Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 04:00

 

 

La Strada - Affiche 1

 

Réalisé par Federico Fellini

 

Avec Anthony Quinn, Giulietta Masina, Richard Basehart,

Aldo Silvani, Marcella Rovere, Livia Venturini, Gustavo Giorgi

Yami Kamadeva, Mario Passante,Anna Primula


Genre Drame


Production Italienne 1954

 

La Strada .... Film multirécompensé !

 

Entre autres ...

 

- Lion d'argent à la Biennale de Venise en 1954 
- Ruban d'argent de la meilleure réalisation en 1955
- Bodil du meilleur film européen en 1956
- NYFCC Award du meilleur film étranger en 1956


 

La-Starda---Giuletta-Masina-et-Anthony-Quinn.jpg

 

Giulietta Masina et Anthony Quinn

 

Gelsomina (Giulietta Masina), est une femme enfant naive et généreuse. Elle est la sensibilité incarnée,  qui ne semble avoir aucune limite : pour les êtres humains, pour les animaux,  pour les paysages et pour l'art. Cette sensibilité qui l'ouvre au monde, l'expose aussi, sans défense, à ses tourments.

 

La Strada - Giulietta Masina 2 Giulietta Masina

 

Gelsomina  a été vendue par sa mère à un hercule de foire brutal et obtus, Zampano (Anthony Quinn), qui accomplit un numéro de briseur de chaines sur les places publiques. D'une lourdeur bestiale, et coupable de meurtre.

 

Anthony Quinn La-Strada---Anthony-Quinn-copie-2.jpg


À bord d'un étrange équipage, une moto à trois roues aménagée en roulotte, le couple sillonne les routes d'Italie, menant la rude et triste vie des forains. Zampano ne cesse de rudoyer sa compagne et de la tromper sans vergogne. Elle s'efforce pourtant de lui complaire avec une touchante obstination.

 

La-Strada---Roulotte.jpg


Surgit un autre saltimbanque, un violoniste-poète-philosophe-farceur : Il Matto "Le Fou"(Richard Basehart). Le Fou est un personnage angélique, aérien, cet équilibriste reconnaît en Gelsomina une âme sœur.

 

La-Strada---Richard-Basehart.jpg Richard Basehart

 

Plus maître qu'elle du langage et de la pensée, il est conscient d'être exposé à la mort, qui le prendra pourtant par surprise : le Fou restera ainsi l'image de l'innocence. Il agace à plaisir le pauvre Zampano et raconte à Gelsomina de très belles et très édifiantes histoires sous forme de paraboles. Exaspéré, Zampano finit un jour par le tuer. 

Le temps passe...

Gelsomina, prostrée, ne peut se consoler de la mort du "Fou".

 

Giulietta Masina La Strada - Giulietta Masina 1

 

Zampano l'abandonne sur la route. Des années plus tard, il apprend qu'elle est morte. Alors, pour la première fois de sa vie, il pleure.

 

Zampano est défini négativement. Mais c'est sur lui que Federico Fellini fait reposer le principal enjeu de La Strada : le triomphe final de la bonté, le retour à la sensibilité, peut-être à l'innocence.

 

La-Strada---Anthony-Quinn-copie-1.jpg

 

Anthony Quinn

   
Film vivement attaqué par la critique de gauche, en Italie, pour avoir perverti et trahit le néoréalisme.La strada Il n'est pas douteux qu'Il matto "Le fou", sorte d'archange volant sur une corde raide, développe une parabole chrétienne, quand il explique à Gelsomina: "si je savais à quoi sert ce caillou, je serai le bon Dieu qui sait tout : quand tu nais ; quand tu meurs aussi. Ce caillou sert sûrement à quelque chose. S'il est inutile tout le reste est inutile, même les étoiles. Et toi aussi, tu sers à quelque chose avec ta tête d'artichaut".

Mais ce thème est loin d'être le principal dans un film complexe.

 

Il était d'abord une critique de la condition féminine, de la femme objet aussi passive qu'un caillou, tout juste créée pour faire l'amour et la cuisine

 
La Strada se caractérise par son appartenance au courant néoréaliste, à savoir un attachement aux petites gens, humbles ou marginaux.


On retrouve cette inspiration dans d'autres films de Federico Fellini, en particulier à ses débuts : Les Feux du music-hall en 1950, Courrier du coeur en 1952 L'Amour à la ville en 1953 ou encore Les Vitelloni en 1953.

 

La Strada - Anthony Quinn et Giulietta MasinaLa Strada possède toutes les caractéristiques du mélodrame, musique, effets, personnages pathétiques ou monstrueux, mais il est bien plus qu'un simple mélodrame. Le personnage de Gelsominela, par le regard qu'il jette sur la vie, est porteur d'une telle force d'amour, d'une telle capacité à transformer une existence médiocre en apothéose qu'on se dit que derrière toute vie, même absurde, pourrait bien se cacher un sens, un absolu. Ce film, profondément spiritualiste, appartient pleinement au néoréalisme, mais il résonne déjà de cette musique inimitable, celle d'un cirque infiniment nostalgique qui deviendra, avec La Dolce Vita, le leitmotiv de l'un des plus grands créateurs d'univers du monde.

 

Un sacrifice avec la mort de Gelsomina. la mort de Gelsomina n'est pas montrée et disparaît dans une ellipse du récit.

