Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 05:00

 

Le Printemps de Téhéran - l'histoire d'une révolution 2.0

 

Date de sortie cinéma 18 janvier 2012


Le-Printemps-de-Teheran---Affiche.jpg


Réalisé par Ali Samadi Ahadi


Avec Mohsen Kadivar, Mitra Khalatbari, Shadi Sadr
Mehdi Mohseni, Payam Akhavan, Babak, Zahra Renaward (archives),

Emir Farshad Pebrahimi, Shirin Ebadi, Ayatollah Ali Khamenei (archives)
Mohammad Khatami (archives), Pegah Ferydoni (Azedeh)


Genre Documentaire animé


Production Allemande

 

Amnesty International France soutient le film de Ali Samadi Ahadi   

Le printemps de Téhéran, l’histoire d’une révolution 2.0 

qui sort sur nos écrans deux ans après les évènements qu’il décrit.

Il complète en images et témoignages

les informations diffusées jour après jour par Amnesty International.

 

Le-Printemps-de-Teheran-copie-4.jpg

 

Synopsis

 

Juin 2009, Azedeh et Keveh sont étudiants à Téhéran. Comme d’autres générations avant eux, à l’approche des élections présidentielles, ils commencent à rêver d’une transition démocratique possible en Iran. Ils vont être emportés par cette "vague verte" qui embrase le pays. Des premières révoltes à la répression sanglante, ils nous racontent leur combat, leur espoir, leur peur et leur souffrance. Le Printemps de Téhéran conjugue des images filmées sur le vif et relayées partout dans le monde sur les réseaux sociaux avec des témoignages et des séquences animées qui nous font pénétrer au cœur de cette révolution populaire, au plus proche de ses acteurs.

 

Le titre original du film Le Printemps de Téhéran - l'histoire d'une révolution 2.0 est The Green Wave, ou "la vague verte", par rapport à la couleur de l'Islam, adoptée par les défenseurs de Mir-Hossein Mousavi, candidat aux élections présidentielles de 2009.

 

Le-Printemps-de-Teheran-copie-2.jpg 

 

Comme le sous-titre français "l'histoire d'une révolution 2.0" peut le suggérer, les documents utilisés pour le film Le Printemps de Téhéran proviennent non seulement de témoignages, mais aussi et surtout de la presse non-officielle, avec des textes publiés sur tous les médias 
 
Le-printemps-de-Teheran---Ali-Samadi-Ahadi.jpgLe Printemps de Téhéran - l'histoire d'une révolution 2.0 est le deuxième long-métrage du réalisateur iranien Ali Samadi Ahadi, après la comédie corrosive Salami Aleikum en 2009. Il est surtout connu pour ses courts-métrages documentaires portant sur l'Afrique, Africa Mayibuye, la musique avec Culture Clan et les enfants soldats, Lost children.
 
Au départ, les réalisateurs Ali Samadi Ahadi et Oliver Stoltz avaient l'intention de préparer un documentaire sur les drogues en Iran, mais faute de financement, le projet a dû être abandonné. C'est à ce moment-là que des producteurs allemands ont exprimé le "besoin de faire un autre film sur l'Iran, sur un sujet plus contemporain".
 
Bien que l'animation dans le film provienne de vrais témoignages de personnes réelles, les deux étudiants Azadeh et Kaveh sont des personnages fictifs, créés par les réalisateurs à partir de plus de mille textes recueillis sur des blogs iraniens, écrits notamment par des étudiants pendant les manifestations iraniennes de 2009.  

 

Le-Printemps-de-Teheran.jpg

 

Le Printemps de Téhéran - l'histoire d'une révolution 2.0 arrive en salles dans une époque où les documentaires animés se font de plus en plus fréquents. Ce sous-genre, qui consiste à s'approprier un matériel réel pour le transformer en animation, a pu être vu récemment au cinéma avec Persepolis, Valse avec Bachir, Les Petites Voix ou Chienne d'histoire.
 

Le-Printemps-de-Teheran-2.jpg

 

Un millier d’extraits de blogs iraniens ont été la source d’inspiration des deux étudiants «fictifs» du film: leurs réflexions servent de fil rouge aux différents événements. Les histoires des étudiants Azadeh et Kaveh ont été conçues comme un dessin animé, et tranchent avec les plans en prises de vue réelles de la révolte et des entretiens avec des personnalités de tout premier ordre et des militants des droits de l’homme iraniens, comme Shirin Ebadi, Payam Akhavan ou Mitra Khalatbari.

