Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 09:30

 

Date de sortie 14 mai 2014

 

Ligne-d-eau---Affiche.gif


Réalisé par  Tomasz Wasilewski


Avec Mateusz Banasiuk, Marta Nieradkiewicz, Bartosz Gelner,

Katarzyna Herman, Olga Frycz, Izabela Kuna, Mirosław Zbrojewicz


Titre original Plynace Wiezowce


Genre Drame


Production Polonaise

 

Il s'agit du deuxième long-métrage de fiction de Tomasz Wasilewski, le premier Dans une chambre à coucher reste inédit en France mais a fait le tour de tous les festivals. Ce dernier s'intéressait déjà majoritairement à l'orientation sexuelle de son personnage principal, cette fois-là une femme dans la quarantaine, enchaînant les partenaires virtuels.

 

Tomasz Wasilewski fait part des difficultés qu’il a rencontrées lors de la réalisation de Ligne d’eau. On sent une vraie tension, quelques mauvais souvenirs. Le teaser du film a été supprimé, et beaucoup d’acteurs ont renoncé au projet avant l’audition. Néanmoins, la réception du film par les critiques polonais a été très bonne; il a déjà reçu quelques prix. Propos recueillis sur http://smallthings.fr.

 

L'histoire se déroule en Pologne, pays dans lequel l’homophobie est encore très prégnante, et où il reste très difficile d’assumer son homosexualité.

 

Ligne-d-eau---Mateusz-Banasiuk-.gif

 

Synopsis

 

La Pologne, de nos jours.

 

Kuba (Mateusz Banasiuk), est un jeune nageur émérite et a toutes ses chances pour faire une grande carrière

 

Il s'entraîne intensivement pour devenir champion de natation.

 

Mais entre les compétitions, et quitte à s'oublier, il vit avec sa petite amie Sylwia, (Marta Nieradkiewicz) et sa mère possessive, Ewa (Katarzyna Herman)  chez qui il habite toujours.


Il se sent prisonnier au milieu de ce triste état des lieux très austère d’une société polonaise mal en point, où la famille étouffe quelque peu une jeunesse qui a du mal à s’émanciper. 

 

Un soir il rencontre Michal (Bartosz Gelner), un garçon à la beauté troublante qui  le fascine instantanément.


Au début, Kuba a du mal à accepter ses sentiments et le poids du qu'en dira-t-on dans une société polonaise ultra-conservatrice.

 

Mais son attirance pour Michal est la plus forte. Kuba se met à rêver d'une autre vie, d'un autre possible, et va tout faire pour vivre cette relation.

 

Les jeunes hommes entament une relation passionnée...

 

Ligne-d-eau--Mateusz-Banasiuk----Bartosz-Gelner.gif

 

Mateusz Banasiuk et Bartosz Gelner

 

Ligne d'eau semble confirmer la tendance polonaise à s'ouvrir sur la question gay.

 

En effet, le 1er janvier sortait en France le dernier film de Malgoska Szumowska, AIME et fais ce que tu veux. Le film parle justement d'un prêtre qui découvre son homosexualité et qui se remet dès lors en question, quand Ligne d'eau touche à la tourmente psychologique que s'inflige un jeune homme quand il se rend compte de sa bisexualité.

 

Tomasz Wasilewski eut bien du mal à trouver son casting masculin, d'autant plus qu'il recherchait des jeunes comédiens encore assez inconnus de la scène polonaise et internationale.

 

Le réalisateur trouva Mateusz Banasiuk et Bartosz Gelner au dernier moment.

 

Ligne-d-eau---Mateusz-Banasiuk---Bartosz-Gelner.gif


Mateusz Banasiuk et Bartosz Gelner

 

De là démarre cinq mois de préparation, pendant lesquels chaque scène est minutieusement répétée jusqu'à ce que le réalisateur et les acteurs en soient pleinement satisfait.

 

Entretien avec Tomasz Wasilewski

recueilli sur http://www.commeaucinema.com

Vous avez mis huit années pour mener à bien Ligne d’eau. Le scénario a-t-il beaucoup évolué ? Pourquoi avoir décidé de le concentrer sur les relations entre deux hommes ?


