Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 23:00

 

Le-temps-d-aimer-et-le-temps-de-mourir---Affiche.jpg 

 
Réalisé par Douglas Sirk


Avec John Gavin, Liselotte Pulver, Jock Mahoney, Don DeFore 

 Dieter Borsche, Keenan Wynn, Erich Maria Remarque,

Barbara Rutting, Dorothea Wieck, Wolf Harnisch, Bengt Lindström

 
Genre Drame, Guerre


Titre original A Time to Love and a Time to Die

 

Production Américaine


Date de sortie 16 janvier 1959

 

Le-temps-d-aimer-et-le-temps-de-mourir-copie-1.jpg-.jpg

 

“Peu importe, Godard, Fuller, moi ou un autre, aucun de nous ne peut arriver à la cheville de Douglas Sirk.

J’ai vu six films de Douglas Sirk.

Parmi eux, il y avait les beaux du monde”


- R. W. Fassbinder, Les films libèrent la tête, L’Arche en  1984.

 

 

Le-temps-d-aimer-et-le-temps-de-mourir---Affiche-copie-1.jpgLe Temps d'aimer et le temps de mourir est souvent considéré par de nombreux cinéphiles comme l'acmé de la période mélodramatique de Douglas Sirk.

 

Le film est adapté de l'oeuvre de l'un des plus grands écrivains post-guerre 14-18 : l'allemand Erich Maria Remarque.

 

Erich Maria Remarque écrivit Un temps pour vivre, un temps pour mourir en 1954, également paru en France sous le titre L'Île d'espérance. Pour la petite histoire, le romancier devint très ami avec Douglas Sirk, si bien que sur la fin de sa vie, il emménagea en Suisse, dans une maison non loin de la sienne.

 

 

 

Presque toutes les oeuvres de Erich Maria Remarque ont été portées à l'écran. Le Temps d'aimer et le temps de mourir est ainsi la huitième adaptation. La première, sans doute la plus célèbre, remonte à 1930, avec A l'Ouest, rien de nouveau réalisé par Lewis Milestone. Signalons également en 1937 l'adaptation de Après par James Whale; celle de Trois camarades en 1938 par Frank Borzage; ou encore, plus étonnant, le Bobby Deerfield de Sydney Pollack: il s'agit en effet d'une adaptation de l'oeuvre Le ciel n'a pas de préférés, publiée en 1961. Erich Maria Remarque participa même à l'écriture du scénario.

 

Le-temps-d-aimer-et-le-temps-de-mourir---Affiche-copie-2.jpgAu moment d'une diffusion télévisée, Patrick Brion écrivait dans Télérama :
"Ce film marque la rencontre bouleversante de Douglas Sirk et d'Erich Maria Remarque, l'auteur de À l'Ouest, rien de nouveau. Une osmose exceptionnelle s'est créée entre Sirk, le romantique, et Remarque, le pacifiste. Le Temps d'aimer et le Temps de mourir constitue l'une des œuvres les plus déchirantes et les plus intenses, sur la folie et l'absurdité de la guerre."

 

"Ce qui m'a intéressé - devait déclarer Douglas Sirk - c'est ce décor de ruines et ces deux amants. Cette histoire d'amour est inhabituelle. C'est un film qui est très proche de mes idées, particulièrement par sa description de la brièveté du bonheur".

 

 

Dans le décor apocalyptique d'une Allemagne qui s'effondre moralement, militairement et physiquement, deux êtres unis par un amour subit vont vivre quelques instants de bonheur.

 

La force de ce film est de ne pas défendre une thèse. Douglas Sirk nous épargne les habituelles théories antimilitaristes. Pourtant, nous sommes extraordinairement concernés par cette guerre, machine folle qui broie tout. Remarquablement joué et dirigé, avec la tendresse d'un grand auteur, Le Temps de vivre et le Temps de mourir est une œuvre belle et douloureuse, à ne pas manquer.

 

A-Time-to-Love-and-a-Time-to-Die.jpg

 

Dans le numéro d'avril 1959 des Cahiers du Cinéma, Jean-Luc Godard écrivit une lettre enflammée à Douglas Sirk, expliquant que son adaptation de l'oeuvre Erich Maria Remarque était son film préféré dans sa filmographie.