 

Autant qu'un choix artistique, l'option du documentaire animé constituait également une contrainte de production. Réfugié en Allemagne, le réalisateur Ali Samadi Ahadi ne pouvait pas rentrer en Iran tant que le régime de Mahmoud Ahmadinejad serait au pouvoir. De même, il était hors de question de trouver des financements iraniens pour un film contre le régime de ce pays. Pire, personne n'était autorisé à enregistrer des images des manifestations. Finalement, la reconstitution artistique à partir de documents et de messages sur Internet semblait ainsi être la meilleure manière de retranscrire le message du film.

 

Le-Printemps-de-Teheran-copie-1.jpg

 

Des violations massives des droits humains

Le film du réalisateur iranien Ali Samadi Ahadi, montre de façon artistique mais avec un grand réalisme les événements qui ont suivi cette élection.

Selon les chiffres officiels, dès les premiers jours, plus de 5 000 personnes ont été arrêtées.
Les violations massives des droits humains qui ont eu lieu alors sont venues rappeler la nature précaire des libertés fondamentales dans le pays. Les autorités ont imposé de nouvelles restrictions importantes à la liberté d’expression, d’association et de réunion. Elles ont interdit des manifestations pacifiques, frappé des manifestants, procédé à des arrestations arbitraires et, dans certains cas, tiré à balles réelles sur les protestataires. Plusieurs dizaines de personnes ont été tuées dans la rue ou en détention.
Le monde entier a vu les images montrant les derniers instants de Neda Agha Soltan, une jeune femme abattue, apparemment par un bassidji, au cours d’une manifestation pacifique à Téhéran.

 

Le Printemps de Téhéran 5

 

Des centaines de personnes ont ensuite été jugées selon des procédures iniques, notamment dans le cadre de procès collectifs "pour l’exemple" ayant pour objectif principal de valider la version officielle des événements et de désigner des boucs émissaires.

Le spectateur est également amené à la prison de Kahrizak, à propos de laquelle des récits effroyables faisant état d’actes de torture et de mauvais traitements sont apparus à mesure que les prisonniers étaient remis en liberté ou enfin autorisés à recevoir des visites.

La répression continue

L’élection présidentielle du 12 juin 2009 a déclenché une vague de répression et des protestations massives d'une ampleur sans précédent depuis la révolution qui a instauré la République islamique d’Iran en 1979.  Les violations systématiques de longue date des droits humains, notamment les restrictions sévères à la liberté d’expression, d’association et de réunion qui se sont intensifiées durant les manifestations n’ont pas cessé depuis.

Les forces de sécurité ont accru la répression suite à des manifestations du 14 février 2011, où un grand nombre de personnes sont descendues dans les rues en signe de solidarité avec les soulèvements en Égypte et en Tunisie.

 

Le Printemps de Téhéran-copie-3

 

Des journalistes, des blogueurs et des professionnels du 7e art ont été visés par des mesures de répression, tout comme, entre autres, des étudiants, des militants politiques, des syndicalistes indépendants, des défenseurs des droits humains et des militants des droits des femmes, dans le cadre des efforts déployés par les pouvoirs publics pour étouffer la dissidence.

En 2011, Le Printemps de Téhéran - l'histoire d'une révolution 2.0 a été projeté dans de nombreux festivals de cinéma dans le monde, dont ceux de Berlin, Sundance, Seattle, Cleveland, Tribeca, San Francisco, Minneapolis, Calgary, Belfast, Milan, Amsterdam et Toronto.

 

 

 
Sources :

http://www.allocine.fr

http://www.imdb.fr

http://www.cinemovies.fr

http://www.amnesty.fr

http://www.afribd.com

http://dvdtoile.com

Published by Alain - dans Cinéma Iranien
commenter cet article

commentaires

mitch-zo 20/01/2012 15:23

j'étais sur de lire un article concernant ce film sur ton blog. je vais sûrement y aller mais il faut que je trouve la bonne séance suis de garde et permanence jusqu'au 31. ciao bello

christo-Jo 20/01/2012 15:19

je suis assez tenté, Johane un moins ... tu peux y aller ?

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.