Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 23:00

;

Margin-Call---Affiche.gif

 

Réalisé par J. C. Chandor


Avec Kevin Spacey, Paul Bettany, Jeremy Irons,

Zachary Quinto, Penn Badgley, Simon Baker,

Mary McDonnell, Demi Moore, Stanley Tucci,

Aasif Mandvi, Ashley Williams


Genre Drame, Thriller


Production Américaine


Date de sortie 2 mai 2012

 

Margin Call est le tout premier long-métrage réalisé par J.C.Chandor

 

Auparavant, le cinéaste avait signé  Despacito  en 2004

un court métrage emmené par Will Arnett.

 

Margin Call une pluie de récompenses : 

.

Margin Call - Affiche 1-  Festival de Beaune  Grand Prix

 .
 - Australian Film Institute 2012   

Meilleur scénario

 . 
 
- Independent Spirit Award 2012  

Meilleur premier film  Prix Robert Altman collectif

 . 
- Cercle Critiques Cinéma de San Francisco 2011

Meilleur scénario original

 . 
- Cercle Critiques Cinéma de New York 2011

Meilleur premier film

 . 
- National Board of Review Award 2011

Meilleur nouveau réalisateur
 

 

Synopsis

 

Wall Street. Au dernier étage d’un gratte-ciel, une poignée de banquiers, de traders et d’analystes regardent la nuit s’étendre sur Manhattan. Ils sont pour l’instant les seuls à savoir qu’ils vivent les dernières heures d’une époque révolue. Au lever du jour, à l’ouverture des cours de la bourse, le monde entier sera soumis à un effondrement économique historique qu’eux seuls ont pu anticiper et qu’ils ont contribué à produire.

 

Dans de telles circonstances, comment peut-on se regarder dans une glace ?

 

Margin-Call---Jeremy-Irons.gif

 

Jeremy Irons "It's just money"


Dans le sillage de la crise qui a secoué les marchés financiers mondiaux en 2008, beaucoup de gens se sont posés la même question à propos des instigateurs du désastre. Comment un être humain peut-il résister à un tel fiasco, au poids d’une telle responsabilité, celle de voir non seulement son emploi menacé, mais provoquer le licenciement de millions d’autres personnes ? Le long-métrage de J.C.Chandor nous fait entrer dans les coulisses d’un des géants de la finance mondiale et livre un portrait sans concession d’un système sur le point de s’effondrer.


Margin Call se déroule sur 24 heures et nous fait suivre les différentes étapes de la catastrophe : de la naissance du soupçon à la totale prise de conscience de l'étendue du cataclysme, de l’examen des dégâts, à la fois personnels et financiers, au retentissement du gong final, lorsque le "bain de sang" des négociations s’achève. À chaque échelon de la hiérarchie, de l’analyste junior aux dirigeants historiques, chacun doit tenter de gérer la situation et assumer sa part de responsabilité dans ce cauchemar devenu réalité.

 

Margin-Call.gif


En fin de compte, le message de Margin Call peut être résumé par une notion aussi poignante que troublante : les hommes et les femmes qui ont engendré la crise n’étaient rien d’autres que des gens ordinaires qui, malgré leurs compétences, leur intelligence et leurs salaires souvent mirobolants, ont été victimes de leur propre négligence, de raisonnements à court terme et de priorités discutables. Wall Street a beau être sans âme, ceux qui en arpentent les couloirs ne le sont pas forcément. Margin Call raconte l’histoire de ces êtres humains au cours de la nuit la plus longue et la plus obscure de leur existence, passée à examiner l’abîme qu’ils ont eux-mêmes creusé.

 

Margin-Call---Penn-Badgley.gif Penn Badgley

 

On peut sans exagération considérer que n’importe qui dans le monde a été affecté par la crise, mais la genèse de Margin Call tient une place particulière dans la vie de J.C. Chandor : "Beaucoup de gens se sont demandés d’où me venait cette compréhension si précise du milieu de la finance, dans la mesure où je n’en faisais pas partie. Mais mon père a travaillé près de quarante ans au sein de la société Merril Lynch, donc j’ai fini par savoir qui sont ces gens, à quoi et comment ils pensent, ce qui leur importe le plus dans la vie."

Ainsi, le père de J.C. Chandor et un large panel de vétérans de la finance ont joué un rôle non négligeable dans la réussite du scénario. Le réalisateur les a consulté afin qu’ils l’aiguillent pour représenter au mieux les personnalités types de cette profession et s’assurer de l’authenticité du récit.

