Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 19:07

 

Date de sortie 10 décembre 2014

 

Something-Must-Break---Affiche.gif


Réalisé par Ester Martin Bergsmark


Avec Saga Becker, Iggy Malmborg,

Shima Niavarani, Mattias Åhlén, Axel Petersén, Carl-Michael Edenborg


Titre original Någonting måste gå sönder

 

Genre Drame


Production Suédoise

 

Ester Martin Bergsmark est formé à l'University College suédois des arts décoratifs et du design. Avec Mark Hammarberg, il réalise Maggie in Wonderland en 2008, qui obtint le prix du meilleur documentaire européen du Doc Award 2009 Alliance, ainsi qu’un prix Gulbagge du meilleur documentaire suédois.

 

En 2010, il réalise Fruitcake dans le cadre de la suite expérimentale porno féministe Dirty diaries.

 

Son dernier film Pojktanten, réalisé en 2012 a remporté le Prix du public et de la Meilleure Photo, ainsi que Mention d'honneur pour le meilleur film nordique à Göteborg International Film Festival.

 

Les projets de Ester Martin Bergsmark sont caractérisés par une volonté d'expérimenter, une motivation esthétique et un talent pour dévoiler de nouvelles images puisées dans la société suédoise actuelle, et qui éclatent les barrières entre le genre du documentaire et du long-métrage de fiction.

 

Something Must Break est son premier long-métrage .

 

Something-Must-Break---Saga-Becker---Iggy-Malmborg-copie-1.gif

 

Synopsis

 

Stockholm, entre zones industrielles et terrains vagues.

 

Sebastian (Saga Becker) un garçon à la beauté troublante et androgyne, voudrait qu’on l’appelle Ellie. Née homme, elle se sent plutôt femme, et assume une personnalité à la croisée des genres qui n’est pas du goût de tout le monde.

 

"Je suis d'ailleurs", affirme Sebastian au début du film.

 

Alors que tout est à deux doigts de déraper, une énième confrontation violente avec les préjugés lui fait rencontrer Andreas (Iggy Malmborg).

 

Très attirée par le jeune homme, Sebastian/Ellie se laisse emporter par ses sentiments.

 

Mais Andreas, qui pensait aimer les femmes au sens le plus classique du terme, refuse de s’engager dans l’histoire d’amour qui s’esquisse.

 

Il se met à jouer un drôle de jeu, entre l’amitié ambiguë et la passion, qui met Sebastian/Ellie à la torture.


Cette relation intense et soudaine va être des plus électriques...

 

Something-Must-Break---Saga-Becker---Iggy-Malmborg-.gif

 

Iggy Malmborg et Saga Becker

 

 

 

Comment est né Something Must Break ?

Tout est parti du roman de Eli Leven, Nånting måste gå sönder. La poésie de cette langue, le personnage étaient bouleversants. J’avais une image en tête que je ne pouvais enlever de mon esprit : un ralenti extrême de Sebastian se faisant tirer les cheveux, avec son visage qui va de la douleur au plaisir. Pour moi c’est un film sur ça, sur la douleur et le plaisir, et combien ils peuvent être proches l’un de l’autre.

Le personnage de Sebastian/Ellie est unique, c’est un personnage qu’on ne voit nulle part ailleurs. Y a-t-il une dimension politique à raconter une telle histoire ?

Oui bien sûr, c’est politique. Mais ce qui est important c’est que le personnage ne le soit pas. Dans le sens où le récit doit être raconté d’une perspective humaine. Et ça rend le propos encore plus politique.

Saga Becker illumine le film. Comment s’est déroulé le casting ?

C’est Saga qui est venu-e à moi. J’ai cherché parmi des acteurs et des non-acteurs, ça m’a pris deux ans. C’était déprimant. Et Saga a lu un article parlant de l’adaptation de ce livre au cinéma. Saga vivait dans une petite ville, a lu le livre le jour-même, a envoyé un email la nuit suivante : "Je suis Sebastian". Avant de prévenir sa mère : "Je vais jouer ce rôle", avant même l’audition. C’est le destin ! Et c’était presque trop beau pour être vrai. Durant l’audition, j’ai testé ses limites. Avec un visage aussi beau et fort, une telle prestance, il suffit parfois de filmer Saga et tout devient magique.

 

Something-Must-Break-.gif

 

Vous avez tourné des documentaires auparavant. Something Must Break se situe quelque part entre le pur réalisme et un romantisme total. Le film tire sa force de ce mélange.

Oui, tout à fait. C’est totalement ce que j’ai essayé de faire.

Quels choix fait-on pour traduire à l’image ce double aspect ?

