Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 14:00

 

Date de sortie 25 septembre 2013

 

Sur-le-chemin-de-l-ecole---Affiche.gif


Réalisé par Pascal Plisson


Genre Documentaire


Production Française

 

César 2014

 

Meilleur documentaire : Sur le chemin de l'école

 

Passionné d’Afrique, Pascal Plisson a passé plus de 15 ans à voyager à travers le continent pour ses documentaires animaliers. Il réalise son premier long-métrage en 2004, un documentaire sur les nomades de l’Afrique de l’Est, Massaï, les guerriers de la pluie

 

L’idée de ce documentaire vient d’une expérience du réalisateur, Pascal Plisson, alors qu’il se trouvait là pour un autre projet en Afrique : "J'ai habité plu­sieurs années au Kenya où je fil­mais pour National Geographic, la BBC, Canal+, et un jour en fai­sant un repé­rage près du lac Magadi, je tombe sur un groupe de trois jeunes guer­riers Massaï, qui n'avaient pas de lances, mais de petites sacoches en toile de jute. Ils cou­raient depuis l'aube depuis une heure et demi sous une cha­leur ter­rible, et ils n'étaient encore qu'à la moi­tié du che­min, pour aller à l'école. (…) Ils m'ont expli­qué qu'ils sou­hai­taient chan­ger de vie, qu'ils ne vou­laient plus être guer­riers, et qu'ils vou­laient aller à l'école. Cette ren­contre extra­or­di­naire a été pour moi le déclic. Lors de mes voyages, j'ai croisé ensuite d'autres enfants, avec des petits car­tables, sou­vent pieds nus, fai­sant aussi des kilo­mètres dans la forêt, dans la savane. J'ai décidé de faire un film sur ces gamins du bout du monde qui sont prêts à tout pour aller à l'école."

 

Sur-le-chemin-de-l-ecole---Pascal-Plisson.gif


Pascal Plisson 

 

Jean-François Camilleri, le président-directeur général de Walt Disney Company France, s’est engagé personnellement sur le projet et a permis de lancer le processus de production du documentaire.

 

Synopsis

 

Ces enfants vivent aux quatre coins du globe mais partagent la même soif d’apprendre.

 

Ils ont compris que seule l’instruction leur permettra d’améliorer leur vie, et c’est pour cela que chaque jour, dans des paysages incroyables, ils se lancent dans un périple à haut risque qui les conduira vers le savoir.

 

Sur-le-chemin-de-l-ecole.gif


Jackson, 11 ans, vit au Kenya et parcourt matin et soir quinze kilomètres avec sa petite sœur au milieu de la savane et des animaux sauvages…

 

Sur-le-chemin-de-l-ecole-copie-4.gif


Zahira, 12 ans, habite dans les montagnes escarpées de l’Atlas marocain, et c’est une journée de marche exténuante qui l’attend pour rejoindre son internat avec ses deux amies...

 

Sur-le-chemin-de-l-ecole-copie-2.gif


Samuel, 13 ans, vit en Inde et chaque jour, les quatre kilomètres qu’il doit accomplir sont une épreuve parce qu’il n’a pas l’usage de ses jambes. Ses deux jeunes frères poussent pendant plus d’une heure son fauteuil roulant bricolé jusqu’à l’école...

 

Sur-le-chemin-de-l-ecole-copie-3.gif


C’est sur un cheval que Carlos, 11 ans, traverse les plaines de Patagonie sur plus de dix-huit kilomètres. Emmenant sa petite sœur avec lui, il accomplit cet exploit deux fois par jour, quel que soit le temps…

 

.
Sur le chemin de l'école nous plonge dans ces quotidiens hors norme, aux côtés de ces enfants dont la volonté mise au service d’un rêve les guide sur un chemin que nous avons tous emprunté, mais jamais de cette façon-là.

 

Pascal Plisson n'a pas simplement fait un film, pour lui, il s’agit davantage d'une aventure humaine à travers ces enfants qui lui ont offert une leçon de vie : "Il est impossible de s’immerger dans ce genre de projet et d’en ressortir comme si rien ne s’était passé, en laissant les gens là où on les a rencontrés. Je vois toujours les enfants. J’entretiens une relation avec eux qui est très forte. Ça me fait quatre enfants en plus ! De toute façon, on ne peut pas faire un film comme ça sans en sortir indemne."

 

Sur le chemin de l'école-copie-1Depuis la fin du tournage, le réalisateur n'a pas oublié son engagement et a ainsi aidé les écoles qui lui ont fait confiance, en fournissant divers fournitures scolaires et même des bibliothèques pour les élèves. Il a également continué de voir Zahira, Jackson, Carlos et Samuel : "J’ai changé Jackson d’école pour qu’il apprenne mieux. Je lui ai trouvé un parrain qui s’occupe de sa scolarité et de celle de sa soeur parce qu’il n’était pas question de les séparer (…). J’ai trouvé aussi un parrain à Samuel, qui leur construit une maison. Je le suis médicalement, on lui a trouvé un vrai fauteuil… Les besoins de Carlos et de Zahira sont différents, et nous avons travaillé avec les écoles ou les associations qui les appuient, comme Aide et Action."