A-Time-to-Love-and-a-Time-to-Die---Liselotte-Pulver-et-John.jpg

 

Synopsis


Revenant du front russe en 1944 pour trois semaines de permission, Ernst Graeber (John Gavin) trouve sa ville en ruines et sa maison enfouie sous les décombres. Alors qu'il est à la recherche de ses parents disparus, il rencontre Elizabeth Kruse (Liselotte Pulver), fille du médecin de la famille. Ce dernier a été envoyé dans un camp de concentration. Ernst et Elizabeth sont immédiatement attirés l'un par l'autre.

 

Durant ces trois semaines, ils vont connaître un bonheur précaire au milieu des bombardements, dans un monde qui agonise. Ils se marient et trouvent un havre provisoire de paix.

 

A-Time-to-Love-and-a-Time-to-Die-copie-1.jpg

 

Les circonstances extrêmes provoquent ce sentiment de tendresse douloureuse partagée par les amants dans leurs rares moments de bonheur. Seules les choses condamnées peuvent être si douloureusement tendre.

 

Le-temps-d-aimer-et-le-temps-de-mourir.jpg


Ernst va de désillusion en désillusion et découvre les "réalités" du régime nazi au cours de diverses rencontres. Il apprend que ses parents se sont réfugiés à la campagne. Mais le père d'Elizabeth est mort et ses cendres sont remises à sa fille.

 

Le-temps-d-aimer-et-le-temps-de-mourir-copie-2.jpg

 

Le rêve s'achève : Ernst doit regagner le front russe. Il rejoint son régiment en retraite. Lorsqu'il reçoit l'ordre d'abattre de sang-froid des partisans russes, il refuse et tue le nazi fanatique qui le menaçait. Il libère les prisonniers et s'éloigne, lisant la lettre d'Elizabeth qu'il vient de recevoir.

 

Il est abattu par un partisan. Ernst s'écroule, la lettre flotte sur l'eau d'une mare.

 

Le-temps-d-aimer-et-le-temps-de-mourir-copie-1.jpg


L'arbre précocement en fleur de par sa proximité avec l'incendie. La mort de Ernst un jour de printemps font partie des images les plus ironiques de Douglas Sirk. Non pas qu'elles introduisent une distance mais plutot qu'elle donnent cette impression que jamais rien n'est certain ni du malheur, ni du bonheur. L'impression de menace provient aussi de ce que  Douglas Sirk reconnaît avoir appris de Dreyer : faire durer les plans et utiliser un montage "hésitant" multipliant les angles et les mouvements d'appareils.
 
Douglas Sirk tourna son film en Allemagne, en un temps où de nombreux cinéastes exilés aux États-Unis revenaient en Europe. Mais pour Douglas Sirk, l'une de ses motivations était familiale : le cinéaste était hanté par le sort tragique de son fils, né d'un premier mariage. Sa première femme était une militante nazie et avait embrigadé son fils en partie par vengeance envers Douglas Sirk dont la seconde femme était d'origine juive. Le fils de Douglas Sirk a probablement été tué sur le front russe au printemps 1944.

 

A-Time-to-Love-and-a-Time-to-Die-copie-2.jpg

 

John Gavin et Erich Maria Remarque

 

Ainsi, le film semble hanté par ce que Douglas Sirk imagine être les dernières semaines de son fils. 
 

Le titre d'un film est comme le prologue d'un drame disait Douglas Sirk qui a beaucoup insisté pour le changement de "vivre" en "aimer". Le temps de vivre et le temps de mourir, titre du roman de Erich Maria Remarque.

Il ainsi souhaité que l’enjeu du film s'inscrive dans une thématique qui lui est chère, celle de l’amour impossible soumis aux vicissitudes d’un milieu qui n’a que faire des individus.

 

Les soldats allemands, pour une fois "héros" du film, sont soigneusement caractérisés, et le réalisateur scrute la peur et la difficulté de faire son devoir avec une acuité glaçante. Le Front, univers froid, dominé par les blancs gris et verts, n’a pas d’horizon, chaque arrière plan est saturé de bâtiments dévastés aux angles acérés, dessinant l’état d’esprit torturé des soldats. Le même traitement est fait à Berlin, ville en ruine dévastée par les bombardements, et on reste estomaqué par l’impressionnante reconstitution de la ville.

