Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 11:32

 

Date de sortie 27 juin 2012

 

La-part-des-anges---Affiche.jpg


Réalisé par Ken Loach

 
Avec Paul Brannigan, John Henshaw, Gary Maitland,

William Ruane, Jasmin Riggins, Roger Allam,

Siobhan Reilly, Charles MacLean, Gary Maitland


Genre Comédie dramatique


Titre original The Angels' Share


Production Britannique, Française, Belge, Italienne

 

La Part des Anges marque une nouvelle participation de Ken Loach au Festival de Cannes. Depuis sa première fois, avec Kes en 1970, le réalisateur anglais a été récompensé à quatre reprises : par le Prix du Cinéma Contemporain, pour Regards et Sourires en 1981, par deux Prix du Jury, pour Hidden Agenda et Raining stones et bien évidemment par la Palme d'Or en 2006 pour Le Vent se lève.

 

La Part des Anges reçoit le prix du Jury au Festival de Cannes 2012

 

La--part-des-anges.jpg

 

Synopsis

 

À Glasgow, Robbie (Paul Brannigan), tout jeune père de famille, est constamment rattrapé par son passé de délinquant. Il croise la route de Rhino (William Ruane), Albert (Gary Maitland) et la jeune Mo (Jasmin Riggins) lorsque, comme eux, il échappe de justesse à la prison mais écope d’une peine de travaux d’intérêts généraux.

 

 

Harry (John Henshaw), l’éducateur qu’on leur a assigné, devient alors leur nouveau mentor en les initiant secrètement… à l’art du whisky ! De distilleries en séances de dégustation huppées, Robbie se découvre un réel talent de dégustateur, bientôt capable d’identifier les cuvées les plus exceptionnelles, les plus chères.

 

Avec ses trois compères, Robbie va-t-il se contenter de transformer ce don en arnaque - une étape de plus dans sa vie de petits délits et de violence ?

 

Ou en avenir nouveau, plein de promesses ? Seuls les anges le savent…

 

La-part-des-anges.jpg

 


Alors que le nombre de jeunes chômeurs en Angleterre a atteint la barre fatidique du million de personnes pour la première fois en 2011, Ken Loach et son scénariste attitré Paul Laverty voulaient parler de cette génération sacrifiée dans La Part des Anges, comme ils l'avaient fait auparavant avec Sweet Sixteen réalisé en 2002. On voulait parler de cette génération de jeunes gens, dont beaucoup n’ont aucune perspective d’avenir. Ils ont la quasi-certitude qu’ils ne trouveront pas de boulot, de boulot fixe et stable. Quel effet cela peut-il avoir sur ces jeunes et quelle image ont-ils d’eux-mêmes ?

 

La-part-des-anges-copie-5.jpg

 

Paul Brannigan

 

À la question : Pourquoi avez-vous choisi d’en faire une comédie ? "Par pur esprit de contradiction! J’ai toujours envie de sortir des sentiers battus. Sweet Sixten parlait de jeunes gens, plus jeunes encore que les protagonistes de La Part des Anges, qui évoluaient dans un contexte tout aussi désespéré, et le film se terminait de manière tragique. Mais ces mêmes personnages peuvent connaître des situations dans leur vie qui sont parfois drôles, et parfois beaucoup moins. Et nous avons eu envie de nous focaliser sur l’une de ces situations amusantes," explique Ken Loach.

 

La-part-des-anges-copie-1.jpg

 

Le réalisateur retrouve avec La Part des Anges l'Ecosse et Glasgow, lieux récurrents de son cinéma. Une attirance qui s'explique en partie par son affinité avec le scénariste Paul Laverty, originaire de la côte ouest du pays. Il y a d’autres villes comme Liverpool, Newcastle ou Manchester, et sans doute plusieurs coins des Midlands, où ce genre d’histoire pourrait se dérouler, mais le scénariste Paul Laverty est originaire de la côte ouest, et c’est donc un univers qu’il connaît très bien et qui l’inspire. "Glasgow est une ville d’une telle richesse qu’elle nous semblait le lieu idéal pour y situer l’action. C’est une ville qui a une très forte identité incarnée par la culture de ses habitants, par leur sens de l’humour, par leur point de vue sur la vie, et dont les lieux sont chargés d’histoire. C’est une terre de solidarité, à l’écart de l’individualisme, même si les habitants y connaissent les mêmes difficultés qu’ailleurs." précise le réalisateur.


Le terme la part des anges, qui donne son nom au titre du film, vient du monde de la distillation d'alcool. Il désigne la partie du volume d'alcool qui s'évapore pendant son vieillissement en fût, un processus qui permet au whisky écossais d'atteindre les 40° minimums nécessaires à son appellation.

 


Ken Loach retrouve avec ce film William Ruane, qu'il a déjà dirigé quelques fois, à ces débuts dans Sweet Sixteen puis dans le film à sketches Tickets en 2005, deux longs métrages où apparaît également Gary Maitland, présent au casting de La Part des Anges. Le cinéaste et William Ruane n'avaient pas travaillé ensemble depuis le célèbre Le Vent se lève. Ken Loach avoue s'être servi de cet acteur qu'il connait bien pour diriger le reste du casting, qui le suivait alors facilement.

 

Concernant la présence dans le film de Roger Allam, Ken Loach précise : "Ce n’est pas tant le fait qu’il soit expérimenté qui m’a intéressé que le fait que je le connaissais et que je savais qu’il pouvait donner l’air de fomenter quelque chose, sans qu’on sache très bien quoi. On a rencontré plusieurs acteurs pour ce rôle, mais personne d’autre que lui ne donnait aussi bien à penser qu’il avait une attitude louche, impossible à percer à jour. Sans même parler de son sens de l’humour. Thaddeus est un sale type, mais dont la part d’ombre fait sourire – et Roger campe cela à merveille, sans avoir besoin de se forcer."


