Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 23:00

 

  The Misfits  est le dernier film de Marilyn Monroe

 

Les désaxés - Affiche

 

 

 

Réalisé par John Huston


Avec Clark Gable, Marilyn Monroe, Montgomery Clift,

Eli Wallach, Thelma Ritter, James Barton,

Estelle Winwood, Kevin Mac Carthy


Genre Drame


Titre original The Misfits

 

Production Américaine - 1960

 

C’est un cliché vérifié pour toute forme d’art, et d’autant plus pour le cinéma, dont le rapport au monde est si fort : les œuvres les plus vraies, les plus puissantes émotionnellement sont celles qui viennent directement des tripes de l’artiste, celles pour lesquelles il donne son âme quitte à la dévoiler publiquement. Le scénariste des Désaxés, le dramaturge Arthur Miller , écrivit le film comme un cadeau d’adieu empoisonné à sa femme, Marilyn Monroe, dont il divorçait. Il voulut transmettre son sentiment d’échec et la terrible solitude qui l’accompagne, sans fioritures ni symbolismes, des émotions tellement universelles que tout ceux qui participèrent à ce chant funèbre, comédiens, réalisateur, y trouvèrent quelque chose qui leur appartenait également. Les Désaxés est l’une de ces expériences troublantes de cinéma, où les apparences font douloureusement écho à la réalité.

 

 

The Misfits est l'un des films les plus célèbres de John Huston. Par son casting, tout d'abord, et les circonstances du tournage : l'assistance médicale prodiguée 24h/24h aux principaux acteurs, les disputes incessantes entre Clark Gable et Marilyn Monroe, qui tournaient là leur dernier film.

 

Les-desaxes---Marilyn-Monroe.jpg

 

Marilyn Monroe

Synopsis

 

Reno, capitale du divorce, constitue l’autre côté du miroir de sa flamboyante voisine Las Vegas : c’est un point de non-retour, où tout s’achève, où l’on jette les alliances d’un bonheur lointain dans une rivière à moitié asséchée, où l’on se saoule dans des bars miteux avant de se jeter dans le désert ou dans l’arène du rodéo pour y trouver l’oubli d’une mort symbolique. Reno, capitale de la mort : dans les années 1960, la glorieuse épopée de l’Ouest américain est un chapitre clos. Ceux qui s’y raccrochent sont des cow-boys désabusés, témoins d’un autre temps, incapables de s’adapter aux restes piteux de leur nostalgie et de leur liberté passée.

 

À Reno donc, dans l'état du Nevada, Roslyn Tabor (Marilyn Monroe) divorce d'avec son mari Raymond (Kevin Mccarthy). Isabelle Steers (Thelma Ritter), sa vieille amie, la présente à deux hommes rencontrés par hasard à Reno.

 

Les désaxés - Eli Wallach et Marilyn Monroe Eli Wallach et Marilyn Monroe

 

Le garagiste Guido (Eli Wallach), ancien aviateur vit dans le souvenir de son expérience de soldat et de meurtrier pendant la guerre, aujourd'hui veuf il reste très affecté par la mort de sa femme.

 

Gay Langland (Clark Gable) cow-boy grisonnant, homme à femmes, n’a plus de contact avec ses deux enfants et ne comprend pas le monde qui change autour de lui.

 

Clark Gable et Marilyn Monroe Les-Desaxes---Marilyn-Monroe-et-Clark-Gable.jpg

 

Ensemble, ils vont fêter le divorce de Roselyn. Une idylle naît bientôt entre la jeune femme et Gay. Le couple s'installe pour quelque temps dans la maison inachevée de Guido.

 
Caractère ombrageux et indépendant, Gay Langlad projette de capturer un troupeaux de cheveaux sauvages. Il fera équipe avec Guido et Perce Howland (Montgomery Clift). Ce dernier a perdu son père; ne parvenant pas à renouer avec sa mère, remariée, il traîne son corps endolori et son visage défiguré de rodéos en rodéos.

 

Les-Desaxes---Montgomery-Clift.jpg

 

Montgomery Clift

 

La nuit qui précède la chasse donne l'occasion à chacun de dévoiler son vrai visage...

