Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 00:00

 

The-Master---Affiche-3.jpg


Réalisé par Paul Thomas Anderson


Avec Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams,

Jesse Plemons, Amy Ferguson, Ariel Felix, W. Earl Brown,

Katie Boland, Ambyr Childers, Rami Malek, Laura Dern

 
Genre Drame


Production Américaine

 

Entre autres récompenses ... pour The Master :


Date de sortie en salles 9 janvier 2013

 

Mostra de Venise 2012


Lion d'Argent - Prix de la mise en scène pour Paul Thomas Anderson
Coupe Volpi Meilleure interprétation masculine ex-aequo

 Philip Seymour Hoffman et Joaquin Phoenix


Selon diverses déclarations, le palmarès de la Mostra largement contesté fut le fruit de calculs un brin surprenants : le jury présidé par Michael Mann aurait dans un premier temps décerné le Lion d’or au film de Paul Thomas Anderson. Mais comme l’a précisé Michael Mann, au The Hollywood Reporter, on ne pouvait coupler cette récompense avec un Prix d’interprétation, en vertu d'une règle de non-cumul, les jurés auraient finalement choisi de "rétrograder" The Master, afin de pouvoir récompenser ses acteurs.

 

Los Angeles Film Critics Association Awards - LAFCA 2012


Prix du meilleur réalisateur Paul Thomas Anderson
Prix du meilleur acteur  Joaquin Phoenix
Prix de la meilleure actrice dans un second rôle Amy Adams
Prix du meilleur chef décorateur David Crank et Jack Fisk

 

The-Master---Joaquin-Phoenix-1.jpg.The-Master---Joaquin-Phoenix-2.jpg

 

The Master a été classé meilleur film 2012 par Sight and sound,

la célèbre revue du British Film Institute.

 

The-Master---Joaquin-Phoenix-3.jpg.The-Master---Joaquin-Phoenix.jpg

 


The Master, le sixième film de Paul Thomas Anderson, raconte une histoire bouleversante d'humanité qui se déroule dans cette atmosphère d'aspiration spirituelle, au tout début des années 50.

 

Synopsis

 

Freddie, un vétéran, revient en Californie après s’être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu’il a en lui… Incapable de retrouver ses repères dans la vie quotidienne, il découvre par hasard un tout jeune mouvement appelé la Cause

 

Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd "le Maître", un homme, intelligent et charismatique meneur d’un mouvement la Cause, il  tombe sous le charme de cet homme et devient son bras droit, son lieutenant. 

 

Alors que la foi envers cette nouvelle religion commence à gagner de nombreux adeptes, Freddie, de son côté, remet en question le système auquel il a adhéré et plus encore  l'influence de son mentor.


Cependant, même si la Cause s'intéresse à la maîtrise des émotions humaines, la camaraderie entre Freddie et Dodd va se transformer en un combat intime et féroce, une lutte sans merci entre deux volontés.

 

De la fascination à l'affrontement, on croise toutes les émotions.

 

The-Master---Philip-Seymour-Hoffman.jpg


Philip Seymour Hoffman

 

Fidèle à sa légende, Paul Thomas Anderson, unanimement considéré comme l'un des cinéastes les plus intéressants du cinéma contemporain, revient avec un sujet aussi fort que ses personnages. La fin de la Seconde Guerre mondiale a vu l'émergence d'une Amérique égarée et agitée. C'était une époque de croissance nationale et de grandes aspirations comme le pays n'en avait jamais connu dans toute son Histoire, mais c'était aussi un temps de déracinement et d'inquiétude latente. Le choc des contrastes a engendré une culture avide de recherche et de questionnement qui se prolonge jusqu'à notre XXIe siècle. Les jeunes hommes revenant chez eux après l'incompréhensible noirceur de la guerre ont forgé un nouveau monde scintillant de consommation et d'optimisme. Et cependant, beaucoup aspiraient à autre chose, attendaient davantage de la vie, cherchaient quelque chose qui les dépasse, quelque chose qui les protège de l'anxiété, de la confusion et de la sauvagerie du monde moderne.

 

Paul Thomas Anderson cite comme influences pour The Master aussi bien les romans de John Steinbeck que les histoires qu'a pu lui raconter l'acteur Jason Robards, soldat lors de la guerre du Pacifique.
 
Dès l'écriture du scénario, Paul Thomas Anderson désirait faire tourner Joaquin Phoenix, désir qui ne date pas d'hier : "Cela fait 12 ans que je lui demande de jouer dans mes films mais il a toujours eu une raison de refuser. Je suis simplement reconnaissant qu'il ait accepté cette fois-ci", explique le réalisateur.
 
The Master - Joaquin Phoenix-copie-1Pour entrer dans la peau de Freddie Quell, Joaquin Phoenix a dû perdre 15 kilos : "Il s'agissait moins de perdre du poids que d'utiliser la maigreur pour modifier ma façon de bouger, de me tenir, de ressentir". Cette idée lui est venue après la découverte du documentaire On the Bowery réalisé en 1956 sur des alcooliques de cette époque : "J'ai été frappé par la grande maigreur et la fragilité de ces hommes pollués, cassés, en mauvaise santé", explique-t-il.


The Master marque le retour de Joaquin Phoenix dans la peau d'un personnage après avoir joué son propre rôle dans le film I'm Still Here - The Lost Year of Joaquin Phoenix réalisé par Casey Affleck en 2010, et annoncé en 2008 qu'il arrêtait sa carrière d'acteur.


