Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 23:00

 

Sept-ans-de-reflexion---Affiche.jpg

 

Réalisé par Billy Wilder


Avec Marilyn Monroe, Tom Ewell, Evelyn Keyes,

Sonny Tufts, Robert Strauss, Oskar Homolka,

Marguerite Chapman, Victor Moore,

Dolores Rosedale, Carolyn Jones


Genre Comédie


Titre original The Seven Year Itch

 

Production Américaine - 1955

 

Avant d'être un film, Sept ans de réflexion fut une célèbre pièce de George Axelrod, qui triomphait à Broadway.  Tom Ewell l'interprétait déjà d'ailleurs sur les planches entre le 20 novembre 1952  et le 13 août 1955.

 

Sept-ans-de-reflexion---Marilyn-Monroe-2.jpgLa pièce de théâtre, a rencontré un très grand succès à Broadway entre le 20 novembre 1952  et le 13 août 1955 et, rapidement, les studios de Hollywood s'y sont intéressé. L'auteur ne désirait pas que le film soit présenté au public alors que la pièce se jouait encore. De plus, le sujet de la pièce, une affaire d'adultère, ne pouvait pas passer le cap de la censure : à cette époque en effet le sévère code Hays régissait la morale des œuvres cinématographiques. Le Code préconisait en effet entre autres que "l'adultère ne devra jamais être sujet à plaisanteries". Sept-ans-de-reflexion---Marilyn-Monroe-et-Tom-Ewe-copie-1.jpgLes responsables de l'adaptation, Billy Wilder et George Axelrod, ont donc dû modifier de manière importante l'intrigue. Contrairement à la pièce qui aborde l'adultère de manière directe et drôle, dans le film il y a beaucoup de désir chez Richard mais pas de concrétisation. Les effets humoristiques des dialogues ont été également été atténués. Dans l’Amérique puritaine des années 50, la plupart des producteurs devaient se plier à ces directives fâcheuses et ridicules. Billy Wilder, très dépité par cette aventure, déclara plus tard : "C’est un film inexistant (…) le film devrait être tourné sans la moindre censure. Ce film fut embarrassant à faire."

 

Tom Ewell Golden Globe du Meilleur acteur dans une comédie en 1956.

 

En 2000, The Seven Year Itch a été classé 51ème

de la liste des 100 meilleurs films de comédie par l'American Film Institute

 

Synopsis

 

De manière extravagante et cocasse, Billy Wilder nous introduit à son film par la présentation, cinq cents années avant notre époque, des Indiens de Manhattan qui auraient donné leur nom à la fameuse île new-yorkaise. Nous observons cette tribu s’adonner à un rituel bien particulier : les hommes envoient leurs femmes et leurs enfants en congé durant l’été pour rester seuls et vaquer à leurs occupations viriles… comme de suivre en groupe une pulpeuse indienne, dès leur famille partie voguer au loin sur les flots. La réalisation enchaîne sur des plans filmés de la gare de New York, où une meute excitée, composée de maris, vient accompagner leurs familles jusqu’au train avant de loucher sur la première beauté qui passe. En bon observateur et caricaturiste du mâle occidental, Billy Wilder, avec cet humour espiègle et coquin qui le caractérise, renvoie ainsi l’être humain à son animalité sexuelle et à ses réflexes éternels de mâle en chaleur.


Richard Sherman (Tom Ewell), un responsable dans une petite maison d'édition spécialisée dans les rééditions bon marché avec des couvertures aguichantes, a accompagné sa femme Helen (Evelyn Keyes) et son fils Ricky (Butch Bernard) à la gare pour les mêmes raisons : ceux-ci quittent la fournaise new-yorkaise pour se rendre dans le Maine, bien plus accueillant en été. À peine séparés, les tentations sensuelles sont déjà présentes et menaçantes, mais Richard se promet de ne jamais y succomber, comme d'ailleurs à l'alcool et à la cigarette, suivant les recommandations de son épouse et de son médecin.