Pour moi le réalisme est déjà une forme de fiction. C’est une approche qui domine le cinéma en Europe du nord. Je voulais pousser cela vers le mélo romantique, qui est parfois plus fidèle à la façon dont nos yeux voient le monde. Sebastian et Andreas sont des personnages romantiques. Je voulais faire un film d’amour avec des personnages qui désirent vivre dans un film d’amour. Mais le réalisme impose quelque chose de différent, comme les choses très concrètes liées au corps. Mais parfois, ils peuvent être dans ce film d’amour et cette rêverie.

Les scènes de sexe sont très belles et assez atypiques.

Il y a différentes scènes de sexe. Ma préférée est la première entre les deux personnages principaux. Il y a une nudité émotionnelle, une innocence. Je voulais faire le film d’amour auquel je croyais. Avec des personnages qui tombent amoureux en même temps qu’ils font l’expérience de leur propre corps. Je voulais qu’on puisse sentir ces corps, les respirer. On savait ce qu’on voulait, quelles étaient les limites. Je laissais mes acteurs sur le sofa en leur chuchotant choses. C’était fun.

 

Something Must Break - Saga Becker & Iggy Malmborg

Pouvez-vous nous parler de l’importance de la musique ?

Durant l’écriture, on était accompagné par des chansons sur une playlist. Je voulais des chansons pour le film, c’est la playlist de ces deux amoureux. La musique fait partie du script lui-même. J’ai pensé à The Knife, Houwaida, ou à Tami Tamika – c’est comme si sa chanson I Never Loved This Hard This Fast Before avait été écrite pour le film. Ce sont des paroles à la fois pathétiques, explicites, mais vraies et authentiques. Comme le film. Et c’était primordial d’être fidèle à ce personnage adolescent qui saigne.

Le titre international de Something Must Break est aussi celui d’une chanson de Joy Division. Pouvez-vous nous parler de ce choix ?

En fait cela vient d’une phrase suédoise, qui traduite est le même que Joy Division. Ça parle de la destruction en même temps que de la vie, de vivre la vie pleinement.

Sebastian/Ellie n’a pas une identité de genre fixe et définie. Si ce n’est pas trop indiscret, dans quelle mesure vous identifiez-vous à ce personnages ?

A ce jour, je ne sais pas. Je ne peux pas y répondre maintenant.

 

Comment se construit-on hors du système binaire homme-femme en Suède ?

Il y a quelque chose de très rationnel : les gens sont obsédés par ce système. Les genres dans ce qu’ils ont de plus commun. J’ai reçu un email de l'Académie suédoise, me demandant dans quelle catégorie mettre Saga Becker: acteur ou actrice. J’ai répondu : les deux.

Comment le film a t-il été reçu en Suède ?

Il y a eu de bonnes critiques mais aussi des gens qui n'ont pas compris le film. Lors de la sortie danoise, l'accueil a été beaucoup plus chaleureux. Je pense que la Suède est coincée sur certains aspects. Pour moi Something Must Break est une histoire d'amour pure et honnête, certains ont pensé que c’était plus extrême que ce que j’avais imaginé. Je leur donne quelques années avant d’aimer le film !

 

Something-Must-Break---Saga-Becker---Iggy-Malmborg--.gif

 

On a pu voir apparaître pas mal de nouveaux réalisateurs venus de Suède ces derniers temps comme Axel Petersén, Anna Odell, Lisa Aschan ou Ruben Östlund. Avez-vous le sentiment que quelque chose de neuf se passe en Suède ?

Je ne pensais pas qu’il y avait des gens hors de Suède qui s’intéressaient à ça ! En fait on ne se connait pas tellement entre nous. C'est, je dirai, plus dur de faire des films en Suède aujourd’hui. L’État donne moins d'argent qu'auparavant, et celui-ci va davantage aux blockbusters. C'est difficile de financer un autre cinéma. Mais j'espère que ce renouveau de réalisateurs va continuer.

Quels sont à vos yeux les films qui retranscrivent le mieux et le plus finement des personnages transgenres au cinéma ?

Je n'en ai pas vu tant que ça. A part le mien. Alors voilà le meilleur ! (rires)

Quels sont vos projets ?

J'ai fini mon premier clip. Je n'ai jamais fait de court métrage auparavant, alors je vais expérimenter. Et je continue d’écrire, je travaille sur deux films et une série télé.

Entretien réalisé le 22 octobre 2014 relevé sur filmdeculte.com. Un grand merci à Matthieu Rey.

 

 

 

 

 

 

Sources :

http://www.filmdeculte.com

Published by Ciné Alain - dans Films Gay
commenter cet article

commentaires

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.