Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 17:45

   
Date de reprise 24 décembre 2014

 

La-vie-est-belle---Affiche.jpeg


Réalisé par Frank Capra


Avec James Stewart, Donna Reed, Henry Travers,

Lionel Barrymore, Thomas Mitchell, Beulah Bondi

Frank Faylen, Gloria Grahame, Ward Bond, Todd Karns


Titre original It's a Wonderful Life


Genre Comédie dramatique


Production Américaine


Date de sortie 10 décembre 1947

 


La Vie est belle est le premier film produit par Liberty Films, la société de production créee par Frank Capra à la fin de la guerre. En effet, las de l'influence grandissante des studios hollywoodiens sur ses films, il pensait quitter les États-Unis pour produire des films en Grande-Bretagne. C'est alors que Sam Briskin, assistant d'Harry Cohn à la Columbia, lui suggera de créer sa propre société.


Dans son autobiographie, Frank Capra écrit : "La Vie est belle n'était fait ni pour les critiques blasés, ni pour les intellectuels fatigués. C'était mon type de film pour les gens que j'aime. Un film pour ceux qui se sentent la, abbatus et découragés. Un film pour les alcooliques, les drogués et les prostituées, pour ceux qui sont derrière les murs d'une prison ou des rideaux de fer. Un film pour leur dire qu'aucun homme n'est un raté".

 

Cette première production reçut un échec en demi-teinte auprès du public et fut éreinté par une partie de la critique qui lui reprocha principalement une mièvrerie trop envahissante ; le film ne sera réhabilité que bien des années plus tard et s'offre d'ailleurs une belle revanche en étant diffusé chaque année de l’autre coté de l’Atlantique pendant les fêtes de Noël.

 

Au terme du tournage, La Vie est belle devint une œuvre capitale dans le cœur de Frank Capra tant l’espoir qu’il misait sur le film était immense; il pensait purement et simplement que c’était le plus grand film qu’il ait jamais fait. Lorsque disparaît le générique inaugural, une neige blanche et poudreuse envahit l ‘écran; s’ensuit alors le plan d’un panneau nous indiquant que nous nous trouvons maintenant à Bedford Falls, ville que l’on ne quittera en aucune occasion tout au long de l’évocation de la vie de l’un de ses concitoyens.


Le film figure à la 20ème place du Top 100 de l'American Film Institute.

 

La-vie-est-belle-A.jpg.La-vie-est-belle-B.jpg

La-vie-est-belle-C.jpg.La-vie-est-belle-D.jpg

 

Synopsis

 

Le film s’ouvre à la manière d’un conte de Noël et trouve sa construction dans un flash-back relatant l’existence de George Bailey (James Stewart), jeune homme un brin naïf empli d’un idéalisme à toute épreuve. 

 

Le rêve américain est ici transposé à travers les désirs d'évasion de Georges Bailey; le besoin de découverte qui l’anime rappelle celui des immigrants débarquant tout droit de Liberty Island, sa grande ambition étant en effet de poursuivre ses études d’architecture et devenir explorateur.

 

La-vie-est-belle.jpeg

 

En cette nuit de Noël 1945 dans la petite ville de Bedford Falls, de l'État de New York, tout le monde prie pour George Bailey éminent habitant de la ville.

 

De chaque foyer s'élève une prière. Les paroles murmurées avec ferveur concernent toutes le même homme, George Bailey, qu'elles proviennent de la bouche de son épouse, de ses enfants, de ses amis et collègues... et de manière générale de tous ceux qui tiennent à lui.

 

La-vie-est-belle---James-Stewart-jpg James Stewart


Le décès de son père ont obligé George Bailey à reprendre l'entreprise familiale de prêts à la construction, qui permet aux plus déshérités de se loger. Ayant renoncé à son rêve d'enfant de devenir explorateur, il a toujours consacré son énergie et son argent à l'amélioration des conditions de vie des habitants de la ville, en luttant contre le désir de puissance d'un homme d'affaires sans scrupules. 


Henry F. Potter (Lionel Barrymore), l’homme le plus riche de la ville, a toujours trouvé en la famille Bailey ses principaux rivaux qui ne cessent de semer des embûches sur le chemin qui le mène à son emprise totale sur la ville. Potter n’a pas hésité à placer la ville sous sa tutelle. Georges Bailey est également marqué par une forte volonté de s’enrichir mais ce dessein ne le pousse tout de même pas à rejeter toute vertu et il n’oublie pas de venir en aide aux plus déshérités via son entreprise.


