Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 23:00

 

Le-Roman-de-Mildred-Pierce---Affiche.jpg

 

Réalisé par Michael Curtiz


Avec  Joan Crawford, Jack Carson, Zachary Scott,

Eve Arden, Ann Blyth, Bruce Bennett, Lee Patrick,

Moroni Olsen, Veda Ann Borg, Jo Ann Marlowe

 
Genre Drame, Policier


Titre original Mildred Pierce

 

Production Américaine

 

Sortie en France le 29 janvier 1947

 


Le Roman de Mildred Pierce est adapté d'une nouvelle très critique et sans concessions de James M. Cain. Celui-ci reste l’un des auteurs de polars les plus adaptés à Hollywood avec Chandler et Dashiell Hammett. Au hasard des adaptations faites de ses romans, notons,  Le Facteur sonne toujours deux fois ou Assurance sur la mort. 


Michael Curtiz, réalisateur d’origine hongroise, a fait l’essentiel de sa carrière à la Warner en signant quelques films mémorables. Il adopta très vite le style Warner dans les années 30 : rapidité de la narration, utilisation d’ellipses, accent mis sur le rythme.

C’est un perfectionniste qui possède un talent certain pour la mise en scène, ce qui va en faire un pilier du studio et l’un des plus prolifiques; il sera amené à diriger, tout naturellement, le mythique Casablanca.

 

Le Roman de Mildred Pierce est le parfait exemple de la production hollywoodienne de l’âge d’or. Le mélodrame féminin est un des genres qu’affectionnait la Warner dans la première moitié des années 40 avec souvent, comme interprète principale, Bette Davis. Michael Curtiz a pu bénéficier du talent des meilleurs techniciens de la Warner pour mener à bien son film. La photographie de Ernest Haller, la musique de Max Steiner, et un casting irréprochable.

 

Le Roman de Mildred Pierce, sorte d’apogée de ce genre à l’intérieur du studio, marque l’arrivée de Joan Crawford qui, après avoir passé dix huit ans à la MGM, débarque avec la ferme intention de (re)lancer sa carrière.  

 

Michael Curtiz a commencé le tournage réticent à l'idée de faire jouer Joan Crawford, considérée alors comme une has-been. Il a été agréablement étonné car elle a fourni dans ce film l'une des meilleures performances de sa carrière.

 

Le-roman-de-Mildred-Pierce---Joan-Crawford-1.jpg


Bien que pressentie pour le rôle titre de Le Roman de Mildred Pierce, Bette Davis refusa la proposition. Barbara Stanwyck était alors enthousiaste pour incarner ce personnage jusqu'à ce que la star Joan Crawford ne vienne auditionner. Le rôle de Ida, la fille snob et gâtée de l'héroïne, devait être interprété par Shirley Temple.

 

Joan Crawford a reçu l'oscar de la meilleur actrice en 1946 pour son rôle de femme forte dans Le Roman de Mildred Pierce et s’imposera désormais comme la grande star féminine du studio.

 

le-roman-de-Mildred-Pierce---Joan-Crawford-5.jpgLes images du film continuent d'exhaler un parfum de soufre aussi entêtant qu'involontaire. Cela tient peut-être aussi de ce que l'on a appris, depuis, sur la fibre maternelle de Joan Crawford, plutôt rugueuse et cassante dans la vie, aux dires de sa fille Cristina. La star aux épaulettes carrées comme ses pommettes campe une louve en vison que les premiers plans du film laissent errer dans une mare de chagrin.

 

Le choix du casting est prodigieux : l’interprétation de Joan Crawford est magistrale mais ne doit pas occulter celle d’Ann Blyth, alors âgée de 17 ans et dont c’est le premier grand rôle, le plus marquant de sa carrière. Sa beauté et son visage angélique donnent beaucoup de densité à son personnage.


Le Roman de Mildred Pierce est initialement prévu pour être tourné comme un mélodrame. Mais sous l'impulsion du producteur Jerry Wald, le film sera tourné de façon à ce qu'il y ait la même tonalité ambiante que dans Assurance sur la mort réalisé par Billy Wilder. C'est ainsi que le réalisateur Michael Curtiz accentue les éléments noirs du scénario pour adopter des éclairages sombres, des intérieurs obscurs et des cadrages travaillés. La fille de Mildred est par ailleurs transformée en véritable femme fatale. Voulant initialement exploiter l'esthétisme du film de Billy Wilder, Le Roman de Mildred Pierce n'aura finalement que suivi les codes d'un genre qui prendra de l'ampleur dans les années 40 : le film noir.

