Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 23:00

 

La-Ronde-de-l-aube---Affiche.jpg 

 

Réalisé par Douglas Sirk


Avec Robert Stack, Rock Hudson, Dorothy Malone,

Jack Carson, Robert Middleton, Troy Donahue,

Alan Reed, Alexander Lockwood, Christopher Olsen

 
Genre Comédie dramatique


Titre original The Tarnished Angels

 

Production Américaine

 

Date de sortie 19 février 1958

 

Le scénario  de George Zuckerman, est inspiré du roman Pylon de William Faulkner. L'auteur avait considéré ce film comme la meilleure adaptation d'une de ses oeuvres au cinéma.

 

Douglas Sirk aurait déclaré dans une interview que c'était le meilleur film qu'il avait réalisé.

"Ce type qui cherche son identité, un homme qui se tient debout sur des sables mouvants. La terre ferme ne lui procure aucun sentiment de sécurité, c'est dans les airs qu'il cherche ses certitudes - c'est une idée folle de Faulkner, et magnifique, je crois." affirmait Douglas Sirk.

 

À l'occasion d'une diffusion télévisée, Patrick Brion écrivait dans Télérama, sous le pseudonyme d'André Moreau : "Dès la première apparition de Laverne, jouée par Dorothy Malone, cheveux et jupe au vent, on comprend que La Ronde de l'aube est un film dans lequel Douglas Sirk a mis toute sa personnalité et toute sa sensibilité.

 

La-Ronde-de-la-nuit---Dorothy-Malone-et-Robert-Stack.jpg

 

Retrouvant, quelques mois seulement après Écrit sur du vent, trois des interprètes du film, Rock Hudson, Robert Stack et Dorothy Malone, il s'attache à l'univers des pilotes acrobatiques. Héros de la Première Guerre mondiale, habitués à braver les dangers, ces hommes sont la distraction d'une Amérique marquée par la grande crise économique. La mort s'inscrit en filigrane et rarement, les thèmes chers à William Faulkner ont été restitués aussi remarquablement qu'ici. Douglas Sirk a d'ailleurs avoué avoir toujours été fasciné par ces personnages "à l'affût de la vie et qui croient qu'elle leur échappe". Le danger, la mort, la volonté de la braver en prenant le maximum de risques et, parallèlement, le souhait de vivre le plus intensément possible, tel est le climat de La Ronde de l'aube. Bouleversant."

 

La Ronde de l'aube marque la dernière collaboration entre Douglas Sirk et Rock Hudson.  

 

Synopsis

 

La-Ronde-l-aube---Dorothy-Malone-et-Robert-Stack.jpg Dorothy Malone et Robert Stack

 

1932. Pendant la dépression, à la Nouvelle-Orléans où l’on fête le carnaval, Roger Schumann (Robert Stack), héros de la Première Guerre, doit y exécuter des acrobaties aériennes pour gagner sa vie.

 

Il est accompagné par sa femme LaVerne (Dorothy Malone). Le journaliste Burke Devlin (Rock Hudson), fasciné par le couple, décide de les loger chez lui.

 

Rock Hudson La-Ronde-de-l--aube---Rock-Hudson.jpg

 

Roger Schumann , ancien as de l'aviation militaire, est prêt à tout pour reconquérir la gloire. Il  est accompagné de son fils Jack (Christopher Olsen), de son mécanicien Jiggs (Jack Carson) et de son épouse LaVerne , laquelle se confie à Burke Devlin et lui raconte comment, aimée de Roger et Jiggs, elle épousa le premier après que les deux hommes l'aient jouée aux dés.

 

Mais elle n'aurait pu épouser un autre que lui, très attirée qu'elle était par cet ancien de l'escadrille Lafayette avec qui, depuis, elle réalise les numéros les plus périlleux, comme ce saut en parachute effectué en se tenant seulement à un trapèze.