 

Bientôt, l'arrivée de cette étrange femme-enfant va provoquer des tensions entre les deux hommes, accrues par l'entrée en scène du séduisant Perce, qui sillonne le Nevada, de rodéos en rodéos. Leur rivalité et leur incommunicabilité vont éclater lors d'une dramatique expédition dans les montagnes, à la recherche de pur-sangs à capturer...

 

Apprenant qu'une fois capturés, le chevaux seront abattus et transformés en nourriture pour chiens, Roslyn tente de faire revenir Langlad sur sa décision. Il refuse tout net. Plus tard, elle supplie Perce de relâcher les chevaux captifs. Perce y consent. Langlad, furieux, rattrape, au terme d'une poursuite échevellée, le cheval qui est le guide du troupeau. Puis, la preuve étant faite qu'il est le chef et qu'il entend d'être obéi, il rend la liberté à l'animal.
Sur le plan financier, l'affaire se solde vers un fiasco; les trois hommes se séparent, chacun plus riche d'une expérience.

Langlad et Roslyn qui ont appris à s'estimer décident de faire leur vie ensemble.

 

Les-Desaxes.jpg

    
On pourrait s'étonner du fait que Les Désaxés, tourné en 1960, soit en noir et blanc. Ce film crépusculaire, délibérément tourné en noir et blanc, n’est pas à proprement parler un western, John Huston évoque néanmoins, à travers certains costumes et paysages, la fin d’un genre qui entame précisément à cette période son déclin.

 

Le décor du film parle de lui-même : ambiances nocturnes, rodéos de bon marché, déserts arides et infinis, maison inachevée, silhouettes humaines sans émotion, omme ce grand-père qui traîne un jeune enfant déguisé en cow-boy de bar en bar, refusant de voir qu’il n’y est pas à sa place. Les désaxés ne savent pas où aller, ni avec qui : tout juste divorcée, Roslyn suit les premiers venus sur son chemin, n’importe où, n’importe quand, avec cette confiance aveugle de la femme seule qui cherche une famille, qui veut s’arrêter d’errer. Les errements pourtant ne sont pas finis, car Roslyn s’attache à ceux qui lui ressemblent, donne son affection caressante à ceux qui sont encore plus meurtris qu’elle, dans un élan maternel qui ne sert qu’à dissimuler sa propre solitude. Sans autre but dans la vie que de trouver une échappatoire à leur vie brisée, Les désaxés tentent d’aller toujours plus loin, pour s’apercevoir qu’ils ne font que tourner en rond.

 

Les-Desaxes---Marilyn-Monroe-et-Clark-Gable-copie-1.jpg Marilyn Monroe et Clark Gable

 

Marilyn Monroe trouve dans ce film un rôle du dernier souffle, en femme fragile abandonnée, son interprétation se révèle être d'une puissance émotionnelle incroyable. La star est loin de ses premiers rôles de fille naïve et étourdie, enfant qui s'éveille doucement au monde, ici la naïveté est blessée, bafouée.  Marilyn Monroe prend une autre dimension dans ce récit de désolation et de manque d'amour, elle y mêle une impressionnante qualité de comédienne dramatique. Elle cherche une figure tutélaire, comme une ramification à son identité, mais elle ne trouve qu'un arbre à enlacer, dans une scène où le pathétique se mêle au poétique. Les hommes n'ont pas le bon rôle dans ce film, tueur de chevaux, repères chancelants, briseurs de liberté, Roselyne leurs apportera pourtant toute sa grâce et sa gentillesse, jusqu'à ce que la bonté soit elle aussi malmenée. Dans le sourire fragile de Roslyn, il y a la petite lueur d’espoir du film, celle à laquelle les trois hommes s’accrochent en développant chacun à leur tour une relation particulière avec cette femme qui semble concrétiser leur rêve pour Guido, celui de la passion amoureuse; pour Perce, celui de la mère, et pour Gay, celui de l’épouse.

