Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 22:00


Date de sortie 28 mai 2014

 

Los-insolitos-peces-gato---Affiche.gif


Réalisé par Claudia Sainte-Luce

 
Avec Lisa Owen, Ximena Ayala,

Sonia Franco, Wendy Guillén, Andrea Baeza, Alejandro Ramírez-Muñez


Genre Comédie dramatique

 

Titre original Los insólitos peces gato


Production Mexicaine


Le Festival de Biarritz 2013 a décerné :

- Le Prix d’interprétation féminine à l’ensemble des actrices du film


 

Los-insolitos-peces-gato-copie-1.gifFestival de Locarno 2013

- Grand prix de la jeunesse 

..
Festival de Toronto 2013

- Prix de la presse internationale

;

Festival du Film de Gijon 2013

- Prix spécial du jury

;

Festival de la Mar de Plata 2013

- Meilleur film latino-américain

 

 

Claudia Sainte-Luce est née á Veracruz au Mexique en 1982. Jusqu'à l'âge de 18 ans, elle vit avec sa mère, mexicaine, depuis que celle-ci s'est séparée de son père, haïtien. "Je suis partie de chez moi, parce que je ne pouvais pas respirer. Je ne me souciais pas de découvrir le monde."

 

Elle s'inscrit à l’université de Guadalajara et étudie les arts audiovisuels. C'est là qu'elle fait la connaissance de Martha et de ses enfants.

 

Quelques mois avant la mort de Martha, toute la famille, y compris Claudia, part au bord de la mer. Ce souvenir a inspiré l'une des séquences les plus émouvantes du film. "Je voulais faire partie de quelque chose, mais cela ne pouvait pas être de ma propre famille." Après la disparition de son amie, la future cinéaste part pour Mexico.

 

En 2005, elle participe au festival de Guanajuato dans le Rally Malayerba. L’épreuve consiste à réaliser un court métrage en 24 heures. Elle présente un film intitulé Muerte Anunciada, qui reçoit le Prix du Public, le Prix du Meilleur acteur et une Mention du Jury. Depuis 2007, elle travaille comme assistante réalisatrice sur des séries et des longs-métrages.

 

Claudia Sainte-Luce confie : "J’ai étudié l’audiovisuel mais je n’ai pas de diplôme. J’ai fait de l’assistanat de réalisation pendant plusieurs années, en même temps que je prenais des cours de comédie. J’ai travaillé un temps comme comédienne et c’est ainsi que j’ai rencontré Paula Markovitch, mon maître en matière de scénario. Elle dirige un atelier à Mexico nommé Altamira où on considère le scénario comme une œuvre littéraire qui peut exister par elle-même, indépendamment de la réalisation d’un film. Elle m’a invitée à en faire partie et j’ai alors développé le scénario qui a été publié dans le cadre d’une collection éditée par l’atelier. Lorsque j’ai fini l’écriture de cette histoire, j’ai cherché des fonds que j’ai obtenus et l’aventure a alors pu commencer !"

 

Au printemps 2014, dans le "Centro de Ejecución de Sanciones Penales Varonil Oriente", une grande prison de Mexico, la première séance du ciné-club des détenus est consacrée aux Drôles de poissons-chats : "J'étais persuadée qu'une oeuvre aussi féminine serait une torture pour eux mais, au milieu du film, certains se sont mis à pleurer. J'en ai vu un demander un mouchoir à son voisin."

 

Les Drôles de poissons-chats est son premier long-métrage.

 

 

Synopsis

 

Claudia (Ximena Ayala) est une jeune femme de 22 ans. Solitaire elle travaille dans un supermarché et se protège de tout contact social en vivant seule dans une grande ville du Mexique.

 

Une nuit, elle atterrit aux urgences pour une crise d’appendicite. Elle se lie d’amitié avec Martha (Lisa Owen), atteinte d’une grave maladie chronique, qui occupe le lit voisin.  

 

Martha a 46 ans et 4 enfants. Elle est enthousiaste, chaleureuse, optimiste et drôle : c’est une amoureuse de la vie. Elle s’attache à Claudia, l’accueille chez elle à s sortie de l'hôpital et lui apprend à savourer l’instant présent.

 

Les-droles-de-poissons-chats.gif

 

Lisa Owen et Ximena Ayala

 

Claudia trouve en Martha la mère qu’elle n’a jamais eue, et une place au sein d’une famille tourbillonnante. D’abord désorientée par l'organisation chaotique de la maisonnée, Claudia trouve progressivement sa place dans la tribu.

 

Tandis que la santé de Martha s’affaiblit, le lien de Claudia avec chaque membre de la famille se renforce jour après jour.

 

Los-insolitos-peces-gato-copie-2.gif


 

Note d’intention de Claudia Sainte-Luce.