Burke Devlin est congédié par le patron du journal, qui a refusé de lui laisser couvrir le meeting, au cours duquel Roger Shumann a un accrochage avec l'avion du riche Matt Ord (Robert Middleton), piloté par Miller. Celui-ci ayant péri dans l'accident, Matt Ord n'a plus de pilote, et Roger Shumann, lui, n'a plus d'avion. Or, Roger déteste trop Matt Ord et a trop d'amour propre pour aller lui-même lui proposer l'accord qui s'impose. Et il n'hésite pas à demander à LaVerne d'user de sa séduction. Mais Burke Devlin, autant que Jiggs, désapprouve cette attitude et se charge de convaincre Matt Ord, qu'il connaît bien, tout en proposant à LaVerne de laisser Roger croire que c'est elle qui a réussi.

 

La-Ronde-de-l-aube---Rock-Hudson--Dorothy-Malone--Robert-St.jpg

 

Rock Hudson, Dorothy Malone, Robert Stack et Jack Carson


Nouvelle épreuve de vitesse autour des pylônes : ayant pris du retard à cause d'un blocage de moteur au départ, Roger
Shumann rattrape ses concurrents et prend la tête. Mais son moteur, trop sollicité, prend feu. Ne pouvant atterrir sur la piste envahie par la foule, il sombre dans le lac voisin, tandis que le petit Jack assiste à la catastrophe enfermé dans un avion de manège qui ne cesse de tourner.

 

Avant de décoller, Roger avait pour la première fois eu des mots d'amour pour LaVerne, qui lui avait révélé n'être pour rien dans l'accord de Matt Ord. Elle renonce finalement à suivre celui-ci dans ses promesses de bonne éducation pour Jack.

 

LaVerne, s'en est laissée convaincre par Burke Devlin qui, réintégré au journal après un brillant et émouvant propos sur la mort de Roger, l'accompagne à l'aéroport, d'où elle s'envole pour l'Iowa avec son fils.

 

La-Ronde-de-l-aube---Rock-Hudson-et-Dorothy-Malone.jpg  

 

Rock Hudson et Dorothy Malone

 

"Ce film n'est qu'une accumulation de défaites. (…) Douglas Sirk contemple ces corps avec tant de tendresse et de splendeur… J'ai rarement éprouvé autant de crainte et de solitude que dans ce film." avoue  R.W. Fassbinder. Il rajoute : "Chez Douglas Sirk, les femmes pensent. Ça ne m’est apparu chez aucun metteur en scène. Chez aucun. D’ordinaire les femmes réagissent toujours, elles font ce que font justement les femmes, et ici elles pensent. Il faut voir cela. C’est beau de voir une femme penser. Ça donne de l’espoir. Sincèrement."

 

L’usage compulsif de la couleur au sein d’un format pictural étant devenu emblématique de la proverbiale flamboyance sirkienne, La Ronde de l’aube détonne par son usage du Scope et du noir et blanc. Dans des cadres installant parfois de vertigineuses perspectives, Douglas Sirk opte souvent pour une asymétrie extrême, aimant à placer ses personnages très bord cadre, laissant le reste du champ "vide" et pourtant chargé de meubles, d’objets ou de figurants. Les personnages, ces marginaux à fleur de peau, sont très littéralement désaxés, perdus dans le Carnaval qui bat son plein autour d’eux.

 

Dorothy Malone et Robert Stack La-Ronde-de-l-aube---Dorothy-Malone-et-Robert-Stack.jpg

 

Richesse incroyable des mélodrames de Douglas Sirk, donc, à tous niveaux. Chaque cadrage et décadrage, chaque mouvement de caméra, chaque réplique, chaque expression d’acteur, chaque image parle. Tout fait sens jusqu’au vertige, jusqu’à l’extase. Jusqu’à l’écœurement ? Non. C’est le miracle : la plénitude perpétuelle. L’équilibre tenu grâce à un soupçon de folie kitsch et une pincée d’humour bon enfant qui contrebalancent le drame terrible qui se joue. Mais par-dessus tout, l’essence du cinéma atteignant ici des sommets : le sens a beau paraître évident, il n’est jamais arrêté ; toujours l’ambiguïté s’immisce, toujours il faut se demander : quel autre sens celui-ci cache-t-il ?


Douglas Sirk, a fait appel au même trio d'acteurs Robert Stack, Rock Hudson, Dorothy Malone que dans son film précédent, Écrit sur du vent, et a créé ici un film magnifique et puissant sur le destin tragique et l'échec d'un petit groupe de pilotes acrobatiques qui devient l'obsession d'un reporter alcoolique.