"L’Eglise de scientologie" a vu trop de ressemblances entre The Master et la naissance de leur mouvement. Ils ont donc tenté de contre-attaquer : des personnes soupçonnées d'appartenir au mouvement religieux auraient ainsi passé des appels anonymes et inondé de mails la Weinstein Company, qui distribue le film aux États-Unis.


Si de nombreux critiques ont cru voir un rapport entre l'histoire de The Master et celle de Ron Hubbard, le fondateur de la Scientologie, ce n'est pas le cas de Paul Thomas Anderson : "(...) je n'ai pas pensé à la scientologie. J'ai eu une approche très psychologique, pas du tout sociologique. Je ne pense pas décrire un phénomène américain. Cela pourrait se passer n'importe où", explique-t-il.


Autrefois acteur pour Paul Thomas Anderson, Tom Cruise serait sorti très mécontent d'une projection de The Master.  L'un des prosélytes les plus constants de la scientologie aurait quelques "problèmes" avec certaines scènes du film, lequel évoque, tout en prétendant ne pas le faire mais en le faisant quand même, la Scientologie et son fondateur Ron Hubbard, dont est inspiré le personnage campé par Philip Seymour Hoffman, un habitué du réalisateur, qui avait, déjà, torturé Tom Cruise interprétant Ethan Hunt dans Mission: Impossible III.

 

 The-Master---Amy-Adams-et--Joaquin-Phoenix.jpg


Amy Adams et Joaquin Phoenix

 

The Master a été tourné à 85% en 70 mm, un format qui n'est plus utilisé dans le milieu cinématographique.  Ce format magnifique a été utilisé principalement durant la période allant de 1955 à 1969, pour des films tels que 2001 : l'odyssée de l'espace réalisé en 1968 par Stanley Kubrick, le magnifique Ben-Hur de William Wyler, My Fair Lady réalisé en 1964 par George Cukor, ou encore Lawrence d'Arabie réalisé par David Lean. Au départ, Paul Thomas Anderson ne pensait pas tourner dans ce format mais après différents tests, il a été convaincu : "Ce format donne une image d’une netteté fantastique (...) les objets semblaient anciens sans avoir l’air d’être surannés ou de faire partie d’une reconstitution d’un style particulier", explique-t-il.

 
Pour recréer au mieux les États-Unis des années 40 et 50, le chef décorateur Jack Fisk et Paul Thomas Anderson ont dû partir en repérages un an avant le tournage. The Master débute en juin 2011 à Vallejo et Sacramento en Californie. Il se déroule également dans d'autres villes de Californie : à Oakland, Berkeley, Crockett et Los Angeles. Certaines scènes ont été tournée à Oahu dans l'archipel d'Hawaï
  
Le personnage interprété par Philip Seymour Hoffman possède un bateau qui a appartenu au président américain Franklin Delano Roosevelt entre 1936 et 1945. Il a ensuite été vendu à Elvis Presley.

 

The-Master----Philip-Seymour-Hoffman-et-Joaquin-Phoenix.jpg

 

Philip Seymour Hoffman et Joaquin Phoenix

 
C'est la deuxième fois que le musicien Jonny Greenwood compose la bande-originale d'un film de Paul Thomas Anderson après celle de There Will Be Blood en 2007. Jonnny Greenwood s'est inspiré du travail d'un musicien des années 50, Otto Luening, pionnier de la musique électronique : "Une partie de la musique du film a été enregistrée grâce à une technologie similaire, en jouant avec la vitesse des bandes, le sens de défilement et d’improbables techniques de micro", explique le compositeur.
 
Initialement pressenti pour le rôle finalement échu à Joaquin Phoenix, Jeremy Renner n'a pu ajuster son calendrier pour cause du tournage de Jason Bourne : l'héritage. Mais il n’est pas le seul à avoir fait faux bond à Paul Thomas Anderson, puisque Robert Elswit, son habituel chef opérateur, était lui aussi déjà engagé sur le film de Tony Gilroy.
 
The Master marque la cinquième collaboration entre Paul Thomas Anderson et l'acteur Philip Seymour Hoffman après Hard Eight en 1996, Boogie Nights en 1997, Magnolia en 1999 et Punch-drunk love - Ivre d'amour en 2002.

 

The-Master----Amy-Adams-et-Philip-Seymour-Hoffman.jpg

 

Amy Adams et Philip Seymour Hoffman

 

C'est la troisième fois après La Guerre selon Charlie Wilson en 2007 et Doute en 2008 que Philip Seymour Hoffman et Amy Adams ont tourné ensemble dans un film.

 

   

 


Sources :

http://www.cinemovies.fr

http://www.imdb.com

http://www.allocine.fr

commentaires

A
<br /> Je m'interroge si oui ou non, je vais voir ce film très long mais qui me parait intéressant et admirablement interprété. Je déciderai demain, selon ce que propose  les salles<br /> de spectacle de Deauville. Je préférerais quelque chose de plus tonique car ce film est une lente descente aux enfers. Une de plus en ces temps peu réjouissants. Mais haut les coeurs,<br /> il faut garder le moral. "Que le monde est beau" - disait le poète. Et il a raison.<br />
Répondre
D
<br /> Bonsoir Alain, je compte bien aller voir le film dès que possible rien que pour les trois acteurs principaux qui viennnent d'être "nominés" aux Oscars (comme Emmanuelle Riva d'ailleurs et je suis<br /> bien contente). There will be blood avait été un vrai choc pour moi. Bonne soirée.<br />
Répondre

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.