse un chien à l’apparence féroce est diabolique : non seulement le spectateur a un doute sur les intentions de Guy, premier suspense, mais l’apparition de ce molosse apporte un obstacle à la progression du héros, second suspense. Alfred Hitchcock prend ici un malin plaisir à doubler le stress de son public. Parmi les scènes marquantes on peut aussi rappeler le meurtre perpétré par Bruno dans la fête foraine : il suit sa proie avec un sourire carnassier et sadique; on sait évidemment ce qui va arriver à cette femme, mais il est impossible de vivre la situation avec légèreté; naïvement le public continue d’y croire et, tel un enfant devant guignol, l’envie de crier que Bruno est "là pour faire du mal" le démange. Et pour conclure cette scène, le dernier plan sur les lunettes peut être qualifié de fulgurant.

 

 

Il y a également la séquence finale avec le manège qui s’emballe et finit par se détruire. Alors que les rails du premier plan symbolisaient la rencontre des deux hommes et le démarrage de l’intrigue, ces images sonnent le glas d’une mécanique narrative qu’Hitchcock précipite dans ce "climax" spectaculaire.

 

La scène au cours de laquelle un forain passe sous le manège a été réalisée sans trucage. Cette cascade contitue un des souvenirs de tournage les plus éprouvants d'Alfred Hitchcock.

 
Alfred Hitchcock fait une apparition-clin d'oeil dans la plupart de ses films. Dans L'Inconnu du Nord-express, on l'aperçoit montant dans le train avec une contrebasse.

 

L-Inconnu-du-Nord-express---Farley-Granger-et-Alfred-Hitchc.jpg

 
Il existe quelques différences entre la version américaine (originale) et la version anglaise de L'Inconnu du Nord-Express, la seconde étant plus longue de quelques minutes. Dans la version américaine, quelques plans dans le train ont ainsi été supprimés pour atténuer la dimension homosexuelle de la relation entre les deux protagonistes.

 

Ce film à la mécanique parfaite peut encore être apprécié au premier degré et son efficacité entraîne la majorité des spectateurs dans un suspense haletant. Mais il doit également être vu comme un prémisse aux prochains chefs d’œuvres du maître.

 

 

 

 

 

 

Sources :

http://www.dvdclassik.com

http://www.guardian.co.uk

http://www.cinelegende.fr

http://www.allocine.fr

http://www.imdb.com

Published by Ciné Alain - dans Mon univers
commenter cet article

commentaires

charlus80 03/08/2012 10:15


Un de mes films préféré de sir Alfred. Perfection du scénario, suspense parfaitement huilé, ambiguïté du couple Guy-Bruno doublée de l'ambiguïté personnelle de Farley Granger lui-même, et tu as
raison un Robert Walker IMPECCABLE!

armelle 31/07/2012 09:41


J'aime presque tous les films de Hitchcock, même si j'ai quelques préférences. Ils ont un style particulier qui a été maintes fois copié, jamais égalé. Bien entendu, certaines scènes ont un peu
vieilli mais, dans l'ensemble, l'oeuvre a résisté aux outrages du temps.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.