Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 00:00

Date de sortie 27 mars 2013

 

Les-amants-passagers---Affiche.gif


Réalisé par Pedro Almodóvar


Avec Antonio de la Torre, Hugo Silva, Miguel Ángel Silvestre,

Javier Cámara, Carlos Areces, Raúl Arévalo, José Maria Yazpik,

Lola Dueñas, José Luis Torrijo, Cecilia Roth, Carmen Machi
Guillermo Toledo, Paz Vega, Blanca Suárez

Antonio Banderas, Penélope Cruz

 

Titre original Los amantes pasajeros


Genre Comédie, Drame


Production Espagnole

 

Los-amantes-pasajeros-1.gif

 

Synopsis

 

Le vol PE 2549 de la compagnie Península décolle de l'aéroport de Barajas en milieu d'après-midi. Une heure et demie plus tard, on voit que tous les passagers de la classe économique se sont mystérieusement endormis et que ceux de la classe affaires sont tendus parce qu'ils pressentent qu'il va se passer quelque chose.

 

Il se passe en effet plusieurs choses, mais l'équipage a ordre de ne rien dire. Le soir, l'avion atterrit de façon imprévue dans un aéroport fantôme construit au coeur de la plaine de La Mancha, à la grande surprise des lapins qui sautillent sur les pistes. Tous les passagers ont avalé une sorte d'élixir. Ceux de la classe économique ont été drogués avec des anxiolytiques, sur ordre des pilotes, pour éviter toute protestation de cette classe majoritaire.

Quant aux passagers de la classe affaires, on les drogue en leur faisant boire un cocktail typique des années 80, "l'Agua de Valencia" composé de champagne, vodka et jus d'orange, mélangé à une bonne dose de mescaline synthétique. Ce mélange rend les gens plus sociables, les désinhibe et les excite sexuellement.

 

Les-amants-passagers---Hugo-Silva--Raul-Arevalo--Antonio-.gif

 

Hugo Silva, Raúl Arévalo et Antonio de la Torre

 

Des personnages hauts en couleurs pensent vivre leurs dernières heures à bord d’un avion à destination de Mexico.


Une panne technique, sorte de négligence justifiée, même si cela semble contradictoire; mais, après tout, les actes humains le sont, met en danger la vie des personnes qui voyagent sur le vol. Les pilotes s'efforcent de trouver une solution avec le personnel de la tour de contrôle. Le chef de la cabine et les stewards sont des personnages atypiques et baroques, qui, face au danger, tentent d'oublier leur propre désarroi et se donnent corps et âme pour que le voyage soit le plus agréable possible aux passagers, en attendant que la solution au problème soit trouvée. La vie dans les nuages est aussi compliquée que sur terre, pour les mêmes raisons, qui se résument à deux mots : "sexe" et "mort".

 

Los-amantes-pasajeros---Hugo-Silva--Javier-Camara-et-Anton.gif


Hugo Silva, Raúl Arévalo et Antonio de la Torre


Les passagers de la classe affaire se composent, entre autres :  d'un couple de jeunes mariés, issus d'une cité, lessivés par la fête du mariage; un financier escroc, dénué de scrupules, affligé après avoir été abandonné par sa fille; un don juan invétéré qui a mauvaise conscience et qui essaie de dire au revoir à l'une de ses maîtresses; une voyante provinciale; une reine de la presse du cœur et un Mexicain qui détient un grand secret. Chacun d'eux a un projet de travail ou de fuite à Mexico. Ils ont tous un secret, pas seulement le Mexicain.


La vulnérabilité face au danger provoque une catharsis générale, aussi bien chez les passagers qu'au sein de l'équipage. Cette catharsis devient le meilleur moyen d’échapper à l’idée de la mort. Sur fond de comédie débridée et morale, tous ces personnages passent le temps en faisant des aveux sensationnels qui les aident à oublier l’angoisse du moment.

 

Los-amantes-pasajeros-1--Jose-Maria-Yazpik-et-Cecilia-Roth.gif

 

José Maria Yazpik et Cecilia Roth

 

À l'instar du fil d'Ariane qui permet à Thésée de ne pas s'égarer dans le labyrinthe du redoutable Minotaure, le destin tend un fil imprévisible entre les passagers et d'autres personnages restés au sol, ou d'autres passagers de ce même vol.

