Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 13:03

 

 

Date de reprise le 3 août 2016

 

Version restaurée

 

All-that-Heaven-Allows---Affiche.jpg


Réalisé par Douglas Sirk


Avec Jane Wyman, Rock Hudson, Agnes Moorehead,

Conrad Nagel, Virginia Grey, Gloria Talbott,

William Reynolds II, Charles Drake


Genre Comédie dramatique


Titre original All that Heaven Allows

 

Production Américaine - 1955

 

Il aura fallu les éloges d’un Godard, Martin Scorsese ou d’un Fassbinder pour faire taire les esprits trop littéraires qui ne voyaient en Douglas Sirk que l’équivalent cinématographique des romans à l’eau de rose. Fassbinder avouera que son film Tous les autres s'appellent Ali était un remake du chef-d'oeuvre de Douglas Sirk.

 

Tout-ce-que-le-ciel-permet.jpg

 

 Rock Hudson et Jane Wyman

 

Tout ce que le ciel permet fut un succès public et critique relatif, le qualifiant pour certaines de "film tout juste bon pour les femmes pleurnichardes". Le temps faisant heureusement son oeuvre, Tout ce que le ciel permet est aujourd'hui unanimement considéré comme l'un des plus beaux films du maître. Il fut d'ailleurs élu en 1995 pour rejoindre la prestigieuse collection de films dressées par la Bibliothèque du Congrès Américain.

 

Tout-ce-que-le-ciel-permet---Affiche-copie-1.jpgAujourd’hui l’époque des railleries est belle et bien révolue et le cinéaste est cité comme influence par tous les réalisateurs en vogue, de Pedro Almodovar à Quentin Tarantino en passant par François Ozon… Comme aimait à le rappeler Douglas Sirk, la distance entre le roman de gare et le grand Art est mince. All That Heaven Allows en est le plus bel exemple. L’intrigue est simple comme une chanson de Claude François : il est pauvre, elle est riche, il est jeune, elle est plus âgée, et malgré tout, ils s’aiment… Pourtant, loin de crouler sous la guimauve qu’impose un tel sujet, le spectateur se voit terrassé par cette histoire qui possède la force des grandes tragédies.

 

Douglas Sirk n'est pas ce cynique cultivé qui aborderait un matériau jugé impur avec la distance amusée de l'esthète. Il instrumentalise simplement les codes du mélodrame pour créer un langage cinématographique unique, prêt à rendre au plus près la vérité du cœur.

 

Selon Douglas Sirk : "Le succès américain provient du fait que le film est fondé sur une philosophie typiquement américaine, celle d'Emerson et de ces disciples où la nature tient une grande place… Le thème du retour à la nature a sans douté été inspiré par Rousseau. Son influence n'a gagné l'Amérique qu'assez tard parce qu'à l'époque où il écrivait les problèmes qu'il abordait ne se posaient pas encore aux américains qui n'avaient encore que des contrées sauvages et pas encore construit des villes. Ce désir de retour à une vie primitive et simple était à mon avis parfaitement incarné par cet homme qui s'occupait de faire pousser des arbres, vivait dans un jardin et méprisait l'argent et la haute bourgeoisie. Or ça c'est tout le rêve américain."

 

 

Tout-ce-que-le-ciel-permet---Affiche.jpgSynopsis

 

Veuve d'âge mûr, Carey Scott (Jane Wyman) mène une vie terne et sans histoire dans une petite localité de Nouvelle-Angleterre, se consacrant au bonheur de ses deux enfants Ned (William Reynolds II) et Kay (Gloria Talbott) qui viennent d'entrer à l'Université. Souhaitant qu'elle ne termine pas ses jours en solitaire, ses enfants et son amie et confidente, Sara Warren (Agnes Moorehead), la poussent dans les bras de Harvey (Conrad Nagel), quinquagénaire aisé auprès de qui elle trouverait la tendresse et la sécurité.

 

Carey rêve encore d'un grand amour. C'est dans cette disposition d'esprit qu'elle rencontre Ron Kirby (Rock Hudson), le séduisant pépiniériste, de quinze ans plus jeune qu'elle, engagé par ses soins pour s'occuper de son jardin. Ron Kirby ne tarde pas à partager sa passion et ils deviennent amants. Le jeune homme l'emmène dans sa demeure, un vieux moulin situé au milieu des bois où il vit loin du monde, des préjugés et des conventions.

 

 

La liaison de Carey est rejetée par son entourage : non seulement à cause de leur différence d'âge mais aussi parce que Ron Kirby est d'un niveau social bien inférieur. Pour ne pas déplaire à ses enfants, Carey rompt avec Ron et recommence à fréquenter Harvey. Peu après, Kay se marie et Ned, mobilisé, part pour l'étranger. Souffrant de la solitude, Carey apprend que Ron a été victime d'un grave accident.