 

Les-Desaxes---Montgomery-Clift-et-Marilyn-Monroe.jpg

 

Montgomery Clift et Marilyn Monroe

 

Mais dans la gaieté forcée de Roslyn, il y a une peur panique de la mort, qui éclate dans cette splendide scène où elle hurle, petite chose au milieu du désert, sa haine des trois hommes partis à la recherche de chevaux pour les tuer. Elle qui a tant besoin de croire en la vie ne rencontre sur son chemin que des hommes qui l’entraînent vers la mort : c’est pourtant elle qui vaincra au final, victoire amère puisqu’elle signifie pour les hommes l’abandon de ce en quoi ils avaient toujours cru.

 

Roselyne crie sa détresse et s'époumone, on ne peut s'empécher de penser à Marilyn et à son combat contre elle même et contre les fous qui ne voyait en elle que de la chair docile. L'étoile vacille comme une bougie, triste lueur, consumée par la peine et la douleur. Ici Marilyn Monroe est criante de vérité, déchirante , touchante, pathétique et fragile, belle et fanée. 

 

Pour retrouver toute la filmographie de Marilyn ... Cliquez ICI !

 

Le mythe des Désaxés tient à aussi à sa valeur de chant du cygne prémonitoire. Il y a à l’évidence une atmosphère mortifère dans le jeu fantomatique de Montgomery Clift, qui n’est plus que l’ombre de lui-même. Ainsi la scène où il tente de faire croire que les traces de son visage ravagé ont disparu. Ou dans la façon dont Clark Gable rappelle que vingt ans auparavant, il était le "roi d’Hollywood" par le biais de son personnage refusant de vieillir. En voulant exécuter lui-même la scène où le cow-boy Gay s’accroche à la corde attachée au cheval qu’il veut maîtriser, et se laisse ainsi traîner sur plusieurs mètres, Clark Gable cherchait aussi à s’accrocher à la vie, mais la lutte était aussi inégale que celle menée par son personnage.

 

Les-desaxes---Montgomery-Clift--Marilyn-Monroe-et-Clark-G.jpg

 

Montgomery Clift, Marilyn Monroe et Clark Gable

 

Souvent qualifié de film crépusculaire, Les Désaxés ne porta pas chance à ses interprètes. Pour les trois principaux acteurs, ce film fut en effet le dernier : Clark Gable mourut d'une crise cardiaque deux jours après la fin du tournage du film; Marilyn Monroe disparut un an après la sortie du film; Montgomery Clift, enfin, fut lui aussi emporté par une crise cardiaque quatre ans plus tard.


À la vue du premier montage du film, la société de production, United Artists, émit le souhait de plusieurs retouches. Si cette demande ne rencontra pas d'opposition de la part de John Huston, Frank E. Taylor et Arthur Miller, elle ne fut en revanche pas du goût de Clark Gable, qui disposait d'un droit de regard sur le script. United Artists obtint cependant un certain nombre de concessions : un plan montrant un sein de Marilyn Monroe disparut ainsi du montage définitif.

 

Le dernier jour de tournage, Clark Gable déclara à propos de sa partenaire féminine : "Christ, I'm glad this picture's finished. She damn near gave me a heart attack."

 

Les Désaxés marque surtout par sa violence, son désespoir, qui en font, avec Sunset Boulevard, l'une des plus sombres diatribes contre le rêve américain.

 

À travers le portrait de ces paumés qui ne parviennent pas à entrer dans le moule, John Huston dresse un réquisitoire amer contre une nation qui a dévoyé tous ses mythes : l'Ouest sauvage, la nature indomptée, la liberté pour tous.

 

La splendide séquence conclusive où les trois hommes capturent des mustangs sous le regard terrifié de Marilyn Marilyn dit toute l'amertume du cinéaste , et ce même s'il offre in extremis à ses personnages la rédemption finale...

 

 

 

 


Sources :

http://www.commeaucinema.com

http://television.telerama.fr

Ophélie Wiel - http://www.critikat.com

http://www.parutions.com

http://www.allocine.fr

commentaires

clovis simard 19/11/2013 18:40


UN MONDE DÉSAXÉ.fermaton.over-blog.com

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.