 

Ce fil, téléphonique et fortuit, relie le triangle formé par Guillermo Toledo, Paz Vega et Blanca Suárez, deux ex-maîtresses abandonnées par le même don juan, Ricardo Galán (Guillermo Toledo). Et c'est toujours ce fil qui conduit Ruth (Blanca Suárez) à l'aéroport de La Mancha pour mettre fin à son histoire avec Ricardo Galán et lui remettre une valise remplie de souvenirs cassés.

 

C'est grâce à ce même fil extraordinaire que la maître chanteuse de luxe, interprétée par Cecilia Roth, se retrouve dans l'avion avec le tueur à gages qui compte l'éliminer à leur arrivée à Mexico. L'hippodrome est le labyrinthe mythologique que parcourt maintes et maintes fois l'avion qui transporte les amants passagers, et l'aéroport fantôme de La Mancha devient la destination naturelle de ce vol fantomatique.


Pedro-Almodovar.gifLos amantes pasajeros, comédie que son créateur, Pedro Almodóvar, qualifie d'"irréaliste et métaphorique", peut être perçue comme une métaphore de l'état de la société espagnole à l'heure actuelle : l'avion, qui tourne en rond dans son espace d'attente aérien, risquant l'accident, peut aisément être mis en parallèle avec la situation de l'Espagne.

 

Concernant le mélange champagne, vodka, mescaline et jus d'orange ingurgité par les passagers de la Classe Affaire Pedro Almodóvar précise : "Tout en rappelant et en glorifiant l’une des périodes de grande liberté en Espagne, les années 80, le cocktail fait référence à l’élixir que boivent certains personnages dans la littérature classique, qui déclenche des comportements extraordinaires, inconcevables autrement"

Pedro Almodóvar confie s'être inspiré, lorsqu'il a écrit le scénario de Los amantes pasajeros, de l'esprit de la screwball comedy des années 1930-1940. Ce terme désigne la comédie "loufoque". De ce parti pris de base, la comédie s'est teintée d'un certain aspect moral, dans le sens où, comme le souligne le metteur en scène, "tous les personnages apprennent quelque chose sur eux-mêmes et sont moins disposés à se mentir ou à mentir aux autres."

La parole est salvatrice, et cathartique, pour tous les personnages. Ceux-ci sont coupés du reste du monde, si l'on exclut le seul téléphone qui fonctionne. Plusieurs monologues rythment le film. La parole est "le fil d’Ariane, la parole face au Minotaure, qui représente le vide, la peur, l’incertitude et la mort", indique Pedro Almodóvar, faisant référence au mythe grec de Thésée.

Le réalisateur a choisi de montrer les écrans sur les parois de l'avion à sa manière : lors de l'un des monologues, le personnage interprété par Javier Cámara raconte une expérience traumatisante, inspirée par ailleurs d'un fait divers véritable, en étant placé au milieu d'un des écrans noirs qui se situe derrière lui, rapprochement direct entre le monologue dans sa dimension thérapeutique et la télévision, qui sont souvent directement liés dans la société contemporaine.

 

Los-amantes-pasajeros.gifIl s'est avéré impossible pour l'équipe du film de tourner dans un aéroport en activité, pour des raisons de sécurité.  "L'une des difficultés auxquelles nous étions confrontés pour le tournage était l'impossibilité, pour des raisons de sécurité, de tourner dans un aéroport en activité. Mais nous avons eu la chance de trouver la piste d'atterrissage la plus longue jamais construite en Espagne, complètement vide. Nous avions à notre disposition non seulement une piste, mais toutes les installations d'un aéroport, l'un des dix-­sept aéroports espagnols dépourvus d'utilité et de sens, selon la ministre du Développement. Dans la fiction, c'est l'aéroport de La Mancha. Les vastes espaces à l'intérieur du véritable aéroport, déserts, fantomatiques, sont la parfaite métaphore du vol fantomatique PE 2549, un vol sans destination qui, après avoir fait vivre plusieurs vicissitudes aux personnages, les ramène dans leur présent, un présent inéluctable.", explique Pedro Almodóvar.