 

Tout-ce-que-le-ciel-permet-copie-1.jpg

 

Découvrant que son sacrifice n'a pas empêché l'ingratitude de ses enfants, elle part le soigner et, à sa guérison, décide de braver l'hypocrisie qui l'entoure en l'épousant.

 

Douglas Sirk démontre que l'ironie et l'émotion peuvent aller de pair dans la scène extraordinaire où arrive sur une table à roulettes le cadeau du fils à sa mère, un poste de télévision, ainsi commenté par le vendeur : "Tout ce que vous avez à faire, c'est de tourner le bouton et vous aurez toute la compagnie que vous pouvez désirer, là sur l'écran : le drame, la comédie, la parade de la vie sont à la pointe de vos doigts".

 

Tout ce que le ciel permet - Rock HudsonCe qui frappe, à la vision de All That Heaven Allows, c'est la fondamentale vérité du rôle tenue par Jane Wyman. Contrairement aux films hollywoodiens de l'époque, la femme n'est ici ni l'incarnation d'un modèle fantasmatique, car ce rôle revient à Rock Hudson, représentation parfaite du beau mâle américain des fifties, ni un substitut d'homme mais comme une femme à part entière. Avec ses doutes, ses désirs, ses angoisses. La mise en scène de Douglas Sirk adopte entièrement ce point de vue féministe, et c'est cette brûlante passion, ce feu intérieur qui semble déborder sur l’image, irradiant chaque geste, chaque objet, chaque visage...

 

All That Heaven Allows c'est aussi cette lumière qui révèle tout, qui brûle les yeux, et décharne le mélodrame jusqu’à le laisser nu, dans ce plus simple et rutilant apparat. La superbe photo de Russell Metty, indissociable des plus grands films de Douglas Sirk, éclabousse l’écran de ses couleurs primaires et semble retrouver la pureté originelle du monde. Jamais la neige n’a semblé aussi immaculée au cinéma que dans All That Heaven Allows, ni les feuilles d’automne aussi dorées…

 

Tout-ce-que-le-ciel-permet---Rock-Hudson-et-Jane-Wyman-.jpg Rock Hudson et Jane Wyman

 

C'est à une véritable scénographie de l'intérieur que nous convie ici Douglas Sirk. Et si les décors de Russell A. Gausman et Julia Heron tiennent une grande importance dans All That Heaven Allows, le cinéaste n’en est pas pour autant un cinéaste décoratif. La grande idée du film est la suivante : comme suggère le jeune jardinier à Cary l'obstacle à leur amour ne vient peut être pas tant du monde extérieur que de Kary elle-même ! Si tous ses reflets dans les miroirs, signatures visuelles récurrentes dans le cinéma de Douglas Sirk, renvoient à Kary une image forgée par les conventions sociales, il lui faudra alors briser cette image afin de s'en libérer. Et c'est seulement à ce moment que le miracle final pourra enfin avoir lieu...

 

Tout ce que le ciel permet 1.Tout ce que le ciel permet-copie-2

 

Le cinéma de Douglas Sirk  s’embarrasse peu de psychologie, et les sentiments qui habitent et les uns et les autres sont immuables, figés tel une maladie incurable. Il faut alors se battre, briser les barrières sociales et morales afin de vivre pleinement, au plus près de son âme. Et ce retour aux sources, ce chemin vers le cœur ne peut s’accomplir que dans la révélation de la beauté du monde. Et de la nature…

 

Cette philosophie de l’écrivain américain Henry David Thoreau, et de son livre Walden, ou la vie dans les bois, une oeuvre que le père de Douglas Sirk lui aurait offert à l'âge de 14 ans, modifiant à jamais sa vision des choses.

 

Tout-ce-que-le-ciel-permet---Jane-Wyman-et-Virginia-Grey.jpg

 

Jane Wyman et Virginia Grey

 

Certains, sans doute trop cyniques pour se laisser emporter dans ces maelström d’émotions, ont voulu voir dans les films de Douglas Sirk une forme d’ironie, allant même jusqu’à les qualifier de comédies ! Or ce qui frappe à la vision de All That Heaven Allows, c’est justement cette absence de condescendance vis-à-vis du genre abordé. Douglas Sirk ne subvertit pas le mélo, il le pousse dans ses derniers retranchements afin de le sublimer. Tout est ici exacerbé : l’amour que partagent les deux personnages est aussi simple que fulgurant, et la mesquinerie de ceux qui tentent d’empêcher cet amour semble relever d’un complot universel et machiavélique…