Le film compte dans ses rangs un authentique professionnel du whisky, en la personne de Charles MacLean, interprète de Rory Mc Allister. Alors qu'il écrivait le film, le scénariste Paul Laverty le rencontra, et sa vision du personnage en fut définitivement changée. Sur ses conseils, Ken Loach décida alors de lui confier le rôle, préférant avoir un passionné de whisky qui n'a jamais joué, plutôt qu'un véritable acteur sans connaissance.
 
Pas naturellement incollable sur le whisky, Paul Laverty a dû sérieusement se renseigner avant d'écrire l'histoire de La Part des Anges. Pour cela, il s'est fait coaché par son beau-frère, avec qui il est parti sur une route du whisky en Ecosse, allant de Bladnoch, au Sud-Ouest de Glasgow, et à Old Pulteney dans le Nord-Est du pays.
 
Après huit mois de repérages le régisseur du film, Ken Loach et ses producteurs ont sélectionné trois distilleries pour apparaître dans le film. Comme en lien avec la manière artisanale qu'a le réalisateur de créer ses films, ces distilleries sont toutes indépendantes.

 

La-part-des-anges-copie-2.jpg


Pour écrire le scénario, Paul Laverty est également allé à la rencontre de plusieurs éducateurs s'occupant de jeunes en difficulté. Ces rencontres lui ont montré que même chez le plus désespéré des jeunes, il y a du potentiel.

 

Le scénariste a ainsi rencontré John Carnochan, un officier en charge de la section de lutte contre la violence dans un quartier de Glasgow. Il a également pu faire la connaissance de Paul Brannigan, jeune homme paumé qui participait à une initiative de quartier, et qui tient finalement le rôle de Robbie dans le film !

Pour garder le secret le plus longtemps possible sur l'histoire du film, les acteurs n'avaient accès qu'à de petits passages du scénario. Au fur et à mesure des six semaines de tournage, ils découvraient ainsi la suite de l'histoire, sans toutefois en connaître le dénouement final. C'est une des raisons pour lesquelles le tournage s'est déroulé de manière chronologique.

 

La-part-des-anges-copie-3.jpg


Siobhan Reilly, l'interprète de Léonie, a, comme tous les acteurs, découvert son personnage sur le tard, ne pouvant avoir accès qu'à un scénario partiel. C'est ainsi qu'elle découvrit qu'elle allait jouer une femme enceinte et qu'il y aurait un bébé dans l'histoire. Elle proposa alors aux costumières d'apporter des vêtements de ses sœurs qui venaient juste d'accoucher. Au final, c'est même son jeune neveu qui joue le bébé du film !

 

Pour décrire le personnage de Robbie, Ken Loach précise : "Il a eu une enfance très difficile, il a eu un comportement violent, il a été placé dans un centre pour jeunes délinquants pendant longtemps, et il cherche désormais à prendre un nouveau départ. Il est intelligent et prévenant, et il a rencontré une fille dont il est très amoureux. Elle attend d’ailleurs un enfant de lui. Mais pour ses parents à elle, c’est une relation catastrophique car ils ne voient en lui qu’un jeune voyou et un petit criminel, et le père connaît bien ce monde de la pègre. Il possède des boîtes de nuit, il a gagné énormément d’argent, il vit désormais dans une banlieue chic, mais il sait qu’il est issu des mêmes quartiers mal famés que Robbie, et il est donc conscient que ce jeune homme n’a presque aucune chance de s’en sortir. Il ne pourra vraisemblablement pas offrir une vie digne de ce nom à sa fille et à leur enfant. C’est pour cela que, dans l’intérêt de sa fille, il n’hésite pas à recourir à des méthodes de voyou pour les séparer. On peut trouver des excuses à cet homme, ou en tous cas on peut comprendre son dilemme, mais pas ses méthodes. Robbie est déterminé à se battre pour être père, et à gagner sa vie pour nourrir sa famille, mais il ne voit absolument pas comment y parvenir. Comment s’en sortir ? Il explique qu’il est résolu à prendre un nouveau départ, mais quand on a toujours connu cet univers, et qu’il incarne son seul horizon, il est très difficile de s’en échapper."

 

La-part-des-anges-copie-4.jpg


À la fin du tournage, chaque membre de l'équipe du film a pu repartir avec sa bouteille de whisky offerte, grâce au soutien d'un grand nombre de distilleries d’Ecosse ayant trouvé le projet enthousiasmant.

À peine le tournage commencé, à la fin du mois d'avril 2011, Ken Loach a fait une lourde chute : en ramenant son plateau-repas à la cantine, il a glissé et s'est cogné la tête. Un accident qui l'a obligé à être hospitalisé. Cet incident, heureusement sans gravité, a poussé la production à décaler les prises de vues de trois semaines, c'est à dire de la moitié du tournage ! Mais au final, toute l'équipe était disponible un mois de plus et il n'y a pas eu de problèmes majeurs. "C’était plus agaçant qu’autre chose. En dehors de cela, on a une équipe de gens tellement futés qu’en général ils déjouent les problèmes avant qu’ils ne se posent. Ils forment une sorte d’orchestre réglé au cordeau, dont David Gilchrist, le 1er assistant réalisateur, dirige les violons. Ils s’en sortiraient sans doute très bien sans chef d’orchestre !" précise Ken Loach.

 

 


Sources :

http://www.allocine.fr

http://www.cinemovies.fr

http://www.toutlecine.com

http://www.premiere.fr

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2012
commenter cet article

commentaires

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.