Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 04:00

 
Date de sortie 13 juin 2012

 

Trishna - Affiche


Réalisé par Michael Winterbottom


Avec Freida Pinto, Riz Ahmed, Kalki Koechlin, Anurag Kashyap,

Roshan Seth, Aakash Dahiya, Neet Mohan, Harish Khanna


Genre Drame, Romance


Production Britannique

 

Synopsis


De nos jours quelque part au Rajasthan… Terre où la misère est aux portes des innombrables et somptueux palais qui font le bonheur des touristes, Trishna, est une jeune paysanne indienne et travaille pour son père.

 

Issue d'un milieu défavorisé, elle fait la rencontre de Jay, un séduisant jeune homme fortuné.

 

Trishna---Freida-Pinto-copie-1.jpg Freida Pinto

 

Anglais de passeport mais Indien de culture, Jay est revenu vivre dans le pays de sa famille. Il est beau gosse, il est d'une famille riche et tente, tant bien que mal, de trouver un quelconque intérêt à la gestion des biens et de la fortune de son père malade.

 

Charmé, il offre à Trishna de travailler en tant que serveuse dans son hôtel de luxe.

 

Riz Ahmed Trishna---Riz-Ahmed-copie-1.jpg

 

Tout commence comme dans un conte de fées : avec grâce et douceur, avec délicatesse et retenue. Jay tombe sous le charme de la jeune femme, la courtise et lui propose un nouvel emploi, mieux payé, dans un des hôtels appartenant à son père, à Bombay. Trishna accepte de partir loin, de quitter les siens…

 

Jay et Trishna s’aiment… une nouvelle vie pourrait commencer.

Mais ce serait oublier le mur invisible qui les sépare. Un mur qu’aucun semblant de modernité, qu’aucune promesse de liberté ne peut abattre. Il est riche, elle est pauvre. Il est issu de la caste des dominants, elle est de celles des dominés. Il est homme, elle est femme. D’une aliénation à une autre, d’une prison à une autre, Trishna va traverser son pays comme elle traverse sa vie : avec une résignation qui semble comme inscrite dans ses gènes. Fille de… maîtresse de… servante de… amante de… elle qui n’aspire qu’à une chose : être Trishna, tout court.

 

Devenus amants, ils vont alors se plonger dans une passion amoureuse, contaminée par une lutte des classes omniprésente.

 

Trishna---Riz-Ahmed-et-Freida-Pinto-copie-2.jpg

 

Riz Ahmed et Freida Pinto

 

Michael Winterbottom a eu l'idée de faire ce film depuis 2003. Il raconte : "J'ai eu l'idée de ce film Trishna il y a déjà huit ou neuf ans. Nous travaillions sur Code 46 et avions tourné quelques jours au Rajasthan. À l'occasion d'un congé, nous avions visité le désert à la sortie d'Osian. J'étais accompagné d'une équipe de Mumbai, et le contraste entre leur vie et celle des gens du village était flagrant. Pour les gens du village, la vie commençait à peine à changer grâce à la mécanisation, l'industrialisation, l'urbanisation et surtout l'éducation. Cela m'avait rappelé Thomas Hardy, et tout particulièrement Tess d’Urberville. Thomas Hardy y décrivait une époque similaire en Angleterre, le XIXe siècle, un temps où les communautés rurales conservatrices étaient en pleine mutation à la suite des révolutions agricole et industrielle. De moins en moins de personnes étaient employées aux champs, les gens migraient donc vers les villes. Les chemins de fer permettaient une plus grande liberté de mouvement, et l'éducation commençait à offrir une possibilité de mobilité sociale. Tess est un personnage plus éduqué que ses parents, elle ne parle pas le dialecte local comme eux. Elle se sent à part par rapport aux autres laitières avec qui elle travaille, elle peut aspirer à une vie meilleure. Ce qui est tragique pour Tess, c'est qu'elle a un pied ancré dans le vieux monde rural et un autre dans le nouveau monde urbain."

 


Troisième adaptation d'une oeuvre de Thomas Hardy pour Michael Winterbottom.


Rédemption s'inspirait vaguement du roman Le Maire de Casterbridge, mais ce n'était pas le point de départ du film. Nous voulions faire un western irlandais et le scénariste a suggéré qu'on s'inspire de l'histoire de l'écrivain. En revanche, Jude et Trishna sont tous deux des adaptations.

 

 

Trishna - Riz Ahmed et Freida Pinto-copie-1 Riz Ahmed et Freida Pinto


Il y a des similitudes entre le mode de narration de Thomas Hardy et le Bollywood traditionnel. Il s'agit d'un mélodrame, d'une histoire d'amour. C'est l'histoire d'une fille pauvre qui tombe amoureuse d'un homme riche et qui va se laisser emporter. Cela se déroule aussi en partie à Mumbai où le héros veut travailler sur des films. Michael Winterbottom a collaboré très étroitement avec Anurag Kashyap et sa société de production qui réalise une nouvelle vague de films, des films Bollywood revisités. Comme pour un film Bollywood, il ya dans Trishna beaucoup de musique. Quatre chansons d'Amit Trivedi, un compositeur très en vogue à Mumbai, et une très belle musique originale signée Shigeru Umebayashi qui avait composé la musique de In The Mood For Love, et naturellement, il y a beaucoup de danse. Le film a donc un parfum de Bollywood.