 

Sept-ans-de-reflexion---Marilyn-Monroe.jpg


Il rentre chez lui et fait la connaissance d'une jeune femme (
Marilyn Monroe) à la beauté insensée, modèle dans la publicité, qui a emménagé dans l'appartement des voisins du dessus. Lors d'une première rencontre avec Richard dans le corridor du petit immeuble Marilyn porte une robe blanche à pois noirs et revient avec ses courses.

 

Non, il ne cédera pas à la tentation, se répète-t-il. Richard est un homme à l'imagination galopante et conçoit ainsi plein de scénarios, par exemple pour révéler à sa femme son pouvoir de séduction ou pour charmer sa nouvelle voisine. Dans une scène onirique, Richard imagine sa voisine très sexy dans une robe de tigresse. La musique de Rachmaninov fait alors fondre les corps... et les esprits.

 

 

Grâce à cette fantaisie d'esprit, il se donne aussi de bonnes raisons d'agir. De fil en aiguille, d'un premier rendez-vous au suivant, une relation avec l'irrésistible starlette peut s'engager.

 

Sept-ans-de-reflexion---Tow-Ewell-et-Marilyn-Monroe.jpg


Quelques personnages hauts en couleur viennent troubler soit ses intentions soit sa mauvaise conscience. Par exemple, le docteur Brubaker (Oscar Homolka), auteur d'une étude intitulée De l'homme et son subconscient, que l'éditeur souhaite retitrer Du sexe et de la violence, avec la couverture appropriée, livre dans lequel Richard découvre que beaucoup d'hommes dans leur septième année de mariage passent par une phase d'infidélité sporadique nommée "démangeaison de la septième année" . Ou encore Kruhulik (Robert Strauss), le concierge venu chercher un tapis à nettoyer. Et Tom MacKenzie (Sonny Tufts), une connaissance de la famille qui pourrait bien séduire la femme de Richard.

 

Après un début de conversation,

The Girl doit quitter Richard précipitamment :

"Goodnight Miss, huh... Whatever your name is..."

 

En raison de la chaleur, elle revient et demande à pouvoir rester pour la nuit dans l'appartement muni de l'air climatisé. Ils se réveillent le lendemain matin en tout bien tout honneur, elle prend une douche, apparaît en peignoir.
Elle lui fait un dernier signe d'adieu à la fenêtre.

Il part rejoindre sa femme dans le nord du pays.

 

Sept-ans-de-reflexion---Marilyn-Monroe-et-Tom-Ewell.jpg

 

 
Marilyn Monroe voulait absolument travailler pour Billy Wilder, dont elle admirait les films, sur la comédie Sept ans de réflexion. Comme le tournage ne devait pas commencer avant quelques mois, elle eut alors du temps libre pour se consacrer à un autre film, La Joyeuse Parade, sur les conseils du célèbre producteur Charles K. Feldman. L'idée d'une nouvelle comédie musicale, après Les Hommes préfèrent les blondes, ne l'enchantait guère, mais afin de ne contrarier personne, et surtout parce qu'elle voulait faire Sept ans de réflexion, elle accepta de figurer au générique du film.


Contrairement à ce qui a pu être dit, Marilyn Monroe ne joue pas le rôle d'une sotte mais plutôt celui d'une jeune fille naïve et spontanée. Elle n'a pas de nom, dans le script, elle est the girl, "la fille". Elle est belle, le sait mais n'en joue pas : elle séduit sans vouloir séduire.

 

Quatre ans après le succès de Sept ans de réflexion, Marilyn Monroe retrouvait la caméra de Billy Wilder pour la comédie Certains l'aiment chaud réalisé en 1959.

 

L'engouement pour ce film fut encore plus considérable que Sept ans de réflexion.