 

Et si, comme le suggère Jacques Bontemps dans le numéro 61 de Trafic au printemps 2007, consacré pour bonne part au cinéaste, Douglas Sirk n’était pas tant un cinéaste de l’excès qu’un cinéaste de l’équilibre parfait entre excès et retenue ?

 

Un cinéaste de l’utilisation délicate d’éléments a priori excessifs. À revoir ses films, frappent surtout, au-delà de la flamboyance et de l’impudeur, ces instants où l’on attend un lyrisme échevelé mais où s’installe une splendide pudeur. Exemplairement, les scènes de baisers : dans La Ronde de l'aube c’est sur une musique en sourdine, d’une inattendue douceur, que Burke embrasse LaVerne.

 

La-Ronde-de-l-aube---Rock-Hudson--Dorothy-Malone-et-Jack-Ca.jpg

 

Rock Hudson, Dorothy Malone et Jack Carson

  
Au cours du tournage à San Diego, la femme de Robert Stack était sur le point d'accoucher de son premier enfant. Alors qu'une scène tendue entre l'acteur et Dorothy Malone était en train d'être tournée, un avion a foncé droit vers les caméras avec des lettres de quatre pieds de hauteur formant la phrase "It's a girl".

 

Rock Hudson s'était arrangé pour que l'hôpital appelle immédiatement pour donner la nouvelle et avait embauché un pilote acrobate pour tracter le message derrière l'avion. Robert Stack a été tellement touché par ce geste qu'il écrit plus tard dans son autobiographie : "C'est un moment que je n'ai jamais oublié. Celui qui me dit que Rock Hudson n'est pas un gentleman de première classe a une place supérieure à celle du rang de duc."
 
C'est Rock Hudson qui avait insisté pour que l'acteur Troy Donohue fasse parti du casting du film.

 

 

 

 

 

Sources :

http://www.critikat.com

http://acpaquitaine.com

http://www.cineclubdecaen.com

http://www.notrecinema.com

http://www.imdb.fr

http://fr.wikipedia.org

http://www.allocine.fr

commentaires

radio web 04/10/2012 14:09


J'avais entendu parlé de votre site sur Enjoy et de la qualité de vos critiques. Site bien fait

Eeguab 04/10/2012 12:56


Encore une perle du florilège Douglas Sirk.Hélène,heureusement aucun âge,même mûr,n'est requis pour voir et aimer les films de Sirk.

Armelle 04/10/2012 11:25


Je viens de lire vos dernières critiques de film et je crois que je vais me décider à aller voir  "Quelques heures de printemps " pour lequel j'hésitais à cause d'un sujet
douloureux. Mais cela doit valoir la peine. J'attends avec impatience de visionner "Vous n'avez encore rien vu " car j'aime beaucoup Resnais, un réalisateur très inventif et également " Camille
redouble " que j'ai raté l'autre jour mais qui devrait repasser dans une autre salle. Quant à moi, je me permets de vous conseiller " Les saveurs du palais " avec une Catherine Frot
excellentissime. Une charmante comédie, très goûteuse. J'ai rédigé une critique bien sûr.


 

Xavier 03/10/2012 18:49


salut alain, j'ai vu qu'il ressortait à la Filmothèque rue Champollion, effectivement. Si l'envie te prend tu es le bienvenu. ceci étant dit il fait beau en bas, j'ai vu les infos sur le net et
les balades sur les pleges doivent être bien sympathiques en ce moment.

Hélène Veras 01/10/2012 20:37


Bonsoir, je suis une amie de Chris et Joanne qui m'ont donné l'adresse de votre blog. Je suis une inconditionnelle des films de Sirk. On m'a dit que je n'avais pas l'âge pour regarder ce genre de
films (j'ai 28 ans) et bien je m'en fous. J'adore ses films et j'ai lu toutes les différentes pages que vous avez sur votre blog. J'ai très envie de commander le coffret ce sera un peu votre
faute, ou plutôt grace à vous. Très cordialement  Hélène, je reviendrai puisque vos pages changent régulièrement

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.