 

Elle est ténue, la frontière qui sépare l’histoire d’amour malheureuse de la tragédie.

 

Riz Ahmed et Freida Pinto Trishna - Riz Ahmed et Freida Pinto-copie-3 

 

Souvent, on la discerne à peine et quelquefois, elle ne se dessine pas du tout, demeurant dans l’ombre d’une simple fin tragique qui signe en définitive celle d’une histoire à deux qui finit mal.

 

Avec Trishna, d'où vient cette sensation terrible d’assister, de nos yeux impuissants, à cette lente mais inéluctable marche vers une destinée tragique là où il ne pourrait y avoir, comme c’est souvent le cas au cinéma, qu’un simple dénouement malheureux ?

 

Trishna fascine comme nous fascine l’Inde… comme un territoire aux mystères infinis qu’on ne parvient pas à percer, comme une âme aux vérités si bien enfouies que l’on ne peut les atteindre. La beauté du film est là : dans le mystère opaque que cache Trishna sous le voile lisse de sa beauté trop parfaite, dans son regard résigné qui, à force de trop de rêves, semble s’être éteint, dans cette force insoupçonnée qu’elle saura déployer pour devenir enfin maîtresse et non plus esclave, fusse pour le pire, à défaut d’avoir pu goûter au meilleur.

 

Trishna marque le troisième tournage en Inde dirigé par Michael Winterbottom.

"En effet, mais c'est la première fois que je fais un film qui se déroule véritablement en Inde. Nous y avions filmé quelques jours pour Code 46, mais ces images avaient été mélangées à des plans tournés en Chine et à Dubaï. Et nous avions tourné les scènes intérieures de Un cœur invaincu en Inde, mais les autres scènes avaient été tournées au Pakistan où se déroulait l'histoire. On avait trouvé frustrant de travailler en Inde sans pouvoir raconter une histoire se déroulant dans le pays. Cette expérience a donc été totalement différente. On a pu localiser l'histoire dans un lieu très spécifique. On a passé de nombreuses heures à discuter avec des habitants d'Osian et de Jodhpur, à propos de l'histoire et de la résonance qu'elle aurait dans leurs propres vies. On a fini par trouver une famille dont le père conduit une Jeep, celle que l'on voit dans le film. On a fait appel à eux en leur empruntant leur maison, on a inséré nos personnages dans leur monde", confirme Michael Winterbottom.

 

Trishna---Freida-Pinto-copie-2.jpg

 

Afin de s'imprégner de l'esprit et de la culture indienne, l'équipe de Trishna est partie à la rencontre d'habitants d'Osian et de Jodhpur, deux villes du Rajasthan. En parlant de cette expérience, Michael Winterbottom raconte : "Je crois que c'était le pays le plus difficile dans lequel j'ai jamais tourné. Mais sur ce tournage, les choses se sont bien passées, surtout au Rajasthan. Nous avons travaillé avec un régisseur et nous avons tourné dans beaucoup d'endroits différents où les difficultés sont anticipées, mais les habitants d'Osian, Jodphur, Jaipur et Samode ont largement coopéré avec nous. Tout le monde était incroyablement généreux et serviable, et franchement, on n'a pas vraiment eu de grosses difficultés. Ça a été plus compliqué à Mumbai parce que c'est une grande métropole.."

  
Le projet de ce film a commencé en 2004. Ce long retard est dû à des problèmes liés au casting, Mukesh Chhabra, la directrice de casting, étant partie en Inde à la recherche des acteurs adéquats pour interpréter les rôles de Trishna et Jay, en vain.

 

Trishna---Freida-Pinto-copie-3.jpg

 

Les enfants qui interprètent les frères et soeurs de Trishna, veulent tous recevoir une bonne éducation. À un autre niveau, les femmes qui jouent les employées de l'hôtel que Trishna rencontre, ont toutes suivi des études universitaires. Elles ont un travail et veulent faire carrière. Pour elles, le secteur du tourisme est un moyen d'avoir une carrière intéressante avec de bons revenus. La situation des femmes au Rajasthan est en pleine évolution. Mais quand la société évolue, les individus peuvent souffrir.  

 

Trishna peut espérer mener une vie qui aurait été totalement impossible pour sa mère ; mais ses espoirs et ses rêves sont exactement ce qui va la mener vers la tragédie.

