Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 19:00

 
Date de sortie 25 décembre 2013

 

Tel-pere--tel-fils--Affiche.gif


Réalisé par Kore-eda Hirokazu


Avec Masaharu Fukuyama, Machiko Ono, Lily Franky,
Yoko Maki, Shôgen Hwang, Keita Ninomiya, Rirî Furankî

 

Titre original Soshite Chichi ni Naru


Genre  Drame


Production Japonaise

 

Président du jury à Cannes où était présenté le film, Steven Spielberg est tombé sous le charme de l’histoire contée par Kore-eda Hirokazu.

 

Le film n'avait pas fait l'unanimité des critiques, à Cannes. Cependant, on se doutait que sa thématique et son traitement toucherait Steven Spielberg, alors Président du Jury. Le réalisateur américain est allé plus loin. En effet, sa compagnie de production, Dreamworks, a acquis les droits du long-métrage nippon et en assurera un remake américain.

 

Tel père, tel fils  en compétition officielle

au Festival de Cannes 2013 a été distingué par

- Le Prix du jury, le troisième prix le plus important figurant au palmarès. 

 

Tel-pere--tel-fils---Masaharu-Fukuyama-et-Keita-Ninomiya.gif

 

Masaharu Fukuyama et Keita Ninomiya

 

Père depuis 2008 d’une petite fille, Kore-eda Hirokazu s’interroge encore sur la notion de paternité et sur le moment où un homme se sent devenir père. C’est cette réflexion sur sa propre vie qui a conduit le cinéaste japonais à réaliser Tel père, tel fils. "De toute évidence, c’est en devenant parent que l’on apprend le plus sur les enfants. Quand ma fille est née, j’ai commencé à penser de plus en plus à mon père, qui est décédé. Soudain, je me suis rappelé mon enfance et ma relation avec lui, pas forcément des plus saines. Puis je me suis rendu compte que je ne pouvais pas réfléchir au genre de père que je voulais être pour ma fille avant d’avoir analysé et digéré la relation que j’avais avec mon propre géniteur. Je vais sans doute continuer à aborder la paternité dans mes prochains films jusqu’à ce que j’en comprenne les raisons profondes", confesse-t-il.

 

Synopsis

 

Ryota Nonomiya (Masaharu Fukuyama), un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse (Machiko Ono) et leur fils Keita (Keita Ninomiya) âgé de 6 ans une famille idéale.

 

Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l'hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’il a élevé n’est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu plus modeste…

 

 

Tel-pere--tel-fils---Masaharu-Fukuyama-et-Keita-N-copie-1.gifAvec Tel père, tel filsKore-eda Hirokazu confirme son goût pour la thématique de l’enfance. Si ce neuvième film raconte l’histoire d’un père dont le jeune garçon a été échangé à la naissance, trois autres de ses œuvres s’attachent à cet univers. Dans Nobody Knows, réalisé en 2004 il suit ainsi 4 enfants abandonnés par leur mère. Avec Air Doll, en 2009, il détourne le concept de l’enfance en suivant Nozomi, une poupée gonflable qui s’anime, et qui va découvrir le monde à la manière d’une enfant. Enfin, en 2011, le réalisateur nippon conviait le public à participer au voyage initiatique de deux jeunes frères séparés qui vont tout faire pour se réunir. Il s'agit là du très beau film I Wish - Nos voeux secrets.

 

Tourner avec des enfants âgés de 6 ans comme Shôgen Hwang et Keita Ninomiya n’a rien d’une évidence. Afin d’obtenir une vraie complicité entre les parents et les deux apprentis acteurs, Hirokazu Kore-Eda a enjoint Masaharu Fukuyama, Yoko Maki, Lily Franky et Machiko Ono à partager un maximum de temps avec les deux jeunes enfants.

 

Avant le tournage, ils ont ainsi déjeuné plusieurs fois et ont joué tous ensemble. Cela a permis de créer une certaine continuité sur le plateau.

 

 Tel-pere--tel-fils---Hirokazu-Kore-Eda.gif


Keita Ninomiya, Kore-eda Hirokazu et Shôgen Hwang

Festival de Cannes le 18 mai 2013

 

Kore-eda Hirokazu ne s’est pas embarrassé à expliquer dans le détail le rôle qu’aurait à jouer Shôgen Hwang et Keita Ninomiya. Le réalisateur nippon n’a carrément pas donné le scénario aux deux enfants et s’est contenté de leur indiquer une fois sur le plateau les scènes qu’ils devaient interpréter.

 

Plus qu’un acteur, Masaharu Fukuyama est une star dans son pays. Jusqu’à 2011, il était le chanteur masculin ayant vendu le plus disques de l’histoire du Japon. Son tube Sakurazaka, qui l’a popularisé en 2000, reste à ce jour le single le plus vendu de l’histoire du Japon pour un artiste masculin.

 

En tant qu’acteur, c’est son rôle de Manabu Yukawa dans la série Galileo, sortie en 2007 et adaptée au cinéma, qui le consacre. Tel père, tel fils constitue son cinquième long-métrage.


Jusque-là, il n’avait joué que dans de grosses productions où il tenait le premier rôle, Kore-eda Hirokazu n’aurait jamais imaginé qu’il s’intéresserait à ses films, toujours d’un budget nettement moins important. Au lieu de dire "écrivez-moi un rôle, je veux être à l’affiche d’un de vos films", il m’a simplement expliqué "j’aimerais beaucoup jouer dans l’un de vos longs métrages, pas forcément en tant qu’acteur principal, quoi que ça reste une possibilité, j’ai simplement envie de participer à l’un de vos projets." Une démarche très modeste qui lui ressemble beaucoup confesse le réalisateur.

