Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 04:00

 

La-mauvaise-education---Affiche.jpg 
Réalisé par Pedro Almodóvar


Avec Gael García Bernal, Fele Martínez, Javier Cámara,

Juan Fernández, Francisco Boira, Alberto Ferreiro,

Daniel Giménez Cacho, Raúl García Forneiro, Nacho Pérez,

  Lluís Homar, Francisco Maestre, Petra Martínez

 
Genre Drame, Thriller


Titre original La mala educación

 

Production Espagnole

 

Date de sortie 12 mai 2004

 

La Mauvaise éducation est présenté hors compétition,

en ouverture du Festival de Cannes de 2004.

Premier film espagnol a avoir cet honneur.

 

La-mala-educacion.gif.La-mala-educacion---Nacho-Perez-et-Raul-Garcia-Forneiro.gif

 

Nacho Pérez et Raúl García Forneiro

Synopsis

 

Deux garçons, Ignacio (Nacho Pérez) et Enrique Goded (Raúl García Forneiro), découvrent l'amour, le cinéma et la peur dans une école religieuse au début des années 60.

 

.

Le père Manolo (Daniel Giménez Cacho), directeur de l'instituton et professeur de littérature, est témoin et acteur de ces premières découvertes.80.

 

La-mala-educacion---Nacho-Perez-et-Daniel-Gimenez-Cacho-.gif

 

Nacho Pérez et Daniel Giménez Cacho

 

Les trois personnages se reverront au début des années 80. Ces rencontres marqueront la vie et la mort de l'un d'entre eux.

 

La-mala-educacion---Fele-Martinez.gif Fele Martínez

 

Années 80. Enrique Goded (Fele Martínez) est devenu un cinéaste reconnu, en mal d'inspiration. Un jour qu'il découpe avec Martin (Juan Fernández), son directeur de production des articles de journaux morbides qui pourrait lui servir d'inspiration pour son prochain film, il reçoit la visite d'un acteur débutant qui se présente aussi comme un ancien ami de collège.

 

Gael García Bernal La-mala-educacion---Gael-Garcia-Bernal.gif

 

Enrique, troublé par la barbe de son ancien ami, croit reconnaître toutefois Ignacio (Gael García Bernal) qu'il n'a pas vu depuis 16 ans et qui insiste pour se faire appeler par son nom de scène Angel Adelma.

 

L'insistance de celui-ci pour s'incruster dans le prochain film d'Enrique le dessert et c'est tout juste s'il parvient à laisser à Enrique sa nouvelle intitulée : "La visite" qui, dit-il, s'inspire de leur jeunesse dans le collège mais qui est pure invention pour la partie contemporaine située dans les années 70.

Dans la moderne et immense maison qu'il vient de louer, Enrique Goded lit d'une traite la nouvelle d'Ignacio. Dans celle-ci Ignacio est devenu une superbe transsexuelle, Zahara (Gael García Bernal), revenue avec sa troupe de théâtre dans la ville de son enfance.

 

La-mala-educacion---Gael-Garcia-Bernal-copie-1.gif

 

Gael García Bernal

 

Pendant le spectacle et au cours de son numéro de transformiste, elle drague un jeune villageois. Celui-ci a trop bu et Zahara s'épuise à lui faire l'amour. Elle s'apprête à le détrousser lorsqu'elle se rend compte, en dérobant ses papiers, qu'il s'agit de son amour d'enfance, Enrique Serrano (Alberto Ferreiro), aujourd'hui marié et père d'un enfant.

 

La-mala-educacion---Alberto-Ferreiro-et-Gael-Garcia-Berna.gif  

 

Alberto Ferreiro et Gael García Bernal

 

 

Le lendemain, avec sa copine transsexuelle, Paquito (Javier Cámara) elle décide d'exécuter leur plan de vengeance contre le père Manolo (Daniel Giménez Cacho) qui empêcha, lorsqu'ils étaient enfants, l'amour de Enrique et de Ignacio.

 

Elles se rendent dans la chapelle du père Manolo, vieilli, et dérobent les ustensiles de messe. Ce n'est toutefois pas tout, Ignacio-Zahara veut faire chanter le père Manolo et lui réclame un million de pesetas pour ne pas publier l'histoire de son éducation dans le collège religieux qu'une télévision est prête à lui acheter en ces années 70 où la presse peut désormais critiquer librement les institutions religieuses.

 

Le père Manolo lit la nouvelle, intitulée, "La visite" qui raconte l'amour de Enrique et Ignacio, le désir du prêtre pour Ignacio et la répression par le père Manolo de l'amour entre Ignacio et Enrique qui aboutit au renvoi de ce dernier.

Cet épisode se clôt sur un double morphing.

 

 La-mala-educacion---Javier-Camara-et-Gael-Garcia-Bernal.gif

 

Javier Cámara et Gael García Bernal


Bouleversé par la nouvelle, Enrique  Goded  qui s'est évidement reconnu dans le personnage de Serrano,  appelle Ignacio dès le lendemain et lui propose de faire le film. Ignacio désire néanmoins le rôle de Zahara pour lequel Enrique ne le trouve pas satisfaisant. Enrique Goded cherche à draguer Ignacio mais n'obtient rien. Intrigué, il vole le briquet d'Ignacio sur lequel figure le nom de son village natal.