Si j'avais réalisé le film sur la base du premier scénario, il parlerait d’autres choses, d’autres situations, d’autres personnages. Ce serait l'histoire d’une quinquagénaire, de sa fille et de sa relation homosexuelle avec une autre fille. Bref, une histoire complètement différente. Je ne veux pas tourner de films engagés socialement, cela ne m’intéresse pas pour l'instant. Néanmoins, dans ce cas précis, j’avais besoin d’une certaine pesanteur. Le fond social présent dans le film est important et c’est lui qui, surtout en Pologne, assure cette pesanteur que je recherchais. J’ai senti, dans ce contexte, que l'histoire de deux garçons aurait plus de force que celle de deux filles.

Ligne d'eau -Le film a deux dimensions : une histoire universelle sur l’homme au sens large et un film fortement "étiqueté", puisque les critiques en parlent notamment comme du "premier film gay polonais". Pour vous, quel est l'aspect le plus important ?


La vérité sur l’homme. Je suis d’accord avec les réactions des spectateurs que j’ai rencontrés après les projections du film dans les festivals. Pour eux, c’est un film qui parle de l’amour. Le sexe, qu'il s'agisse de relations homosexuelles ou hétérosexuelles, n’a pas d’importance. Ce qui compte, c’est la vérité des émotions.

 

 


Il y a pourtant actuellement une vague de films traitant le sujet de l’homosexualité comme La vie d’Adèle ou Aime et fais ce que tu veux ...


J’aime beaucoup La vie d’Adèle. Quant au fait que Malgorzata ait réalisé son film au même moment que moi, ce n’est qu’un hasard. Mes films ne sont jamais calculés ou accordés à des moments où il faudrait plus de ceci ou de cela. Je ne réponds pas aux besoins que l’on peut observer dans la société.

Comment avez-vous construit vos personnages ?


Je voulais que ceux-ci résonnent psychologiquement, soient crédibles. Qu’ils portent des attributs psychologiques profonds. Je me suis efforcé de les rendre aisément identifiables à ceux que l’on pourrait croiser dans le monde réel. Ligne d'eau - Mateusz Banasiuk 2-copie-1Cette analyse psychologique préalable met en évidence la notion moteur de mon projet depuis le départ : faire un film pour le public, et porteur d’un message éthique clair, d’une représentation sincère et sans compromis de la manière dont nous vivons. En écrivant et en filmant Ligne d’eau, je me suis concentré sur le fait de capter les moments et états émotionnels intermédiaires. Pas les événements en tant que tels, mais plus ces petites choses, insignifiantes en apparence, qui se produisent autour du personnage au moment où il va prendre une décision. Dans le film, comme dans la vraie vie, ce n’est pas le fait, mais son processus qui nous enrichit.

Par opposition aux gratte-ciels qui flottent, (Floating Skycrapers) votre distributeur français a choisi le titre Ligne d’eau. L'eau est un symbole récurrent dans vos films.


Bien sûr, et mon distributeur a très bien choisi. Pour Kuba, qui est nageur et passe énormément de temps à la piscine, l’eau est le milieu le plus naturel, celui qui lui assure la liberté. Mais dans ce milieu, il manque d’oxygène. Et dès qu’il sort de l’eau, tout, du monde réel et dans le quotidien, l’effraie. De plus, la ligne d'eau est pour les nageurs, le couloir sur lequel ils doivent rester et faire leurs longueurs, ils ne peuvent jamais en sortir. C'est un chemin tout tracé, une métaphore, là aussi, du cadre qui conscrit et conditionne Kuba, la ligne de sa vie, qu'il va pourtant outrepasser.

 

Ligne-d-eau---Bartosz-Gelner--Mateusz-Banasiuk-et-Marta-Nie.gif

 

Bartosz Gelner, Mateusz Banasiuk et Marta Nieradkiewicz

 

Le cinéma de Tomasz Wasilewski et celui de Malgoska Szumowska se ressemblent décidément par bien des points.

 

Izabela Kuna, Krystyna dans Ligne d'eau, avait précédemment joué dans 33 scènes de la vie, de la réalisatrice polonaise, où elle incarnait la demi-soeur du personnage principal.