 

La-Strada---Giulietta-Masina.jpg

 

Giulietta Masina

 

Un meurtre, celui du Fou, marquée par un sentiment de fatalité non pas spiritualiste, mais matérialiste : le Fou comprenand que l'heure de sa mort est arrivée en voyant que sa montre a été cassée dans sa lutte avec Zampano. 

 

Une profanation avec le vol au couvent. Dramatisé par les effets visuels et sonores qui suggèrent l'orage, cette partie du film devient une scène spectaculaire, à la frontière du cinéma d'effroi.

 

Une rédemption, celle de Zampano. La scène où celui-ci apprend cette mort en renforce le caractère fantomatique : une jeune femme raconte ce que furent les derniers jours de Gelsomina, en suspendant des draps qui deviennent à la fois comme des écrans sur lesquels Zampano peut projeter les images de ce qui lui est révélé, et comme un labyrinthe où la vérité se perd. Cette scène dont la logique est affaire de regard, est purement cinématographique

 

La-Strada---Anthony-Quinn-copie-3.jpg

 

Anthony Quinn

 

Cette scène dont la logique est affaire de regard, est purement cinématographiqueau dernier plan, La Strada semble un chemin de croix pavé de significations religieuses.

 

Federico Fellini  montre l'errance finale de Zampano comme celle d'un ivrogne désespéré, et la mer a dans cette scène une valeur sentimentale et romanesque avant tout. Elle évoque Gelsomina, qui l'aimait. C'est donc au plus près de ses personnages que se tient Federico Fellini, au cœur d'une condition humaine dont ils ne peuvent nommer ce qui la transcende : Federico Fellini n'exclut pas que ce soit l'amour chrétien, mais, ce qui est presque révolutionnaire dans l'Italie de 1955, il filme la rudesse, la maladresse et la vérité de l'amour tout court.

 

Ce qui fait de La Strada un film plus humaniste que chrétien.

 

La-Strada---Giulietta-Masina--Anthony-Quinn-et-Richard-Base.jpg

 

Giulietta Masina, Anthony Quinn et Richard Basehart

 

Depuis son premier long métrage Le Cheik blanc en 1952, Federico Fellini confie la musique de ses films à Nino Rota. Le compositeur travaille ainsi sur quinze films du réalisateur.
La musique de Nino Rota est devenue un classique, faisant un peu plus de ce film une réussite de l'art populaire. Leur collaboration est interrompue par la mort de Nino Rota en 1979.

 
C'est avec ce film que Federico Fellini s'est fait connaître en France, alors qu'aucun distributeur n'en voulait au début, le jugeant comme une oeuvre trop originale.
Le succès fut bien au rendez-vous, mettant en particulier d'accord le public et la critique. Giulietta Masina fut même qualifiée de "Charlot féminin"

 

 

 

 

Sources :

http://www.allocine.fr

http://www.cineclubdecaen.com

http://nezumi.dumousseau.free.fr

http://cheerfulcynicism.blogspot.fr

ttp://labruttin.blogspot.fr

http://www.dvdbeaver.com

 

Published by Alain - dans Mon univers
commenter cet article

commentaires

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE 11/04/2012 11:26

Quel film, quels acteurs, un des films les plus beaux du cinéma de tous les temps. Génial Fellini et bouleversante Giulietta Masina. Inoubliable. Et quelle musique !

patrick Ramanoel 09/04/2012 19:08

Quelle coincidence.J'ai acheté tout récemment le DVD de ce grand film.
J'étais tout jeune quand je l'ai vu et j'ai toujours des images fortes dans ma mémoire.je vais le revoir avec sûrement bonheur et beaucoup d'émotion.Le regarder et le goûter en solitaire et en
deuxième partie de soirée.Merci Alain de nous replonger dans le beau et l'éternel.

Alain 09/04/2012 23:05



Tu veux dire que nous étions très jeunes ! Je prends un plaisir fou à me replonger dans tous ces films qui ont été mes premières grandes découvertes quand je suis monté à Paris. Comme ils
disent … Bonne soirée. Et à bientôt, en bas ou là-haut.



Eeguab 09/04/2012 17:06

Bonjour Alain.Décidément on révise ses classiques mais c'est tellement agréable et passionnant.

Alain 09/04/2012 23:02



Jamais les révisions n'ont été aussi agréables, tant aux souvenirs qu'elles réveillent qu'au plaisir de es partager.



compagnie&co 09/04/2012 16:58

nous nous sommes tous plantés. après la rétrospective du Palais on avait parié que le premier Fellini que tu mettrais sur ton site serait I Vitelloni ... Mais quel bonheur de réécouter la musique
de Rota en lisant l'article. à très vite maintenant ciao bello

Alain 09/04/2012 23:00



ça va venir ... d'ici quelque temps. En pleine période Fellinienne, grâce à votre invitation de cette belle rétrospective. Encore merci. Alain



Jacqueline Hietens 09/04/2012 13:51

Bonjour, je me suis abonnée à votre site et reçois tous les jours vos fiches de film. Je me décide aujourd'hui à vous laisser un message pour vous exprimer toute mon admiration pour les détails et
l'agrément de ces fiches cinema qui sont un réel plaisir à découvrir. Aujourd'hui avec La Strada vous avez réveillé de bien beaux souvenirs, sans que vous le sachiez, le hasard. C'est magnifique.
Et cette musique en lisant la page ! Merci, très sincèrement mille mercis. Jacqueline Hietens

Alain 09/04/2012 22:57



Merci pour votre message et vos visites. À très bientôt j'espère. Cordialement. Alain



 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.