Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 21:00

 

Date de sortie 6 novembre 2013

 

Quai-d-Orsay---Affiche.gif

 
Réalisé par Bertrand Tavernier


Avec  Thierry Lhermitte, Raphaël Personnaz, Niels Arestrup,

Bruno Raffaelli, Julie Gayet, Anaïs Demoustier, Thomas Chabrol,

Thierry Frémont, Alix Poisson, Marie Bunel, Didier Bezace,

Jean-Marc Roulot, Sonia Rolland, François Perrot et Jane Birkin

 
Genre Comédie


Production Française

 

César 2014

 

- Meilleur acteur dans un second rôle : Niels Arestrup 

 

Le réalisateur de Quai d'Orsay, film adapté de la bande dessinée éponyme de Christophe Blain et Abel Lanzac, estime que le discours tenu par l'ancien ministre des Affaires étrangères à l'ONU en 2003 "nous manque à l'heure actuelle".

Pour lire l'article dans son intégralité, cliquez ICI !

 

 

 

L'adaptation cinématographique de "Quai d'Orsay"

"Je suis très heureux d'avoir participé à l'aventure de l'adaptation de Quai d'Orsay. Nous cosignons le scénario avec Christophe Blain et Bertrand Tavernier, qui réalise le film. C'est un exercice complètement différent, avec des moyens techniques qui ne relèvent plus du bricolage et des solutions à inventer pour retranscrire les métaphores graphiques de l'album par exemple, mais je suis vraiment satisfait du résultat. Le casting en particulier, avec Thierry Lhermitte dans le rôle de Taillard de Vorms et Niels Arestrup dans celui de son directeur de cabinet, fonctionne très bien." avoue Abel Lanzac.

 

Entretien complet avec Romain Brethes pour lepoint.fr , cliquez ICI !

 

Une des premières expériences de Bertrand Tavernier dans le cinéma remonte à Léon Morin, prêtre en 1961 : "J’ai été marqué à vie par mon assistanat chez Melville, par le climat de dureté, de terreur, d’humiliation qu’il imposait au plateau… J’avais vingt ans et je me suis dit : 'Si un jour je deviens metteur en scène, il faudra que je crée une autre idée du travail en commun'". Ainsi, le réalisateur met un point d’honneur à ce que règne une bonne ambiance sur son plateau : "Quand Bertrand tourne, il déconne tout le temps, il fait des blagues, il chante…", confie Christophe Blain.


 

Quai-d-Orsay---Thierry-Lhermitte.gif


Thierry Lhermitte

 

Synopsis

 

Alexandre Taillard de Vorms (Thierry Lhermitte) est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des Lumières : la France.


Les personnages qui l'entourent, courent, tentent de placer une idée auprès du ministre, ou finissent comme son directeur de cabinet, Claude Maupas, (Niels Arestrup), par ne plus le quitter.

 

Quai-d-Orsay---Niels-Arestrup.gif  Niels Arestrup

 

Sa crinière argentée posée sur son corps d’athlète légèrement halé, Alexandre Taillard de Vorms est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l’Oubanga. Là, il y apostrophe les puissants et invoque les plus grands esprits afin de ramener la paix, calmer les nerveux de la gâchette et justifier son aura de futur prix Nobel de la paix cosmique.

 

Alexandre Taillard de Vorms est un esprit puissant, guerroyant avec l’appui de la Sainte Trinité des concepts diplomatiques : légitimité, lucidité et efficacité. Il y pourfend les néoconservateurs américains, les russes corrompus et les chinois cupides. Le monde a beau ne pas mériter la grandeur d’âme de la France, son art se sent à l’étroit enfermé dans l’hexagone.

 

Raphaël Personnaz Quai-d-Orsay---Raphael-Personnaz.gif

 

Le jeune Arthur Vlaminck (Raphaël Personnaz), jeune diplômé de l’ENA, est embauché en tant que chargé du "langage" au ministère des Affaires Étrangères. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il apprendre à composer avec la susceptibilité et l’entourage du prince, se faire une place entre le directeur de cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d’Orsay où le stress, l’ambition et les coups fourrés ne sont pas rares...

 

Alors qu’il entrevoit le destin du monde, il est menacé par l’inertie des technocrates.

 

Quai-d-Orsay---Niels-Arestrup--Raphael-Personnaz-et-Thierr.gif

 

Niels Arestrup, Raphaël Personnaz et Thierry Lhermitte

 

Bertrand Tavernier aime changer radicalement de genre d'un film à l'autre. Il passe ainsi du drame historique La Princesse de Montpensier à Quai D’Orsay, qu’il considère comme sa première comédie : "Avec Quai d’Orsay, on est dans une réalité moderne, contemporaine, celle d’un cabinet ministériel (…), c’est aussi une sphère dont j’ignorais tout, c’est-à-dire le travail quotidien de la diplomatie. Or, ce qui déclenche toujours mon désir de cinéma, c’est l’exploration de mondes, d’époques, de milieux qui me sont inconnus". Pour accentuer l’exploration d’un nouvel univers et retrouver le challenge de ses débuts, le réalisateur modifie régulièrement les membres de son équipe.