Lionel Barrymore La-vie-est-belle---Lionel-Barrymore.jpeg

 

George Bailey fut également très utile pour Monsieur Gowers (H.B. Warner), un pharmacien, car il empêcha ce dernier de livrer à un couple, dont le fils était atteint d'une maladie très grave, un cachet empoisonné.

 

La-vie-est-belle---H.B.-Warner.jpeg.La-vie-est-belle---Todd-Karns.jpeg

 

H.B. Warner                                                    Todd Karns


Il sauva également son jeune frère Harry (Todd Karns) de la noyade mais perdit l'usage de son oreille gauche. Cet altruisme débordant va même jusqu'à constituer un frein à ses ambitions lorsque ce même frère, devenu plus vieux et qui sera d’ailleurs bien plus tard couvert de gloire, part pour l’université, contraignant ainsi Georges à reprendre l’entreprise de prêts et construction.

.

La vie est belle - James Stewart et Donna Reed


James Stewart et Donna Reed


Adulte, George se maria à une certaine Mary Hatch (Donna Reed), amoureuse de George depuis l'enfance, et eut d'elle quatre enfants. Deux de ses amis, Marcel, un policier et Ernie, un chauffeur de taxi chantèrent même à son mariage.

 

La-vie-est-belle---Donna-Reed.jpeg  Donna Reed


Grâce à lui, son oncle Billy (Thomas Mitchell) réussit à sauver son entreprise et plusieurs personnes dont son meilleur ami Giuseppe Martini habitèrent dans des jolies maisons louées bon marché.

 

Thomas Mitchell et James Stewart La-vie-est-belle---Thomas-Mitchell-et-James-Stewart.jpg

 

C’est par mégarde que l’oncle Billy, égarera ce même jour les 8 000 dollars qu’il devait remettre à la banque au compte de la société, et que Potter ne manquera pas de substituer. Esseulé et désespéré, George doit aujourd’hui faire face à une situation financière désastreuse et songe sérieusement à mettre fin à ses jours. Clarence (Henry Travers), un ange de seconde classe qui attend l’obtention de ses ailes, descend sur Terre pour lui venir en aide...

 

La-vie-est-belle---Henry-Travers.jpeg


Henry Travers et James Stewart

 

L'instant d'après, celui-ci montre à George comment les citoyens de sa ville auraient évolué sans lui. La ville s'appellerait Pottersville et non Bedford Falls car personne n'aurait tenu tête à Potter, l'homme d'affaires. Il n'y aurait que des bars et des maisons closes.

 

Il n'y aurait jamais eu les maisons de George et Monsieur Gowers aurait empoisonné un enfant car personne ne l'en aurait empêché. Il aurait fait vingt ans de prison et serait devenu un alcoolique.

 

Harry se serait noyé et n'aurait pu sauver tous les hommes à qui il a porté secours pendant la guerre.

 

La mère de George serait une veuve acariâtre tenant une pension de famille douteuse, ses amis seraient des mauvais garçons, Mary une bibliothécaire vieille fille.

 

Les enfants de George n'existeraient pas et l'oncle Billy serait devenu fou après la faillite de ses affaires.


Se rendant compte de ce qui aurait pu arriver, George demande à revivre. Il s'aperçoit que tous ses amis sont allés chercher pour lui l'argent qui lui manquait. Lorsque l'histoire se termine, il trouve un livre de Clarence dans la pile de billets, avec une dédicace disant qu'aucun homme avec des amis ne rate sa vie et qui le remercie d'avoir obtenu ses ailes.

 

Interprété par James Stewart, le personnage de de George Bailey devait à l'origine être destiné à Cary Grant pour un film produit par la RKO. La vie est belle - James Stewart et Donna Reed James Stewart, ayant servit dans l'United States Army Air Forces de 1941 à 1945, il débuta en fait ses premières missions en 1944, y obtint beaucoup de récompenses militaires en raisons de ses énormes efforts. Ces derniers l'ayant épuisé, il faillit refuser le rôle de George Bailey. Il l'a finalement accepté et fut nominé à l'oscar du meilleur acteur, de plus il considéra La vie est belle  comme l'un de ses films préférés de toute sa carrière. Toute en retenue et fragilité James Stewart a su s’intégrer à merveille dans l’univers de cinéastes aussi singuliers qu’Anthony Mann, Alfred Hitchcock ou encore John Ford, révélant ainsi une capacité d’adaptation prodigieuse. Il nous offre une palette d’émotions assez incroyable. Le couple qu’il forme avec la délicieuse Donna Reed, participe vigoureusement à l’émotion qui nous submerge tout au long de la vision du film. Et quand ceux-ci sont accompagnés de toute une ribambelle de seconds rôles aussi savoureux les uns que les autres, on ne peut que s’incliner devant la justesse et la variété du casting.
 