 

De mon passé, je préfère ne garder en mémoire que les détails qui me réjouissent et pas ceux qui m’attristent. J’ai souhaité raconter l’histoire de Martha. Je l’ai connue à Guadalajara, quand j’avais 22 ans et depuis, cette rencontre est devenue mon "histoire de chevet", celle à laquelle je pense, de temps à autre, pour me remonter le moral lorsque j’en ai besoin. Quand je me remémore cette période de ma vie, les faits et les lieux s’étoffent de détails fantasmés et magnifiés... le vieux sofa de Martha m’apparaît plus majestueux qu’il ne l’était, recouvert d’un tissu qui n’a sans doute rien à voir avec l’original mais c’est ainsi que j’aime m’en souvenir. Les protagonistes eux aussi participent à la création de ce "faux" souvenir. Ma mémoire a su sélectionner et reconstruire les plus beaux moments de notre rencontre, les plus percutants aussi.


Les Drôles de poissons-chats se situe entre drame et comédie.

 

Comédie parce que les personnages se rient de leurs infortunes.

Drame parce qu’ils n’ont pas vraiment le choix. Nous sommes seuls dans la vie.

 

Mais la rencontre entre deux personnes qui partagent les mêmes sentiments peut rendre cette vie plus légère.

 

Les-droles-de-poissons-chats---Lisa-owen.gif Lisa Owen

 

Pourquoi avoir choisi Lisa Owen pour interpréter le personnage principal de Martha ?

 

J’ai cherché une comédienne pour tenir le rôle durant trois mois. J’ai rencontré des actrices qui n’étaient pas prêtes à s’investir totalement dans le rôle, pas prêtes à se voir ainsi à l’écran, à qui cela faisait peur. Pendant tout ce temps, j’avais toujours en tête de proposer le rôle à Lisa Owen, une comédienne dont j’aime beaucoup le travail. Mais mille inquiétudes se bousculaient dans mon esprit : elle n’aurait pas le temps de répéter, ce à quoi je tenais beaucoup, ou n’aimerait pas le scénario...
Le tournage approchant, je me suis lancée : j’ai pris mon téléphone et je l’ai appelée. Avec toutes les actrices que j’avais déjà rencontrées pour le rôle, je savais que j’aurais à répondre à toute une série de questions sur mon parcours, la durée du tournage, si on pouvait la réduire, s’il y aurait des répétitions, combien de temps... pour finir par un "Je lis le scénario et je vous rappelle". Mais la première chose que Lisa m’a dite a été : "Je suis très impatiente de faire cet essai, mais s’il vous plaît, donnez-moi un peu de temps pour le préparer". Je lui ai laissé deux semaines. Les essais se sont passés chez moi. Nous avons peu parlé avant. Nous avons joué la scène de la rencontre entre Claudia et Martha à l’hôpital. À la fin, je ne pouvais plus m’arrêter de pleurer. Lisa m’a demandé si tout allait bien. Je l’ai simplement embrassée et remerciée pour m’avoir fait revivre tous mes souvenirs avec la vraie Martha.

 

 Les-droles-de-poissons-chats---Lisa-Owen-et-Ximena-Ayala.gif


Lisa Owen et Ximena Ayala


Et les autres comédiens, comment les avez-vous choisis ?

 
Pour jouer le personnage de Claudia, j’ai rencontré de nombreuses actrices avant de choisir Ximena Alaya. Mais j’ai su que je l’avais trouvée quand j’ai vu aux essais son interprétation d’un être solitaire, craintif, vulnérable, fragile et faussement rude.


Pour jouer les enfants de Martha, j’ai d’abord rencontré Sonia Franco lors d’une représentation théâtrale. Elle ressemblait tellement à la vraie Alexandra que je l’ai engagée sans même faire de casting.


Nous avons choisi Alejandro Ramírez-Muñoz pour tenir le rôle d'Armando et Andrea Baeza dans celui de Mariana, au cours d’un casting d’enfants que nous avions organisé dans des écoles primaires et secondaires de Guadalajara. Je leur ai fait travailler des scènes précises pour voir à quelle vitesse ils entraient dans la fiction et nous avons trouvé chez ces deux enfants une émotion qui correspondait parfaitement à notre projet.

 

Les-droles-de-poissons-chats---Alejandro-Ramirez-Munez--.gif

 

Alejandro Ramírez-Muñez, Ximena Ayala et Andrea Baeza 


Pour Wendy, j’avais le sentiment qu’étant donnée la particularité du personnage, seule Wendy Guillen, la vraie fille de Martha, pouvait le jouer. J’ai tout de même fait trois castings car je n’étais pas totalement sûre de moi, mais au final cela m’a simplement confortée dans mon choix initial. J’ai eu peur d’exposer à nouveau Wendy à une situation vécue, mais elle l’a fait de manière extraordinaire. Et cette introduction de la réalité dans la fiction fut un élément essentiel et déterminant pour réunir tous les personnages.

 

Comment avez-vous travaillé avec eux ?