L'histoire se déroule dans un espace abstrait, en perpétuel changement mais toujours égal à lui-­‐même, un espace céleste qu'on appelle "hippodrome" dans le jargon de l'aviation, en l'occurrence une ellipse qui se trouve à cinq mille mètres d'altitude au-­dessus de Tolède. Voler dans cet "hippodrome", c'est le sort des avions en détresse qui attendent qu'on leur attribue une piste d'atterrissage d'urgence : c'est le cas du vol PE 2549. On peut passer des heures à tourner en rond dans cette ellipse. Généralement, le temps d'attente pour trouver une piste d'atterrissage est limité à deux heures, mais  Los amantes pasajeros n'ont pas de chance : à Madrid, l'espace aérien est bloqué à cause d'un sommet sur la sécurité organisé par l'ONU; à Valence a lieu la finale du championnat de formule 1; à Séville se déroule le championnat mondial de motocyclisme, etc. Le pays traverse peut-­‐être une grave crise économique, une expression qui, volontairement, n'est jamais prononcée dans le film, mais tous ses aéroports sont saturés à cause d'événements ludiques, sportifs ou de haute sécurité internationale. Il n'y a aucune piste de libre. L'Espagne est le centre du monde.

 

Mais il existe d'autres types d'aéroports, fruits de l'union entre la mégalomanie politique et l'absence de scrupules du secteur financier, des constructions parfois pharaoniques et complètement inutiles. Le film ne parle pas de ça, même si l'un des personnages, le financier Más, fuit le scandale de détournement de fonds de la caisse d'épargne dont il est président.  Le récit se déroule principalement dans un lieu hypnotique et labyrinthique : le ciel au-dessus de Tolède. L'avion n'arrête pas de tourner en rond : il n'est pas difficile d'y voir une métaphore de la société espagnole, dirigée par le gouvernement actuel. Elle traverse une situation à risque et est forcée de faire un atterrissage d'urgence, sans savoir quand ni où il va avoir lieu. Depuis la fin du tournage, la valeur métaphorique du film n'a fait qu'augmenter avec les derniers événements qui secouent la classe politique et les institutions espagnoles.

 

Los Amantes Pasajeros - Paz VegaLe tournage a eu lieu du 8 juillet au 12 septembre 2012 à Barajas où ont été prises certaines vues extérieures, d'un A330. À Madrid également, une séquence met ainsi en scène Paz Vega sur le viaduc de Ségovie, connu comme le "pont des suicidaires", qui apparaissait déjà dans Matador et  Étreintes brisées. Pour filmer les scènes d'extérieur, l'équipe de production d'El Deseo, la compagnie fondée par Pedro Almodóvar, a jeté son dévolu sur les pistes d'atterrissage de Ciudad Real. L'aéroport abrite l'une des plus grandes pistes d'Europe, d'une longueur de 4 200 mètres. Et l'équipe de tournage n'a perturbé les vols d'aucune compagnie aérienne puisque l'aéroport n'a vu décoller qu'une poignée d'appareils depuis son inauguration en 2010.  La coquille d'un Airbus A340 a été importée d'Allemagne et remontée pièce par pièce pour les besoins du tournage.

 
Avec Los amantes pasajeros, c'est la toute première fois que Pedro Almodóvar réalise un film avec des caméras numériques. Afin d'éviter de se retrouver avec une image trop inexpressive et trop lisse, le cinéaste a choisi de travailler avec un directeur de la photographie ayant une grande expérience de l'analogique : José Luis Alcaine.

 
Comme le rappelle le réalisateur, "La comédie admet tous types d'exagérations et de licences mais, aussi farfelue soit-­elle, elle est soumise à des règles strictes. Tout n'est pas permis, bien au contraire, la comédie est le genre qui demande le plus de précision et de rigueur. Depuis le début, j'ai voulu éviter la tentation des décors asiatiques kitsch ou trop pop, qui nous ont tant plu quand on les a découverts pendant le processus de documentation. Mais le fait est que la plupart des intérieurs d'avion sont neutres, voire laids. Dans le film, 80 % de l'action se déroule dans un avion. Cet intérieur est le décor principal, il fallait donc inventer une identité visuelle pour la compagnie Península : les uniformes de l'équipage, la moquette et bien sûr les sièges, qui sont au premier plan avec les acteurs principaux. Il était donc important que le décor ne soit pas farfelu, mais normal, photogénique et surtout pas ennuyeux. Nous avons soigné les couleurs du siège de la classe affaires comme si c'était la vedette du film.", et il a donc fallu, concernant le décor, éviter de tomber dans le kitsch. Pedro Almodóvar révèle aussi s'être beaucoup inspiré du traitement hitchcockien des couleurs. En effet, selon ses dires : "Le maître du suspense était aussi un maître de la couleur."

 

Dans Los amantes pasajeros, l'évacuation se fait sur un nuage de mousse blanche d'où se dégage un halo vaporeux, métaphore, là aussi, de cet endroit intermédiaire entre le ciel et la terre, la vie et la mort, le mensonge et la vérité, la peur et la force de l'âme.