 

Par ailleurs, le premier rôle de Ligne d'eau, Mateusz Banasiuk, retrouve dans le film une vieille connaissance, Olga Frycz, Monica dans le film, avec qui il avait joué dans le long-métrage de Jacek Borcuch, All That I Love Wszystko, co kocham,  réalisé en 2009, film dans lequel elle tenait la tête d'affiche.

 

Ligne-d-eau---Katarzyna-Herman-et-Mateusz-Banasiuk.gif

 

Katarzyna Herman et Mateusz Banasiuk

 

Le titre anglais du film, Floating Skycrapers, directement traduit du titre original Plynace Wiezowce, viendrait, selon le réalisateur, d'un voyage qu'il effectua plus jeune avec ses parents à New York. "Alors que mon père nous prenait en photo à côté du siège de l'ONU, la phrase "Floating Skyscrapers" a surgi dans mon esprit. Et je me suis dit que j'en ferai un film, car j’ai toujours voulu tourner des films. Ce titre m'est revenu quand j’écrivais le scénario", explique Tomasz Wasilewski lors d'une interview cineuropa.

 

Ligne d'eau fut intégralement tourné en Pologne, entre les villes de Varsovie, Horseshoe Lesna, Bialobrzegi, Zeran, Bialoleka et Sródmiescie. Du tournage à la diffusion, Ligne d'eau quitta sa Pologne natale pour être présenté dans les festivals de Tribeca, de New York, de Karlovy Vary en République tchèque mais fut tout de même présenté en première mondiale lors du festival des Nouveaux Horizons de Wroclaw en Pologne.

 

Ligne-d-eau---Miros-aw-Zbrojewicz---Bartosz-Gelner.gif.La-Ligne-d-eau---Miros-aw-Zbrojewicz--Bartosz-Gelner-et-Iz.gif

 

Tomasz Wasilewski n'a pas encore vu sortir son film partout en Europe, puisqu'il n'est sorti qu'en novembre 2013 en Pologne et qu'il n'est pas encore annoncé dans tous les pays par lesquels il est passé via les festivals. Le réalisateur a déjà prévu de réaliser un prochain long-métrage, qu'il est en train de peaufiner.

 

L'artiste Baasch signe la musique de ce second long-métrage du réalisateur polonais.

 

 

 

Ami de longue date de Tomasz Wasilewski, Michal Kwiatkowski a accepté que sa chanson Too Strange face partie de la bande originale du film  Ligne d'eau et c'est aussi avec une certaine excitation qu'il était présent à l'avant-première française du film pour un showcase exclusif ! L'événement a eu lieu le Lundi 5 Mai 2014 au Nouveau Latina, à Paris.

 

Ligne d'eau - Mateusz Banasiuk

 

 

 

Mon opinion:

 

J'attendais avec impatience de pouvoir aller voir ce deuxième film de Tomasz Wasilewski. Passablement déçu au final.

 

Le scénario multiplie les clichés et passe sur l'histoire qui pourrait être belle en s'appuyant trop lourdement sur la tristesse visuelle d'une petite ville de Pologne, au détriment des sentiments prisonniers d'un environnement rétrograde.

 

Un athlète, en plein entraînement pour une compétition de natation décrite pour être de haut niveau, se prive ni de cigarettes, pas davantage de joints. Les scènes se succèdent dans un grand désordre et donnent d'emblée la clé d'une fin très prévisible. En particulier la première descente interminable dans un parking. Beaucoup trop d'ellipses, aussi, pas assez maîtrisées finissent pas lasser.

 

Il n'en reste pas moins une belle interprétation, quelques belles images, aussi.

 

Mais plus que tout, Le courage de montrer un pan de la vie Polonaise et cette violente homophobie qui marquera les dernières images.

 

Sources :

http://www.allocine.fr

http://smallthings.fr

http://film.interia.pl

http://www.imdb.com

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2014
commenter cet article

commentaires

charlus 13/05/2014 17:07


Tu donnes des envies que je ne peux pas satisfaire... c'est pas bien Alain...;) Peu de chances qu'il passe dans mon coin! Reste à attendre C+ ou voir avec Hadopi ce que je peux faire...

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.