Nous avons d’abord répété avec Lisa Owen tous les jours durant trois mois, en analysant et étudiant ce qui pousse Martha à se comporter comme elle le fait. Je lui parlais du personnage. Nous avons rencontré plusieurs fois un groupe de femmes atteintes du SIDA qui nous ont raconté leur vie au quotidien.

 

Les-droles-poissons-chats----Wendy-Guillen--Alejandro-Ram.gif

 

Wendy Guillén, Alejandro Ramírez-Muñez, Lisa Owen et Ximena Ayala

 

 

À la fin du mois, je lui ai présenté les acteurs qui joueraient ses enfants et nous avons travaillé le lien particulier qui unit Martha à chacun d’entre eux. Et le dernier mois, nous avons répété tous ensemble comme une famille. Lisa était au centre de toutes les répétitions. Et si elle jouait beaucoup la fragilité et la peur, c’était toujours en retenue. Elle restait toujours protectrice et rassurante envers les enfants. Et parallèlement, elle semblait de plus en plus en confiance.

 

Elle sentait que quelque chose de Martha l’habitait, vivait en elle.

 

 

Los insólitos peces gatoParlez-nous de votre collaboration avec votre directrice de la photographie Agnès Godard.

 

Elle a été ma complice durant ce voyage, un soutien émotionnel de chaque instant. C’est une professionnelle qui a traduit mes mots en lumière. Le premier jour de tournage, comme je ne parlais pas français et qu’elle ne parlait pas espagnol, nous nous comprenions dans un anglais très basique. Mais au bout de quelques heures, notre relation s’est construite sur des regards, des gestes qui nous suffisaient à savoir si les choses allaient ou non dans le bon sens. Le travail avec elle a été un vrai cadeau.


 

Mon opinion

 

 

Un très bel hommage rendu par la jeune réalisatrice Claudia Saint-Luce, à Martha, une femme seule avec ses enfants, généreuse, gaie et bienveillante qui aura su la révéler et lui donner ce dont la vie l'avait privée, une famille.

 

Trois filles et un garçon apportent à leur mère tout l'amour, le dévouement, et l'attention, autant d'égards indispensables quand la fin s'annonce. Tout ce qui pourrait paraître douloureux s'efface ici devant des dialogues d'une simplicité extrême. Tels des propos pris sur le vif, sans affectation aucune. Des instants de vie d'une famille mexicaine prise dans les tourments face à la maladie et la mort qui approche. 

 

D'un appartement à des chambres d'hôpital, de l'intérieur d'un supermarché à deux jours au bord de la mer, la réalisatrice ne veut rien oublier mais souligne avec une évidente sincérité l'attachement ressenti pour cette famille.

 

Lisa Owen joue le rôle de cette mère. J'ai été bluffé par la justesse de son interprétation comme par celle de l'ensemble des actrices, toutes justement récompensées en 2013 au Festival de Biarritz par un Prix d'interprétation collectif.

 

Quant à la direction de la photographie signée par Agnès Godart la réalisatrice reconnaît " Elle a été ma complice durant ce voyage, un soutien émotionnel de chaque instant. C’est une professionnelle qui a traduit mes mots en lumière."

 

Un premier film sincère et touchant. Et le parcours d'une jeune femme devenue par sa pugnacité une réalisatrice dorénavant à suivre.


 

 

Sources :

http://www.unifrance.org

http://www.festivaldebiarritz.com

http://www.lemonde.fr - Thomas Sotinel

http://www.imdb.com

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2014
commenter cet article

commentaires

armelle 31/05/2014 13:20


Cela fait plaisir de voir que de plus en plus de femmes choisissent le 7e Art pour s'exprimer, souvent avec infiniment de talent. Elles ont une vision des choses différente, ce qui ne peut
qu'enrichir le cinéma international. Au Festival du film asiatique de Deauville 2014, il y avait une femme en compétition et c'est elle qui a emporté le prix.


 

Jacqueline 31/05/2014 09:40


Après avoir lu ton billet j'ai bien envie de le voir. La réalisatrice est absolument lumineuse dans l'interview que tu as mis sur ton blog. Je suis à Paris jusqu'au 20 juin. Si l'envie te tente,
tu es le bienvenu. Bises P.S. Nous serons à Montpellier pour Isarel Galvan. On s'y verra j'espère.

Johanne et Chris 30/05/2014 21:42


Bonsoir Alain, nous l'avions vu à Biarritz l'an dernier. Ce que tu en dis reflète bien les souvenirs qui nous en restent. Nous espérons que tout continue à être ok pour toi. Bises

Edmée De Xhavée 30/05/2014 09:54


Les Américains nous ont un peu trop bassinés avec ce genre de thème que souvent ils traitent à l'exagération... Ici on dirait que c'est en réalité très spontané et sans vouloir à tout prix
imposer un message mais plutôt témoigner;;;

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.