Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 19:00

 

Date de sortie 10 septembre 2014

 

Mademoiselle-Julie---Affiche.gif


Réalisé par Liv Ullmann


Avec Jessica Chastain, Colin Farrell, Samantha Morton

et Nora McMenamy


Genre Drame


Titre original Miss Julie

 

Production Norvégienne, Irlandaise, Britannique, Française

 

Inspirée de la pièce de théâtre Mademoiselle Julie, écrite par le Suédois August Strindberg en 1888, cette fulgurante passion entre une noble et le valet de chambre de son père a déjà fait l'objet de nombreuses adaptations. Sans compter celles portées sur les planches et le petit écran, la version de Liv Ullmann s'affiche comme la quinzième adaptation cinématographique de la pièce d'August Strindberg.

 

Après une absence de 14 ans, Liv Ullmann revient derrière la caméra avec Mademoiselle Julie. Si elle poursuit aujourd’hui sa carrière de réalisatrice entamée en 1982 avec Love, elle s’était plutôt consacrée ces dernières années au théâtre en mettant en scène de nombreuses pièces, dont Un Tramway nommé désir avec Cate Blanchett. Avec seulement quatre longs métrages à son actif, l’ancienne actrice fétiche, muse et compagne d’Ingmar Bergman a connu rapidement une certaine reconnaissance en tant que réalisatrice. Sa dernière œuvre en date, Infidèle, a d’ailleurs été sélectionnée à Cannes en 2000.

 

La réalisatrice joue avec les formes théâtrales sans complexes, donnant ainsi une leçon de cinéma aux jeunes générations. Elle s’exprime sur la question : "Quelles règles absurdes décideraient-elles ce que doit être ou non le cinéma ? Nous sommes dans le noir, face à des personnages, comme au théâtre, ce qui ne m’effraie pas du tout. Car nous avons la possibilité de faire des gros plans, mais aussi de suivre avec fluidité des personnages dont les comportements, les gestes, les façons de se mouvoir sont très typiques de leur époque. C’est peut-être un effort que je demande aux jeunes générations, habituées à un montage saccadé, c’est leur droit et je ne dis pas qu’ils ont tort, mais en quoi cela serait-il plus cinématographique que les œuvres des grands réalisateurs classiques qui m’ont formée ?"

 

 

Jessica-Chastain---Miss-Julie.gif

 

Jessica Chastain

 

Synopsis

 

1890. Irlande.

 

Tandis que tout le monde célèbre la nuit des feux de la Saint Jean, Mademoiselle Julie (Jessica Chastain) et John (Colin Farrell), le valet de son père, se charment, se jaugent et se manipulent sous les yeux de Kathleen (Samantha Morton), la cuisinière du baron, jeune fiancée de John.


Dans un premier temps, très courtois et avenant, John subit les charmes de Julie, obéit à ses caprices et se laisse peu à peu tenter par l’aventure. Ce n’est pas lui qui mène la danse.

 

John convoite depuis de nombreuses années la comtesse voyant en elle un moyen de monter dans l’échelle sociale.


Après avoir finalement fait l’amour, c’est au tour de John de reprendre le dessus. Julie, déchue, cherche désespérément une façon de s’en sortir. John profite alors de la situation pour la dominer et l’humilier.

 

Colin-Farrell---Miss-Julie.gif Colin Farrell


En adaptant la pièce de Strindberg, la réalisatrice Liv Ullman concrétise une envie de longue date, car elle rêvait, étant jeune, d’incarner le personnage de Mademoiselle Julie sur les planches. Elle détaille le rapport étroit qu’elle entretient avec la pièce : "Dès que j’ai commencé à travailler sur l’adaptation, je me suis régalée, non seulement par ce que Strindberg avait écrit, mais aussi par des motifs qui m’importaient personnellement : être vue ou demeurer invisible, donner une image de soi qui ne correspond pas à ce que l’on est vraiment, être aimé pour soi-même et non pour ce que les autres voient en vous, les rapports de sexes, les crises qui en découlent."

 

Contrairement à la pièce de Strindberg et aux adaptations cinématographiques précédentes, Liv Ullmann a tenu à représenter l’isolement total des personnages dans son film.

 

Par souci de modernité, Liv Ullmann a coupé quelques passages de la pièce, l’intérêt étant de montrer son caractère universel. Elle est d’avis de dire que les affrontements de classes et de sexes décrits par Strindberg restent d’actualité aujourd’hui : "L’incompréhension et la difficulté de communication véritable entre hommes et femmes sont renforcées par l’illusion que grâce aux téléphones portables ou à l’ordinateur, tous ces problèmes sont résolus. On n’écoute pas vraiment l’autre, c’est ce que Strindberg nous dit. Les personnages ne demandent qu’à se confier, mais ils ne sont pas entendus et restent seuls… comme nous avec nos téléphones !"

 

Miss-Julie---Samantha-Morton.gif

 

 Samantha Morton

 

Cette adaptation reste relativement fidèle à la pièce, dans la mesure où elle suit globalement la trame narrative en reprenant par moments une bonne partie des dialogues.

 

La différence notable émane essentiellement du personnage de la servante, incarné par Samantha Morton, bien plus consistant que dans l’œuvre de Strindberg.

 

Loin d’être une bonne bornée, elle est ici une femme lucide et pleine de bon sens.

 

Chastain et Colin Farrell Jessica-Chastain---Colin-Farrell---Miss-Julie.gif

 

Pour répondre aux exigences des producteurs, qui demandaient que le film soit tourné en anglais, Liv Ullmann transposa l’histoire dans un pays anglophone, l’Irlande, par souci de cohérence avec la langue choisie :

 

"Cela aurait pu se passer en Angleterre, mais j’ai pensé que l’affrontement des classes sociales dans la pièce était plus proche de l’Irlande à la même époque. Même les différentes façons de parler – le langage des maîtres et celui des domestiques – semblaient offrir un parallèle intéressant", raconte la réalisatrice. Cette transposition n’a pas d’impact majeur sur l’intrigue.