 

Jeremy Irons Margin-Call---Jeremy-Irons-copie-1.gif

 

Son père déclare : "Je pense que J.C. s’est inspiré des différentes phases que j’ai traversées. En période d’embellie, j’étais chargé, dans l’urgence, de recruter de nouveaux employés. Quand ça allait mal, c’était aussi à moi de les licencier et il arrivait parfois que J.C. les ait connu. De manière générale, si on évalue Wall Street en tant qu’entreprise, elle n’est pas bien  "managée". On y trouve de très bons courtiers, de très bons banquiers et de très bons commerciaux, mais il est difficile de faire fonctionner tous ces rouages avec une certaine constance tout en faisant des profits à l’année. Et il n’y a pas tant de sociétés qui sont capables de mener ça à bien. Le talent de J.C. a notamment consisté à faire comprendre le système au spectateur lambda, voire même à l’initier."

 

 Margin-Call---Zachary-Quinto.gif Zachary Quinto


Pour l’acteur et producteur Zachary Quinto, c’est ce point de vue personnel qui a nourri le scénario et l’a rendu aussi solide et séduisant : "J’avais pressenti, avant même de rencontrer J.C., qu’il était véritablement habité par cette histoire. C’est formidable, note-t-il, lorsqu’une expérience, aussi individuelle soit-elle, est retranscrite avec une telle fluidité sur le papier, au point qu’un acteur puisse si facilement se l’approprier et l’interpréter. C’est quelque chose d’unique. Pour moi, ces personnages sont des gens qui existent dans la réalité et c’est une des choses qui nous ont séduits. Le fait que J.C. soit auteur et réalisateur nous a fait gagner un temps fou et nous a permis de ne pas gaspiller inutilement notre énergie, parce que c’est un monde qu’il connaît. Du coup, il savait exactement comment nous diriger, comment nous donner des repères par rapport aux situations vécues par les personnages, quelles relations ils entretenaient avec l’argent, ce que représentaient tels ou tels chiffres, etc… Ça n’a pas de prix et ça nous a vraiment porté tout au long du tournage."

 

Margin-Call---Simon-Baker.gif

 

Simon Baker

 

Ce qui aurait pu n’être qu’un brûlot anti-capitaliste entre les mains d’un autre metteur en scène est devenu un portrait tout en nuances, sans trace de manichéisme, grâce à la relation personnelle qu’entretient J.C. Chandor avec son sujet : "J’ai essayé d’adopter un regard plus empathique, en abordant la question sous plusieurs angles. Le noeud de cette histoire repose sur l’humain. Ce n’est pas comme si j’étais le porte-parole des banquiers et que je cherche à les défendre. Mais je connais une bonne partie de ces gens et mon intention n’était pas de les diaboliser non plus."

 

Zachary Quinto et J.C. Chandor Margin-Call---Zachary-Quinto-et-J.C.-Chandor.gif


Enfin, bien que Margin Call se distingue par l’utilisation d’un vocabulaire très technique, la trame en elle-même n’a rien d’inaccessible. L’histoire transcende ce jargon complexe : "C’était très important pour moi quand j’ai lu le scénario. Il avait à coeur de s’adresser à ma génération, à notre culture, de nous donner les clés pour rendre la crise compréhensible à l’homme de la rue. Je pense que c’est cet élément-là qui nous a convaincu et qu’on a pris la décision d’en faire le premier film qu’on soutiendrait au sein de notre société de production."

 

L’action de Margin Call se déroule principalement dans des bureaux et des salles de conférence. Cette unité de lieu a non seulement permis à la production de ne pas exploser le budget,mais elle a aussi généré un esprit de corps entre les acteurs et l’équipe.

 

Margin-Call---Demi-Moore.gif

 

Demi Moore

 

Demi Moore raconte qu’elle n’avait jamais connu ça jusqu’à présent : "Tout avait lieu sur un seul et même étage, à l’intérieur de ces bureaux. Nous étions comme un mini studio dans le ciel. Ça crée une atmosphère très intimiste. Peut-être que c’est plus courant au théâtre, où tout le monde travaille sur scène, dans la même pièce, et où vous n’avez qu’à traverser un hall d’entrée pour rejoindre la loge d’un autre acteur. C’est forcément très différent d’un tournage où chacun se réfugie dans sa caravane et où on change sans arrêt de lieu."