 

Sept-ans-de-reflexion---Marilyn-Monroe-et-Tom-Ewell.jpeg

 

Marilyn Monroe et Tom Ewell

 
Comprenant tout l’intérêt qu’on pouvait tirer d’une telle icône, la Fox a fait les choses en grand en exposant au-dessus du cinéma new-yorkais, pour la première du film, un gigantesque portrait de Marilyn Monroe tiré de la fameuse scène de la grille de métro. En effet, pour les rares spectateurs qui ne le savaient pas encore, c’est dans Sept ans de réflexion que figure cette séquence mythique et jouissive qui nous montre Marilyn Monroe se rafraîchir les jambes au-dessus d’une bouche de métro, dont le courant d’air fait voler sa jupe au-dessus de sa taille, au-dessus de son genou dans le film pour cause de censure malheureuse. Un vrai sommet d’érotisme suggestif et ensorcelant. Pour créer l’événement, les producteurs malins organisèrent le tournage de cette scène en plein New York devant une foule de badauds conquis et excités. Joe Di Maggio, le mari de Marilyn Monroe , venu en catastrophe pour assister à la scène, en fut douloureusement atteint dans son honneur. Ironiquement, ce plan dût être retourné sur un plateau à Hollywood, car le son de la prise à New York n’était pas exploitable. Cet épisode marqua la fin de leur mariage et acheva de déstabiliser Marilyn Monroe qui avait de plus en plus de mal à se voir réduite à un symbole sexuel, elle qui cherchait désespérément à se faire reconnaître comme une véritable comédienne.

 

 Pour retrouver toute la filmographie de Marilyn ... Cliquez ICI !

 

Le tournage représenta quasiment un cauchemar pour Marilyn Monroe, entre ses retards multiples et ses difficultés à retenir les dialogues., elle se devait de faire bonne figure alors que sa vie privée s’écroulait, sans parler de sa santé physique et mentale. Cependant Billy Wilder ne lui en tint pas trop rigueur : "Son impact physique était extraordinaire. Elle apparaissait sur l’écran comme si vous pouviez la toucher, son image possédait une étrange réalité, bien au-delà de ce que peut rendre une caméra."

 

Sept-ans-de-reflexion---Tom-Ewell-et-Marilyn-Monroe.jpgLa scène de la bouche de métro trouve son origine dans un cliché pris par un ami intime de Marilyn Monroe, le photographe Sam Shaw. Celui-ci avait photographié en 1941 un groupe de filles dont la jupe de l'une d'elles se soulevait par un coup de vent pour la couverture du magazine Friday. Le photographe suggéra alors de reproduire cette scène dans Sept ans de réflexion.

 
La scène de la bouche de métro dans Sept ans de réflexion, devenue depuis l'une des plus célèbres de l'histoire du cinéma, a nécessité le blocage de Lexington Avenue à Manhattan. De nombreux badauds s'étaient réunis autour du tournage de la scène, qu'il a fallu reprendre de nombreuses fois. Pour des raisons évidentes de censure, la robe de Marilyn Monroe devait être maintenue assez basse afin que les spectateurs n'aperçoivent rien de répréhensible. Néanmoins, Billy Wilder fit retourner cette scène en studio afin de coller au mieux à ses aspirations initiales. Certains penseront d'ailleurs qu'avoir bloqué cette avenue, pour une scène qui fut finalement retournée en studio, tenait beaucoup plus du coup publicitaire.


À défaut de traiter explicitement de l’adultère, Billy Wilder compose une satire intelligente des comportements sociaux liés à la sexualité et à la régression animale, Sherman et The Girl, vont au cinéma voir L'Etrange Creature du lac noir, un choix loin d’être anodin, derrière le vernis propre d’une civilisation sophistiquée et organisée. Aidé par l’élégante photographie de Milton Krasner et du cinémascope, Billy Wilder parvient joliment à faire vivre ce huis clos étouffant, propice à l’enchevêtrement rocambolesque des fantasmes et de la réalité, dans lequel un homme se voit mis à l’épreuve avant de s’en retourner assagi vers son épouse. 

 

Le réalisateur souhaitait engager Walter Matthau mais les producteurs en décidèrent autrement, le comédien étant alors totalement inconnu au cinéma.


 

Sources :

http://www.allocine.fr

http://www.dvdclassik.com

http://www.imdb.com

http://fr.wikipedia.org

Published by Ciné Alain - dans Mon univers
commenter cet article

commentaires

jo et chris 10/08/2012 17:39


ce film est une pure merveille

dasola 04/08/2012 09:57


Bonjour Alain, c'est dans la nuit du 5 au 6 août 1962 que Marylin est morte voici 50 ans. Merci pour ce billet en forme d'hommage. Bonne journée.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.