 

 

Les deux héros du film, Jane Wyman et Rock Hudson, n'en sont pas à leur première collaboration. En effet, les deux acteurs, un an auparavant, étaient déjà dirigés par Douglas Sirk dans la comédie dramatique Le Secret magnifique, gros succès en salle. Les studios Universal souhaitaient par conséquent le réitérer avec Tout ce que le ciel permet. Ils donnèrent ainsi à Douglas Sirk un budget confortable et une relative liberté. "On me permettait au moins de travailler sur les textes", explique Douglas Sirk. "Il fallait que je suive les règles, que j'évite les expérimentations, que je fasse des happy-end mais la Universal n'est jamais intervenue ni sur le travail à la caméra ni sur mon montage".

 

Tout-ce-que-le-ciel-permet---Rock-Hudson-et-Jane-Wyman.jpg

 

Si Jane Wyman fut enchantée de retravailler avec Rock Hudson, elle s'interrogeait en même temps sur sa carrière au cinéma : récemment divorcée de Ronald Reagan, elle estimait à ce moment là que son avenir d'actrice se jouerait plutôt dans les soap opera, à la télévision. Après Tout ce que le ciel permet, elle ne jouera plus que dans cinq films. En revanche, sa carrière à la TV fut florissante. Elle fut notamment l'une des égéries de la série culte Falcon Crest.

Quant à Rock Hudson, il était à l'époque du film l'une des idoles d'Hollywood. Mais parce qu'il menait une vie que beaucoup jugeaient scandaleuse, le studio Universal, anxieux de son comportement, le rappelait constamment à l'ordre tout en entretenant savamment la figure de l'acteur avec d'intenses campagnes de publicité.
     
Un an après Le Secret magnifique, Rock Hudson signe ici sa deuxième collaboration avec le réalisateur. Dirigé à de nombreuses reprises par le maître du mélodrame américain, Rock Hudson est, encore aujourd'hui, considéré comme l'un de ses acteurs fétiches.

  

Cours de cinéma Tout ce que le ciel permet ... par forum des images

 

Sources :

http://www.dvdclassik.com

http://www.cineclubdecaen.com

http://www.allocine.fr

http://www.imdb.fr

commentaires

armelle 07/08/2016 10:06

Ils ont raison de restaurer ces films anciens, souvent d'une qualité indéniable, avec des acteurs qui hantent encore nos mémoires. Les revoir est un vrai bonheur. La télévision le fait souvent et c'est une bonne chose. Ces grands classiques n'ont pas pris une ride.

Josh 03/08/2016 11:02

Du grand et magnifique mélo. Avec Mirage de la vie, celui-ci est également mon préféré dans l'oeuvre de Sirk

Jacqueline Magne 02/08/2016 14:47

C'est grâce à toi que j'ai découvert Douglas Sirk. J'ai d'ailleurs toujours le coffret que tu m'a prêtée. Je pense que ce soir mon programme est fait. Merci cher Alain

j.etienne 04/12/2013 17:03


Bonjour Alain


C'est mon film préféré de Sirk avec "Has anybody seen my gal" et "there's always tomorrow"


(plus sûr du titre anglais;c'est avec B.Stanwick) . On aime se lover dans cet univers soyeux!

roijoyeux 07/04/2013 19:16


un autre de mes films préférés ! émouvant et très belles images technicolor saturées dommage que ce n'est plus ainsi !

mitchmovies 13/10/2012 18:50


ça y est, c'est fait j'ai commandé les coffrets de Douglas Sirk, c'est grâce à toi que j'ai ses films et j'en redemande !

Jacques 10/10/2012 12:41


Bonjour cher Alain, toujours fidèle à tes passions. je te reconnais bien là. Ce film ressort à la Filmothèque et ne l'ayant pas revu depuis longtemps je vais y aller. Vous avez bien fait de créer
cet échange dvd, c'est une excellente idée pour revoir quantité de films d'hier sans se ruiner ou encombrer ses étagères. Je repars pour le tournage Mardi, mais je suis à Paris tout novembre. Tu
es bien entendu le bienvenu, d'autant plus qu'il y a pas mal de spectacles qui, j'en suis certain te plairaient. Je t'embrasse. Jacques.

charles valandini 18/07/2012 23:14


je me souviens de ce film avec une belle émotione et le reverrai avec plaisir, je ne connaissais pas votre blog, c'est super sympa de relire tous les posts sur ces films d'avant

Eeguab 15/07/2012 17:50


Splendeur des mélos de Sirk.

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.