 

Les acteurs sont toujours le plus important, encore plus dans une comédie. Le tempo d'une comédie ne peut s'apprendre ni s'enseigner, il n'y a pas de technique particulière : on l'a ou on ne l'a pas. Les membres du casting pléthorique de  Los amantes pasajeros possèdent ce tempo. Comme le démontrait il y a quelques mois une autre comédie chorale, Una pistola en cada mano de Cesc Gay, les acteurs espagnols actuels ont atteint un niveau extraordinaire. Pendant le tournage, je me suis senti comme devait se sentir Berlanga dans les années 50 et 60, lorsqu'il était entouré d'acteurs géniaux de tout genre et de tout âge.

 

Los-amantes-pasajeros--1.gif

 
Los amantes pasajeros témoigne des multiples collaborations entre Pedro Almodóvar et ses acteurs : ainsi, Javier Cámara en est à son troisième film sous la direction du réalisateur, après Parle avec elle et La Mauvaise éducation.

 

Tout comme Lola Dueñas, que l'on vue dans les précédents Parle avec elle, Volver et Étreintes brisées

 

Quant à Carmen Machi elle joue pour la quatrième fois dans un film du cinéaste espagnol après Parle avec elle, Étreintes brisées, La piel que habito.


Cecilia Roth déjà présente dans Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier, Le Labyrinthe des passions, Dans les ténèbres, Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ?, Tout sur ma mère, et Parle avec elle compte ici sa septième participation.

 

Penélope Cruz, après En chair et en os, Tout sur ma mère, Volver, Étreintes brisées en est à sa cinquième collaboration.

 

Pour Antonio Banderas, après Labyrinthe des passions, Matador, La Loi du désir, Femmes au bord de la crise de nerfs, Attache-moi ! et La piel que habito il compte également sept films avec le réalisateur.


Malgré leurs nombreuses collaborations respectives avec le réalisateur espagnol, c'est la première fois que Penélope Cruz et Antonio Banderas jouent ensemble dans l'un de ses films. C'est même la première fois que les deux vedettes sont réunies à l'écran !

 

Pedro-Almodovar--Penelope-Cruz-et-Antonio-Banderas-1.gif

 

 Pedro Almodóvar, Penélope Cruz et Antonio Banderas


La musique, qui ponctue chaque moment clé de la comédie, occupe une place décisive dans Los amantes pasajeros. La musique originale a été composée par Alberto Iglesias, qui travaille avec Pedro Almodóvar depuis une vingtaine d'années, depuis le film La Fleur de mon secret, en 1995. Pour ce qui est des musiques additionnelles, les goûts du metteur en scène se sont portés sur les Pointer Sisters, le groupe anglais Metronomy, ou encore, choix tarantinien, de l'aveu même du réalisateur, sur un "rythme endiablé" de Django Django.
   
C'est le dessinateur Mariscal qui a imaginé le générique animé de Los amantes pasajeros, ainsi que l'identité esthétique de la compagnie aérienne du film, Península.

 


 

 

Sources :

http://www.cinebel.be

http://www.cinemovies.fr

http://www.imdb.com

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2013
commenter cet article

commentaires

chris 31/03/2013 22:33


j'ai beaucoup ri en lisant ta critique. Et je te trouve même généreux. Tout en aimant Almodovar, et quelque soit le degré à prendre ce film est d'un ennui total et une minie imposture

Yuko 27/03/2013 12:42


J'ai un peu peur des derniers films d'Almodovar... J'ai moyennement apprécié "la piel que habito" :) l'avez-vous vu ?

armelle 27/03/2013 12:00


Je n'aime pas tous les Almodovar mais dans l'ensemble ce réalisateur m'intéresse et me surprend. L'originalité de ce dernier sujet est sûrement une source de trouvailles et de symboles. S'il
passe dans ma région, j'irai sûrement le voir. Toujours pas pu assister à la projection de "Madgda", je ne sais si c'est bien orthographié. Ce que je regrette car c'était le film qui avait retenu
mon attention. En ce moment, je suis très prise par la publication de mon prochain roman. Relecture avant le bon à tirer. Je m'en acquitte aujourd'hui et demain. J'ai le trac en pensant à sa
sortie...


Bonne journée Alain. Je ne manquerai pas vendredi soir de regarder "Le métis de Dieu".

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.