 

Le-temps-d-amier-le-temps-de-mourir.jpg

 

Entremêlant le parcours impossible des amants, leur difficulté à exister ensemble, et la destruction imminente de leurs pays, le réalisateur exprime mieux que jamais cette peur du lendemain dans un récit précipité par la conscience aiguë de l’après guerre, qui sera aussi douloureux que le présent. La maitrise de l’espace, le génie de certains panoramiques et la flamboyance du cinémascope nous rappellent que c’est bien un film hollywoodien, mais habité d’un supplément d’âme, une capacité à faire art de la folie des sentiments et de la démesure, une œuvre d’une beauté folle. Si Douglas Sirk, exilé au moment de la guerre, n’a pas effectivement vécu le conflit en Allemagne, c’est de son pays qu’il peint les traits brouillés, ce pays "qui doit perdre la guerre pour retrouver son âme", et on perçoit de bout en bout ce lien intime entre le réalisateur et son sujet.

 

Le-temps-d-aimer-le-temps-de-mourir.jpg


Rien n’est anodin dans cette œuvre magistrale et plus personnelle qu’il n’y parait, jusqu’à la maison où se réfugie le couple avant de se séparer, qui a des allures de maisons de poupée expressionniste, un cocon plein d’angles et de recoins peuplés d’ombres étranges mais protectrices, où le couple, las, choisit de s’aimer une dernière fois.

 

Douglas Sirk pense qu'il a été trop explicite. Il aurait aimé supprimer la scène du bûcher sur le piano. Dans la critique sociale il ne faut pas être trop explicite et dans un film sur le nazisme, il faut peut-être l'être encore moins.

 

Le-temps-d-aimer--le-temps-de-mourir.jpg

 

Douglas Sirk n'a laissé le titre original qu'à l'Allemagne patrie de Erich Maria Remarque.

 

Pour Douglas Sirk, la dénonciation du nazisme devait laisser le pas à l'histoire d'amour. Dans ses entretiens avec Jon Hallyday, Douglas Sirk  se déclarera ravi que Godard ait fait du changement de titre la base de son article dans les cahiers du cinéma.


Douglas Sirk comme Erich Maria Remarque ont été très déçus que le film ait été pris comme politique. Il a été refusé par l'Union Soviétique car ce sont des partisans qui abattent le bon allemand. 


De même, Israël refusa de diffuser le film sur son territoire.

 
Malade, Douglas Sirk n'a pas pu terminer le montage de son film. C'est donc Robert Arthur  producteur du film, qui s'en est chargé, selon l'architecture et les consignes du cinéaste.
 
De nombreux acteurs et actrices allemands jouent dans le film, Dieter Borsche, Barbara Rutting, Dorothea Wieck, Wolf Harnisch, Bengt Lindström...


Mais le cinéaste souhaitait que ces derniers ne soient pas ou peu doublés : la majorité d'entre eux parlent donc anglais dans le film.

 

 

Sources :

http://www.cineclubdecaen.com

http://www.allocine.fr

http://www.imdb.com

http://www.dvdbeaver.com

http://www.moviemail-online.co.uk

http://www.iletaitunefoislecinema.com

http://ilestcinqheures.wordpress.com

commentaires

dasola 13/06/2012 16:07


Pour répondre à Charlus80, comment ça, John Gavin, copie pâlichonne de Rock Hudson?!!! Je ne suis pas d'accord. Il était aussi très bien dans Imitation of Life (Mirage de la vie). Sinon, ce film,
Le temps d'aimer et le temps de mourir est un mélo comme on n'en fait plus. Merci Alain, de l'avoir évoqué.Bonne après-midi.

Ciné Alain 13/06/2012 19:11



Bonsoir Dasola,  je trouve  également que Charlus est un peu sévère avec John Gavin. J'ai revu très récemment, Imitation of Life et bien entendu Le temps d'aimer et le temps de mourir,
avec le même plaisir et une émotion intacte. Je n'en ai pas honte. Bien au contraire. Je viens de commencer, dans un autre genre "Tout le monde n'a pas le destin de Kate Middleton", ça commence
fort ! Bonne soirée à toi.



Johane 10/06/2012 19:50


je me souviens de ce film avec une immense émotion

Ciné Alain 13/06/2012 19:12



et moi donc ... je l'ai revu un jour de pluie et l'émotion est restée la même.



charlus80 09/06/2012 11:58


Que de larmes, que de sanglots que je lui dois, et même encore aujourd'hui les yeux humides pour certaines scènes d'Imitation of life ou le temps d'aimer.


De plus il a magnifié Rock Hudson et sa copie un peu palichonne john Gavin

Ciné Alain 10/06/2012 19:36



Idem pour moi. Des films dont je ne me lasse pas. Tout comme Rock Hudson bien entendu. John Gavin un copie palichonne ? Je suis sévère et tout aussi attiré.



 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.