Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 00:00

 

 La-Ronde---Affiche.jpg

 

Réalisé par Max Ophüls

 

Avec  Anton Walbrook, Simone Signoret, Serge Reggiani,

Simone Simon, Daniel Gélin, Danielle Darrieux, Isa Miranda

Gérard Philipe, Fernand Gravey, Odette Joyeux,

Jean-Louis Barrault, Robert Vattier


Genre  Comédie dramatique


Production Française

 

Date de sortie 27 septembre 1950

 

Le film a été nominé aux Oscars en 1952

dans la catégorie du meilleur scénario et pour la meilleure décoration.


Il a par ailleurs gagné la même année le BAFTA du meilleur film.

 

 

Synopsis

 

Vienne 1900. Un décor de rêve... Apparaît un meneur de jeu (Anton Walbrook), en frac et haut-de-forme, qui va faire tourner sous nos yeux le carrousel de la ronde des amours. Femmes honnêtes, grisettes tendres, aristocrates ou simples soldats, tous la danseront d'un même pas.

 

La-Ronde---Adolphe-Wohlbruc.jpg

 

 Anton Walbrook


Sans distinction de classe, l'amour passe. Voici une belle de nuit, Léocadie, (Simone Signoret) qui accoste un militaire, Franz, (Serge Reggiani) au coin d'une rue. Leur étreinte est brève. Le soldat n'a qu'une hâte, c'est d'aller, le samedi, flirter au Prater avec une soubrette, Marie (Simone Simon).

 

La-Ronde---Simone-Signoret-et-Serge-Reggiani.jpg

 

Simone Signoret et Serge Reggiani

 

La-Ronde---Serge-Reggiani-et-Simone-Simon.jpg

 

Serge Reggiani et Simone Simon

 

Celle-ci accorde ses faveurs, en semaine, au fils de la maison, Alfred (Daniel Gélin), qui en est à sa toute première expérience.

 

La Ronde - Daniel Gelin Daniel Gélin

 

Ce pas délicat franchi lui permet de réaliser son rêve : séduire une femme du monde, Emma Breitkopf (Danielle Darrieux). qui, après beaucoup d'hésitations et de dérobades, s'abandonne à ses transports. Ce qui n'ira pas sans fausse note, car la nature est capricieuse ... Le soir même, elle interroge son mari sur sa vie passée, ce qui l'embarrasse fort.

 

Danielle Darrieux La-Ronde---Danielle-Darrieux.jpg

 

Ce dernier (Fernand Gravey) s'est d'ailleurs amouraché d'une grisette, Anna (Odette Joyeux), qui subit sans trop se faire prier ses derniers outrages. Anna se rend compte qu'une liaison avec lui serait sans avenir, et elle jette donc son dévolu sur un jeune poète, Robert Kuhlenkampf,  (Jean-Louis Barrault). Ce dernier la trouve délicieuse, mais ennuyeuse. Tout bien pesé, il lui préfère Charlotte (Isa Miranda), une comédienne de haut vol.

 

La-Ronde---Isa-Miranda-et-Jean-Louis-Barrault.jpg

 

Cette dernière reste plus sensible au prestige de l'uniforme d'un galant officier (Gérard Philippe). Qui, après un dîner bien arrosé, échouera dans les bras accueillants de la belle  Léocadie.

 

  La ronde - Gérard Philipe, Simone Signoret-copie-1 Gérard Philippe et Simone Signoret

 

C'est ainsi que finit la ronde. Et le meneur de jeu de conclure philosophiquement : c'est l'histoire de tout le monde...

 

 

Danielle Darrieux et Jean-Louis Barrault La Ronde - Danielle Darrieux, Jean-Louis Barrault 

 

La-Ronde---Affiche-copie-1.jpg La Ronde est l'adaptation cinématographique d'une pièce de théâtre éponyme d'Arthur Schnitzler.  


Profondément marqué par les oeuvres de Arthur Schnitzler et Guy Maupassant, par la musique d'Offenbach, Max Ophüls ne cessera de leur rendre hommage soit directement comme dans Le roman de Werther, soit à travers de multiples clins d'oeils qui émaillent son oeuvre. Au delà de la peinture sans concession d'une bourgeoisie européenne se complaisant dans un romantisme qui portait en lui les germes de sa destruction, Max Ophüls semble lancer de subtils appels à la résurrection du véritable esprit des Lumières, celui qui régna brièvement avant de se voir perverti par ceux qui voudront à tout prix réussir l'impossible synthèse entre les idées de Jean-Jacques Rousseau et celles de Joseph de Maistre. 

 

La Ronde est le premier des quatre films que réalisa Max Ophüls quand il revint en France.
Gemano-franco-américain, Max Ophüls, né Oppenheimer, a vu le jour en Sarre, haut-lieu du métissage transfrontalier. Très vite, il montrera un goût pour les arts, refusant de reprendre l'entreprise de confection que gérait son père. Son adolescence n'est pas sans rappeler celle du jeune Werther, du moins par l'exaltation, le romantisme débridé.

 

La Ronde est le motif obsessionnel d'un film-concept, d'une histoire très banale mais bâtie sous la forme même de ce cercle vicieux et dansant qui donne son titre à l'œuvre. Un personnage rencontre un autre personnage. Ils tiennent le haut de l'affiche ensemble le temps d'une saynette. Puis l'un des deux personnages, guidés par le meneur de jeu, fait une nouvelle rencontre et part jouer son ultime scène avant d'être abandonné à son tour. Et ainsi, tournoie la ronde des désirs amoureux jusqu'à ce que la boucle soit bouclée, jusqu'à ce que l'on retrouve une dernière fois la prostituée, Simone Signoret, qui avait ouvert la danse et contre le flanc de qui chacun finit, quel que soit le rang ou la position sociale.