 

Tel père, tel fils - Yoko MakiRirî Furankî dispose aussi d’une certaine notoriété dans l’archipel nippon. Musicien et compositeur à ses heures, c’est surtout dans le domaine de la littérature qu’il acquiert sa popularité grâce à son premier roman Tokyo Tower : Mom & Me, and Sometimes Dad, vendu à plus de 2 millions d’exemplaires et adapté ensuite à la télévision et au théâtre. 

 

Yoko Maki et Masaharu Fukuyama avaient déjà tourné ensemble, en 2010, pour les besoins de Ryomaden-The Legend, diffusée sur NHK. Dans cette série, les deux acteurs interprétaient un couple marié, ce qui n’est pas le cas ici.

 

L’un et l’autre s’opposent dans , Tel père, tel fils.

 

Tel père, tel fils  avait divisé la critique cannoise, alors que certains avaient jugé son émotion trop attendue, trop lisse. Cependant, d'autres avaient été conquis par la douceur et l'universalité du film.

 

Pour le lefigaro.fr, "Kore-Eda parvenait à bouleverser les festivaliers qui commençaient à désespérer de la sélection officielle." Pour premiere.fr en revanche, "À l'inverse de Nobody knows et de Still walking, merveilles de minimalisme zen, Tel père, tel fils enfile les clichés sur la paternité et sur la lutte des classes, appuie et répète son propos avec un symbolisme trop évident et ne parvient qu'à la toute fin à nous cueillir sur le registre de l'émotion où il était attendu." Dans un même contraste, lacroix.fr appréciait "Interprété avec grâce, dominé par les notes des Variations Goldberg, mis en scène avec sobriété et élégance, Tel père, tel fils laisse une impression durable de parfaite maîtrise. Un très beau film, qui se tient aussi éloigné des éclats de voix que de l'émotion facile.", quand telerama.fr "Certes, Kore-Eda est un excellent filmeur d'enfants (il l'a prouvé avec Nobody knows, entre autres). Et il sait finir son film avec davantage de tact et de grâce qu'il ne l'a commencé. Mais cela reste déconcertant d'avoir affaire, à Cannes, sanctuaire d'un cinéma libre, à une histoire aussi fléchée, à une pensée aussi convenue, à un regard aussi normatif... Le pire serait que tout cette banalité devienne le plus petit dénominateur commun des goûts du jury." Et enfin; Pour lemonde.fr : "Pour amener ses personnages jusqu'au bout de cette aventure (...) Kore-eda emprunte le chemin de la poésie. Qu'il filme un marché couvert en béton qu'arpente une silhouette enfantine ou qu'il saisisse au vol une grimace ou un sourire, il le fait avec l'émerveillement inépuisable d'un primogéniteur. À ceci près qu'il est un grand cinéaste, et que, contrairement aux parents infernaux qui vous gavent de petits films de famille, Kore-eda Hirokazu sait faire de son portrait de famille(s) une image universelle."

Relevés sur http://www.cinemovies.fr

 

Tel-pere--tel-fils.gif

 

Mon opinion

 

 

Une nouvelle fois, Kore-eda Hirokazu, offre dans son dernier film, les rôles essentiels à des enfants. Ils sont rois.

 

Le réalisateur excelle depuis longtemps dans son étude des rapports humains, familiaux aussi. (Nobody knows, le magnifique Still Walking et plus récemment I wish).

 

Ici, deux familles que tout oppose, vont devoir composer, suite à un malencontreux coup du destin. Les images, souvent glaciales, parfois dérangeantes se succèdent, ponctuant ainsi des tranches de vie qui n'auraient jamais du se croiser.

 

Aucun jugement et encore moins de leçon de morale de la part du réalisateur.

 

Il y a des moments de doutes, d'incertitudes, de calculs aussi, que rencontre l'un de deux pères, rôle essentiel du film, interprété par Masaharu Fukuyama. À sa froideur, doublée d'une extrême rigidité, viennent s'ajouter les rapports à l'argent. Il va voir ses certitudes s'envoler d'un coup d'un seul. Les liens entre un père et un fils n'existent-ils que par le sang, sont-ils plus forts que tout ? Quand la réponse viendra s'imposer, s'en suivront une magnifique leçon de vie et l'un des moments le plus intense du film.

 

Les femmes sont bien présentes et ne sont pas réduites aux sourires et à l'inclinaison quasi obligatoire devant leurs interlocuteurs. Fortes de leur amour maternel, deux mères vont finir par se rapprocher en se confiant l'une à l'autre. La moins perturbée n'est pas forcément celle qui semblait avoir un avantage au départ. L'une des deux grand-mères affirme avec simplicité que les liens affectifs restent primordiaux face à ceux du sang. Des femmes justes, respectables, étonnantes de vérité.

 

Deux mondes. Deux époques, aussi. Mais plus que tout, deux enfants, Shôgen Hwang et Keita Ninomiya, qui eux, sont les plus forts et vaincront là, où les parents ont trébuché.

 

Sources :

http://www.allocine.fr

http://fr.blouinartinfo.com

http://www.imdb.com

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2013
commenter cet article

commentaires

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.