 

Ce huis-clos ne comprend pas de scènes sur la campagne et la société irlandaise du XIXème siècle. Cet aspect renforce d’ailleurs le côté "théâtral" concentrant davantage l’action sur la relation des trois personnages principaux, qui balaye les seconds couteaux, voire même les figurants.

 

L’ambiance de la fête de Saint-Jean, pouvant donner lieu à de grandes scènes de liesse collective, est donc seulement évoquée par des échos de chants et de musique. Ce minimalisme est appuyé par des séquences entre Jean et Julie peu découpées, conçues dans un montage simple et au rythme relativement lent.

 

Mademoiselle Julie prend alors le temps de s’étirer, ne jouant ni sur la tension ni le suspense, et s’autorise à décortiquer le comportement des personnages.


Le tournage de Mademoiselle Julie a débuté en avril 2013 et a été intégralement filmé dans l'enceinte du château de Coole, un manoir situé dans le comté de Fermanagh en Irlande du Nord. 

 

Colin-Farrell---Jessica-Chastain---Miss-Julie.gif

 

 

 

 

 

Liv Ullmann a choisi Mikhaïl Krichman comme directeur de la photographie, car elle le considére comme "un peintre de lumière". Il a travaillé la lumière du film de manière à ce qu’elle joue un rôle dramatique : "Lorsque l’espoir s’évanouit et que l’horreur s’installe, les visages sont éclairés différemment, de façon plus crue, moins flatteuse. Il a également fallu préparer soigneusement les éclairages à la bougie, dans l’obscurité de la cave qui reflète la part sombre des personnages", explique la cinéaste.

 

 

 

 

A l'origine, la réalisatrice avait porté son choix sur l'actrice Michelle Williams pour interpréter l'aristocrate Mademoiselle Julie, mais la comédienne a dû décliner la proposition pour cause d'emplois du temps trop chargé.

 

La cinéaste a finalement opté pour son second choix, Jessica Chastain : "Il a suffi que je rencontre Jessica Chastain une fois à Los Angeles pour m’apercevoir que nous étions sur la même longueur d’onde : elle était venue préparée et avait d’emblée imaginé la façon dont elle allait jouer la scène de l’oiseau à la fin, c’était saisissant !"

 

Jessica-Chastain--Colin-Farrell-et-Samantha-Morton---Miss-J.gif

 

Jessica Chastain, Colin Farrell et Samantha Morton

 

 

Mon opinion

 

Liv Ullmann souhaitait interpréter cette "Mademoiselle Julie". Une envie jamais concrétisée. Elle choisit d'en faire une nouvelle adaptation cinématographique. Minimaliste et glaciale à l'extrême, rien ne vient perturber le spectateur de ce texte que certains pourront trouver daté. "L’incompréhension et la difficulté de communication véritable entre hommes et femmes sont renforcées par l’illusion que grâce aux téléphones portables ou à l’ordinateur, tous ces problèmes sont résolus." Confie la réalisatrice pour mettre en avant l'actualité que ce texte représente encore aujourd'hui.

 

D'emblée la photographie de Mikhaïl Krichman s'impose. Douce, souvent violente, elle magnifie les visages et les expressions des trois principaux protagonistes. La musique répétitive finit par alourdir le film et pèse très lourdement sur des longueurs parfois excessives.

 

Samantha Morton, tout en émotions retenues, s'impose naturellement dans un rôle qui repousse un dénouement attendu.

 

À ses côtés Colin Farrell est tout à fait excellent dans cet affrontement verbal, cruel et méprisant.

 

Jessica Chastain, dans le rôle titre est souvent étonnante. Je retiens cette longue scène dans laquelle, le visage blafard et maculé de sang, son regard ne retient déjà plus la vie. Elle vient de perdre le pouvoir fragile et totalement illusoire d'une prétendue supériorité de classe sociale.

 

 

 

Un souvenir personnel déjà lointain.

 

Au Théâtre Édouard VII à Paris dans les années 80.


Isabelle Adjani était une exceptionnelle Mademoiselle Julie. Rôle repris par une magnifique Fanny Ardant. Deux grandes actrices aux côtés de Brigitte Catillon du talentueux Niels Arestrup.

 

Sources :

http://www.allocine.fr

http://www.cinechronicle.com - Laetitia Della Torre

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2014
commenter cet article

commentaires

dasola 17/09/2014 11:53


Bonjour Alain, j'ai moi aussi vu la pièce de théâtre avec Arestrup et Ardant, Adjani venait d'interrompre les représentations. Sinon, comme adaptation au cinéma, j'avais bien apprécié celle avec
Peter Mullan et Saffron Burrows. Quant à ce film ci, je l'ai trouvé vraiment trop long. Bonne journée.

mitch movies 16/09/2014 20:41


Salut Alain. Vu aussi avec beaucoup de plaisir. Isabelle a trouvé l'ensemble un peu long. Personnellement je n'ai pas été gêné. En revanche le Gemma Bovery j'ai saturé très vite. à très vite
j'espère.

Johanne 15/09/2014 16:33


Bonjour Alain. Je ne suis pas fana de Jessica Chastain mais là, je l'ai trouvé particulièrement juste. Colin Farrell m'a étonnée de retenue, de justesse aussi. Merci pour la piqure de rappel à
l'Edouard VII. C'était en 83 je crois. En tout cas nous y étions ensemble. Bises






 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.