 

La-Ronde---Simone-Signoret-1.jpg

 

Simone Signoret

 

La Ronde appartient à la tradition des films à sketches, mais Max Ophüls renouvelle ce genre par le choix d'une structure quasi abstraite très ambitieuse, notamment par le rôle polymorphe donné au meneur de jeu. Avec ses décors de théâtre, ses allusions aux lois du spectacle, à la censure et aux péripéties du hasard que le meneur de jeu élude avec désinvolture, cette oeuvre relève autant de l'expérience esthétique que d'une étude morale de l'amour et des hypocrisies, des faiblesses et des lâchetés du genre humain face au sexe et aux sentiments. La Ronde oscille donc sans cesse entre réalité, ficiton et artifice avec un narrateur qui s'adresse directement à la caméra. Max Ophüls se démarque donc des cinéastes d'Hollywood et de leur approche très "littérale", réalisant ainsi un film avant-gardiste tant sur la forme que sur le fond.

 

 

La-Ronde---Gerard-Philippe.jpg Gérard Philippe

 

C’est de la ronde de l’amour dont il s’agit, l’amour sous toutes ses formes depuis le soldat hermétique à tout sentiment jusqu’au tourbillon sensuel de l’amour adultère, ce qui valut au film d’être condamné par certaines associations. Ce sont toutes ces formes de sentiment qui alimentent cette ronde.


Le film est particulièrement original par le fait que tous les personnages apparaissent deux fois chacun : il y a dix scènes donc dix couples mais seulement dix personnages principaux. Max Ophüls utilise par ailleurs des plans audacieux dont quelques superbes travellings à 360 degrés.

 

   La-Ronde----Daniel-Gelin--Danielle-Darrieux.jpg

 

Daniel Gélin et Danielle Darrieux

     
À sa sortie, le film est très mal accueilli par la critique.

Il sera condamné pour son immoralité par plusieurs associations mais il rencontre néanmoins un grand succès public. Max Ophüls se sentira toujours mal aimé et incompris. Lors de l'accueil mitigé de son film, il dira : "La foule n'a aucune patience esthétique." . La Ronde reste un des films les plus mal compris et un des plus dénigrés par la critique du XXème siècle. Ce n'est réellement que quelques décennies plus tard qu'il sera considéré comme un chef-d'oeuvre.

 

Le propos de  La ronde est amer, tragique, juste un rien teinté du cynisme cruel d'Arthur Schnitzler, dont il s’inspire. Max Ophüls dresse un constat d’une infinie tristesse sous l’apparence frivole d’une fresque sur les discours et les comportements amoureux : le bonheur n’existe pas. Ce qu’il peint, fataliste, c’est l’impossibilité d’éterniser les élans les plus purs, le désespoir du sentiment amoureux bafoué par la fièvre du désir, la pureté piétinée par les rencontres éphémères, la blessure secrète de l’âme face à l’infidélité des ivresses.


La-Ronde.jpg

 

Le temps, implacable, ronge l’amour, oublie le don, attise le vertige des conquêtes, refroidit les cœurs. Cette frénésie désespérante et désespérée des "ruses, mensonges et périls constants" qui tissent la lutte des sexes, cette sinistre sarabande de femmes et d’hommes abusés par la comédie du plaisir est magistralement mise en scène.

 

Les arabesques sensuelles de la caméra font partie du sujet du film : danse, transes et vertiges. Véritable feu d'artifice cinématographique, cette fabuleuse spirale romanesque où le mouvement perpétuel des affinités électives, des destinées sentimentales et des élans charnels, entraînent les êtres dans cette folle sarabande amoureuse.


Le film se déroule dans les années 1900 à Vienne.

Les magnifiques costumes de La ronde sont signés de Georges Annenkov, exécutés par Marie Gromtseff.


Décor irréel et volontairement suranné d'une capitale autrichienne recomposée au prisme d'une imagination féérique, qu'une espèce de fatalité ironique préside à ces aventures qui se font et se défont sans cesse. Les décors savamment mis en valeur sont de Jean d'Eaubonne.

 

La musique originale de Oscar Straus, est adaptée par Joé Hajos.

 

La-Ronde-copie-1.jpg

 

Auteur d'une oeuvre exceptionnelle de cohérence et de beauté, Max Ophüls demeure un cinéaste essentiel qui a marqué le septième art par un style très personnel au service d'histoires universelles

 

Roger Vadim réalise en 1964 un remake de La Ronde. Plus récemment, en 1998, le réalisateur Nicolas Boukhrief donne une version moderne du film qu'il intitule : Le Plaisir (et ses petits tracas).

 

Sources :

http://www.allocine.fr

http://www.cineclubdecaen.com

http://www.evene.fr

http://www.toutlecine.com

http://films.blog.lemonde.fr

http://avaxhome.ws - Jean-Luc Douin

http://www.cinema-musique.org

http://www.toutlecine.com

http://tortillafilms.tortillapolis.org

http://www.cinema.de

Published by Alain - dans Mon univers
commenter cet article

commentaires

jo et chris 20/03/2012 18:09

avec cet article tu nous fais frissonner d'une envie folle de revoir ce sublime film

Eeguab 18/03/2012 19:29

Mon cher Alain nos goûts sont souvent très proches.Cet homme en quelques années nous a donné La ronde,Madame de...,Le plaisir et Lola.Merveilles du patrimoine.Avec une petite préférence pour
Madame...Je l'ai chroniqué il y a longtemps.

zorba 12/03/2012 23:13

ouah ! carrément bien à voir et à revoir j'ai le coffret des 3 dvd et ça me donne une idée pour une prochaine soirée.merci

Alain 14/03/2012 12:30



en ce qui me concerne, ce film reste inoubliable.



 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.