 

Le personnage d’Alexandre Taillard de Worms, incarné par Thierry Lhermitte, s’inspire bien évidemment de Dominique de Villepin. Le défi pour le comédien était de ne pas tomber dans la caricature, comme le précise le metteur en scène : "Dès les premières lectures, il m’a proposé une idée originale, qui lui permettait de s’approprier le personnage : doubler chaque propos par un geste extravagant, censé l’illustrer. (…) C’est d’autant plus jubilatoire que, ces dernières années, Thierry a tenu beaucoup de rôles sérieux, au cinéma comme au théâtre. Là, j’avais l’impression de réactiver le Lhermitte délirant des années Splendid, la maturité en plus."

 

Niels Arestrup interprète ici Claude Maupas, librement inspiré de l’ancien directeur du cabinet du ministre des Affaires étrangères, Pierre Vimont. Or, la manière de s’exprimer du diplomate est très différente de celle l’acteur. Bertrand Tavernier a donc demandé à Antonin Baudry d’imiter le personnage devant le comédien : "Niels m’a foudroyé d’un regard dur, très noir, effrayé à l’idée de devoir jouer avec cette voix et ce phrasé. Moi, je ne savais plus où me mettre mais je continuais bêtement mon imitation, en ayant l’impression que j’allais me faire stranguler d’une seconde à l’autre !"

 

 

 

Mon opinion

 

La mode semble se tourner vers les adaptations au cinéma de BD à succès. Pourquoi pas quand elles sont bonnes et l'adaptation réussie ?

Ici, Bertrand Tavernier s'approprie celle de Christophe Blain et d'Abel Lanzac et réalise sa première comédie, d'une belle vivacité, avec, comme décor les ors des palais de la république.

 

Il démontre avec maestria les coulisses du pouvoir via le regard d'un jeune conseiller embauché auprès d'un ministre pour participer à la rédaction de l'ensemble de ses discours. La difficulté aussi, de faire son trou, au milieu de cette multitude de conseillers et secrétaires en nombre, qui gravitent autour du ministre, tels les courtisans autour du roi sous l'ancien régime.

 

Fiction ou absurdité totale de la réalité ? La question reste entière. J'avoue volontiers, le plaisir ressenti à cet excellent moment de cinéma, d'avoir bien ri, aussi.

 

Les portes claquent comme dans les pièces de Feydeau et les dialogues irrésistibles, sont intelligents et fins.

 

Ça swingue au rythme des crises diplomatiques et valse avec l'ours Cannelle. Rien ne semble changé. Seule exception, ce n'est plus une femme au ministère des armées.

 

L'impressionnant nombre de secrétaires, sous-directeurs de cabinet, ou attachés d'un sous attaché sont campés par un casting impressionnant. Il faudrait tous les citer.

 

Thierry Frémont et sa chanson paillarde. Le plaisir de retrouver Marie Bunel. L'excellent Thomas Chabrol. Irrésistible Jane Birkin dans une simple participation. Savoureux Bruno Raffaelli. Julie Gayet en élégante politicienne courtisane.

 

Anaïs Demoustier et Raphaël Personnaz, qui démontre ici un réel talent, forment un beau couple.

 

Niels Arestrup atteint des sommets dans un rôle de vétéran politicard.

 

Et notre ministre enfin, Thierry Lhermitte, très à l'aise avec les citations d'Héraclite. Il est drôle, efficace et totalement crédible.

 

Comme le mentionne Dasola dans son excellent billet "aucune porte du Quai d'Orsay n'a été blessée durant le tournage"

 

À suivre donc.

 

Sources :

http://www.unifrance.org

http://www.canalplus.fr

http://www.pathefilms.com

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2013
commenter cet article

commentaires

armelle 11/11/2013 13:35


Cher Michel, je crois que la réalité est pire aujourd'hui. Car en 2003, il y avait encore un certain panache. Le discours de Villepin dont on entend des extraits avait fait une grosse impression.
La France était encore écoutée dans le concert des Nations. Cela dit, le film est une vraie réussite. C'est flamboyant, juste un peu long vers la fin, avec des acteurs conduits de main de maître
et qui donnent le meilleur. Même Jane Birkin.


En plein accord avec vous Alain.

Michel Zorba 11/11/2013 11:43


Salut Alain, bien aimé aussi ... Espérons que la réalité est toute autre. Ciao bello

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.