Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 12:36

 

L-ennemi-Public-N-1-Affiche-.jpg

 

Réalisé par Jean-Francois Richet


Avec  Vincent Cassel, Ludivine Sagnier, Mathieu Amalric,

Gérard Lanvin, Samuel Le Bihan, Olivier Gourmet,

Michel Duchaussoy, Anne Consigny, Georges Wilson


Genre Policier, Biopic

 
Production Française

 

Date de sortie cinéma : 19 novembre 2008

 

L-ennemi-Public-N-1----Vincent-Cassel-.jpg

 

Vincent Cassel

 

Synopsis

 

Le deuxième volet de la vie du criminel français Jacques Mesrine adapté du roman "Coupable d'être innocent". Des spectaculaires actions criminelles du gangster appelé par les médias "Ennemi public n°1" jusqu'à sa traque par toutes les polices de France et sa mort Porte de Clignancourt le 02 novembre 1979.

 

L-ennemi-Public-N-1---Ludivine-Sagnier-et-Vincent-Cassel-.jpg

 

Ludivine Sagnier et Vincent Cassel

 

L-ennemi-Public-N-1---Ludivine-Sagnier-et-Vincent-Cassel--.jpg

 

Si l'on pouvait critiquer le détachement de Jean-Francois Richet concernant le mythe Mesrine dans L'instinct de Mort, ou son manque de clarté quant aux origines du mal, L'Ennemi public numéro 1 semble apporter plus de réponses. Tout du moins, l'une des clés de compréhension se situe-t-elle dans l'ultime partie du film, celle de la mort du gangster Porte de Clignancourt. Le propos de l'oeuvre est clair : Mesrine a été abattu par l'anti-gang. Certes, le film montre bien la tension pesante sur les épaules des policiers (et trop peu la guerre des polices dont Mesrine fut l'origine), la peur du voyou toujours armé jusqu'aux dents prêt à tous les carnages pour recouvrer la liberté.

Mais, dans le mensonge du commissaire Broussard,

 

incarné par Olivier Gourmet, L-ennemi-public-N-1---Olivier-Gourmet.jpg

 

dictant - en début de film - aux journalistes qu'il y eût sommation avant les tirs, et que l'arrestation se voulait dans les règles de l'art, point de doute. À la fin du film, reprenant le fil du drame du 2 novembre 1979, même si le réalisateur fait courir Broussard afin - suppose-t-on - d'intervenir auprès de ses hommes afin d'empêcher le drame, le propos de Richet est la bavure. Et que penser de cet ultime coup de grâce donné en pleine tête du criminel, si ce n'est à une exécution pure et dure ?

 

 

 

 

 


A la fin de L'instinct de Mort, on supposait toutes les dérives pour Mesrine. Sur ce point, là-encore, même si Vincent Cassel et Jean-François Richet opposèrent une argumentation déjouant la fascination, cet ultime épisode ne cache pas une affection entretenue. Fou Mesrine ? C'est pas ce que l'on voit dans le film. Si braquer une deuxième banque après en avoir volé une première juste en traversant la rue démontre un certain irréalisme, Vincent Cassel incarne ici une sorte de héros : un type bien au-delà de la normale, épris de justice, amoureux, attentionné, père regretté, et futur terroriste d'extrême gauche avant que le bras armé de la police ne s'abatte sur lui. Qui, dans le film, lui démontre sa folie ?

A part Mathieu Amalric, alias François Besse, personne !

 

L-ennemi-Public-N-1---Mathieu-Amalric-et-Vincent-Cassel.jpg

 

 Mathieu Amalric et Vincent Cassel

 

L'épisode contant l'arrestation de l'ami Jacques par Broussard est typique : éternel face à face entre le policier et le bandit. Entre le bon et le méchant ? Qui est l'un, qui est l'autre ? Champagne ? Plus loin, le passage à tabac par Mesrine du journaliste du magazine "Minute" est encore plus parlant. L'un incarne la pourriture nazie, le scribouillard raciste acclamant Papon, le petit merdeux qui griffonne un tas de mensonges ; l'autre, une certaine justice, la droiture dans l'amitié et l'engagement. Sincèrement, rapporté à sa description filmée, qui regretterait le décès du journaliste Jacques Tellier ? Et le vieux milliardaire qui opprime les déshérités ?

La réaffirmation tout au long du film des idéaux de Mesrine (amour, gloire et beauté), comme sa capacité à les transcender, ne peut qu'apporter l'adhésion du public. Jean-Francois Richet, réalisateur engagé (Etat des lieux, Ma 6-T va crack-er, De l'amour) a trouvé dans le personnage Mesrine le potentiel à ses valeurs libertaires. En promotion, Vincent Cassel n'a pas caché l'authenticité du personnage : ses qualité humaines, peut-être atemporelles, en tout cas totalement déconnectées des réalités de la République des années 70. Vivons à cent à l'heure, tant pis si la mort nous grille ? Fallait-il tuer une deuxième fois Mesrine ? Comme le rappelle le générique du film, difficile de tout rapporter, toute adaptation occulte une certaine part de vérité.

 

L-ennemi-Public-N-1---Gerard-Lanvin-et-Vincent-Cassel-.jpg

 

Gérard Lanvin et Vincent Cassel

 

En définitive, on s'attendait peut-être à quelque chose de plus nuancé (toujours gênant d'aduler un type qui a buté plus de quarante personnes). Malgré le romantisme décliné, le public aura-t-il bien compris que la voie choisie par Mesrine est sans issue ? Pas sûr. Que penser encore de l'affiche du film au caractère christique ? Mais ne gâchons pas notre plaisir. Vingt minutes de plus par rapport au premier, et ce deuxième opus file comme la lumière. Plus nerveux, plus fascinant, plus haletant ! Un pur polar ! L'homme aux mille visages demeure parmi nous...

Reynald Dal Barco pour http://www.cinemovies.fr
 

 

L-ennemi-Public-N-1---Samuel-Le-Bihan-et-Vincent-Cassel.jpg

 

Vincent Cassel et Samuel Le Bihan

   
Samuel Le Bihan a pris 20 kilos comme Vincent Cassel pour incarner le malfrat Michel Ardouin. "Pour ce rôle, explique Jean-Francois Richet, il fallait un acteur qui résiste en face de Mesrine. Samuel est à fond. Il tente tout s'il fait confiance au réalisateur. Je me souviens que nous sommes montés tous les deux dans une voiture lancée à pleine vitesse qui percute une estafette de police. Il était au volant, moi à la caméra. Je me souviens encore du choc et du regard de l'équipe et de la production. On est sortis indemnes, secoués, le plan dans la boîte."

 

L-ennemi-Public-N-1.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

Sources :

http://www.allocine.fr

http://www.cinemovies.fr

http://www.xjuggler.de

commentaires

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.