 

C’est l’acuité, la rigueur et l’aplomb du scénario de J.C. Chandor qui ont attiré les acteurs vers le projet.  

 

Margin-Call---Stanley-Tucci.gif Stanley Tucci

 

"Il est rare de tomber sur un scénario aussi fort, explique Stanley Tucci, l’écriture est tellement intelligente, tellement crédible et à propos. Ayant des amis qui travaillent dans le monde de la finance, je sais à quel point les dialogues sonnent justes, sans avoir l’air de vouloir "faire vrai" artificiellement. J’ai été séduit par le rythme et la subtilité de ce scénario, qui ne tolérait aucun effet alambiqué. Bref, c’était exactement ce qu’on est en droit d’attendre des meilleurs films indépendants."

Paul Bettany surenchérit : "La qualité des dialogues m’a donné le sentiment que j’aurais la possibilité d’exprimer toutes sortes de choses. Et c’est ce que je recherche en tant qu’acteur. C’était excitant."

 

Paul Bettany Margin-Call---Paul-Bettany.gif

 

Outre la véracité de son langage, le film se démarque par sa manière de nous donner accès à l’intimité et à la vulnérabilité de ses personnages, au moment où leur toute puissance est mise à l’épreuve. Zachary Quinto souligne que chaque personnage nous est dépeint sous différents angles et que nous sommes en quelque sorte les témoins privilégiés d’une réalité qui, même au sein de leur monde, échappe à la grande majorité des gens : "Le film est émaillé de scènes où les personnages sont face à eux-mêmes, où on les découvre en privé. C’est pour ces moments-là qu’on fait ce métier et c’est sûrement ce qui a incité autant de grands professionnels à rejoindre le projet."

 

“Un des aspects du scénario que je préfère, c’est qu’il ne juge pas. Il n’y a pas de lynchage en place publique. C’est avant tout une réflexion sur les choix que font les gens et leur marge de manoeuvre, poursuit Zachary Quinto, J.C. livre un constat très profond là-dessus, avec une démarche d’une grande intégrité.” 

 

Margin-Call---Kevin-Spacey.gif Kevin Spacey

 

Le fait que Kevin Spacey, qui tient un des rôles clés, ait été impliqué dès le début a aussi été déterminant. Aux yeux des producteurs et du réalisateur, il fait intégralement partie de l’ADN du film. Le casting du film s’est forgé à partir de sa participation, les autres acteurs étant particulièrement motivés à l’idée de jouer à ses côtés. Ainsi, Paul Bettany avait toujours rêvé de lui donner la réplique. De même Penn Badgley, qui joue Seth Bregman, le jeune analyste financier, n’en revenait pas de se retrouver sur un tournage aux allures de master class quotidienne : "Rien qu’écouter Kevin Spacey et Paul Bettany parler de théâtre entre les prises était déjà une leçon. Je me surprenais à y repenser, même inconsciemment. Ce fut un apprentissage exceptionnel."

 

Margin-Call---Paul-Bettany--Kevin-Spacey--Penn-Badgley--Zac.gif

 

 Paul Bettany, Kevin Spacey, Penn Badgley, Zachary Quinto

 

Zachary Quinto est encore plus enthousiaste à propos de Kevin Spacey : "Pour ne rien vous cacher, il a non seulement comblé toutes mes attentes,mais il les a dépassé dès la première fois où nous avons dîné ensemble. Alors que nous étions en train de parler de son travail au OldVic, le théâtre qu’il dirige à Londres, il a sorti des petites fiches de la poche de sa veste. Il y avait retranscrit l’intégralité du scénario, de manière à pouvoir le consulter plus facilement et discrètement dans des lieux publics. C’est tout simplement le professionnel le plus accompli, le mot étant encore trop limité, qu’il m’ait été donné de rencontrer. Quand il travaille, tout son être est dirigé vers le but à atteindre, c’est incroyablement motivant."

 

Margin-Call---Zachary-Quinto-et-Penn-Badgley.gif

 

Zachary Quinto et Penn Badgley

 

 

 

 

 

Sources :

http://www.cinemovies.fr

http://www.canalplus.fr

http://www.imdb.com

http://www.aucinema.com

http://fr.wikipedia.org

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2012
commenter cet article

commentaires

Michel Zorba 30/04/2012 17:38

je ne sais pas si le film sera à la hauteur du cast mais il y a que de sacrés acteurs. il sort la semaine prochaine ici et Johane veut le voir donc, à suivre.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.