Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 18:30

 

Date de sortie  4 juin 2014

.

Sous-les-jupes-des-filles---Affiche.gif


Réalisé par Audrey Dana


Avec  Audrey Dana, Julie Ferrier, Audrey Fleurot,

Marina Hands, Géraldine Nakache, Vanessa Paradis,

Alice Taglioni, Sylvie Testud, Alice Belaïdi, Laetitia Casta, Isabelle Adjani

 

Alex Lutz, Stanley Weber, Guillaume Gouix, Marc Lavoine, Pascal Elbé

 
Genre Comédie


Production Française

 

Synopsis

 

Paris. 28 premiers jours du printemps.

11 femmes.
Mères de famille, femmes d'affaires, copines, maîtresses ou épouses...
Toutes représentent une facette de la femme d'aujourd'hui :

Joyeuses, complexées, explosives, insolentes, surprenantes...

Bref, un être paradoxal, totalement déboussolé, définitivement vivant,

FEMMES tout simplement !

 

À l'occasion de la Journée de la femme le 8 mars 2014, Audrey Dana, a offert aux Parisiens un flashmob au casting 100% féminin réalisé l'été dernier au Trocadéro, à Paris.

 

Avec les comédiennes principales de son film et autres danseuses.

 

 

 

Adeline (Alice Belaïdi) est une fille un peu mystérieuse, introvertie, peureuse. Elle est sur le fil, elle tient parce qu’il faut tenir.

 

Fanny (Julie Ferrier) est une femme chauffeur de bus, très handicapée par ses tics, pas très émancipée. 

 

Marie (Alice Taglioni) a un besoin de se rassurer dans le regard de l’autre, c’est un Dom Juan au féminin, elle n’a pas besoin d’amour, elle n’a pas cette dépendance. Une femme pour les femmes.

 

Sophie (Audrey Fleurot) est un personnage dont les rapports avec les hommes et les femmes sont complètement faussés. Elle se sent anormale, mais en même temps, elle s’est trouvé un équilibre personnel qui lui va bien. Elle véhicule quelque chose d’assez froid, d’assez distant.

 

Ysis (Géraldine Nakache) est une femme qui, à 27 ans, est déjà la mère de 4 enfants. C’est une situation assez rare aujourd’hui et c’est sans doute pour cela qu’elle est la proie de nombreux doutes…

 

Lili (Isabelle Adjani) doute de son sex-appeal, a des inquiétudes sur le temps qui passe, et veut encore faire la fête comme sa fille de seize ans. L’aînée du groupe, à l’humeur "en pétard", pour reprendre l'expression de l'actrice.

 

Agathe (Laetitia Casta) est une fille débordante de sensibilité, elle a ce côté émotif, typiquement féminin, mais chez elle, tout est exacerbé. Un mélange de timidité et d’insécurité de celles qui n’ont pas confiance en elles. Elle se dévalorise et en même temps, elle est capable de tout. Elle est à la fois maladroite et hyper romantique.

 

Inès (Marina Hands) a un côté assez enfantin, une sorte de vision de l’amour absolu, une vision idéale du couple, de la famille : fonder une famille, vivre un amour pur, un amour fusionnel et magnifique.  Elle a le courage d’aller régler ses comptes, d’affronter ceux qui l’ont blessée, d’oser le dire devant tout le monde.

 

Sam (Sylvie Testud) est la soeur de Sam. Elle a un côté androgyne. L’être humain est riche de facettes multiples et contradictoires.

 

Rose (Vanessa Paradis)  très différentes des autres, certes, dans les formes et les couleurs, mais à la fin, tout se résume avec le coeur.

 

Joe (Audrey Dana) passe par des hauts et des bas en fonction de l’activité interne de son corps.  Joe est tout à fait consciente que ses humeurs sont dictées par ses hormones. Elle rêve du grand amour, mais c’est compliqué, c’est même un gros problème, parce qu’elle a l’impression qu’elle ne peut pas vivre avec un homme, qu’elle est "double", inconstante. Du coup, elle a la folie des hommes mariés, elle y voit la solution !

 

Sous-les-jupes-des-files---Audrey-Dana.gif.Sous-les-jupes-des-filles---Alice-Taglioni.gif

 

Conversation avec Audrey Dana et Murielle Magellan

 

Audrey Dana : Ce film part d’un désir d’actrice. Une envie de dire que nous aussi les filles on peut faire rire en jouant des personnages plus complexes que ce qu’on ose nous offrir d’habitude. Je voulais faire un film de femmes sur les femmes, et je savais qu’il n’était pas question d’écrire seule, qu’il fallait qu’on soit plusieurs têtes pensantes. J’ai donc rencontré différents auteurs. Dès le premier rendez-vous avec Murielle, il y a eu une évidence.

 

Murielle Magellan : J’avais très envie d’écrire sur les femmes aussi et quand Audrey m’a glissé ça dans la conversation, il y a eu un déclic immédiat. Il y avait eu, peu de temps avant au cinéma, le film Les Infidèles qui montraient une dimension moins… "glorieuse" des hommes, et je me disais aussi qu’il était temps que les femmes prennent la parole pour se dévoiler sous leur jour…

Audrey Dana : … leur vrai jour.

