Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 00:00

 

My-Fair-Lady---Affiche.jpg

 

Réalisé par George Cukor


Avec Audrey Hepburn, Rex Harrison, Stanley Holloway,

Wilfrid Hyde-White, Gladys Cooper, Jeremy Brett,

Isobel Elsom, Theodore Bikel, Mona Washbourne

 

Genre Comédie musicale

 
Production Américaine


Date de sortie 23 décembre 1964

 


My-Fair-Lady---Rex-Harrison-et-Audrey-Hepburn-copie-1.jpg

My Fair Lady est adapté de la comédie musicale-homonyme, elle-même inspirée de la pièce de George Bernard Shaw, Pygmalion représentée pour la première fois le 11 avril 1914 sur la scène de Her Majesty's Theatre, avec Mrs. Patrick Campbell et Herbert Beerbohm Tree dans les rôles principaux. 

 

Après la disparition de George Bernard Shaw, les compositeurs Alan Jay Lerner et Frederick Loewe en feront une comédie musicale, My Fair Lady.

 

Du 15 mars 1956 au 29 septembre 1962 soit 2 717 représentations consécutives, avec Julie Andrews et Rex Harrison qui lui, l'interpréta jusqu'au 23 décembre 1957.    My Fair Lady est la seule pièce à avoir été adaptée avec la plus grande fidélité sur grand écran, dans la mesure où aucune chanson jouée sur les planches n'a été laissée de côté pour le passage sur grand écran, et qu'un numéro a même été ajouté pour la version cinéma : celui de You Did It.

 

My Fair Lady remporta 8 Oscars en 1965.

 

- Meilleur film

- Meilleur acteur pour Rex Harrison

- Meilleur réalisateur George Cukor

- Meilleure photographie Harry Stradling Sr.

- Mailleur décors  Gene Allen, George James Hopkins

- Meilleur costumes  Cecil Beaton

- Meilleur son George Groves

- Meilleure musique originale André Previn


My Fair Lady - Audrey Hepburn 1Dans son discours de remerciements, lorsque l'Oscar du Meilleur Acteur lui a été remis, Rex Harrison a dédié ladite récompense à ses deux fair ladies, à savoir Audrey Hepburn et Julie Andrews, qui ont toutes deux incarné le rôle d'Eliza Doolittle à ses côtés.

 

Mais aussi le BAFTA du meilleur film en 1966.


Golden Globe 1965

- Meilleur film musical ou comédie

- Meilleur réalisateur George Cukor

- Meilleur acteur pour Rex Harrison

 

"Je pense que My Fair Lady est un film charmant… Audrey a joué ça avec beaucoup de brio. Elle travaille dur… Elle est extrêmement intelligente, inventive, modeste… et drôle.

 

Quand vous travaillez avec elle vous ne sauriez croire qu’elle est une super star. Elle est pleine de tact, c’est la créature la plus charmante du monde. Rex Harrison est magnifique également, il a réalisé une grande performance comme il l’avait fait sur scène. » George Cukor.

 

Synopsis

 

Londres, au début du xxe siècle.

 

My-Fair-Lady---Audrey-Hepburn.jpg Audrey Hepburn

 

Eliza Doolittle (Audrey Hepburn), une pauvre fleuriste cockney demande au prétentieux professeur Henry Higgins (Rex Harrison), qui se moque de son langage primaire, des leçons de phonétique afin de parler comme une lady dans une boutique de fleurs. Le colonel Hugh Pickering (Wilfrid Hyde-White), ami et collègue du professeur, propose un pari à ce dernier : transformer suffisamment Eliza Doolittle pour la faire passer pour une grande dame raffinée lors d'une réception à l'ambassade de Transylvanie, quelques mois plus tard.

 

  My-fair-Lady---Audrey-Hepburn-et-Rex-Harrison.jpg


Audrey Hepburn et Rex Harrison

 

Le professeur HenryHiggins relève le défi et installe la jeune fille chez lui, après avoir rassuré Alfred P. Doolittle (Stanley Holloway) le père d'Eliza, un éboueur plein de bon sens venu s'enquérir de l'honnêteté des intentions du professeur.