 

Le roman de Mildred Pierce - Joan Crawford 2.Le-roman-de-Mildred-Pierce---Joan-Crawford-3.png

Le-roman-de-Mildred-Pierce---Joan-Crawford-3-copie-1.png.Le-roman-de-Mildred-Pierce---Joan-Crawford-4.png

 

Synopsis

 

Un homme est abattu dans sa résidence...

 

Aux docks, une femme est sur le point de se suicider, désespérée. Cependant, un policier passant par là l'en dissuade.

 

Errante, l'ex suicidaire, nommée Mildred Pierce (Joan Crawford), rencontre une de ses connaissances, Wally Fay (Jack Carson), amoureux d'elle, avec qui elle discute et qu'elle conduit chez elle.

 

Il s'agit de la même maison où l'homme a été abattu...

 

Elle se sauve, laissant Wally Fay seul. Celui-ci découvre le corps...

 

Le-roman-de-Mildred-Pierce---Zachary-Scott.jpg  Zachary Scott

 

Finalement, on apprend qu'il s'agit de Monte Beragon (Zachary Scott), le second mari de Mildred. Mildred Pierce regagne une autre de ses résidences où la police l'attend. Elle est menée au commissariat où elle est tenue de raconter son histoire à l'inspecteur qui est chargé de l'interroger, l'inspecteur Peterson (Moroni Olsen).

 

Le-Roman-de-Mildred-Pierce---Joan-Crawford.jpg

 

Elle revient alors sur sa vie, de son premier mariage à ses efforts pour satisfaire les besoins de sa fille.

 

Quelques années auparavant : Mildred est mariée à Bert Pierce (Bruce Bennett), un agent immobilier sans envergure. Souffrant de la mauvaise situation financière de son mari et découvrant l’infidélité de ce dernier, elle décide de vivre seule avec ses deux filles.

 

L’aînée, Veda (Ann Blyth), est une jeune fille gâtée et snob qui a honte des origines modestes de sa mère. Kay (Jo Ann Marlowe), est un véritable garçon manqué. Pour subvenir aux besoins de sa famille et d'elle-même, Mildred est obligée de travailler en tant que serveuse, chose qu'elle n'ose avouer à Veda. Celle-ci le découvrira malgré tout...

 

Ann Blyth et Zachary Scott  Le roman de Mildred Pierce - Ann Blyth

 

Mildred, harcelée par les insatiables goûts de luxe de Veda décide d’ouvrir un restaurant avec l’aide de Wally Fay , un ami de Bert amoureux de Mildred.

 

Il la présente à un bellâtre aux manières aristocratiques, Monte Beragon, qui lui offre le terrain dont elle a besoin. Sur un plan plus personnel, Monte et Mildred se découvrent des atomes crochus... Kay, la seconde fille de Mildred meurt, victime d'une pneumonie, mais la vie continue pour sa mère et sa sœur aînée : le restaurant ouvre enfin ses portes et devient rapidement prospère.

 

Le-roman-de-Mildred-Pierce---Jack-Carson.jpg Jack Carson


Bert donne son aval pour le divorce qu'il refusait catégoriquement à Mildred jusqu'alors. Cette dernière est bientôt à la tête de toute une chaîne d'établissements et devient également Madame Beragon, en se mariant avec Monte.

 

En même temps, elle prend soin de donner totale satisfaction à Veda qui, bien qu'elle ait tout ce qu'elle désire, en veut toujours à sa mère de s'abaisser à travailler. Une dispute éclatera entre la mère et la fille quand cette dernière défiera toute morale pour obtenir de l'argent; Veda quitte le domicile. Désargentée, elle devient danseuse dans un établissement de Wally Fay mais son père arrive finalement à lui faire retrouver la raison et à la faire retourner vivre chez Mildred et son nouveau mari.

 

 

Le soir de l'anniversaire de Veda, Mildred est absente, contrainte de parler affaire, la situation financière de sa chaîne se dégradant, ceci étant dû au fait que Madame Beragon se voit obliger de prendre l'argent de ses restaurants pour entretenir sa fille.

 

Apprenant que Monte a vendu les parts qu'il possédait sur sa chaîne sans lui en parler, Mildred tente de le joindre à l'anniversaire de Veda, cependant la fête est terminée et il n'est plus là. Se munissant d'une arme, elle se rend alors dans leur autre maison, celle sur la plage, et découvre avec effroi Monte et Veda en train de s'embrasser. Après que Veda ait inventé des boniments sur un futur mariage entre elle et Monte, Mildred se sauve en courant et laisse tomber son arme.