 

Trishna---Freida-Pinto.jpg Freida Pinto

 

"Ce n'est qu'à partir du moment où on a pensé à Freida Pinto et à Riz Ahmed pour interpréter les rôles que le projet a été relancé", explique Michael Winterbottom.

 

Riz Ahmed Trishna---Riz-Ahmed.jpg

 

Riz Ahmed était l’homme qu’il fallait pour interpréter Jay. Le réalisateur et l'acteur avaient discuté du rôle en Angleterre, alors qu’il finissait à peine le tournage de L'Or noir avant d’arriver au Rajasthan. C'est la première fois que Riz Ahmed joue un rôle de meneur, romantique de surcroît, et il a vraiment été à la hauteur du rôle. Il faut pouvoir faire apprécier Jay, tout en amenant les spectateurs à visualiser ses faiblesses.

 

Nous disposions de plus de temps avec Freida Pinto. Elle est venue au Rajasthan et est partie à la rencontre des employés dans les hôtels. Elle a passé du temps avec quelques familles susceptibles de ressembler à celle de Trishna. Elle a répété pour la danse et a travaillé sur toute la partie "technique" du rôle.

"Il est facile de travailler avec elle, elle est très directe et compréhensive. Toutes ces qualités comptaient beaucoup pour jouer Trishna. Mais dans le roman de Thomas Hardy, ce qui compte, c'est qu'on ignore ce qu'elle ressent ou ce qu'elle pense. Il y a un manque de transparence, elle est une énigme. Je crois que Freida Pinto illustre cela très bien. Il faut deviner ce qu'il se passe dans sa tête. Et parfois, on peut être frustré par sa passivité", déclare le réalisateur.

 

Freida Pinto s’est beaucoup investie dans le rôle de Trishna, elle est quasiment de chaque scène. Elle passe du travail aux champs à la danse à Bollywood, elle se situe au coeur du film. Freida Pinto a cette grande force qui fait qu'on a envie de la regarder et d'imaginer ce qui lui passe par la tête.

 

Jay voit en elle quelqu'un de plus simple que cela. C'est ce qui va détruire leur relation.

 

Notes de production de Trishna  ... Cliquez ICI !

 

Riz Ahmed et Freida Pinto se sont retrouvés pour la deuxième fois dans le même film avec Trishna. En effet, les deux acteurs principaux avaient déjà partagé la même affiche sous la férule de Jean-Jacques Annaud dans Or Noir.

 

 

   

 

Sources :

http://www.cinemovies.fr

http://www.cinemas-utopia.org

http://www.allocine.fr

http://www.evene.fr

http://whoopsy-daisy.forumactif.org

http://fr.shvoong.com

http://www.imdb.fr

http://www.evene.fr

Published by Ciné Alain - dans Des films en 2012
commenter cet article

commentaires

 

Welcome

 

"Le bonheur est la chose la plus simple,

mais beaucoup s'échinent à la transformer

en travaux forcés !"

 
François Truffaut

 

 

 

Recherche

Quelques coups de cœur 

 

 

Pour lire l'article consacré au film,

un clic sur l'affiche.

Bonne visite !

En 2016.

 

Lrs InnocentesEl Clan

 

 

 

 

 

 

TempêteLes Délices de Tokyo (An)

 

....

 

 

 

Rosalie BlumNo land's song

 

 

 

 

 

 

La saison des femmes (Parched)Julieta

 

 

 

 

 

Chala, une enfance cubaine (Conducta)Red Amnesia

 

 

 

 

 

 

Toni ErdmannTruman

 

 

 

 

 

 

Le fils de Jean

Divines

.....

 

 

 

 

 

 

Frantz

 

 

 

 

 

 

Juste la fin du mondeAquarius

 

 

 

 

 

 

 

Une vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2015.

 

..Mon Fils - Eran Riklis..Gente de Bien.La Maison au toit rouge.La Tête Haute.Une Femme Iranienne "Aynehaye Rooberoo". Facing Mirrors.Une seconde mère "Que Horas Ela Volta ?".Mustang.La Belle saison.Aferim !.La dernière leçon.Ni le ciel ni la terre.Les chansons que mes frères m'ont apprises.Fatima...Mia Madre

 

 

 Mes dernières critiques ... Cliquez ICI !

Depuis 2010. Films vus et commentés.

- En 2010 - Cliquez ICI

- En 2011 - Cliquez ICI

- En 2012 - Cliquez ICI

- En 2013 - Cliquez ICI

- En 2014 - Cliquez ICI

- En 2015 - Cliquez ICI

- En 2016 - Cliquez ICI

 

 

Voir et revoir..........................................Voir et revoir.........................................Voir et revoir....................

 

Pandora "Pandora and the Flying Dutchman".Umberto D.La chevauchée des Bannis.Loin du Paradis.Une journée particulière.Le procès de Viviane Amsalem "Gett".Tout ce que le ciel permet.

 

 

Luchon. Reine des Pyrénées. Cliqez ICI.