 

My-Fair-Lady---Stanley-Holloway.jpg

 

Stanley Holloway

 

Les leçons commencent, sans autre résultat dans un premier temps que celui d'exaspérer l'élève en question jusqu'à ce qu'une nuit, vers quatre heures du matin, le miracle se produise et qu'Eliza parvienne à prononcer correctement la phrase fatidique : The rain in Spain stays mainly in the plain. Ce premier succès donne lieu à une danse triomphale au terme de laquelle Eliza, avouant qu'elle aurait pu danser toute la nuit, tombe amoureuse de son pygmalion.

 

 

Quelques leçons plus tard, Higgins et Pickering décident de montrer leur élève en public et la conduisent aux courses d'Ascot, dans la loge que possède Madame Higgins (Gladys Cooper) la riche mère du professeur.

 

May-Fair-Lady---Audrey-Hepburn-et-Wilfrid-Hyde-White.png

 

Audrey Hepburn et Wilfrid Hyde-White

 

Mais l'expérience tourne à la catastrophe lorsque Eliza laisse échapper dans un excès d'enthousiasme un retentissant "C'mon Dover, move your bloomin ' arse !" à l'adresse du cheval sur lequel elle a misé.

Les aristocrates présents sont profondément choqués à l'exception du jeune et naïf Freddy Eynsford-Hill (Jeremy Brett), qui tombe immédiatement sous le charme de la jeune fille.


Higgins ne se laisse pas décourager et la petite troupe se rend finalement au bal de l'ambassade où Eliza trompe tout le monde, à commencer par un linguiste hongrois réputé qui la déclare hongroise et de sang royal au grand amusement d'Higgins. De retour chez le professeur, lui et Pickering se renvoient la réussite du projet avec force amabilités, en négligeant de féliciter sa principale instigatrice : Eliza.

 

My-Fair-Lady---Rex-Harrison--Audrey-Hepburn-et-Wilfrid-Hyde.jpg

 

Rex Harrison, Audrey Hepburn et Wilfrid Hyde-White

 

Profondément blessée, la jeune fille se réfugie chez Mme Higgins. Elle y apprend que son père, qui s'est subitement enrichi grâce à une blague d'Higgins qui l'a recommandé comme un brillant philosophe auprès d'un milliardaire américain, a décidé de se marier. L'expérience a bel et bien bouleversé leurs existences

Le lendemain, Higgins tente de convaincre Eliza de revenir mais celle-ci, trop contente d'avoir retrouvé son indépendance, refuse comme elle a refusé sa main au pauvre Freddy. Le professeur se rend compte, alors qu'il rentre chez lui morne et solitaire, qu'il avait fini par s’habituer à elle.

 

Alors qu'il réécoute un cylindre sur lequel il avait enregistré la voix de son élève, Eliza pénètre dans le bureau.

 
My-fair-lady---Rex-Harrison.jpgLes 5 millions de dollars déboursés par la Warner, pour obtenir les droits de My Fair Lady en 1962, ont longtemps constitué la plus grosse somme investie à ce niveau, jusqu'aux 9,5 millions que la Columbia a payé pour avoir ceux d'Annie, en 1978.
 
Si Rex Harrison et Stanley Holloway reprennent ici les rôles de d'Henry Higgins et Alfred Doolittle, qu'ils ont tous deux tenus sur scène, les deux acteurs ne faisaient, au départ, pas partie des plans du producteur Jack L. Warner. Ce dernier avait en effet offert à James Cagney de jouer Doolittle, jusqu'à son désistement de dernière minute, tandis que Peter O'Toole, Cary Grant, Noel Coward, Rock Hudson, Michael Redgrave et George Sanders ont tous été envisagés pour Higgins.
 
Après avoir refusé de jouer le rôle d'Henry Higgins, Cary Grant a également informé le producteur Jack L. Warner qu'il n'irait pas voir le film si Rex Harrison le décrochait. Il faut donc croire que l'acteur n'a pas participé aux 72 millions de dollars récoltés par My Fair Lady sur le sol américain.
 