Après Mr Smith goes to Washington Franck Capra voulut réunir une nouvelle fois James Stewart et Jean Arthur en lui confiant le rôle de Mary. Celle-ci refusa le rôle car elle préparait une pièce à New York. Il envisagea ensuite Ginger Rogers qui refusa puis Olivia de Havilland, Martha Scott et Ann Dvorak. C'est finalement Donna Reed qui obtint le rôle.  

.

Le scénario, écrit par Frances Goodrich, Albert Hackett, Frank Capra, Jo Swerling, Philip Van Doren Stern, Michael Wilson, quant à lui, reprend l’éternel lutte de David contre Goliath, véritable leitmotiv de l’œuvre du cinéaste.

 

Il serait réducteur de ne voir en La Vie est belle qu'une avalanche de bons sentiments car le film possède un certain goût d'amertume d'après guerre et laisse fréquemment poindre un pessimisme incontestable, contrastant et nuançant l'image que l'on se fait habituellement du cinéma de Frank Capra.

 

Certes, l'humanisme et l’optimisme en ressortent triomphants mais cela ne l’empêche pas de jouer sur une double lecture. Frank Capra nous met la plupart du temps en face d'un héros pétri de faiblesses, en proie à un désespoir qui ne fait que s’accroître au fil de l’histoire, le tout se déroulant dans un cadre d’une noirceur terrible qui n'hésite pas à parler de mort, de crise économique et surtout de suicide.

 

Ce tableau de la nature humaine s’accompagne d’une vision particulièrement lucide sur l’ingratitude de l’existence et sa nébulosité ponctuelle. Par ailleurs, le film évoque de façon très juste et réaliste des problèmes de l'Amérique de l'entre-deux-guerres, de la crise économique de 1929 à l'entrée dans le deuxième grand conflit mondial de l’histoire en passant par la description du pays sous la présidence de Roosevelt.

 

La-vie-est-belle.jpg

 

La photographie est signée par Joseph F. Biroc, Joseph Walker

et Victor Milner (non-crédité). 


Avant La Vie est belle, on représentait la neige à l'écran avec des cornflakes peints en blanc. Mais, ils faisaient tant de bruit en tombant qu'on devait réenregistrer les dialogues plus tard. Pour ce film, Frank Capra tenait à enregistrer directement le son. Ainsi, une nouvelle technique fut inventée, utilisant un produit chimique de lutte contre le feu, du savon et de l'eau. Cette mixture était projetée à haute pression à travers une machine à vent ce qui permettait de faire tomber la neige silencieusement. Le département son de la RKO reçut d'ailleurs un Oscar spécial pour le développement de cette nouvelle technique.
 
Pour les décors d'Emile Kuri, la ville de Bedford Falls fut intégralement construite dans les studios de la RKO à Encino en Californie. Le plateau a été bâti en deux mois et reste l'un des plus grands décors jamais construit pour un film américain : 16 000 mètres carrés. Il comprenait 75 magasins et immeubles, une rue principale de 275 mètres, une usine et un quartier résidentiel.

 

Selon l'analyse de Jacques Lourcelles

 

"Venant se placer de lui-même sous l'invocation de Leo McCarey que Frank Capra considéra toujours comme un maître, sinon comme son maître, ce sublime conte de Noël est le film le plus riche et le plus complet du réalisateur. Il combine non seulement la comédie et le drame mais fait appel au romanesque, à la poésie et même au fantastique pour relater l'histoire d'une destinée reliée, au sein de la communauté où elle se déroule, à toutes les autres destinées de cette communauté et par extension à celle de l'humanité toute entière. Le propos du film est d'ailleurs beaucoup plus de raconter l'histoire de ce lien que celle d'un individu.