Murielle Magellan : Dans leur dimension multiple en tout cas ! Souvent, les hommes écrivent sur les femmes en les caricaturant. Elles sont soit hystériques, soit des héroïnes d’une noblesse infinie…

Audrey Dana : Et elles sont souvent cantonnées au rôle de la bonne copine ou de la salope, elles ont le choix entre des personnages de sainte, de mère, ou de pute…

Murielle Magellan : Ou de grande héroïne.

Audrey Dana : Et dans ce cas, l’héroïne est souvent très unidimensionnelle : au cinéma, une femme ne peut être que parfaite, impeccable, forte. Et elle ne pleure jamais...

 

Sous-les-jupes-des-filles---Sylvie-Testud.gif.Sous-les-jupes-des-filles.gif


Murielle Magellan : Or, notre regard était d’emblée très différent : les femmes sont des créatures totalement multiples, qui peuvent être parfois en même temps hystériques ET héroïnes fortes, qui peuvent changer le monde. On avait envie d’écrire là-dessus, et d’explorer cette zone où l’une et l’autre peuvent se rencontrer.

Audrey Dana : Et puis, au-delà d’une rencontre, il y a eu des rencontres, parce qu’à l’envie d’écrire à plusieurs s’ajoutait celle d’aller rencontrer des femmes, beaucoup de femmes, parce qu’il n’y a jamais assez d’expériences rapportées pour pouvoir raconter un millième de la complexité de la femme. On a parlé avec des inconnues, et des femmes qui marquent notre époque, comme des grandes romancières, des créatrices de lingerie, des patronnes de gros canards féminins, des grands reporters, des journalistes, des médecins, des gynécologues, des dermatologues, qui, elles-mêmes, voient défiler beaucoup de femmes dans leur cabinet. Et toutes ces femmes se sont livrées, avec notre garantie de protéger complètement leur anonymat, et nous ont révélé, les unes après les autres, leurs paradoxes les plus fous... Il y avait tellement d’actrices qui me faisaient rêver. Le casting s’est fait tout seul, de manière complètement naturelle. Il y a celles qui sont là depuis le début, qui ont lu chaque traitement… D’autres sont arrivées en cours de route, d’autres encore à quelques semaines du début de tournage. Les actrices, sont toutes venues nous raconter ce qu’elles rêvaient de jouer, de voir dans un film sur la femme du 21ème siècle. Et c’est la combinaison du désir de ces actrices, de leurs frustrations aussi, et de l’expression de toutes ces femmes, qui a donné naissance à  Sous les jupes des filles.

 

Nous avons donc commencé à écrire à trois, avec Raphaëlle Valbrune-Despleschin, dans une espèce de complémentarité assez évidente. Et Raphaëlle a fait une énorme étape du chemin avec nous : les interviews de femmes, l’écriture des premières moutures. Ensuite, je me suis concentrée avec Murielle sur les dialogues.

Murielle Magellan : Cette première étape à trois, avec cette matière précieuse, énorme, nous a donné des pistes multiples qu’il a fallu ensuite trier, organiser, pour pouvoir se servir de ce qui était le plus intéressant d’un point de vue dramaturgique. Il y avait beaucoup de choses délicates. Des sujets compliqués à exploiter dans le registre comique… Des choix à faire, des idées à écarter.

Audrey Dana : Cette étape avait quelque chose de… douloureux. Le contenu à trier était vertigineux.

Murielle Magellan : Je n’ai pas vécu ça dans la douleur, mais c’est vrai que c’était un peu différent pour moi : le matin, j’écrivais mon roman, une histoire très dense d'un amour mis à nu (N’oublie pas les oiseaux, paru aux Editions Julliard) et l’après-midi j’allais travailler avec Audrey et Raphaëlle sur toutes ces "autres" femmes, mises à nu également. J’étais en immersion totale, plongée dans des questions des femmes, dans leurs drames, mais dans deux contextes qui n’avaient rien à voir l’un avec l’autre.

 

Sous-les-jupes-des-filles---Vanessa-Paradis.gif

 

 

Mon opinion

 

Un film de femmes pour les femmes ? Certainement.  

 

Les nombreuses et jeunes spectatrices présentes dans la salle ont ri à plusieurs reprises. Heureux pour elles. 

 

L'ensemble m'a paru très long, trop appuyé. Le propos se perd dans des scènes invraisemblables et caricaturales. À force de se vouloir trop naturel, trop décontracté, la facilité glisse dans tous les clichés avec une surdose de vulgarité.

 

Si certains passages réservent quelques bonnes surprises, un montage aléatoire dans les dernières images, et plus particulièrement au moment du flashmob, m'a sauté aux yeux. Volontaire ?

 

Des actrices à contre emploi dont quelques-unes se tirent parfaitement d'un scénario décousu. La très belle Alice Taglioni, la délicieuse Vanessa Paradis, la drôlissime Julie Ferrier.

 

Pas suffisant pour rendre ce moment de cinéma inoubliable. Pas envie non plus de cracher dans la soupe.

 

Je laisse volontiers la parole aux femmes.

 

 

 

    

Sources :

Dossier de presse

http://www.unifrance.org

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2014
commenter cet article

commentaires

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.