 

 

Le réalisateur et le producteur ont recruté les enfants sur deux critères : leur âge, entre 7 et 12 ans,  et la distance qui les sépare chaque jour de leur école, pas moins de 10 kilomètres  : "Nous avons cherché des enfants qui non seulement se battent pour aller à l’école, mais qui en plus ont la lucidité de leur situation et se rendent compte que leur démarche est essentielle pour leur avenir. Il existe beaucoup d’enfants qui ne sont pas scolarisés pour le savoir qu’ils peuvent acquérir - parfois, l’école représente surtout leur seule chance d’avoir un repas par jour."


Sur-le-chemin-de-l-ecole-copie-5.gif

 

 

 

Le bon équilibre des choix musicaux a été difficile à harmoniser pour le réalisateur, celui-ci souhaitant qu'ils puissent se fondre et s’allier aux histoires du documentaire : "La musique ethnique pouvait nous rapprocher des personnages et de leur culture mais nous aurait emmené vers un film de voyage et la couleur locale nous aurait fait perdre l’universalité des sentiments que nous voulions transmettre. Laurent Ferlet, à qui j’ai fait appel pour composer la musique a réussi, en utilisant des cordes d’orchestres et des instruments ethniques, à définir une couleur musicale qui nous permet de relier une histoire à l’autre."

 

 

 

Mon opinion :

 

 

Le courage au quotidien.

Les histoires respectives de ces enfants, beaux, attachants, aimants et aimés, étaient suffisamment riches et douloureuses pour se suffire à elles seules. Ce documentaire est une belle leçon de vie et remet bien des choses à leur juste place. C'est vrai.

 

Cependant au tout début du film, une voix off, totalement inutile, plombe, d'emblée l'ambiance, en récitant ce que l'on peut lire sur l'écran, tout en insistant sur le réel des histoires ici, présentées.

 

Le réalisateur filme des tranches de vie simples et dures pour ces enfants, avides d'apprendre. Le réalisateur a trop mis en scène plusieurs passages pour en faire un véritable documentaire.

 

Quelques passages m'ont dérangé et laissé penser à une scénarisation excessive qui voudrait, malgré tout, passer inaperçue. Un détail, peut-être. Mais dans cette case du Kenya au confort très rudimentaire et loin de tout, on aperçoit la mère faire à manger, à la famille rassemblée, d'une façon que l'on peut juger exacte, si ce n'était le "sachet sous-vide", d'épices ou d'aromates quelconques, comme on peut en trouver partout chez nous, qu'elle mélange à la nourriture

 

Un autre et de taille, l'attaque des éléphants. Une ficelle aussi grosse que la bête elle-même ! À moins que Pascal Plisson ne veuille faire revivre dans ce passage son talent de documentariste animalier, par ailleurs connu et reconnu.

 

Le gros inconvénient, et non des moindres, la version française. Elle nuit grandement à l'intérêt de ce documentaire qui, reste, toutefois, non dénué d'intérêt.

 

La photographie d'Emmanuel Guionet est tout à fait remarquable.

 

Des moments magiques aussi, tels, la séquence avec la grand-mère et sa petite fille dans les montagnes de l'Atlas. Ou plus encore ce merveilleux geste d'amour de la mère Indienne massant le corps de son enfant lourdement handicapé.

 

Il n'en reste pas moins l'intérêt que le réalisateur porte à ces enfants et le travail en amont que cela a dû représenter pour convaincre les principaux protagonistes et les familles de chacun d'entre eux.

 

Je veux croire, à ce que j'ai pu lire, des améliorations de vie apportées à ces enfants par l'équipe du film, pendant et surtout après le tournage.

 

Espérer aussi, que le poids des traditions ne viendra pas éteindre cette ouverture au monde que représente "Sur chemin de l'école".

 

Sources

http://www.unifrance.org

http://www.allocine.fr

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2013
commenter cet article

commentaires

Mitch movies 04/09/2014 18:56


Bonsoir. Vu et apprécié dans l'ensemble. J'avais remarqué le sachet "sous-vide" et suis ok avec votre remarque concernant l'attaque des éléphants. Assez réussi malgré tout en espérant que la
suite soit positive pour ces enfants. 

dasola 26/10/2013 19:06


Bonsoir Alain, l'idée de ce documentaire est très sympathique mais j'ai trouvé que c'était un peu trop beau pour être vrai. Je ne conteste pas le courage de ces écoliers qui font tout pour s'en
sortir mais j'ai du mal à imaginer leur avenir. Bonne soirée.

Jacqueline 24/10/2013 16:49


Je l'ai vu et n'avais pas remarqué le sachet sous-vide. Effectivement si c'est bien ça, grosse erreur. En revanche j'ai été sensible aux deux point que tu mentionnes, la grand-mère et cette femme
indie;ne dans son sari ùagnifqiue qui tente de soulager le mal de son fils. Un grand geste d'amour. Mais je suis sorti un peu déçue et m'attendais à plus fort. Bisous

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.