 

Monte Beragon, furieux, hausse la voix et dans la dispute qui s'est instaurée, Veda assassine Monte...

La boucle est bouclée, retour sur le commissariat. Veda a été arrêtée tandis qu'elle tentait de fuir à l'aéroport. Après un dernier au revoir, Veda est entre les mains de la police tandis que Mildred peut vaquer librement à ses occupations.

 

Le-roman-de-Mildred-Pierce---Joan-Crawford-et-Ann--copie-1.jpg Ann Blyth et Joan Crawford

 

Le livre de James Cain, Mildred Pierce, est une peinture sans concession de la petite bourgeoisie américaine. Abandonnée par son mari, Mildred Pierce désire offrir un avenir à ses enfants. Obsédée par l’argent, elle va utiliser les hommes avec une absence d’émotion qui la rend peu sympathique. James Cain lui donne pour seule excuse une volonté inébranlable de réussir qui finit par forcer le respect.

 

Mais le vrai sujet du roman est l’amour, quasi incestueux et exclusif de Mildred pour sa fille Veda, qui la conduira à sa perte.

 

Jerry Wald, suggère d’ouvrir le film sur un meurtre et de raconter l’histoire en flash-back, ce qui n’est pas dans le roman. Il propose à James Cain de travailler lui-même cette idée mais ce dernier refuse. Jerry Wald va faire alors appel à une multitude de scénaristes, 7 au total. Un seul sera crédité au générique : Ranald MacDougall.

 

Jerry Wald cherche avec Le Roman de Mildred Pierce à suivre un courant qui prend de l’ampleur dans les années 40. Le film noir.

Michael Curtiz a bien compris les désirs de son producteur et va donc accentuer les éléments noirs du scénario par le choix d’intérieurs obscurs, d’extérieurs de nuit. Le réalisateur compose sa partition sur les tonalités d’un noir et blanc plus noir que blanc, s’aidant de lumières artificielles aveuglantes qui projettent sur des murs immaculés les ombres terrifiantes, plus grandes que nature, de personnages dont on ne fait, finalement, que deviner la présence. Il réussit également
parfaitement dans les cadrages travaillés.  Parmi lesquels le meurtre de Monte Beragon, grimaçant, celui-ci tombe lentement face à la caméra, des impacts de balles brisent un miroir, puis l’homme, en gros plan, marmonne Mildred avant de mourir.

 

Un exemple qui donne la dimension crépusculaire au film.

 

Le-roman-de-Mildred-Pierce---Anne-Blyth-1.png.Le-roman-de-Mildred-Pierce---Ann-Blyth-2.png

Le-roman-de-Mildred-Pierce---Ann-Blyth-3.png.Le-roman-de-Mildred-Pierce---Ann-Blyth-4.jpg


Ann Blyth


De plus, Michael Curtiz fait de ses personnages d’une grande noirceur, des êtres sans scrupules. Veda, la fille de Mildred, est l’archétype de la femme fatale, celle qui causera la perte du personnage principal : c’est une jeune fille gâtée qui aspire à vivre dans le luxe. Elle est l’incarnation de la perversité derrière un masque d’innocence; elle n’hésitera pas à avoir une aventure avec le mari de sa mère.

 

Les personnages masculins ne sont guère mieux lotis : Monte Beragon et Wally Fay trahiront la confiance que Mildred avait placée en eux.

 

Tout ce petit monde ne vit que pour une chose : l’argent. Seul Bert, son ex-mari, échappe à cette galerie de portraits peu reluisants.

La construction en flash-back renforce le coté mystérieux de l’intrigue, les rapports ambigus entre les différents protagonistes et apporte une certaine force dramatique au film.

 

Les rares moments mélodramatiques, comme la mort de Kay, la cadette des deux filles, ne gênent en rien le plaisir que procure le film qui, par son atmosphère et sa noirceur, est une authentique réussite du film noir.

 


 
 

 

Sources :

http://cinemaclassic.free.fr

http://www.critikat.com - Ophélie Wiel

http://cinema-fanatic.com

http://www.telerama.fr

http://www.dvdclassik.com - Altar Keane

http://www.imdb.com

http://www.allocine.fr

commentaires

Michel Zorba 01/10/2012 18:06


Quel fiim, une vraie merveille. C'est sympa de pouvoir revoir tous ces chefs d'oeuvre via nos échanges respectifs. Un grand merci à Andréa au passage pour sa judicieuse idée ! J'attends avec
grande impatience "la valse dans l'ombre"

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.