My Fair Lady - Audrey Hepburn et Rex Harrison

Après avoir décroché le rôle d'Henry Higgins, Rex Harrison espérait reformer, à l'écran, le duo qu'il avait fait naître, sur les planches de Broadway, avec Julie Andrews.

 

Mais la rumeur veut que la Warner, face à la somme versée pour les droits de la pièce, ne voulait pas prendre le risque de faire reposer une production à 17 millions sur les épaules d'une actrice de théâtre, malgré le lobbying exercé par l'auteur Alan Jay Lerner.

 

Le rôle d'Eliza Doolittle est donc revenu à Audrey Hepburn, qui a d'ailleurs fini par convaincre Rex Harrison, malgré les réticences de départ de ce dernier.

 

 

Audrey Hepburn, bien que n'étant pas chanteuse, fut préférée à Julie Andrews, créatrice du rôle à Broadway mais dont la carrière cinématographique n'avait pas encore démarré. Cette dernière fut aussitôt engagée par les studios Disney et propulsée du jour au lendemain au rang de star grâce aux succès phénoménaux de Mary Poppins en 1964 et de La Mélodie du bonheur réalisé en 1965.


Plusieurs années après la sortie du film, Audrey Hepburn a elle-même révélé que, si elle avait refusé le rôle principal de My Fair Lady, celui-ci n'aurait pas été proposé à Julie Andrews, son interprète sur les planches, mais à Elizabeth Taylor.

Hormis pour Just You Wait et sa reprise dans le film, ce n'est pas la voix d'Audrey Hepburn mais celle de sa doublure, Marni Nixon, que l'on entend dans les différents musicaux de My Fair Lady, et ce pour des raisons de tessiture vocale, puisque les chansons n'ont pas été adaptées au timbre de la comédienne. La rumeur voulant que TOUS les numéros aient été assurés par Marni Nixon est donc fausse.
 
Ne cherchez pas le titre dans un dialogue ou les paroles d'une chanson, puisque My Fair Lady n'est jamais cité pendant le long métrage. Même chose pour le 27A Wimpole Street, à Londres, l'adresse où Henry Higgins est censé résider n'existant pas.

 

 

Sources :

http://lewebpedagogique.com

Jean Domarchi, Cinéma d’aujourd’hui - 1965.

http://www.imdb.com

http://fr.wikipedia.org

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Musicals
commenter cet article

commentaires

armelle 13/10/2012 19:22


Deux jours de panne de connexion ne m'ont pas permis de suivre votre blog, cher Alain. Hier j'ai passé mon temps au téléphone pour obtenir un technicien qui m'a aidé à remettre mon appareil sur
rails. C'est fait jusqu'à la prochaine panne car cela arrive souvent avec internet.


 J'ai un merveilleux souvenir de ce film, de l'élégance de Rex Harrison, du charme de la délicieuse Audrey. Oui, un film ravissant, une comédie un peu suave mais que j'aimerais bien revoir
tout de même. Mercredi, je suis allée voir "Dans la maison", grosse déception. Je n'ai pas adhéré du tout à ce scénario pour le moins peu crédible. J'y allais pour Luchini mais il ne suffit pas à
sauver l'opus. C'est d'autant plus dommage que les acteurs sont bons mais le film raté. Alors que le sujet, celui d'un professeur de français découvrant dans sa classe, ô miracle, un élève
doué pour l'écriture, un écrivain en herbe, était porteur.

Michel Zorba 13/10/2012 18:29


salut Alain, me voilà de retour, avec un ordi qui rame et un temps déplorable. c'est la saison et je reprends mes activités sur le net. merci pour tes messages d'encouragement et tes infos qui
ont été précieuses. j'ai adoré ce film, Michelle aussi. nous pensons d'ailleurs  le louer pour le revoir. Cia bello !

johane 17/09/2012 19:58


Bonsoir Alain, quel plaisir de redécouvir ce film et la douce et belle Audrey Hepburn. Quant à Rex Harrison j'ai toujours eu un grand faible pour lui. Je t'embrasse , Johane

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.