 

La-mala-educacion----Fele-Martinez-et-Gael-Garcia-Bernal.gif

 

Fele Martínez et Gael García Bernal

 

Il s'y rend et découvre qu'Ignacio est mort depuis quatre ans déjà et qu'il ne peut donc pas être celui qui vient de lui rendre visite. Il apprend aussi l'existence de Juan (Gael García Bernal) le frère cadet d'Ignacio que sa mère (Petra Martínez) avait placé auprès de lui pour le surveiller et qui, depuis à tout détruit de l'œuvre de son frère.

 

Sa mère avait toutefois préservé le manuscrit écrit par Ignacio que ce dernier lui avait envoyé avant de mourir. Croyant pouvoir la faire parvenir à Enrique  Goded  elle envoie la nouvelle d'Ignacio via le ministère de la culture. En vain. Celui se perd. Cette nouvelle c'est bien sur "La visite".

 

La lettre qui l'accompagne explique que, dans la réalité le père Manolo n'est plus dans leur village natal. Devenu M. Beringuer (Lluís Homar), il a quitté l'église et occupe maintenant une fonction dans une maison d'édition spécialisée dans les jeunes auteurs.

 

Ayant retrouvé sa trace, Ignacio (Francisco Boira), en totale transformation,  le fait chanter.

 

Francisco Boira La-mala-educacion---Francisco-Boira.gif


Troublé par cette révélation, Enrique Goded engage néanmoins Igancio-Angel-Juan (Gael García Bernal) pour faire le film et devient son amant.

 

M. Beringuer apparaît alors à la toute fin du film et explique toute la vérité à Enrique. De sa relation avec Juan à la mort d'Ignacio.

 

La-mala-educacion---Gael-Garcia-Bernal-et-Lluis-Homar.gif

 

 Gael García Bernal et Lluís Homar

 

C'est Juan qui a tué son frère Ignacio, excédé par ses besoins en drogue,  la honte éprouvée par son état, de junkie face aux habitants du village dont ils sont issue, et son chantage permanent.

 

Enrique quitte Juan.

 

Plusieurs cartons à la toute fin du film indiquent alors que Juan est devenu un acteur célèbre pendant quelques années.

 

Fele Martínez La-mala-educacion---Fele-Martinez-copie-1.gif

 

Enrique a lui continué à faire des films avec la même passion.

 

La-mala-educacion-copie-1.gif

 
La parole à  Pedro Almodóvar  : "Je devais faire La Mauvaise éducation, je devais me l'enlever de la tête avant que ça tourne à l'obsession. J'avais remanié le scénario pendant plus de dix ans, et ça pouvait continuer comme ça dix ans de plus. Vu la quantité de combinaisons possibles, la trame de La Mauvaise éducation ne pouvait finir de s'écrire qu'une fois le film tourné, monté et mixé"

 

"La Mauvaise éducation est un film très intime" précise Pedro Almodóvar ; "mais pas exactement autobiographique, je veux dire que je ne raconte pas ma vie au collège ni ce que j'ai appris pendant les premières années de la "movida", bien que ce soit les deux périodes durant lesquelles se déroule l'intrigue en 1964 et en 1980, avec une incursion en 1977.

 

Pedro-Almodovar---La-mala-educacion.gif

 

 Pedro Almodóvar pendant le tourange

 

Et d'ajouter : "il est certain que mes souvenirs ont été importants au moment de l'écriture du scénario, puisque j'ai vécu dans les lieux et les époques où se passe l'intrigue."
 
Le Franquisme a marqué l'Espagne de son empreinte pendant près de quarantes années entre 1939 et 1975. À sa chute, à la mort de Franco, un formidable élan de liberté a alors balayé le pays tout entier. Pedro Almodóvar se souvient: "Le film ne prétend pas (...) être une réflexion sur la "movida" madrilène du début des années 80, bien qu'une grande partie se passe dans le Madrid de cette époque. Ce qui m'intéresse dans ce moment historique est l'ivresse de liberté que vivait l'Espagne, en opposition à l'obscurantisme et à la répression des années 60. Le début des années 80 est, pour cette raison, le cadre idéal pour que les protagonistes, devenus adultes, soient maîtres de leur destin, de leur corps et de leurs désirs."
 
13 ans après Attache-moi !, Pedro Almodóvar à de nouveau fait appel au directeur de la photographie José Luis Alcaine, tandis qu' Alberto Iglesias collabore pour la cinquième fois avec le réalisateur.

Pour le personnage d'Enrique Goded, Pedro Almodóvar a demandé à l'acteur Fele Martinez de maigrir et s'entraîner pendant cinq mois, et modifier le registre de sa voix, en baissant sa tessiture. L'acteur Javier Cámara, alias Paquito, lui donne la réplique. Les deux acteurs ont déjà tourné ensemble, sous la direction de Pedro Almodóvar  dans Parle avec elle.

 

 

Sources :

http://www.cineclubdecaen.com

http://www.cinemovies.fr

http://www.imdb.com

http://www.cinemapolis.org

http://www.allocine.fr

http://lylybye.blogspot.fr

Published by Ciné Alain - dans Films Gay
commenter cet article

commentaires

chris 17/06/2012 17:27


salut Alain, un grand film d'Almodovar. Il est dans ceux que je préfère. Bonne fin de Dimanche. Cia bello

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.