Et ce conte qui veut souligner la solidarité de tous les hommes en fournit, dans son intrigue uné démonstration aussi étincelante qu'émouvante

Dans les trois premiers quarts du film, Frank Capra se révèle habile, prenant, parfois touchant. Dans le dernier quart, il se surpasse et le spectateur s'aperçoit qu'il n'a pas seulement affaire à un excellent film comme Frank Capra en a réalisé beaucoup, mais à un chef-d'œuvre. Ce dernier quart du film amène le spectateur, ainsi que le héros, à revoir ce qui s'est passé jusque là dans une autre lumière et sous un autre point de vue. En permettant au héros de contempler pendant quelques instants un monde où il ne serait pas né, Frank Capra, et son bon ange Clarence, l'obligent à sentir le caractère irrémédiable de chacun de ses actes. Comme, pour la plupart, il s'agit d'actes utiles et inspirés par le bien, le fait de les supprimer de la surface de la terre devient une véritable catastrophe. Mais, au-delà de la bonté du personnage, c'est bien le caractère de responsabilité absolue, infinie de chaque action humaine qui est ainsi démontrée à travers l'infinité des relations en chaîne qu'elle a déclenchée."

 

La-vie-est-belle---James-Stewart-et-Donna-Reed-copie-1.jpg

 
Dans une scène, Mary devait casser une vitre en lançant un caillou. Franck Capra avait, pour cette séquence, embauché un tireur d'élite qui aurait du tirer sur la vitre à la place de Donna Reed. Mais à la stupéfaction de tout le monde, elle atteignit la vitre du premier coup sans l'aide du tireur caché !

En 1947, un analyste du FBI enregistre un ajout à l'encontre du film sur une note intitulée "L'infiltration communiste dans l'industrie cinématographique". L'ajout contenait l'enregistrement de l'opinion d'une source industrielle. Elle révèle que le film tente, de manière évidente, de critiquer les banquiers ce qui est une technique communément employée par les communistes.

La vie est belle fait partie de ces films que l'on ne reconnait que plus tard. Très cher pour une production indépendante, 3.7 millions de $ de budget, il n'en reçu que 3.3 lors de sa première distribution. De même il ne reçut, malgré ses cinq nominations, aucune statuette aux oscars.

 

En 2004 il fut classé, par BBC TV 2ème des meilleurs films de tout les temps à n'avoir pas reçu d'oscars, derrière Les Evadés de Frank Darabont.

 

Il est, de plus, diffusé à la télévision chaque année aux États-Unis à la période de Noël... Une reconnaissance pour le moins tardive...

Plusieurs fois dans le film, James Stewart allume un briquet et souhaite un million de dollars. Il est amusant de noter que ce même briquet apparait aussi dans le film Vous ne l'emporterez pas avec vous réalisé en 1938 film de Frank Capra avec James Stewart...

 

Un peu plus sur Frank Capra ... Cliquez ICI !

 

.
Mon souvenir du film
.

Vu, revu à revoir. Un de mes films préférés.

Un véritable chef d'œuvre réalisé par le maître Frank Capra.

Tout est synonyme de génie dans ce film. L'histoire, les dialogues, la musique, la magie des décors.

Un casting magnifique. Avec en tête le couple James Stewart et Donna Reed.

Une réalisation inoubliable.

Ne vous privez d'un grand bonheur de cinéma. Un magnifique cadeau en cette période de fêtes !

 

Sources :

http://www.cineclubdecaen.com

http://www.dvdclassik.com - Breezy

http://www.imdb.com

http://fr.wikipedia.org

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Mon univers
commenter cet article

commentaires

Bruce & co 24/12/2014 15:18


Nous sommes à Paris avec les enfants. Le film passe rue Champollion tout à côté. Il est au programme de notre soirée. Très bon Noël cher Alain. Nous t'embrassons tous.

Michel Zorba 24/12/2014 14:42


Bonjour Alain. Je n'ai pas revu ce film depuis ... longtemps ! Excellente idée de la mettre sur ton blog. Mon souvenir est tout aussi enthousiaste que le tien. Je te souhaite un joyeux Noël. À
bientôt via mail ou blog. Michel

Edmée De Xhavée 24/12/2014 13:20


Oui, c'est une de ces fables américaines à la Norman Rockwell auxquelles on aime croire ne serait-ce que le temps du film. On sent la bonté du monde, la réalité de la charité et de
l'enthousiasme....


 


Joyeux Noël!

ramanoel 23/12/2014 18:51


Que peut on écrire de plus après ton "souvenir du film". Tu as tout dit.Donc a voir de toute urgence.

dasola 25/12/2012 12:00


Bonjour Alain, j'espère que ton réveillon s'est bien passé. Merci pour ce billet sur un film optimiste, on en a bien besoin dans cette période difficile. Bon 25 décembre.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.